2017-2018 ◊ scène de science friction … genre toujours

Sciences de l’identité sexuelle et naturalisation des rapports sociaux selon le sexe

L’impératif de connaissances permettant de distinguer sans ambiguïté l’identité sexuelle des individus est une constante pluriséculaire. Dissocier le féminin du masculin a toujours été une préoccupation des savants en charge de dire le vrai tel que contenu dans la nature des choses et des êtres. La stabilité et l’ordonnancement du monde en dépendent. A la question « où se situe le centre absolu du féminin ? », les savants ont apporté (et continuent d’apporter) bien des réponses. La puissance de calcul des ordinateurs, couplée aujourd’hui à l’imagerie neuronale, permet par exemple une figuration spectaculaire de la manifestation de l’activité cérébrale. Le cerveau est ainsi (re)devenu l’un de ces lieux d’observation en vogue afin de situer l’origine de la différence indiscutable entre hommes et femmes.

D’observation de ces phénomènes, certain∙e∙s s’emparent de ces données objectives pour en faire des explications de la spécificité des attitudes et des comportements chez l’une et l’un, puis d’en faire des justifications conséquentes de leurs attitudes et comportements, et enfin de leurs rôles et fonctions sociales. Les rapports sociaux selon le sexe sont de cette façon naturalisés. Quelques scientifiques en viennent ainsi à légitimer la domination et la violence masculine faite aux femmes, comme les situations de subordination et les discriminations, les rapports de force et les hiérarchies selon le sexe.

Si le cerveau est ce dernier lieu à la mode d’exploration du sexe biologique, il prolonge et complète toute une série de propositions qui, selon les moyens techniques disponibles et les cultures du moment, cherchent à rendre compte en nature de la différence des sexes. L’utérus comme matrice a longtemps tenu lieu de justification d’une démarcation nette et indiscutable entre le masculin et le féminin. Il a été le siège des humeurs responsables des écarts avec un humain universel, nécessairement mâle, blanc et rationnel.

La distinction des appareils génitaux fonde ainsi la première l’évidence des fonctions naturelles. Il s’accompagne plus tard du sexe psychanalytique. Il complète la panoplie des justifications d’assignation. La production de connaissances sur les gènes et les hormones assure les mêmes fonctions de distinction naturelle des sexes comme autant d’explications, puis de légitimation des rapports de genre. Les hommes comme les femmes sont essentialisés. Ils sont de cette façon dotés de spécificités les destinant respectivement à des tâches sociales, culturellement et politiquement dédiées, à des capacités de pensée et d’action propres au sexe biologique.

Ce rappel du rôle des connaissances scientifiques sur le féminin et le masculin dans les processus sociaux d’assignation commande quelques remarques. D’abord celle concernant le sexe lui-même des producteurs de ces savoirs justificateurs d’autorité, de naturalisation des rapports sociaux entre hommes et femmes, mais aussi de justification d’une appropriation médicale du corps de ces dernières. Il est de façon écrasante masculin. Depuis la prise de décision sur les orientations et la définition même des objets de la recherche, jusqu’à la validation de leurs résultats, en passant par les fonctions d’encadrement et de direction, la production de ces savoirs est le fait très majoritairement des hommes. Ce constat d’une exclusion de fait des femmes du processus d’authentification des connaissances qui les concerne au premier chef est en soi un problème pour une science revendiquant son universalité. L’observation ne manque pas d’interpeler. D’autant que l’une des conséquences de cette production quasi-exclusivement masculine sur le féminin est la justification tacite de l’exclusion des femmes du processus de production de ces connaissances. Les femmes sont selon les circonstances réputées hystériques, trop émotionnelles ou incapables de cette rationalité si froide qui sied tant à l’élaboration d’une science si neutre. Le résultat reste que les savoirs sur le féminin et sur ses supposés attributs sociaux naturels sont produits par des hommes, qu’ils ont pour corollaire la discrimination de la moitié des humains, qu’ils sont en actes des outils puissants d’assujettissement.

Comment discuter voire contredire les mécanismes de ce cercle vicieux ? Soumettre les femmes à l’injonction de devoir s’armer de courage afin d’investir le champ de la production scientifique dans ces domaines ne suffit pas. Il faut encore agir sur les processus sous-jacents aux justifications les plus insidieuses d’une exclusion traditionnelle des femmes de la production de savoirs sur un féminin fondamentalement pensé comme un non-masculin.

Certes les stéréotypes et clichés sexistes imprègnent toute la société. Ils opèrent cependant dès le stade de la production des sciences sur la distinction du féminin et du masculin. L’utérus, le sexe, les hormones, le gène et le cerveau comme centres absolus du féminin sont toujours l’objet de travaux dont les femmes restent majoritairement exclues. Ils donnent toujours lieu à des justifications d’assignations, à des discours d’autorité sur les nécessaires rapports sociaux selon le sexe, largement repris comme des évidences biologiques ou physiologiques. L’instinct maternel, les penchants naturels, les aptitudes selon le sexe et bien d’autres caractéristiques supposées masculines ou féminines s’imposent comme des certitudes que le bon sens commun reprend en permanence sans autre forme d’interrogation sur leurs fondements.

Ainsi David Douillet, un sympathique médaillé olympique parmi les plus populaires de son époque peut dans une autobiographie justifier ce qu’il appelle sa « misogynie rationnelle » de la façon suivante : « C’est la mère qui a dans ses gènes, dans son instinct, cette faculté originelle d’élever des enfants. Si Dieu a donné le don de procréation aux femmes, ce n’est pas par hasard… De fait, cette femme-là, quand elle a une activité professionnelle externe, pour des raisons de choix ou de nécessité, elle ne peut plus jouer ce rôle d’accompagnement essentiel… Je considère que ce noyau est déstructuré. Les fondements sur lesquels étaient bâtie l’humanité, l’éducation en particulier, sont en partie ébranlés ».

Ce type de propos est d’une grande banalité. Il est partagé par nombre d’individus, hommes et femmes. Leur puissance d’assignation ne fait pourtant pas de doute. Non plus leurs effets bien réels en matière d’exclusion des femmes des fonctions sociales les plus valorisantes, celles dont les hommes s’assurent le monopole. C’est ce type de liens entre production de connaissances réputées scientifiques sur le féminin et leurs traductions en termes de rapports de genre qu’il s’agit de discuter à partir d’une mise en scène des corps et discours que nous désignons par « scènes de science friction ».

Ce projet de création d’une scène de science friction a été discuté en 2017 au sein de nos formations à la médiation culturelle des sciences et techniques en société. Il se concrétisera cette année avec la livraison du résultat de nos travaux et réflexions sous la forme d’une représentation au Théâtre de la reine blanche le lundi 28 mai 2018. Une convention de partenariat avec ce lieu de la culture des sciences nous permet de disposer d’un espace privilégié de travail pour l’organisation d’ateliers et d’un séminaire.

D’autres moments de travail pour la production de cette scène de science friction sont par ailleurs organisés au Cnam dans le cadre du Magister « Médiation culturelle des STS » et du cours CCE116 « Médiation par le théâtre » dont le calendrier est en cours de consolidation.