2014 ♦ La Grande Aventure Lego (film)

Tout est super-genial ! Tout est super-geniiiiaaaaalll ! ”. Nul doute que ce petit refrain entêtant est ce qui vous marquera suite au visionnage de La grande aventure Lego, film d’animation de P. Lord et C. Miller sorti en 2014. Prouvant donc que l’abrutissement méthodique à coup de sous-culture de masse — mis en place par le diabolique Lord Business dans le monde Lego — marche à merveille ! Car dans ce monde dystopique se mêlent allègrement lavage de cerveau type Invasion Los Angeles (John Carpenter, 1988), et totalitarisme rappelant 1984 (Georges Orwell, 1949).

Dès les premières minutes, nous nous attachons à Emmet, petit personnage avec la bouille jaune et joviale qui a bercée notre tendre enfance. Archétype même de l’anti-héros au summum de la lobotomisation, il est embarqué malgré lui dans une grande quête afin de détruire la société bâtie par le diabolique Lord Business. Emmet rencontre alors les Maîtres Constructeurs et leur guide, Vitruvius. Le nom de ce dernier possède des résonances connues, non? Rappelez-vous ce dessin de Léonard de Vinci représentant l’étude des proportions du corps humain…l’homme vitruvien ! Marcus Vitruvius Pollio, mieux connu sous le nom de Vitruve, est un architecte romain du Ier siècle av. J.-C. et auteur du célèbre traité De architectura (“De l’architecture”). Il est considéré comme le premier architecte et son ouvrage deviendra le “livre de chevet” des grands artistes, penseurs et ingénieurs de la Renaissance.

Au-delà de sa critique de la société de consommation, ce film rappelle les changements culturels et techniques qui se sont produits entre le moyen-âge et la Renaissance.

A l’époque médiévale, maître d’oeuvre, maîtrisant géométrie et calcul, commande à l’ensemble des personnes travaillant sur un chantier. Garant de la précision et de la norme, c’est auprès de lui que se prenne les mesures de référence pour fabriquer sa pige (réglette de mesure). Tout comme les petits ouvriers Lego, qui suivent aveuglément les manuels d’instruction sur le chantier de construction où travaille Emmet.

A l’inverse, la Renaissance prend en compte le dynamisme de la nature et de l’homme. Un nouveau courant de pensée émerge, l’humanisme. Une révolution architecturale se met aussi en branle, à travers de nombreux progrès techniques et une figure nouvelle de l’architecte. A l’image des Maîtres Constructeurs, qui utilisent, réutilisent et intervertissent les éléments Lego afin de créer une multitude d’objets inattendus. Et, somme toute, le mot architecte dérive étymologiquement du grec architectura signifiant “maître” et “constructeur”.

L’originalité et la pluralité de pensée sont ainsi l’arme principale des Maîtres Constructeurs contre la fixité prônée par Lord Business, qui veut engluer le monde Lego. La fluidité et le mouvement s’opposent au statisme et au perfectionnisme. Au final, comme vanté au siècle des Lumières, c’est la révolution et le progrès qui finit par sauver le monde Lego.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *