2010 ♦ le Bic Cristal® a 60 ans (objet)

bic
A l’occasion du 60ième anniversaire de la création du Bic Cristal®, l’entreprise Bic publia en 2010 sur son site http://www.bicworld.com un document célébrant ce stylo, dont voici la première page.
Une histoire écrite à l’encre invisible

(par Fabienne THOMAS, Magister Médiation socioculturelle des sciences et techniques, CNAM Paris 2016)

Les pages suivantes brossent un récit « officiel » de l’histoire du Bic Cristal® et des raisons de son succès, dévoilant certains « secrets » de fabrication et éléments historiques et entretenant soigneusement le mystère sur d’autres aspects. Pour que l’objet reste légendaire, il faut maintenir la légende et éviter de diffuser de cet objet une image différente de celle voulue par la marque. Si vous contactez le service communication de Bic pour obtenir des informations complémentaires on vous répondra que tout ce qui peut être rendu public sur ce sujet a déjà été publié sur le site cité ci-dessus.

Mon objectif est de partir de la première page de ce document pour en extraire une histoire alternative du Bic Cristal®. Une histoire écrite à l’encre invisible qui peut se révéler à partir de l’apparente et simple universalité de l’objet.

 « Je suis dans votre poche … ». Bien que l’entreprise ait commercialisé plus de 100 milliards d’unités de Bic Cristal®, l’emploi de la première personne du singulier plutôt que du pluriel, vise à nous faire croire ceci : le Bic Cristal® est unique dans sa conception, tous les exemplaires se valent, le stylo que vous avez dans la poche est le clone parfait de celui de votre fille ou de celui du boulanger …

On veut bien le croire. Quoique …. Il y a quelques temps, une collègue a laissé sur ma boite vocale un message qui m’a passablement interloquée: « Chère Fabienne, j’étais ce matin dans votre grand bureau collectif où j’ai égaré mon stylo. Tu sais, un de ces bics bleus fournis par la boîte. J’ai cru le reconnaître en voyant un stylo semblable sur ton bureau, aussi l’ai je pris. Mais je t’en prie, si tu penses qu’il s’agissait de ton bic, dis-le moi et je te le rapporterai ». En allant piocher un nouveau bic dans la réserve du bureau, je me suis mise à songer aux problèmes d’identité de cet objet.

Si le Bic Cristal® reste inégalé bien que souvent imité, c’est en fait grâce à une innovation technologique constante. Le stylo que vos grands-parents avaient dans leur poche dans les années 1950 n’était qu’en apparence le même que celui que vous détenez aujourd’hui. Celui que j’avais petite était plus pesant, les plastiques utilisés étaient aussi plus secs, plus cassants et moins brillants, la bille glissait moins bien, parfois l’encre bavait un peu ce qui ne m’est plus arrivé depuis longtemps, et si je me rappelle bien, même le goût était différent. Tout cela me sera confirmé par la directrice de la communication de Bic : « Oui, oui c’est vrai ». Mais je n’en saurai pas plus sur ces évolutions technologiques. Elle ne veut pas divulguer des informations qui pourraient être utilisées par la concurrence. Et les générations de bics se sont donc succédées sans laisser aucune trace autre que celle que nos mémoires veulent bien conserver. Du fait de son caractère jetable, une archéologie de l’objet paraît difficile. Peut-être qu’au siège de l’entreprise sont jalousement gardés des bics anciens ? « Il en reste très peu » me dira t-on. Et on toucherait plus facilement aux lingots d’or de la Banque de France … La juxtaposition de « je suis incroyablement moderne » et de « j’ai 60 ans » viserait-elle à faire croire que le Bic Cristal® est conforme depuis son origine à la norme NF environnement et aux normes de sécurité les plus récentes ? A accréditer une théorie créationniste de l’objet en quelque sorte.

« Je suis présent dans plus de 160 pays. Je fais tellement partie de la vie de chacun que tous les pays s’attribuent ma paternité ». Ceci laisserait penser que le petit stylo français est si universel que personne ne sait plus où ni de qui il est né (de là à penser que c’est Dieu lui-même …). Plus loin dans le document, il est dit qu’il s’adapte à toutes les langues et toutes les écritures. Un peu comme la chanson « Joyeux anniversaire » qui est « bien de chez nous » quel que soit le pays où on la chante. Moyennant quelques adaptations. L’encre des bics commercialisés en Chine par exemple, est plus visqueuse. Pour quelle raison ? L’écriture des idéogrammes requiert une tenue du stylo plus verticale. L’encre des stylos européens coulerait trop vite.

Si la marque communique très peu sur ces évolutions et adaptations, c’est bien entendu à cause de la concurrence, mais pas seulement peut-être. La survie identitaire de l’espèce Bic Cristal®, comme celle de l’espèce humaine, dépend de la survie des individus donc de leur adaptation à leur environnement. Mais cette adaptation doit rester discrète – voire inconsciente – afin de ne permettre aucun doute sur l’appartenance de l’individu à l’espèce. Espèce dont les bicoïdes de toutes sortes, incapables d’évolution spontanée (tout comme les androïdes), sont à jamais exclus.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *