1902 ♦ Eugène Doyen, chirurgien star (photogramme)

Blow-RDO2
E. Doyen filmé par C. Maurice le 9 février 1902

Bistouri & Caméra

(par Robert NARDONE, HT2S Cnam Paris)

Ce photogramme n’est pas seulement l’image d’un exploit chirurgical. Il témoigne de l’émergence du cinématographe dans les salles d’opération et paradoxalement de la naissance d’un nouveau public.

Le 9 février 1902, le chirurgien Eugène Doyen sépare Doodica et Radica, les sœurs xiphopages exposées au cirque Barnum. À la demande de Doyen, l’opération est filmée par Clément Maurice. Doyen est mondialement connu, réputé pour sa rapidité d’exécution. La séance de séparation des soeurs siamoises dure dix minutes. Dix minutes c’est la durée d’un chargeur de caméra. Le chirurgien et l’opérateur se sont concertés pour que l’acte ne dépasse pas le temps imposé par la technique filmique. Tout au long de l’acte Doyen interroge son opérateur afin de s’assurer qu’il reste dans les temps. Clément Maurice est celui qui a organisé la première projection publique des frères Lumière le 28 décembre 1895 au Salon indien du Grand café de l’hôtel Scribe à Paris.

Eugène Doyen (1859-1916) est un franc-tireur, en conflit incessant avec la Faculté de médecine. Infatigable novateur, on lui doit notamment des pinces chirurgicales qui portent son nom, encore en usage aujourd’hui. Sa renommée est telle que l’on se précipite pour voir le maître à l’œuvre. Bien qu’interdit d’enseignement, étudiants et bourgeois se pressent autour de cette table d’opération dite « lit de Doyen » qu’il vient d’inventer et qui préfigure les tables actuelles. Ouvert aux techniques nouvelles, sa clinique privée comporte un service de photographie et de cinématographie avec un laboratoire et un studio de prises de vues.

Depuis 1898, Doyen utilise la technique cinématographique, à peine naissante, comme outil de recherche et d’enseignement des techniques modernes de chirurgie. Pour Doyen, une opération doit être la plus brève possible afin de ne pas contaminer la partie opérée. L’étude des films lui permet d’éliminer le maximum de gestes inutiles et d’être le plus rapide possible. Dans un double souci permanent d’aseptisation et d’enseignement, la captation lui permet aussi de vider la salle opératoire de ces « élèves qui ne l’encombreront plus inutilement, où ils assistent bien souvent en curieux…». En effet, la salle est souvent envahie autant par des étudiants en médecine pour voir œuvrer le maestro, que par des amis, des relations ou de simples admirateurs. Doyen fait parti des personnalités de premier plan. Il a une vie mondaine considérable. Il est l’un des médecins qui ont servi de modèles au personnage du docteur Cottard dans A la recherche du temps perdu de Marcel Proust.

Aussi se masse-t-on, désormais, dans la salle de conférence équipée d’un projecteur.

Malgré l’extrême difficulté de l’opération et le temps très bref imposé par la technique cinématographique, la séparation de Doodica et Radica est un succès. Doyen compte alors sur ce film, comme moyen de communication scientifique, déroulé minute par minute d’un événement chirurgical rarement réussi. Car la captation intéresse au premier chef toute la communauté scientifique internationale.

Mais quelques semaines plus tard, le film se retrouve à la Foire du trône dans un cinéma forain, pour la plus grande joie effrayée des spectateurs.

C’est Ambroise-François Parnaland, le patron des studios et laboratoires Eclair, qui a tiré un contre-type de l’opération. Il a vendu une copie à la Cie Pathé. Le succès est tel que l’un des moments de l’opération orne, en bas relief, la façade d’une baraque foraine.

La Cie Pathé possède un Catalogue de films d’enseignement scientifiques et médicaux qui alimentent les théâtres cinématographiques des grandes fêtes foraines. C’est l’époque où le champ de foire voit se côtoyer carrousel, barbe à papa, stand de tirs et cabinets de curiosité. Les visiteurs peuvent y découvrir les dernières merveilles de la science aussi bien que les monstres de la nature, des nains et des géants, des femmes à barbe et des hommes-troncs, des hommes-éléphants, et les sœurs siamoises Doodica et Radica.

Il est tentant de voir dans ce double usage du cinématographe, la préfiguration d’un cinéma pédagogique et vulgarisateur et d’un cinéma de divertissement qui serait l’ancêtre des séries télévisées médicales comme « Urgence » ou « Docteur House ». Parce que le geste est volontaire et raisonné, le rapprochement est bien réel en ce qui concerne l’usage du cinéma comme vecteur de diffusion des composantes scientifiques et techniques de la culture. Les documentaires et les dizaines de festival du film scientifique qui se sont mis en place dès les années 1900, en témoignent. Il reste cependant historiquement abusif d’en faire un antécédent des séries télévisées, parce qu’ici le geste est malveillant et irraisonné. Mais il n’en comporte pas moins l’indice d’un engouement pour un spectacle qui voit les lieux et l’acte médical sortir de l’intimité et du secret qui le caractérisent. De cette cinématographie naît deux types de publics nouveaux. L’un est amateur, curieux d’innovations et d’exploits scientifiques et techniques. L’autre est un public friand de divertissements fantastiques.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *