2015 ♦ Stop plastic pollution (street art)

RAEMANN Street art deviant_2015
Impression photographique sur papier – affiche murale collée – angle de la Kopernikusstraße et Libauer Straße (Berlin) – attribuée au groupe Raemann (2015) – 120 x 80 cm env.
Street art déviant

(par Michel LETTE, Cnam Paris, 2015)

Ce cliché a été pris le 6 août 2015 dans Berlin, à l’angle de la Kopernikusstraße et de la Libauer Straße. Il cadre une affiche murale, totalement délavée par la pluie, noyée dans une composition de graffitis et de tags s’étalant du sol au plafond. Impossible de l’ignorer pourtant. L’image, intrigante, interpelle forcément la multitude des passants.

L’impression photographique sur papier collé à même le mur est une des techniques employées par les artistes d’art de rue –  « street art » – une des formes d’expression culturelle qui s’est largement répandue à Berlin. Agglomération en perpétuelle transformation depuis la chute de son mur en 1989, elle offre à ces artistes contemporains des espaces particulièrement adaptés à ce type de créativité. Les réhabilitations, opérations de rénovation ou de réaffectation d’anciens sites industriels font exister autant de zones en transition, multipliant les opportunités de créer de véritables galeries d’art en plein air. Tout est support potentiel pour une transformation temporaire ou éphémère de l’environnement urbain : façades et entrées d’immeubles, conteneurs de poubelles et palissades de chantiers, lampadaires et mobiliers urbains, et même toits et trottoirs sont habillés (ou souillés, c’est selon) par les pinceaux ou rouleaux de peinture, les bombes et vaporisateurs, les pochoirs et posters, les collages et bandes adhésives, les marqueurs et autres moyens non conventionnels de création aux antipodes de l’art traditionnel des musées et galeries. Quelques artistes de rue sont néanmoins devenus célèbrent et se vendent plutôt bien. Ils sont désormais nombreux à s’exposer et à répondre à la commande officielle, témoignant de l’évolution des canons de l’art contemporain.

La démarche reste toutefois largement anarchiste, s’opposant aux circuits commerciaux et aux autorités traditionnelles. Ce qui fait de cette production culturelle une activité toujours illégale, pour beaucoup plus proche de l’acte de vandalisme que de la geste artistique. Il n’empêche, cette voie d’expression doit être comprise comme la revendication d’une réappropriation de l’espace public. C’est en cela que cette forme d’art populaire est particulièrement intéressante. Elle est une façon singulière de voir dans la rue ce qui se dit et pense sur la société, et notamment sur la société technologique. Encore faut-il que cette production culturelle ait quelque chose à dire, qu’elle ait un message à délivrer au-delà de la seule affirmation d’occuper sauvagement un territoire.

C’est indéniablement le cas de l’affiche ici. Elle est l’œuvre de Raemann, un duo de femmes quarantenaires. L’une est artiste. L’autre est une ancienne publicitaire. Leur signature n’apparaît pas dans le cas présent, mais l’œuvre est parfaitement identifiable. Elle appartient à une série produite depuis 2012 dans le cadre de leur proposition Air project – no more plastic water bottle.

Sur le même modèle, toutes leurs photographies montrent des personnes dans des situations de la vie ordinaire. Ce qui est moins ordinaire est qu’elles respirent toutes au travers d’un masque, appareil alimenté par une bouteille plastique. Pas n’importe quelle bouteille toutefois. Elles sont toutes les contenants bien connus d’une eau de source commercialisée en masse dans le monde. Ici la marque française Evian est mobilisée pour renvoyer à la supposée pureté d’un air sain, celui que l’on trouverait aux sommets des Alpes françaises. Sur cette affiche, Evian devient Eviair. Le logo est sans ambiguïté reconnaissable, même si le sommet de ses montagnes a visiblement été assombri. Cette eau minérale naturelle, née au cœur des Alpes comme le rappelle au consommateur chaque bouteille, axe ses campagnes publicitaires sur l’imaginaire de la jouvence. Elle est traditionnellement conseillée pour la confection du biberon des bébés. Jamais explicitement dit, les visuels le suggèrent en permanence : boire Evian à tout âge contribue à maintenir votre jeunesse. Bigre ! Voilà bien de quoi convertir une eau affichant un taux de nitrates parmi les plus élevés sur le marché en véritable produit miracle.

Ce n’est toutefois pas sur les faux-semblants du sponsor officiel de notre jeunesse que souhaitent attirer l’attention Raemann. L’image est autrement plus forte, conçue pour frapper l’imaginaire sur une autre dimension critique de la société technologique. Car ce ventre rond est d’abord la promesse d’un être en devenir. Mais à quel monde est-il promis? La mère, tout juste sous-vêtue, porte ce masque imposant. Pour se protéger ? Très certainement, mais aussi pour simplement respirer. Ce qui suggère que l’air est irrespirable, voire dangereux, en tout cas pour cette femme et son fœtus, tous deux vulnérables. La dénonciation de la pollution de l’air, et au-delà de toute la planète, est donc le registre sociotechnique principal d’une critique mise en scène au travers de cette composition d’artiste. La bouteille matérialise l’absurde consommation en masse de cette eau conditionnée sous cette forme. Absurde parce que ce mode de consommation est responsable de la dissémination dans le monde de quantités de plastiques dont les conséquences environnementales ne sont plus à démontrer. Cette forme insolite de diffusion culturelle d’une question sociotechnique globale est au demeurant l’une des voies d’entrée vers la sensibilisation des masses de consommateurs que nous sommes. Parmi d’autres actions du genre de ce street art déviant et engagé, Raemann adhère à la Plastic Pollution Coalition et contribue à leur campagne « Stop plastic pollution ».


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *