2014 ♦ Transcendance (film)

Et la technoscience créa Dieu, … ou comment le post-humanisme abolit la condition humaine

(par les auditeurs du Magistère « Médiation culturelle des STS » février 2015)

transcendance 32_16
Arrêt sur image 32’16’’ du film Transcendance de Wally Pfiser : 2 moitiés de Caster forment une humanité hybride.

Dans une alcôve de l’humanité, deux amoureux éprouvent devant nous le début d’une vie numérique après la mort biologique de l’un d’eux. Figures inquiètes, elles réalisent à cet instant l’impensable. Le moment est grave, celui de la transgression d’une limite au-delà de laquelle la science-fiction guide le public vers des expériences de pensée, certes extravagantes, mais non moins réflexives sur les intentions sous-jacentes contenues dans les technosciences.

Au cours de cette séquence du film Transcendance de Wally Pfister diffusé en avril 2014, Evelyn et Will se retrouvent. Enfin si l’on peut dire, car Will Caster est cliniquement mort. Son corps a été réduit en cendres, dispersées par les vents au dessus d’un lac de plénitude, 8 minutes plus tôt dans une scène de deuil sans équivoque. À partir de là commence la quête du retour de l’être aimé. Ce qu’Evelyn espère grâce aux avancées de l’intelligence artificielle, partant de techniques qu’elle a elle-même contribué à faire advenir aux cotés de son mari. Après cette séquence cruciale, les consciences et les corps dissociés se cherchent. Ils se croisent, échangent bien des choses, mais sans jamais se retrouver pour incarner des êtres humains, du moins tels que l’humanité les avait jusqu’à présent expérimenté.

Sur ce plan resserré, la caméra est située au dessus de l’épaule gauche d’Evelyn, assise devant un ordinateur. Le visage de Will apparaît confusément comme le plus net. Il est encore dissocié et instable, à la différence de celui d’Evelyn, nettement plus floue mais fixe et consistant. Les deux visages se regardent et nous fixent. Ils nous imposent ainsi leur face-à-face. Par ce jeu de miroirs, ils partagent avec le spectateur leurs angoisses comme leurs émotions retenues. Les deux visages sont enveloppés dans un arrière-plan noir et dense. Évocation des limbes ou des ténèbres ? En tout cas il n’y a pas de cohérence encore bien claire dans l’association de ces parties plus ou moins disloquées. Car la réalité est ici faite d’incarnation et d’immatériel, de biologique et de reflets. Une certaine confusion domine dans ce tête-à-tête improbable. Au premier plan et en décalé sur la droite de l’écran, seule la présence humaine d’Evelyn se devine, de dos, face à la machine. Seul être de chair au milieu d’un amas de dispositifs électroniques, elle est aussi la seule à devoir prendre une décision : ouvrir ou fermer la perspective de faire exister sous la forme de codes numériques, sinon la conscience de Will, au moins quelque chose qui s’exprime au travers de câbles et de processeurs quantiques.

A partir de cette première apparition de la conscience digitalisée de Will Caster, surgissent toutes les questions ancestrales sur la distinction en nature des êtres humains et de leurs machines, sur la frontière entre le biologique et l’artificiel. Le terme contemporain « être hybride » est ainsi présent tout au long du film. Comme un humain organique, la machine exprime le besoin de croitre, mais aussi de se doter de puissance, de se libérer. Dans les minutes suivantes, un clic suffit pour que cette existence digitale de Will investisse le réseau mondial, capte quelques millions de dollars au profit d’Evelyn, détermine la destinée de cette dernière. Car la femme aimée, maitresse, maternelle, attentive au bien-être et prenant soin de la carrière de son homme, coach et manager de son génie de mari, retrouve à ce moment un statut qui était le sien au début du film. Elle prend à nouveau soin de lui, reste à l’écoute, fait tout ce qu’il lui dit de faire. Evelyn était perdue, prête à tout pour retrouver l’être aimé, animée par l’émotion et la douleur. La voilà rationnelle pour opérer le miracle de la résurrection.

A partir de cette image, nous entrons de plein pied dans l’un des désirs des scientifiques et des ingénieurs parmi les plus vivaces : celui de la création, de l’immortalité et de la régénération perpétuelle. Ici les mythes les plus anciens trouvent grâce dans l’imaginaire des technosciences en général, dans l’intelligence artificielle et les neurosciences en particulier. Ici s’exprime le réductionnisme le plus abrupte. La conscience humaine est logée dans le cerveau. Sa manifestation serait les échanges sous la forme d’impulsions électriques dans un réseau complexe de neurones. Tout cela peut être capté, encodé, traduit, dupliqué et transformé afin de ressusciter numériquement un être de chair, et plus exactement son esprit, son âme, sa pensée… enfin ce « petit plus » que les êtres mortels semblent partager depuis la nuit des temps, permettant d’en faire la condition d’une humanité, même la plus primitive.

Dans le grand final, l’amour sauve le monde et l’humanité. Will Caster, numériquement distribué dans chaque recoin de la planète et désormais omnipotent, accède à la supplication d’Evelyn : renoncer au projet d’une humanité radieuse, dont les humains raisonnables ne veulent finalement pas. Il ne reste dès lors au public qu’à méditer tant les menaces que les espoirs contenus dans les fantasmes du post-humanisme.

Voir les suggestions de lecture de ce film et commentaires de Yannick Rumpala sur Res Futurae : http://resf.hypotheses.org/2479

Sur Wikidepia : https://en.wikipedia.org/wiki/Transcendence_%282014_film%29


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *