1883 ♦ Au bonheur des dames (roman)

Au_Bonheur_des_Dames_manuscript
Note philosophique de Zola, en tête de son ébauche du roman, citée dans l’ouvrage de Henri Mitterand – 1980, p. 551

Au malheur des hommes ?

(par Amélie Le Maux)

Nous sommes à la fin du XIXe siècle et les femmes parisiennes se pâment devant les vitrines des grands bazars modernes qui fleurissent dans la capitale. Il en est un, situé dans le quartier de l’Opéra, qui conquiert tous les cœurs et toutes les bourses. En effet, Au bonheur des Dames est une machinerie bien huilée, dirigée d’une main de maître par Octave Mouret. Ce jeune célibataire ambitieux aligne les maîtresses et aspire à conquérir toutes les femmes grâce à son grand magasin qui fait perdre la tête, même à la plus raisonnable maîtresse de maison. Toutes, sauf une, Denise Baudu, jeune provinciale simple et aimable, qui lui résistera jusqu’aux dernières lignes du roman « Au bonheur des Dames », paru en 1883.

Dans ce roman, Émile Zola nous plonge en plein période de révolution industrielle, qui verra l’avènement du chemin de fer et des grands magasins. Les agrandissements et la montée de l’enseigne de Mouret retranscrivent, à petite échelle, les grands travaux bouleversant Paris à en cette fin de XIXe, « siècle d’action, de conquête, d’efforts dans tous les sens ». Industrie et commerce travaillent de concert – à l’image de leurs allégories se donnant la main à la porte de la rue Neuve Saint Augustin du bâtiment – à changer durablement le quotidien des français. L’auteur en a bien conscience, et chacune de ces descriptions donne vie à cet édifice tentaculaire. Dès les premières pages, Denise elle-même a « la sensation d’une machine fonctionnant à haute pression » (p. 210) en contemplant cet être mécanique sans émotions avilissant les femmes et se nourrissant de leur fièvre acheteuse. Par-delà sa domination de la gente féminine, ce « monstre » (p. 15), pur produit de l’innovation architecturale et de la technique, piétine les petits commerces du quartier mettant un à un la clef sous la porte -une déliquescence reflétée à la fois dans l’insalubrité des petites boutiques et l’état de santé des commerçants.

Ainsi, « Au bonheur des dames », symbole d’une implacable révolution industrielle en marche, semble conduire la société entière vers un désastre programmé : mort du petit commerce, avilissement des femmes – cédant à leurs instincts dépensiers, y entraînant maris et enfants – et précarité des employés des grands bazars. Cependant, Zola, laisse entrevoir une lueur d’espoir dans le rapprochement final de Mouret et Denise, emblèmes respectifs du grand magasin triomphant et des humbles petites gens. Sous l’influence de cette dernière, tiraillée entre «  l’idée de l’humanité souffrante » (p. 349) et consciente que l’avenir se trouve dans les grands magasins, sont mis en place congés payés et retraite. Ainsi, sous couvert d’une histoire romantique, où Denise triomphe, se dessine « l’embryon des vastes sociétés ouvrières du vingtième siècle » (p. 349).

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *