1793 ♦ Muséum national d’histoire naturelle (sceau)

Logo_mnhnAux Sciences Citoyens !

(par Auxane Buresi, Magister Sciences et techniques dans la société, CNAM Paris, 2015)

Vous avez surement déjà aperçu le sceau du Muséum National d’Histoire Naturelle, sur une affiche d’exposition temporaire dans le métro ou lors d’une visite au jardin des plantes. Quel parisien n’a pas un souvenir de sa « première fois » face à face avec le troupeau naturalisé de la grande galerie de l’évolution ? Ce logo, à l’image de l’institution qu’il représente, évoque les sciences, les techniques, et les liens étroits qui les unissent à une société porteuse de valeurs. Aujourd’hui, le MNHN est un établissement public à caractère scientifique, qui répond à des missions de recherche, d’expertise, de conservation et de préservation des collections, d’enseignement et de diffusion des savoirs. Mais si le muséum est devenu l’une des principales institutions de recherche et de vulgarisation des connaissances du monde entier, c’est bien la portée symbolique de ce logo qui nous rappelle que l’accessibilité des savoirs scientifiques n’a pas toujours été à la disposition d’un large public.

C’est en 1793 en pleine révolution française que Gérard van Spaendonck, peintre et graveur d’origine néerlandaise, dessine le sceau du muséum. Son œuvre, principalement constituée d’iconographies naturalistes, reste d’ailleurs hautement estimée parmi celles des grands peintres botaniques. Regardons de plus près les éléments qui composent l’emblème du Muséum National d’Histoire Naturelle. Les 3 grands règnes y sont représentés : animal (serpent, abeilles), végétal (vigne et blé) et minéral (amas de cristaux). Leur étude illustre l’essence même du muséum, lequel présente déjà au XVIIIème siècle des disciplines propres à l’histoire naturelle telles que la minéralogie, la botanique ou la zoologie. Au-delà des connaissances naturalistes, c’est la technique et le savoir-faire qui sont mis à l’honneur : l’horticulture, illustrée par la ruche et les abeilles affairées, le travail de la terre par les hommes et les fruits récoltés, représentés par la vigne et la gerbe de blé en symétrie qui donneront le pain et le vin, deux aliments de base à l’époque.

En haut au centre, trône l’un des éléments essentiel du sceau. Vous aurez reconnu le bonnet phrygien qui coiffe encore Marianne sur nos pièces de monnaie. D’origine antique anatolienne, le bonnet a été repris au cours des siècles dans diverses nations, et sa connotation symbolique de liberté provient de sa ressemblance avec le pileus (chapeau en latin) qui coiffait les esclaves affranchis de l’Empire romain. Adopté en France au début de l’été 1790, en 1793, il est alors le symbole de la révolution et l’emblème du peuple. C’est donc la société qui domine l’illustration et qui se retrouve faire partie intégrante des systèmes de la connaissance, des techniques, de la nature. Il est d’ailleurs intéressant de constater que le savoir scientifique, jusque-là réservé à une certaine élite, et le savoir-faire du peuple se retrouvent illustrés sur un même dessin, les deux mondes fusionnent. Le sceau du muséum est un porteur de mémoire de cette époque révolutionnaire. Il est le témoignage d’une transition clé dans l’organisation et les missions de l’institution du muséum.

Tout commence en 1635 avec la création d’un « jardin de plantes médicinales » sous le règne de Louis XIII. Ayant pour but initial la culture de plantes utiles pour la santé, c’était aussi un lieu d’enseignement à destination des futurs médecins et apothicaires. A la suite de voyages d’étude dans les pays lointains par des missionnaires et médecins, les collections du jardin ne vont cesser de s’accroitre au cours des années. De 1739 à 1788, sous la direction de Buffon, le jardin double sa superficie, l’école de botanique ainsi que le cabinet d’histoire naturelle qui regorge de collections sont agrandis et, avant sa mort, un vaste amphithéâtre et une nouvelle serre sont mis en chantier. Le jardin est alors l’un des phares scientifiques de l’époque à notoriété internationale. La Révolution modifie profondément le fonctionnement du Jardin. Le 20 août 1790 est rédigé le règlement de la nouvelle institution qui en fixe le fonctionnement et les missions : instruire le public, constituer des collections et participer activement à la recherche scientifique. Le corps des professeurs et leur directeur, élu et renouvelé chaque année, devaient être les garants de l’indépendance de la recherche. Mais ce n’est que le 10 juin 1793 qu’un décret de la Convention donne naissance au Muséum d’Histoire naturelle et que le règlement est adopté.

Ainsi, le sceau du MNHN illustre la naissance d’une institution scientifique dont l’un des buts principaux est l’instruction du public. Il s’agit de l’un des premiers établissements mondiaux de ce type. Nous avons eu la chance et la présence d’esprit de garder cette illustration comme emblème, ce qui nous rappelle que les relations entre connaissance, société et pouvoir ne sont jamais figées dans l’histoire.

L’accessibilité à la connaissance reste dans nos sociétés modernes une condition à la définition de la liberté. On peut voir ici que le débat sur la conscience du bon usage des découvertes de la science ne date pas d’aujourd’hui, mais était déjà un enjeu lors de la mise en place des droits de l’homme et du citoyen.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *