2004 ♦ Kill Bill 2 (film)

Le fantasme de l’invincibilité

(par Nicole Fomékong, Magistère Médiation culturelle & Communication, CNAM 2015)

Kill-Bill-Serum
arrêt sur image 1h44’28 »
Kill-Bill-Dim-mak2
arrêt sur image 1h44’36 »

À partir de deux images extraites du film Kill Bill Volume 2 de Quentin Tarantino, sorti en 2004, nous examinons deux notions, symboliques du film d’action traditionnel : maitrise et masculinité.

La première image montre un personnage de dos en position dominante, l’autre assis plus bas, une seringue plantée dans la cuisse. La chimie s’intègre dans le récit avec le recours au sérum de vérité, tentative de maitrise artificielle. Le rapport de force semble inégal. La deuxième image montre les deux personnages qui se font face. Ils sont visuellement de plein pied, le rapport de force semble plus équilibré. Dans cet affrontement c’est la maitrise physique qui s’exprime, à travers une technique obscure et mystique : le Dim mak. Enfin, l’héroïne, Béatrix Kiddo, est une femme, l’adversaire, Bill, un homme. Nous verrons comment, en mettant visuellement de plein pied et à armes égales un homme et une femme, le réalisateur redéfinit certains paradigmes de genre propres aux films d’actions.

Sérum de vérité ou la maitrise des pensées

Bill a recours au sérum de vérité pour sonder la psyché de Béatrix. Il veut des réponses. Pour le public du 21e siècle, le sérum de vérité a plutôt mal vieilli. Un méchant aurait pu l’utiliser dans un vieux James Bond. Le produit fait partie des « trucs » scientifiques que l’on retrouve régulièrement au cinéma, de Matrix à Mon Beau-Père et moi, idéalisé ou tourné en dérision. Sa composition est connue mais la fiabilité de ses effets n’est pas établie. Cependant il réapparait régulièrement, comme une énième tentative fantasmée de contrôle des pensées, quête ultime de maîtrise de l’homme sur l’homme.

Le cerveau est la star des programmes mondiaux de recherches actuels. Après l’Europe (Human Brain Project), les États-Unis ont lancé le leur (Brain), des milliards sont investis. Le modeste sérum de vérité est symptomatique de cette quête qui cache difficilement des visées militaires en matière d’espionnage et d’intelligence artificielle. En attendant, le petit sérum demeure dans les limbes du savoir scientifique, cet entre-espace négligé par les chercheurs qui sont allés voir ailleurs mais qui, avant, ont omis d’apposer le tampon « validé ». Ainsi, dans ces limbes évoluent, sans parrain ni public, théories, substances et inventions délaissées qu’un film peut momentanément ramener à la lumière comme le sérum de vérité, ou une pratique oubliée du Kung Fu comme le Dim mak.

Dim mak ou la maitrise du corps

Le dénouement du film prend le spectateur par surprise. Incroyables 25 secondes de combat… sur chaises. L’arrêt sur image proposé ici montre l’héroïne qui tient d’une main un sabre, son adversaire le tenant aussi. Elle s’apprête à frapper de son autre main, levée. Elle a en effet reçu un enseignement secret, celui des cinq points de la frappe explosive qui éclate le cœur.

La technique fait référence à une branche ésotérique du Kung Fu qui évolue aussi dans cet entre-espace, le Dim mak n’étant pas scientifiquement validé. La théorie repose sur l’existence de méridiens par lesquels l’énergie vitale du corps circule et de points qui, s’ils sont touchés, peuvent provoquer la maladie ou la mort. Avec la démonstration de Béatrix Kiddo, le fantasme de l’invincibilité revient jouer avec nos imaginaires. La symbolique est forte car elle se pare d’un extrême raffinement en matière de maitrise du corps humain. Elle laisse songeur. Et si c’était vrai ? Dans notre monde réel, les pratiques reconnues comme l’acupuncture ou l’ostéopathie autorisent des questionnements qu’auparavant on aurait jugés hérétiques. Le monde virtuel et le monde réel se font écho et se mêlent, créant des poches ou bulles qui peuvent se détacher du premier pour aller rejoindre le second.

Masculinité, féminité, crédibilité

L’héroïne porte une jupe d’un bleu pâle innocent. Sur les épaules, un châle qui accentue notre perplexité. Après la combinaison en cuir jaune qui a imprégné notre inconscient collectif depuis la sortie du film et introduit le personnage de Black Mamba dans la galerie des héros intemporels du cinéma d’action, la tenue que l’on observe ici surprend. Ne risque t’elle pas de s’empêtrer dans les pans de sa jupe ou de s’emmêler dans son châle, s’inquiète le téléspectateur. C’est tout le défi du réalisateur qui, avec cette scène, entérine la revue des paradigmes du film d’action, achève leur démantèlement pour finalement les restituer aux téléspectateurs, vidés de leur substance et obsolètes. Voici en effet ce que Quentin Tarantino réexamine avec son humour si personnel :

  • les maîtres de Kung Fu sont des hommes ;
  • les hommes sont athlétiquement supérieurs aux femmes ;
  • les arts martiaux sont l’apanage historique des asiatiques ;
  • les scènes de lutte incluant les femmes ne sont pas facilement crédibles.

Ici le héros est une femme, aux capacités athlétiques égales voire supérieures à son adversaire mâle, elle manie le sabre et excelle dans les arts martiaux. Elle est américaine et arbore une chevelure d’un blond californien impertinent. Elle peut combattre en jupe et en châle. Et c’est crédible. Les paradigmes dont nous parlions se sont sérieusement dissous.

Avec Kill Bill, Quentin Tarantino réaffirme le rôle du cinéma comme réceptacle de nos fantasmes de puissance et de performance. La pharmacopée et les recherches scientifiques visant à augmenter les performances humaines ont de tout temps trouvé un raccourci réconfortant dans la fiction. Que le processus acquiert de nouvelles règles en élargissant un domaine traditionnellement masculin à la sphère féminine est définitivement moderne. Et le divertissement, lui, toujours bienvenu.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *