1816 ♦ La Vénus Hottentote (moulage)

venus hottentote photo.ashx
Vénus Hottentote, photo de Pierre Petit, vers 1880, collection d’images du Muséum National d’Histoire Naturelle
La Vénus Hottentote : au nom de la science

(par Célia VAUTIER, Licence Médiation socioculturelle des sciences et techniques, CNAM Paris, 2015)

Ce cliché provient de la collection d’images du Muséum National d’Histoire Naturelle (MNHN), pris aux alentours de 1880 par Pierre Petit. Inscrit en bas de la photographie, on lit « Vénus Hottentote ». C’est le surnom de la femme qui est représentée ici. Voici l’œuvre de l’éminent scientifique Georges Cuvier. Il ne s’agit pas d’une simple sculpture créée par un artiste, mais d’un moulage en plâtre, réalisé en 1816, à partir du corps sans vie de cette hottentote. La statue sera exposée, accompagnée de son squelette, dans la salle d’anatomie comparée du MNHN. A partir de 1937, ils seront transférés dans le tout récent Musée de l’Homme jusqu’en 1976, d’abord dans la galerie d’anthropologie physique, puis étrangement, en 1974 dans la salle de préhistoire. Finalement retirés des galeries, ils seront stockés dans les réserves. Ils en ressortiront une dernière fois en 1994, à l’occasion d’une exposition sur la sculpture ethnographique au XIXème siècle, de la Vénus hottentote à la Tehura de Gauguin, au musée d’Orsay puis en Arles.

Une stéatopygie et le fameux tablier hottentot (hypertrophie des petites lèvres de la vulve), attributs anatomiques retrouvés chez les femmes de cette ethnie africaine, voilà les caractéristiques physiques qui lui ont valu le statut d’objet d’étude scientifique. Les yeux baissés, la bouche entrouverte, le visage figé dans une peine éternelle, la vénus nous apparait honteuse. Honteuse d’être exposée ainsi, nue, livrée aux regards moqueurs, malsains des visiteurs du musée. Si les hommes et femmes qui se sont pressés devant son moulage avaient connu sa vie, il y a fort à parier que ce sont eux qui auraient baissé les yeux face à elle.

Son histoire commence vers 1789, lorsque Sawtche voit le jour en Afrique du Sud. Fille métisse d’une Bochiman et d’un Hottentot, elle naît très certainement esclave dans la ferme d’un Boer (paysan hollandais). Adolescente son corps se transforme et les caractères physiques typiques de son ethnie se développent. Ses maitres voient en elle une opportunité de gagner de l’argent. On lui fait miroiter fortune et liberté pour la convaincre de rejoindre l’Angleterre afin de la mettre en scène. Tabac et alcool termineront de la soumettre. Saartjie Baartman, comme on l’appelle désormais, part accompagnée de son maitre. Ils arrivent à Londres en 1810. Là elle est exhibée dans des spectacles où les anglais viennent nombreux pour regarder et toucher une sauvage. La « Vénus hottentote » est née. Puis c’est à Paris, l’été 1814, qu’on la retrouve, continuant ses exhibitions. Elle passe alors de maitre en maitre, de mains en mains, montrée comme une bête de foire. Elle acquiert une certaine notoriété auprès du public parisien. Et voilà que les savants du muséum d’histoire naturelle s’intéressent aussi à elle. En mars 1815, à la demande du professeur Etienne Geoffroy Saint-Hilaire, administrateur du MNHN, Saartjie est exhibée nue devant plusieurs savants afin d’être étudiée. Parmi eux se trouve Georges Cuvier, professeur d’anatomie comparée. Celui-ci reste frustré par cette observation car l’hottentote ne le laissera jamais regarder son tablier. Abimée par la vie, la vénus meurt le 29 décembre 1815. Lorsque Cuvier apprend son décès, il récupère aussitôt le corps de la malheureuse pour compléter ses observations. Il pratique une autopsie, prélève la vulve et le cerveau pour les conserver dans des bocaux de formol, extrait le squelette et réalise un moulage en plâtre. Ses restes ne seront jamais inhumés. Les travaux de Saint-Hilaire et Cuvier viennent renforcer la thèse qui suggère que les Hottentots sont le chaînon manquant entre l’homme et le singe. Curieux héros de la science dont les noms baptisent fièrement les rues adjacentes au muséum d’histoire naturelle.

Le concept scientifique de races apparaît en Europe entre le milieu et la fin du xviiie siècle puis gagne les autres continents. Au xixe siècle l’anthropologie est une science en plein développement. A cette époque les pays occidentaux pratiquent le colonialisme et l’esclavagisme, ils se doivent de justifier leurs actes. La science justement vient permettre de légitimer leurs pratiques. On voit se développer les théories du racisme scientifique. Des chercheurs tentent de prouver que l’homme de couleur est inférieur à l’homme blanc. Lors des expositions universelles, les pays organisateurs exhibent aux publics les populations de leurs colonies, bien souvent avec l’aide d’anthropologues. Il faut montrer que sans eux, ces pays seraient encore sauvages. Pour appuyer leurs théories, les savants effectuent de nombreuses mesures, ils veulent comparer le plus de peuples entre eux et il n’est pas rare qu’ils trouvent « leurs spécimens » dans les foires. La science est synonyme de progrès pour la société, mais le progrès peut-il être obtenu à n’importe quel prix ? La science transforme-t-elle le monde dans lequel nous vivons ou est-ce la société qui influence les recherches scientifiques ? Qui gouverne qui ? La science est ancrée dans la société et leurs mutations vont de pair. Lorsque l’un des deux commet un faux pas, l’autre est entrainé dans sa chute.


Une réflexion au sujet de « 1816 ♦ La Vénus Hottentote (moulage) »

  1. « Les travaux de Saint-Hilaire et Cuvier viennent renforcer la thèse qui suggère que les Hottentots sont le chaînon manquant entre l’homme et le singe ».

    Ben non… parce que Georges Cuvier n’a JAMAIS cru en l’évolution. Il n’y a pas de « chaînons manquants » dans sa vision de la nature parce que pour lui il n’y a pas de chaînons tout court. Les vues racistes de Cuvier sont strictement morphologiques et anthropométriques, rien à voir avec une quelconque idée selon laquelle cette pauvre dame africaine était un quelconque « stade intermédiaire ». Peut-être pour Saint-Hilaire, mais à coup sûr pas pour Cuvier.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *