1794 ♦ la guillotine (estampe)

GUILLOTINE
Robespierre guillotinant le boureau après avoir fait guillotiner tous les Français : cy gyt toute la France : [estampe] – Recueil. Collection de Vinck. Un siècle d’histoire de France par l’estampe, 1770-1870. Vol. 48 (pièces 6461-6583), Ancien Régime et Révolution
Égalité et rationalité devant l’exécution capitale

(par Anne LAGUNE, Licence Médiation socioculturelle des sciences et techniques, CNAM Paris, 2015)

« Robespierre guillotinant le bourreau après avoir fait guillotiner tous les français »

Voici une gravure apparue en 1794, à la suite du renversement de Robespierre. Elle est issue d’un recueil du collectionneur de Vinck Un siècle d’histoire de France par l’estampe. On l’attribue au caricaturiste Hercy, sans qu’on sache réellement qui il est, ni quelles autres œuvres il a pu produire. Elle n’en demeure pas moins une des plus célèbres illustrations de l’époque thermidorienne que l’on retrouve dans de nombreux ouvrages traitant de la révolution et de la terreur. On peut supposer qu’elle fut publiée dans les journaux de l’époque et placardée sur les murs de Paris.

Devant une forêt de guillotines, Robespierre, piétinant la constitution de 1791 et de 1793 (qui abolie la peine de mort, mais qui ne sera jamais appliquée), tire la corde qui doit déclencher la chute de la lame tranchant le cou du condamné. Une panière déborde de cadavres. Une légende explique le sens des lettres qui surmonte chaque guillotine A – le bourreau, B – le comité de salut public, C – Comité de la sureté générale, D – tribunal révolutionnaire, E – les jacobins, F – les cordeliers, G – les brissotins, H – les girondins, I – le philipotins, K – Chabotin, L – Hébertistes, M – les nobles et les prêtres, N – les gens de talents, O – les vieillards, femmes et enfants …, bref tout le monde ! Pour finir par l’épitaphe « cy gyt toute la France »

Le message sans ambiguïté dénonce les massacres de la terreur dont la guillotine est l’exécuteur sans faille. Elle est alors déjà l’icône de la révolution porteuse de représentations doubles et ambivalentes, représentations positives des valeurs de la révolution (liberté, égalité, république) et représentations négatives de la froide modernité technique, de la violence des mutilations physiques et des massacres aveugles de la terreur.

Comment un tel objet a-t-il pu être pensé à l’époque des lumières ? Alors qu’elle débat de l’abolition de la peine de mort, la révolution donne finalement au peuple une machine à exécuter !

Dans l’esprit de son promoteur, Guillotin, lorsqu’il soumet son projet à l’assemblée, il s’agissait d’imposer un système pénal basé sur des principes d’égalité et d’humanisme. « Tout condamné à mort aura la tête tranchée » dit la loi votée le 6 octobre 1791, instaurant ainsi le principe d’égalité entre les condamnés à mort, en supprimant les différences de châtiments en fonctions des crimes et surtout du statut social. Par esprit humaniste, cette loi souhaitait également atténuer les souffrances barbares du condamné à mort grâce à un procédé mécanique, sûr et instantané, en supprimant les tortures de la roue, du bucher, ou de l’écartèlement.

Sciences de la médecine et sciences de la mécanique s’allient donc pour proposer la machine optimale, la performance technique venant ainsi s’affirmer au service de l’égalité devant l’exécution capitale.

Le projet semble, dès ses balbutiements, abominable ! Et pourtant la guillotine deviendra le symbole jusqu’à aujourd’hui de la révolution française dans l’imaginaire collectif.

En effet, la guillotine est un acteur essentiel, voir l’acteur principal de la révolution. C’est elle qui tranche la tête du roi et de la monarchie, et permet par la même l’instauration de la République. Elle est l’esprit de la révolution. Mais elle gardera toujours cette ambivalence entre instrument de terreur et dispositif politique au service de l’égalité des citoyens devant la peine capitale.

Dans l’image, l’auteur donne aux guillotines une forme exagérément allongée. Elle accentue la terreur qu’inspire la machine avec ses lames hissées prêtes à emploi. Le nombre de guillotines disposées selon une perspective à l’infini donne presque corps et vie à la machine, mais évoque aussi la cadence mécanique, le rythme quasi-industriel des exécutions à la chaine.

La guillotine a-t-elle adoucit le sort du condamné ? Ou bien l’a-t-elle empiré en lui assurant une mort certaine grâce à l’intensification des mises à mort ?

La machine est ici dénoncée comme objet d’horreur, mais c’est Robespierre qui au premier plan déclenche le mécanisme. La machine est donc inopérante sans la main de l’homme, toutes les lames hissées sont dans l’attente de celle qui les fera chuter.

L’auteur affirme ainsi l’enjeu politique d’un tel outil, simple exécuteur d’une volonté humaine. Il dénonce la folie d’un homme, voir d’un peuple tout entier, qui dans une exigence de pureté en vient à l’absurde. Ce n’est donc pas tant la machine qui est dénoncé mais l’homme et le pouvoir qui la pense et l’actionne. L’ordre machinal de ces décapitations potentiellement multipliées à l’infini atteste le radicalisme d’une exigence de pureté qui dépasse l’entendement. Robespierre guillotinant le bourreau après avoir fait guillotiner tous les Français, couronne l’entreprise d’un succès définitif qui en exprime avant tout l’incommensurable absurdité.

Invoquant aujourd’hui les mêmes principes mobilisés pendant la révolution, d’autres pays exécutent à la chaise électrique ou par injections intraveineuse. La science et la technique toujours au service de l’homme, mais pour quel projet ?


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *