2014 ♦ Transcendance (film)

Le (neo)luddisme revisité

(par Gabriel BOUDARD, Magistère Médiation socioculturelle des sciences et techniques, CNAM 2015)

RIFT
Image issue du film Transcendance réalisé par Wally Pfister, avec Johnny Depp, Rebecca Hall et Paul Bettany

Transcendance raconte comment deux scientifiques parviennent à transposer et émuler l’âme de leur ami, Will Caster, au sein de PINN, une puissante intelligence artificielle. La nouvelle entité ainsi créée devient très entreprenante et rapidement impossible à contrôler. Elle ne sera arrêtée que grâce à un virus informatique mis au point par un groupe composé d’activistes, de scientifiques et d’agents fédéraux. Malheureusement, l’entité sera déjà parvenue à infecter l’ensemble des structures informatiques et électroniques du monde. Sa destruction fera basculer l’humanité dans une ère ou l’ensemble des technologies modernes seront inopérantes.

Cette image est le logo des activistes du RIFT (Revolutionary Independance From Technology). Il apparaît au début du film sur un écran du FBI, alors que les agents enquêtent sur ce groupe, coupable d’avoir commis plusieurs attentats à l’encontre de scientifiques et de centres de recherches.

Le sigle “on/off” peint sur le crâne l’assimile à une machine, un produit de consommation que l’on peut allumer ou éteindre. Le choix d’un crâne d’homme préhistorique, peu évolué, semble induire que le “progrès”, si tant est qu’il existe, s’est focalisé sur la production techno-scientifique au détriment de l’humain. Cette représentation renvoie, non sans une certaine ironie, à la critique traditionnellement adressée aux technophobes et techno sceptiques souvent assimilés à “des gens voulant nous renvoyer dans la préhistoire”.

Leur slogan “Evolution Without Technologie” [Évolution sans technologie] indique a contrario que les activistes sont favorables à l’évolution pour peu que celle-ci soit dissociée du progrès technologique. L’évolution souhaitée pouvant alors être sociale, philosophique ou spirituelle.

Les perspectives d’une telle évolution sont toutefois ténues. Comme le pointe Serge Latouche dans la “Megamachine”, le progrès dans sa forme actuelle – technologique, économique et matérialiste – est durablement établi. En effet, chacune de ces trois composantes justifie les deux autres (ralentir le développement technologique menace le développement économique et le confort, freiner le développement économique met à mal l’investissement dans les innovations et conduit à une baisse du confort matériel, enfin le confort matériel découle du développement économique et technique), de sorte qu’il est très difficile de contester le paradigme ainsi formé. Gabriel Gosselin dit même du progrès, qu’il est totalitaire : “quiconque ne se soumet pas (au progrès) apparaît comme asocial marginal déviant. Sa logique est incompressible il devient un adversaire potentiel des bureaucrates et technocrates qui ont fait de la logique du progrès le principe et la norme de leur pouvoir. Celui qui vit hors du progrès vit contre lui “. Devant cette état de fait, la seule perspective, identifiée, d’une évolution sans technologie, consiste généralement à se tourner vers la lutte armée, vers la résistance.

Le logo du RIFT semble intégrer cette dimension. Le crâne rappelle notamment le Jolly Roger, l’étendard des corsaires lui même repris par les mouvements de pirates informatiques mais aussi le “danger de mort” que l’on retrouve sur les emballages de produits dangereux.

La contextualisation du logo va aussi dans le sens d’une forme de résistance. Il ne s’agit pas d’un visuel infographié mais d’une œuvre de rue (pochoir et collage) réalisée sur un mur délabré. Cette iconographie souligne l’aspect militant et clandestin de l’organisation et présuppose des moyens mobilisés pour arriver à ses fins. Dans le film, les activistes du RIFT sont qualifiés de néo-luddistes en référence aux groupes clandestins composés d’artisans (tondeurs et tricoteurs) qui, au du début du 19e siècle, s’opposaient aux industriels et à l’usage des métiers à tisser dans leur fabrique. Le luddisme a pris la forme de conflits violents et armés visant notamment la destruction de machines. De la même manière dans Transcendance, les membres du RIFT sont amenés à détruire des laboratoires et même à tuer des scientifiques qui y travaillent.

Les (néo)luddistes ne sont pas pour autant des croisés obscurantistes ou des réactionnaires mus par une peur de la technologie. Au contraire, ils se livrent à un examen critique des effets des technologies sur les individus et les communautés. Leur action vise à en prévenir les conséquences indésirables (dépossession des moyens de production pour les luddistes ou vivre sous le joug d’une IA omnisciente et omnipotente dans le cas des (néo)luddistes).

S’il est heureux qu’une distinction soit faite entre technophobe et (néo)luddistes, dans le film, ces derniers sont des scientifiques anciennement associés aux projets de recherches qu’ils combattent désormais, Transcendance est plus ambigu lorsqu’il s’agit d’étayer le bien fondé d’un tel groupe.

D’une part, leur combat est présenté comme dangereux et violent. Il s’avère même d’une certaine façon être à l’origine du problème : c’est à la suite de l’un de leur attentat que l’entité Caster/PINN est créée. D’autre part, leur idéal, un monde libéré de la technologie, comme formulé sur leur logo, est essentiellement représenté par des aspects négatifs : pénurie alimentaire, atavisme des survivants etc. Finalement, le film, produit par le groupe AOL Time Warner, semble ne mettre en avant les (néo)luddistes que pour mieux discréditer leur combat et la posture des techno sceptiques en général.

En cela, si l’accroche française du film “je crains le jour où la technologie dépassera l’homme“ peut laisser un doute sur son engagement idéologique, celle de l’affiche américaine est plus explicite : “hier le docteur Caster était seulement humain” [Yesterday, Dr Wil Caster was only human], comprendre : aujourd’hui il est plus qu’humain, il est transcendé. À la fin du film, on découvre d’ailleurs qu’une forme résiduelle de l’entité de Caster/PINN n’a pas été atteinte par le virus et qu’il sera sans doute possible de sortir de cette triste utopie décroissante, une façon comme une autre de ménager une happy-end technoscientifique …


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *