2014 ♦ The Imitation Game (film)

imitation-game-poster
Affiche du film « The Imitation Game », version UK, 2014.
Alan Turing, Prométhée de l’intelligence artificielle ?

(par Loïc PETITGIRARD, HT2S CNAM Paris, 2015)

Un homme de dos devant une machine étrange, un titre qui l’est tout autant – “The imitation game” (le jeu de l’imitation) – le tout suggérant une première question : qui de l’homme ou de la machine imite l’autre ? La lumière du plafonnier accentue ici un peu plus ce face à face entre la tête de cet homme doté d’un cerveau et cette machine formée de ses rouages. Quelques minutes de plongée dans le film suffisent néanmoins à nous livrer une première réponse : l’homme anonyme de l’affiche veut réaliser une machine qui “pense”, et plus précisément une machine qui imite l’homme qui pense. “The imitation game” est un biopic sur le mathématicien et logicien britannique, Alan Turing, inventeur d’une machine destinée à décrypter les codes secrets Allemands durant la Seconde guerre mondiale.

Ne pas mentionner le nom de Turing, ni dans le titre, ni sur l’affiche, est significatif : il ne s’agit pas seulement de romancer la vie et l’œuvre d’un génie, mais d’inviter à un voyage dans le temps, à une archéologie des machines que nous appelons aujourd’hui “ordinateur”. L’objet du film est autant l’homme Turing, la machine à décrypter, qu’une interrogation sur les rapports que nous entretenons (hier comme aujourd’hui) avec ces ordinateurs, conçus pour calculer, très vite, et pour penser… tout au moins dans le sens des propos de Turing.
Produit en 2014, un tel biopic appelle plusieurs interprétations. Alan Turing est encore très peu connu du public. Comme sur l’affiche, il est un anonyme. Cette méconnaissance du personnage est liée à son histoire, à l’ostracisme dont il a fait l’objet du fait de son homosexualité pour laquelle il a été condamné, mais aussi du fait de la mise sous secret de ses travaux considérés comme stratégiques au sortir de la guerre. Le film exploite un travail biographique de longue haleine entamé dans les années 1980 afin de construire la légende. Le premier ministre Gordon Brown a présenté en 2009 des excuses officielles au sujet de sa condamnation pour homosexualité. La reine Élisabeth II lui a accordé une grâce posthume en 2013. L’année suivante, celle des 50 ans de la mort de Turing (le 7 juin 1954), se clos en quelque sorte un processus de canonisation : le film constitue la facette probablement la plus largement diffusée du mythe Turing en train de se construire. Et ce n’est plus une histoire seulement britannique. Avec ce film bien calibré, la légende se propage partout dans le monde. Alors de quoi le mythe est-il fait ? A grand trait, il articule deux facettes : le Prométhée de l’« intelligence artificielle » et une sorte de Dr. Frankenstein de l’ordinateur ; le père fondateur de la machine intelligente dépassant certaines capacités de son créateur. Le film donne à voir la manière dont Turing conçoit son (proto)-ordinateur, guidé par le jeu de l’imitation. Avant la guerre, Turing n’était pas impliqué dans la construction d’une machine à calculer. Face au défi du décryptage des messages codés allemands émerge la possibilité (et la nécessité, ce que Turing démontre) de machines plus rapides que l’homme, pour analyser et casser les codes.

La réflexion de Turing sur les machines qui pensent est consécutive à cet épisode. Son texte de 1951 qu’on retient sous le titre “Est-ce qu’une machine peut penser ?” est considéré comme le premier jalon des travaux en “intelligence artificielle”. Il introduit le test de Turing, qui n’est autre qu’un jeu de l’imitation. Turing pose la question : quand pourra-ton affirmer qu’une machine pense ? Il propose la situation suivante. Un opérateur X est en communication (par écrit) avec deux chambres A et B, l’une et l’autre abritant soit un homme, soit un ordinateur. Si l’opérateur X n’est pas capable de distinguer (au terme d’un temps défini), au travers de l’échange (questions/réponses entre lui, A et B) qui de A et B est l’homme, qui est la machine, alors Turing considère que la machine a parfaitement simulé l’homme qui pense. On affirme dès lors qu’elle pense. C’est ce jeu dont le film est la métaphore qui est transposé dans l’affiche. Faut-il alors que l’opérateur X – celui qui juge – soit nous, le spectateur de 2014 ? Au-delà du mythe prométhéen, le film dessine une légende à multiples dimensions, taillée pour le 21e siècle : tourments sentimentaux, interrogations sur la sexualité du personnage principal, son côté agent secret au service de sa majesté, en même temps qu’il cherche à transgresser les contraintes des dits services secrets. La représentation de Turing rend caduques celles du scientifique de génie tel Albert Einstein, pourtant bien ancrée dans l’imaginaire collectif. Ce dernier devient ici une légende presque poussiéreuse, un mythe du 20e siècle, celui de l’ère atomique. Or l’ère numérique appelle d’autres espoirs mais génère aussi de nouvelles angoisses : Turing est le candidat de substitution, celui qui s’impose progressivement comme la source de ces espoirs, de ces promesses de l’intelligence artificielle et annonce la perspective de se retrouver imités, égalés, puis dépassés par nos créations.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *