1907 ♦ le Monument de l’automobiliste (monument)

Monument_à_Levassor_1907
Émile Levassor et le « Monument de l’automobiliste » par Jules Dalou érigé en 1907 – actuellement au square Alexandre-et-René-Parodie.
La course au progrès

(par Maïté CARRIVE, Licence CNAM Paris, 2015)

Place de la porte Maillot ; Un flot de voiture incessant ; Un bruit assourdissant. Coincé entre le périphérique et les grands boulevards, le square Alexandre-et-René Parodi apparaît comme un îlot de verdure qui contraste avec le gris des grandes artères routières. Pour y accéder, il faut emprunter un passage souterrain.

Parmi les allées désertes bordées de bancs se dresse un cadre de pierre richement orné. A l’intérieur du cadre, c’est l’effervescence. Pierre Giffard, directeur du Petit journal est là, au bras de sa femme, pour saluer l’exploit. Derrière, la foule est venue acclamer l’arrivée triomphale d’Emile Levassor au volant de son bolide, La Panhard. Penché en avant sur son « automobile sans chevaux », le visage déterminé, il vient de franchir l’arrivée de la course historique Paris-Bordeaux-Paris, en un temps record de 48 heures et 47 minutes. Sa femme, Louise, un pichet d’eau à la main, se précipite pour accueillir le héros. Quel exploit ! Une moyenne de 24 km/h avec des pointes à 30 km/h….. La scène se déroulait au printemps 1895.

C’est en 1898 que Pierre Giffard, directeur du Petit Journal, lance une souscription publique pour financer la réalisation d’un monument à la gloire d’Emile Levassor, mort à la suite de ses blessures dans la course Paris-Marseille. Pierre Giffard forme alors un Comité du Monument qui choisit pour réaliser le projet le célèbre sculpteur Jule Dalou, fervent républicain. Jule Dalou vient alors de terminer l’œuvre le triomphe de la république, érigée place de la nation. Ce dernier refuse cependant dans un premier temps de tailler dans le marbre une de « ces voitures inesthétique » qui commençaient à « empester Paris et réduire les passants en chair à pâté ». Mais le défi que représente la réalisation d’une sculpture à la gloire du progrès le décida. Et quel résultat ! La sculpture frappe par son caractère vivant, contrastant avec les représentations habituelles figées des grands hommes en redingote aux plis rigides. Au contraire, Émile Levassor y est ici représenté en pleine action au volant de sa voiture, fonçant vers l’arrivée comme le monde vers le progrès.

Ce monument de l’Automobiliste est érigé en 1907 à la porte Maillot, emplacement qui marque à l’époque l’entrée dans Paris. Il se situe dans l’axe prestigieux du Louvre et de l’Arc de Triomphe. De plus, ce lieu fut le berceau de l’industrie de la locomotion nouvelle. C’est ici en effet que se croisait le terminus de la nouvelle ligne de métro (ligne 1) inaugurée en 1903 et la gare de la ligne de chemin de fer Neuilly-Porte Maillot. Cette ligne de chemin de fer construite en 1845 était l’une des premières dédiée aux voyageurs. A deux pas se trouvait le Luna Park, plus tard remplacé par l’actuel Palais des Congrès. A cette époque, le Luna Park, gigantesque fête foraine, drainait toute l’année une foule de parisiens en quête de sensations fortes. Les montagnes-russes longues de 1 947 m permettaient d’atteindre de vertigineuses vitesses, grâce à l’électricité. Les voitures étaient équipées de moteurs électriques et alimentées en courant par un rail central.

La sculpture est placée à l’entrée du Bois de Boulogne, afin d’être admirée par les promeneurs. Son entretien est confié au conservateur du parc.

En 1907, la Porte Maillot est un lieu très populaire où les parisiens viennent à la fois pour se détendre et admirer toutes ces prouesses technologiques . C’est une vitrine du progrès industriel qui promet d’apporter confort et distraction aux citoyens. Parmi ces témoignages, Émile Levassor est présenté comme l’un de ces héros de la « course vertigineuse » vers le progrès.

Dans son discours d’inauguration, le Baron de Zuylen, président de l’Automobile Club de France et co-organisateur de la course Bordeaux-Paris-Bordeaux prononce cette phrase prophétique :

« Voilà le progrès Messieurs, et, dans peu d’années, lorsque nous passerons au-dessus des mers, l’humanité reconnaissante prononcera les noms des premiers pionniers de l’automobilisme, des membres du premier Comité de Paris-Bordeaux-Paris, et des ingénieurs qui, comme Levassor, n’hésitèrent pas à faire le sacrifice de leur vie pour le triomphe d’une idée ».

Mais 1972 voit le début de la construction du boulevard périphérique. Le monument de l’automobiliste est déplacé à proximité, dans une zone totalement réaménagée avec notamment un vaste échangeur vers la Défense. Avec le Palais de congrès et l’hôtel Concorde à proximité, l’emplacement devient un carrefour proche du quartier des affaires où les échanges s’effectuent désormais à l’intérieur des nombreuses salles du palais.

La promesse du Baron de Zuylen semble aujourd’hui bien naïve et la sculpture de l’Automobile Club de France bien enfantine. Et c’est dans une indifférence totale que les parisiens, agacés par les embouteillages, passent à proximité de ce monument à la gloire du progrès. Avec son adoption en masse, l’automobile est devenue un banal moyen de locomotion qui pollue et repousse les passants sous terre. Les grandes courses de voitures ne font plus rêver que quelques-uns et le progrès questionne voire inquiète. Pourtant, Émile Levassor entouré du comité de la course et d’une foule enthousiaste, protégé par une barrière de verdure, est bien décidé, plus d’un siècle après, à résister aux assauts de la technoscience … dont il fut bien l’un des précurseurs.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *