1986 ♦ le château dans le ciel (cinéma)

robot-laputa-pazu-sheeta
Arrêt sur image du film « Le château dans le ciel » de Hayao Miyazaki : rencontre sur Laputa, le château dans le ciel
Nature versus technologie, une harmonie à retrouver

(par Christelle Schneeberger, Magister sciences et techniques dans la société, Cnam Paris, juin 2015)

Au cœur d’une nature généreuse et paisible, surgit une rencontre inattendue. Confrontation étonnante entre l’humanité et la technologie…

Le château dans le ciel est un film d’animation de Hayaho Miyazaki, sorti au Japon en août 1986 et en France en 2003 après les succès de Princesse Mononoké et du Voyage de Chihiro. Comme de nombreux films de ce réalisateur mondialement reconnu, les personnages évoluent dans une société rétro-futuriste : dans ce monde, les locomotives à vapeur, sur Terre, coexistent avec une technologie ultra moderne, dans le ciel, où les robots ont les moyens de détruire le monde, où la communication relève du don d’ubiquité.

Juste avant la séquence de cette image, les deux enfants, Pazu et Sheeta, arrivent au terme de leur périple. Parachutés sur l’île volante de Laputa, ils découvrent avec beaucoup d’émotion ce lieu chargé d’une histoire dont ils ont été bercés. Pazu est un orphelin, convaincu de l’existence de Laputa, mentionné dans la littérature. Cette île fut prise en photo par son père qui n’a jamais pu convaincre son entourage de l’existence du lieu. La quête de jeune héros est de se rendre dans ce mystérieux palais volant afin de donner raison à son père et d’honorer sa mémoire. Sheeta est une jeune orpheline, descendante du royaume de Laputa. Elle découvre au cours de l’intrigue qu’elle en est la princesse et l’héritière du trône. Le château dans le ciel tire son énergie d’une « pierre volante ». La jeune héroïne en porte un fragment, hérité de sa famille, autour du cou.

Sur ce plan large, apparaissent nos deux héros, au milieu d’une clairière, nez à nez avec un robot gigantesque leur offrant de sa main ouverte, une fleur. A l’arrière plan, une forêt luxuriante éclairée par les rayons du soleil, plante le décor paisible de la scène. En observant cette image, on est rapidement frappé par une contradiction. Un robot, construction monumentale, arme de guerre ultra perfectionnée fait face à l’innocence et la douceur de l’enfance. Son bras tendu et ses doigts au bout desquels est posée une fleur, forment un pont surprenant entre la puissance de la technologie et la simplicité de l’enfance. Un lien à reconstruire entre la nature et les constructions humaines.

Dans les séquences précédentes du film, le robot, tombé du ciel et étudié par les militaires, nous est d’abord présenté comme une machine de guerre. Cet engin, observé et analysé en secret par les hautes instances de l’armée, se réveille grâce à l’énergie de la pierre volante portée par Sheeta et devient tout à coup, absolument incontrôlable. Cette situation rappelle l’image qui traverse l’histoire, du scientifique jouant à l’apprenti sorcier et se retrouvant un jour dépassé par son objet d’étude. Étant donné l’âge et le vécu du réalisateur, on peut facilement y voir une allusion à la bombe atomique et à l’utilisation de la science pendant la seconde guerre mondiale. L’homme a la capacité de créer une arme de destruction massive mais a-t-il conscience des dommages collatéraux ? Comment maîtriser cette puissance pour ne pas s’autodétruire ?

L’ambiguïté de l’attitude du robot apporte des éléments de réflexion. Lorsqu’il se réveille, le robot ne semble pas avoir pour objectif la destruction. Il se transforme en machine de guerre vis-à-vis des militaires qui l’attaquent mais se montre à l’inverse doux et tendre lorsqu’il retrouve enfin Sheeta. Son objectif apparaît alors clairement : protéger la princesse. L’armée quant à elle, se positionne d’emblée comme experte sans prendre le temps d’observer pour remettre en cause son action. Pour elle, le robot est par essence maîtrisable puisque construit par l’homme. Cet aspect imprévisible du robot soulève la question de l’anticipation des bénéfices et des pertes des avancées technologiques pour l’humanité. L’absence de transparence dans les décisions et la prise de pouvoir de l’armée dans la recherche scientifique sont également soulignées.

« Ce robot n’a pas l’air malheureux . Il a plein d’amis. Il protège les nids d’oiseaux » Ces phrases prononcées par le jeune garçon en découvrant ce personnage font écho à l’attitude du robot face aux deux héros. Un don gratuit d’une fleur. Rien d’utile a priori. Juste un geste d’accueil, un symbole pacifique. Ce robot couvert de verdure est-il doué d’empathie et de sympathie ? Ou bien les enfants lui prêtent-ils ces sentiments humains? Quel doit-être le rôle de ce robot ? Cette scène véhicule une vision positive de la relation de l’homme et de la technologie : un équilibre entre l’homme, la nature et les machines semble possible.

A la fin du film, une formule prononcée par Sheeta provoque l’auto-destruction de Laputa. Le château se retrouve soudainement dépouillé de son attirail technologique. Au terme de cette destruction, il ne reste qu’un arbre géant entouré d’oiseaux et de verdure et un robot qui vit en harmonie avec la nature. Reste à s’interroger sur notre lien à la nature et la place que l’on veut donner à la technologie dans le monde pour qu’elle soit réellement au service de l’humanité.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *