1985 ♦ Brazil (film)

brazil2

La chirurgie est-ce éthique ?

(par Ludovic LEGALL, Licence Médiation socioculturelle des sciences et techniques, CNAM, 2015)

BRAZIL sorti en avril 1985, est un film d’anticipation fantastique. Terry Gilliam le réalisateur est un américain naturalisé anglais. Il fit partie de l’aventure de la troupe d’humoristes britanniques les Monty Python. Culte pour son humour noir, l’histoire dépeint les absurdités d’un futur parallèle, resté à l’apogée des années folles de l’ère technocratique et industrielle. Perdu, sans repère d’identité, dans ce monde décadent, le héros, par rejet de cette société se révoltera contre le conformisme et la dictature bureaucratique.

La célèbre photo est tirée de la scène du salon d’esthétique. La mère du héros, affreusement ridée, vient faire son lifting, un service banalisé dans ce salon. L’indélicate opération se déroule sans ménagement en public, sous le regard dégoûté du héros, et la désinvolture de la mère étirée. Une féroce dénonciation de la dérive de la chirurgie devenue un produit de consommation.

La chirurgie est-ce éthique ?

La modification du corps humain, pose déjà à lui tout seul un problème éthique fondamental, mais la chirurgie pour l’esthétique a-t-elle sa place dans la médecine ?
Les avancées médicales élargissent les possibilités d’interventions. Notre société est de plus en plus médicalisée. Les individus voient en la médecine la réponse à tous leurs maux, prêts à subir toutes médications ou interventions pour la performance, la beauté, et la jeunesse éternelle. Une inquiétante dérive qui nous entraîne vers l’apologie du courant transhumaniste, de l’homme amélioré par nos avancées technologiques.

La Chirurgie divise la communauté médicale. Indispensable à la médecine pour ses bienfaits aux patients, elle ouvre au scalpel la voie de l’amélioration volontaire par simples critères esthétiques ou de performance. Il est urgent de répondre à une question fondamentale :
où s’arrête le soin, où commence l’esthétique?

La chirurgie plastique est une discipline chirurgicale qui vise à modifier, réparer ou embellir les tissus. En France, le Syndicat National de Chirurgie Plastique Reconstructrice et Esthétique la divise en deux catégories souvent confondues :

– La chirurgie réparatrice est une spécialité qui essaye de rendre « normale » une partie du corps “ anormale ”, suite à accident, maladie ou malformations. Elle est justifiée car thérapeutique. Remplacer une prothèse redonne au mutilé une relative liberté naturelle de mouvement, souvent le soulagement d’une douleur profonde, et par conséquent l’amélioration de son mental.

– La chirurgie esthétique vise à embellir sans raison médicale, une partie saine du corps au moyen de techniques chirurgicales. Ce qui relève plus d’une gêne, d’un désir ou d’une mode à suivre, que d’une nécessité vitale, bien que légitimée par les suppliques des patients.

Une esthétique en toc

Les médias ont habitué insidieusement nos esprits en quête d’identité, à ces métamorphoses. La propagande se banalise à coups de supers-héros et de top modèles à l’esthétique imposée. Nos écrans sont autant de miroirs qui grossissent en permanence les moindres de nos petits défauts. Malgré les risques induits, les échecs, les rejets et les implants défectueux, la réussite sociale s’affiche par retouche du corps : bodybuildé, peau lissée, lèvres et poitrine généreusement siliconées.

Incertains charmes

Dans nos sociétés modernes, l’âme s’affranchie. Nos corps sont devenus un produit de consommation, modifiable et donc jetable. Le nombre de volontaires prêts au sacrifice du bistouri pour satisfaire l’obsession de la perfection, ne cesse de croître avec l’émergence des cliniques low-cost des pays émergents. L’intégration et la reconnaissance sociale se font au détriment de notre humanité. La cicatrice est profonde, elle fait de la vieillesse une maladie et rejette le handicap, ce qui annonce l’eugénisme de la race améliorée.

Le corps à corps du corps médical

Les chirurgiens esthétiques ou plastiques ont le devoir de vigilance afin de préserver ce qu’ils rendent possible : la co-construction d’un corps, la coïncidence d’une identité, le soulagement de certaines souffrances. Il faut ouvrir le débat pour qu’ils englobent l’ensemble des communautés afin de légitimer leurs actions, dans le respect de la dignité humaine et des croyances. Une bio éthique doit trouver sa définition dans un cadre commun, acceptable et tolérant.

La beauté cachée de l’âme

Les citoyens doivent ré-humaniser leur corps, s’accepter dans leur intégrité avec leurs défauts. Nos différences font la richesse du genre humain. Les critères de beauté et les modes cycliques sont discutables. L’immortalité n’est pas dans ce monde, ni la perfection, nous devons accepter nos faiblesses et le vieillissement. Évidemment les souffrances doivent être combattues. Des opérations doivent être tentées si elles sont légitimes pour la recherche et le soulagement des malades. N’oublions pas que la vie n’est qu’un « grain » de beauté dans notre univers.


2 réflexions au sujet de « 1985 ♦ Brazil (film) »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *