2009 ♦ Inglorious Basterds (film)

inglorious basterds
Stolz der Nation : la fierté de la nation – Extrait du film « Inglorious Basterds » de Quentin Tarantino (2009)
La pilule de Göring : une armée « dopée »

(par Yann-Gaël SECHER, Licence Médiation socioculturelle des sciences et techniques, Cnam Nantes 2015)

Dans cet ersatz de film de propagande nazie glissé dans le film Inglorious Basterds (2009), Quentin Tarantino retrace le fait d’arme d’un sniper allemand. Le soldat Zoller, isolé dans son clocher, tient en respect des jours durant une véritable armée, sans se reposer ni trembler. Fanatique, l’œil fou, il ne semble plus contraint aux limites physiques imposées par son corps. Cette scène caricaturale et visuellement explosive est l’une des marques de fabrique de Quentin Tarantino, à l’image de l’easter egg du svastika formé par des impacts de balles.

Et pourtant, si derrière l’image d’Épinal de « surhommes » des soldats du IIIe Reich se cachait une troublante vérité, celle d’un usage massif et planifié de métamphétamines ?

Depuis les années 1930, la firme pharmaceutique Temmler travaille sur les effets stimulants de l’éphédrine. Ses travaux achevés, Temmler commercialise la pervitine en 1937. Cette métamphétamine est dans un premier temps prescrite aux civils comme médicament contre l’asthme. Chez ses utilisateurs apparaissent vite d’étonnants effets secondaires: sont notamment observées l’augmentation de la concentration et de l’endurance ainsi que la disparition de la fatigue. L’académie de médecine militaire de Berlin s’intéresse rapidement aux potentielles applications militaires de la pervitine.

Les effets stimulants du café ou du thé se dissipent au bout de quelques heures. Ceux de la métamphétamine durent de huit à dix heures, voire plus encore selon le dosage. La pervitine n’agit pas uniquement sur la fatigue, elle accroit aussi les capacités de concentration sur une tâche précise. Elle est euphorisante et stimule la combativité. Pour les soldats, l’utilisation de la pervitine est parfois, littéralement, une condition de vie ou de mort. Autant de raisons pour lesquelles la pervitine faisait partie d’une « ultime ration » distribuées aux soldats allemands devant faire preuve d’endurance et de maîtrise en conditions extrêmes. Sont notamment concernés les sous-mariniers, les pilotes et tankistes ou, comme c’est le cas du soldat Zoller, les tireurs isolés.

La pervitine a ainsi été largement distribuée aux soldats allemands au début du conflit. Son usage entraine une rapide dépendance, provoque de terribles dégâts. Elle occasionne des crises d’angoisse, des réactions paranoïdes et un sentiment de supériorité. Il est donc légitime d’interroger le rôle de la pervitine dans les exactions allemandes commises aux heures les plus noires du conflit. Il suffit pour s’en convaincre de voir le regard fou de Frederick Zoller ou sa froide détermination lorsqu’il harangue la foule de ses adversaires.

Si Stolz der Nation n’évoque pas frontalement la consommation de pervitine par les soldats allemands ; il l’illustre cependant de façon caricaturale. La différence d’ardeur au combat et d’endurance existant entre les soldats allemands et alliés y apparait flagrante. Avec la formidable réussite du Blitzkrieg (guerre éclair) qui a vu fondre les armées nazies sur toute l’Europe, les Alliés demeurent impuissants. Le 4 juin 1940, la bataille de France est perdue. Les corps d’armée franco-britannique sont anéantis sur les plages de Dunkerque, pris de vitesse par l’avancée foudroyante des troupes allemandes. Après la défaite puis la capitulation française, la presse britannique s’interroge et écrit : « les Allemands utilisent une pilule miracle, si la victoire est à ce prix, il est incompréhensible que Churchill refuse d’en faire autant. »

Une course aux produits dopants est lancée. La Royal Air Force se dote elle aussi de produits stimulants afin de compenser son infériorité numérique. La benzédrine qui vient des États-Unis est loin d’être aussi efficace que la pervitine, mais elle est rapidement considérée comme indispensable par les équipages aériens alliés. L’armée française a elle aussi doté ses forces de maxiton (une amphétamine), mais sans doute n’a-t-elle pas eu le temps de s’en servir. L’usage des métamphétamines était si fréquent parmi les belligérants qu’à la fin de la guerre le Times titrait : « la méthédrine a gagné la bataille ».

C’est historiquement la première fois qu’une stratégie militaire repose sur l’usage programmé de produits dopants. Sans pervitine, pas de Blitzkrieg. Avec la fin de la Seconde Guerre mondiale, d’énormes stocks de pervitine se retrouvent en circulation sur le marché noir. L’usage militaire de la pervitine se poursuit dans les armées des deux Allemagnes. La pervitine reste commercialisée jusqu’en 1988, faisant des ravages chez les civils. Une nouvelle course aux armements se déclenche, accélérant la recherche médicale. La guerre devient pharmaceutique, qu’importent les conséquences ou les effets secondaires. Les soldats américains auront ainsi recours aux amphétamines durant la guerre du Vietnam. Les populations civiles subiront les mêmes outrages qu’advenus en Europe 20 ans plus tôt…


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *