2014 ♦ Zone sur écoute (street art)

oreille_butteauxcaille_orange
Photo d’une des oreilles (zone sur écoute) du duo d’artistes: Urban Solid prise dans le quartier de la Butte-aux-Cailles à Paris au printemps 2014. Ici cliché en provenance de instagram : http://tofo.me/p/757727916227554552_1405067298
– « Mur, que vous avez de grandes oreilles ! »
– « C’est pour mieux vous entendre … »

(par Corinne Burlaud, Cnam Paris, 2015)

Cette « maxi-oreille » d’un orange vif et sa légende « zone sur écoute », collées sur une façade d’un immeuble du quartier de la Butte-aux-Cailles à Paris, ont été prises en photo au printemps 2014. Véritable appendice sortant littéralement du mur, cette sculpture envahit de façon irrévérencieuse l’espace public ouvrant un dialogue inattendu avec les passants.

Déambulant dans une métropole comme Paris, qui n’est pas déjà tombé sur un tag, un graffiti, un pochoir, un collage etc. ? Cette forme d’expression culturelle, le Street Art, ne date en effet pas d’hier. Son émergence remonte en France au milieu des années 1960. Ernest Pignon-Ernest installe alors un parcours de pochoirs sur le plateau d’Albion (Vaucluse) afin d’alerter les citoyens de l’installation de la force de frappe atomique sur leur territoire : une performance artistique assurément militante face au déploiement de la technologie nucléaire. Depuis, le Street Art s’est répandu et diversifié, tant sur la forme que sur le fond : les possibilités sont infinies. Même si certains artistes renommés s’exposent au musée ou en galerie, le Street Art s’exprime avant tout dans les rues ! Ces artistes, honnis ou admirés, investissent la plupart du temps l’espace public en toute illégalité. En France, les tags, les graffitis et autres inscriptions non autorisées sont considérés comme des actes de vandalisme. Les peines encourues peuvent être des amendes s’élevant jusqu’à 4000 euros et des travaux d’intérêt général. Certes pratiquer le Street art est une transgression, mais il permet à l’artiste de faire de la rue un musée « à ciel ouvert », de s’adresser directement au passant : « Monsieur tout le monde ».

 Cette oreille est signée : Urban Solid (gravé en creux sur la légende), un duo d’artistes italiens sortant de l’Académie des Beaux Arts de Milan. Ecrivains par le passé, ils ont choisi la 3D afin d’enrichir leur écriture et de transmettre « un message social à l’aide de l’art ». Leur travail de sculpteurs se rapproche en effet d’un langage urbain, ce qui les a amenés à œuvrer sur les murs des villes avec pour objectif  de « détourner le passant de son indifférence ». Ils revendiquent leur appartenance au Street art dont ils embrassent la philosophie et les pratiques. Même s’ils exposent en musée ou en galerie, 90% de leurs sculptures sont installées de manière illégale et éphémère : ils vont coller leurs moulages en pleine nuit dans des endroits précis, repérés à l’avance. Le collage doit être rapide puisqu’il est illégal. Le duo souhaite tout de même respecter les biens communs. Aussi, il choisit des murs abimés ou non vierges, avec l’intention de ne pas endommager de manière irréversible les immeubles, le mobilier urbain, voire selon eux avec l’intention « d’enrichir ces zones délabrées, ou tout du moins dégradées ».

Les deux milanais sont les pionniers de la troisième dimension dans le Street art. Les matières premières qu’ils utilisent : plâtre, ciment ou résines ne sont pas non plus conventionnelles. Ils créent depuis 2010 des sculptures insolites qu’ils fixent sur les murs des villes d’Italie et d’Europe. Ils imposent leurs créations de couleurs vives, souvent dérangeantes. Leurs messages sont généralement des critiques de la société contemporaine et la dénonciation d’un monde socialement à la dérive.

C’est au printemps 2014 qu’ils ont lancé leur première « invasion » parisienne. Un tel projet nécessitait un minimum d’organisation et de fonds au vu des risques encourus. Lors d’une exposition au Studio d’Ars de Milan en janvier de la même année, ils lancent une opération de « crowdfunding » (financement participatif). Elle a bien fonctionné puisque une première série d’oreilles, identiques à la photo, de teintes « pop art », a fleuri dans Paris. Les murs semblent faire émerger des formes de vie, comme si ce qui jusqu’à maintenant était bidimensionnel, cherchait à évoluer, sortant et explorant la 3D. Pour l’occasion, la tridimensionnalité devient comme du braille, stimulant le processus d’interaction tactile avec le spectateur qui peut « toucher le Street art » faisant revivre les premières impulsions enfantines.

Des pièces telles que ces oreilles, accompagnées des mots « Zone sur écoute », interpellent l’observateur … L’écoute est la surveillance par un tiers de conversations téléphoniques ou de communications via internet, souvent par des moyens dissimulés. Aucune ambiguïté n’est possible. Si vous n’avez pas compris le message iconographique, le texte efface tous les doutes. Ces oreilles lancent une protestation silencieuse et pénétrante, transmettent avec ironie une critique de la société d’aujourd’hui et de celle à venir. Le message n’est pas nouveau (les murs ont des oreilles, « big brother », …) mais il se renouvelle par la manière : pauvre et simple, pourtant actuel et efficace. Dans de nombreux pays, l’écoute est normalement strictement encadrée et contrôlée. Plusieurs dizaines de milliers d’écoutes légales sont effectuées chaque année en France, un acte devenu routinier. En effet, la technologie d’aujourd’hui nous permet de localiser, d’écouter les conversations. Les lois seules sont des gardes fous bien impuissants pour empêcher les dérives qui se multiplient, pour protéger la vie privée. A l’heure du vote de nouvelles lois facilitant la mise sur écoute en France, Urban solid matérialise avec ses oreilles les structures invisibles de contrôle de la société. Mais, que ferons nous de ce message ?


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *