2009 ♦ les enquêtes de l’inspecteur Murdoch (série TV)

murdoch tableau fiche
Scène de la série Les enquêtes de l’inspecteur Murdoch, diffusée sur France3, 2009
La naissance des sciences modernes, un objet de fiction télévisée

[par Franciane BEGARIN, Magister médiation socioculturelle des sciences et techniques, juin 2015]

Une lampe à huile dans le coin d’une pièce ; un tableau noir gribouillé de formules mathématiques ; une table sur laquelle reposent des instruments scientifiques ; derrière ces objets, un policier reconnaissable à son insigne. Le décor des « enquêtes de l’inspecteur Murdoch » est planté. Il s’agit d’une série télévisée adaptée du roman de la canadienne Maureen Jennings, The Murdoch Mysteries. La série est d’abord diffusée au Canada, puis en France à partir de 2009 sur France 3 chaque dimanche soir. Elle raconte les enquêtes de l’inspecteur dans La ville de Toronto à la fin du XIXe siècle.

Son succès (3,5-4 millions de téléspectateurs, soit 15% de part d’audience) peut étonner au regard de la manière de traiter la science. Mais une étude plus approfondie permet de mieux comprendre les ressorts qui poussent le public du XXIe siècle à apprécier une fiction qui met en avant la science du XIXe siècle à l’inverse des séries américaines qui immergeaient déjà le téléspectateur dans la science contemporaine.

Attachons-nous d’abord aux instruments scientifiques et en particulier au microscope, qui trône en première place sur le bureau. Il date de la fin du siècle. C’est donc une version améliorée que nous montre cette séquence. Il revient dans presque tous les épisodes pour une raison simple. C’est l’instrument phare, l’outil de recherche le plus utilisé qui atteint la consécration avec Pasteur. Grâce au microscope, ce savant considéré comme le père de la bactériologie, a pu mener des expériences décisives dans l’élaboration des vaccins contre la rage et l’anthrax. A l’autre extrémité, sont disposés des tubes dans lesquels Murdoch effectue des expériences concluantes avec différentes substances. De tels objets nous placent loin des instruments des alchimistes. Ils sont le signe manifeste d’un laboratoire du XIXe siècle, période où triomphe la chimie, une vraie science qui étudie la propriété intrinsèque des corps.

En arrière-plan, le tableau occupe presque toute la pièce. Il est couvert de formules mathématiques. C’est une méthode souvent utilisée par l’inspecteur pour résoudre des énigmes policières. Il doit faire face à des crimes qui semblent mystérieux dans un premier temps. Selon lui, user de la raison est la meilleure manière d’y mettre un terme, car tout phénomène a une explication logique. Nous sommes renvoyés à la mathématisation de l’univers établie par Newton. Dans plusieurs épisodes, Murdoch rétorque « je suis un scientifique » quand on lui parle d’événements paranormaux. Pourtant, on le voit troublé face à la machine à remonter le temps qui se révèle être une supercherie. Ainsi, la rationalité à laquelle nous sommes invités à adhérer est toujours gagnante. L’organisation de l’univers n’a pas changé. Sa compréhension par les mathématiques doit guider l’homme. D’ailleurs les formules sur le tableau suffisent à elles seules à éclairer la pièce.

Entre la physique et la chimie se tient l’inspecteur Murdoch. Vêtu de manière très élégante, les cheveux plaqués, la raie sur le côté, il donne l’image d’un homme sérieux, ordonné. Il change radicalement de la perception traditionnelle du savant fou. Pourtant, il est souvent moqué pour ses théories et expériences. Car Murdoch est un savant à sa manière. Il construit ou améliore un bon nombre d’inventions en s’inspirant des travaux de scientifiques que l’on croise. Son esprit cartésien est accentué par le côté farfelu de son second, le sergent Crabtree. A travers la série, le téléspectateur assiste aux premiers pas de la police scientifique fondée par le Français Alphonse Bertillon.

Mettre au premier plan la police scientifique n’est pas anodin. Le téléspectateur doit voir la science comme le bras de la justice. C’est une science utile qui veille sur la sécurité des citoyens. Avec la science citoyenne nous pouvons donc vivre en toute quiétude.

Elle affiche clairement un but pédagogique. La physique et la chimie, les deux grands domaines d’où découlent toutes les autres sciences, sont mises en exergue. Elles sont à l’origine des grandes inventions qui ont eu un impact important sur nos vies et qui dans le même temps ont changé notre rapport au monde. Au-delà de l’apport de connaissances, la télévision manifeste la volonté de diriger les esprits dans un sens, celui de la science comme instrument de progrès qui ne doit pas se laisser influencer par les mentalités réactionnaires. En plongeant dans le passé, la série nous montre comment l’homme est devenu maître de son destin. Elle met en parallèle les obstacles d’hier et d’aujourd’hui rencontrés par la science. Le succès de la série s’explique par le fait que nous baignons depuis l’enfance dans une culture rationaliste, qui nous permet en fait de nous retrouver dans la série et de nous l’approprier.

En somme, la télévision ne se contente pas de faire œuvre de vulgarisation. Elle propose un discours médiatique à propos des sciences et donne à voir les représentations sociales. Quant à savoir si un tel parti pris est légitime, le débat reste ouvert.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *