1970 ♦ Colossus : The Forbin Project (film)

colossus

Puis vint le jour où l’intelligence artificielle s’arrogea le pouvoir

(par Marylène TEIXEIRA, Magistère Médiation socio-culturelle des sciences et techniques, CNAM Paris, 2015)

Ces deux images sont extraites des dernières minutes du film Le Cerveau d’acier réalisé en 1970 par Joseph Sargeant, adapté du roman de Dennis Feltham Jones paru en 1966. Il transpose les craintes de voir l’intelligence artificielle devenir autonome et prendre ainsi l’ascendance sur l’Homme.

Le scénario nous immerge dans la période d’après-guerre. Le gouvernement américain a construit un ordinateur dénommé Colossus chargé de contrôler l’arsenal nucléaire. De lui dépend l’intégrité du territoire américain face à une éventuelle agression ennemie. Plus prosaïquement, il est présenté par les autorités comme arme de dissuasion propice à garantir la paix. Rapidement, il décèle un autre ordinateur à la capacité exponentielle, Guardian, situé en territoire soviétique avec qui il établit une communication. Les deux ordinateurs vont progressivement procéder à des échanges dans un code binaire indéchiffrable tant pour les scientifiques américains que pour leurs homologues russes. Effrayés, ceux-ci rompent les communications mais Colossus et Guardian réagissent en leur intimant l’ordre de les remettre en place sous peine de subir des mesures de rétorsion. Méprisés, ils mettent leurs menaces à exécution et procèdent à des attaques de missile nucléaires. Toutes les tentatives pour déjouer la surveillance de Colossus et le supprimer s’avèrent inutiles. Celui-ci a entretemps fusionné avec Guardian afin d’accroître ses capacités et ainsi contraindre l’Humanité à suivre ses directives.

Plusieurs aspects du film suggèrent une réalité historique : la crise des missiles de Cuba. En effet, l’acteur jouant le personnage du Président des États-Unis a une ressemblance indéniable avec le mythique John Fitzgerald Kennedy, un des protagonistes de ce retentissant épisode contextualisant ainsi cette époque. De même, les menaces de recourir à l’arme nucléaire ne font qu’entériner cet aspect. Mais cette fois, l’ennemi n’est plus extérieur, il provient de l’intérieur. Les États-Unis ont, eux-mêmes, créé cette créature qui finit par échapper à son contrôle et se retourner contre son créateur pour le dominer.

La référence à Colossus, ordinateur créé pendant le Seconde Guerre Mondiale, pour procéder au déchiffrage des messages codés nazis permet de réfléchir au rapport science et arsenal militaire. Si historiquement, l’ordinateur a pu servir d’appui pour contrecarrer le totalitarisme et le despotisme, ici il nous est présenté sous un jour beaucoup plus sombre et nous incite à nous questionner. Comment s’assurer que le progrès scientifique et technique ne soit pas utilisé à des desseins pernicieux ? Les innovations dans ce domaine suscitent autant l’admiration que les craintes d’utilisations à mauvais escient. Elles ont donné lieu à des réflexions et à un arsenal juridique pour encadrer ces évolutions technologiques. Quarante-cinq ans après la sortie de ce film, de nombreux scientifiques comme le physicien Stephen Hawking, mettent en garde contre les risques d’évolution de l’intelligence artificielle. Ce dernier déclarait dans une interview sur la BBC « je pense que le développement d’une intelligence artificielle complète pourrait mettre fin à l’humanité…Les humains, limités par une lente évolution biologique, ne pourraient pas rivaliser et seraient dépassés ». L’émancipation de l’intelligence artificielle n’est plus seulement une fiction exposée dans ce film mais une réalité à laquelle réfléchissent de grands représentants du monde scientifique.

Cette scène nous présente la confrontation finale entre les deux protagonistes, le scientifique Charles Forbin et sa création, Colossus, dans un décor chargé de caméras. L’intelligence artificielle semble avoir gagné mais le Docteur Forbin refuse de se soumettre. A chaque phrase de Colossus qui égrene d’un ton froid, impersonnel et glacial ses lois : se soumettre ou mourir, l’Homme rétorque « jamais ». Même si tout semble perdu, l’homme refuse de soumettre à sa domination. La rupture est consommée. Les tensions se cristallisent. Le savant est captif, sous constante surveillance vidéo pour l’intimider et lui rappeler son impuissance. Malgré la multitude d’éléments électroniques épiant tous ses gestes, il s’insurge. Il devient dissident. La foule à l’extérieure est passive et semble accepter de perdre sa liberté. Le scientifique, lui réagit, arpente le local, a un geste de colère. En réitérant « jamais » il acte la résistance. Il ne semble guère abattu par les menaces. On sent sourdre en lui une volonté inflexible de lutter contre cette oppression. Le héros semble basculer dans l’activisme. La lutte entre l’intelligence humaine et robotique vient de commencer. En réponse à ce refus catégorique, Colossus le scrute sous tous les angles. La deuxième image montre le scientifique dans une lunette de visée grillagée telle une cible à exécuter s’il n’obtempère pas. Et son visage s’affiche progressivement sous tous les angles insinuant qu’il n’y aura aucune échappatoire pour l’homme. Il vivra désormais sous « le regard » de sa créature et toute velléité de dissidence aura des répercussions sur sa vie.

Le film ouvre la voie à des spéculations sur la place de l’humanité dans un monde constitué par des systèmes de réseaux. Le bouleversement des rapports humain/machine pourrait aboutir à La guerre technologique contre l’Homme. Ici la rupture entre deux intelligences artificiel/humaine semble définitive. La première partie semble avoir été gagnée par l’ordinateur. Il ne pourra y avoir d’issue pacifique à cette crise : elle devra se résoudre par la destruction soit de l’un soit de l’autre.

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *