2006 ♦ les Fils de l’Homme (roman)

children_of_men_ver3_xlg
Affiche du film Les Fils de l’Homme (2006)
L’humain au bord de l’extinction

(par Nicolas LOQUET, Magister Médiation socioculturelle des sciences et techniques, CNAM Paris, 2015)

La fin du monde n’aura jamais paru aussi plausible et étrangement proche que dans les Fils de l’Homme, d’Alfonso Cuaron. Adapté du roman éponyme de P. D. James, le film nous transporte dans une Angleterre dystopique d’un futur proche où l’humanité entière est devenue stérile. Quelle est donc la cause de ce phénomène apparu dix-huit ans auparavant ? Pandémie, pollution environnementale… ? Nul ne le sait, et il semblerait que malgré son degré d’avancement technologique, la race humaine ait échoué à assurer sa continuité. Dans ce contexte empreint de désespoir, la société est au bord du chaos, l’économie s’est écroulée et les gouvernements frôlent le totalitarisme.

L’histoire met en scène Theo, qui deviendra héros malgré lui lorsque son ex-femme Julian, leader d’un groupe d’activistes politiques, le charge d’aider une jeune femme, Kee, à quitter le pays. Cette dernière, immigrante en situation irrégulière, se révèle être miraculeusement enceinte, incarnant alors une lueur d’espoir dans cette tragédie qui frappe l’humanité. Le plan est donc de l’aider à rejoindre un groupe de scientifiques secret basé aux Açores ; appelée le « Human Project », cette organisation est la seule qui continue à œuvrer pour tenter de résoudre le problème de stérilité.

L’image dont il est question est l’un des posters promotionnels du film. Elle représente un foetus flottant librement dans une bulle transparente, telle une figure symbolique de la matrice maternelle. Autour de l’être en formation, aucune trace du corps de femme enceinte auquel on pourrait s’attendre, juste un fond noir, froid, évoquant presque un mur de prison. En dessous, un message qui commence comme une sentence mais se termine sur une note d’espoir ténue : « Dans 20 ans, les femmes sont stériles. Pas d’enfant. Pas de futur. Pas d’espoir. Mais tout peut changer en un battement de cœur ».

Comme le note Donna Haraway dans ses écrits, ce type d’iconographie est très associé aux mouvements « pro-life » américains qui militent contre l’avortement. Détournement sans équivoque des avancées technoscientifiques dans le domaine de l’imagerie médicale, cette image du fœtus permet de lui donner vie aux yeux du public. Les Fils de l’Homme est cependant loin d’être un film « pro-life », et cette affiche n’a rien de la publicité militante : l’accent est mis ici sur le fait que l’idée même d’un avenir repose sur ce fœtus, et que si nous n’assurons pas notre capacité à nous reproduire, cela mettra un terme au monde que nous connaissons.

Par son évocation des progrès actuels en termes de technologies liées à la procréation, c’est également l’échec de la science qui est rappelé au spectateur par cette image d’un foetus si parfaitement formé. Comme le laisse à penser le film, les fausses couches chez les femmes enceintes se sont multipliées jusqu’à atteindre l’impossibilité pure et simple de la grossesse. Il faut savoir qu’à l’heure actuelle, les causes d’infertilité peuvent être nombreuses, mais dans 10% des cas il n’y a pas de raison clairement identifiée. On peut décemment penser que les nouvelles techniques de reproduction auront de même été mises en échec par le phénomène : fécondation in vitro (FIV), clonage reproductif, ou même ectogenèse (développement de l’embryon et du foetus dans un utérus artificiel).

Cette impuissance de la science est renforcée par l’impression de stagnation technologique dégagée par l’univers dans lequel évoluent les personnages. Dans cette vision du monde de 2027, l’innovation donne l’impression de s’être arrêtée face à un futur incertain. Le décalage est d’autant plus marquant pour la grossesse et l’accouchement : aujourd’hui faisant l’objet d’un suivi médicalisé poussé, il nous est donné à voir un retour au « naturel ».

Sans le pointer directement du doigt, c’est l’Homme qui est implicitement considéré comme le responsable de sa propre perte. Les Fils de l’Homme peut d’ailleurs s’inscrire dans un genre apparu

récemment et qui tire ses origines du cyberpunk : le biopunk. Sa naissance est conjointe avec les avancées récentes des technosciences dans le domaine de la génétique (on peut citer le séquençage du génome au début des années 2000), qui ont mis la biologie de plus en plus au cœur du débat public, particulièrement sur des sujets comme le « biohacking », le posthumanisme, la transgénèse ou encore le clonage. Une de ses caractéristiques est de reconnaître cette nouvelle ère géologique qu’est l’anthropocène, introduite en 2000 par le chimiste de l’atmosphère et prix Nobel Paul Crutzen. Cette notion se base sur la constatation que l’espèce humaine a un impact tel sur l’environnement et la planète qu’elle rivalise désormais avec les grandes forces de la Nature. C’est le cas dans l’œuvre présente, où l’extinction de masse est la tragique conséquence de nos actions.

D’un réalisme presque dérangeant, ce film futuriste interroge surtout notre présent sur des questions très contemporaines. Que ce soit sur l’environnement et notre impact sur ce dernier, ou encore la procréation et le sujet de la baisse de fertilité mondiale, ce sont autant de champs d’études qui ont leur intérêt dans le cadre de la culture scientifique et technique.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *