2017 ◊ Match improvisé Jazz versus Robot (publicité)

Campagne Publicitaire TSF JAZZ – Print – Avril 2017 – Photo : Vincent DIXON (photo issue d’un des trois visuels disponibles)

le jazz comme expression de notre humanité créatrice à travers la nouvelle campagne publicitaire de la radio TSF JAZZ.

par Vera sur Si tu savais STS

Studio d’enregistrement, trompette posée au sol, micro en attente. Au centre de la photo en noir et blanc, un robot à l’air dubitatif est assis sur une chaise. Objet étrange que cet humanoïde dans ce décor. Cette intelligence artificielle saura-t-elle faire preuve de créativité et trouver l’inspiration ?

La radio française spécialisée en jazz a déjà sa réponse : « It’s a human thing. »

A l’heure où les algorithmes et les big databases permettent de créer des titres de musique au succès quasi garanti, TSF Jazz rappelle ici que ce courant musical est fait d’humanité et ne peut être la création d’un robot. Deux questions se posent alors : la première, concernant la représentation du jazz dans la création musicale, la seconde,  l’impossibilité pour une intelligence artificielle de pouvoir créer.

Le jazz est difficile à définir. Courant musical aux multiples sous genres, loin des compositions de musique classique qui doivent être jouées de façon rigoureuse et précise, il laisse une part importante à l’interprétation et à l’improvisation.

« Le Jazz est la seule musique dans laquelle la même note peut être jouée nuit après nuit tout en étant différente à chaque fois », Ornette Coleman

En regardant cette image de robot face à un instrument posé au sol, la référence aux premiers automates musiciens ne peut être négligée. Virtuosités mécaniques telles que le flûteur automate (Vaucanson – 1738) ou la joueuse de tympanon (Peter Kintzing – 1780), ces machines confirment la nature des attentes : reproduire les capacités humaines et pouvoir les répéter sans fin. Toujours la même note, toujours le même tempo réglé comme du papier à musique (ou carte perforée), considéré comme l’ancêtre de la programmation informatique. Le jazz, par sa nature même de musique spontanée et incarnée, ne pourrait donc jamais être programmée. Le jazz est à l’image de l’être humain. Il possède une personnalité, une vitalité et n’existe que par son interaction avec d’autres humains, d’autres musiciens.

Ce n’est donc pas tant ici le fait que le robot ne puisse pas créer qui est remis en question dans cette image, c’est le jazz lui-même qui ne peut être l’œuvre d’une programmation, aussi intelligente soit-elle. Cette publicité valorise avant tout ce style musical dont le caractère central est l’improvisation. Ce discours est vanté par une radio qui passe en boucle des titres figés par l’enregistrement d’une interprétation unique. Ironique non ?

En y regardant de plus près, le robot représenté dans cette publicité prend une posture particulièrement humaine, celle de la réflexion.  Il semble étudier et réfléchir au problème que lui pose ce genre musical. Car s’il lui semble impossible de copier, d’imiter ou de reproduire la musique jazz aujourd’hui, c’est peut être qu’il lui manque quelques petits ajustements techniques, voir des programmations incluant le mode aléatoire.

Représenté ce robot au centre d’un lieu de création artistique en position de penseur forme un étrange miroir entre humanité spontanée et apprentissage programmé. Le jazz se pense comme une forteresse musicale imprenable par les innovations technologiques et la spontanéité et l’improvisation comme des qualités humaines se défendant contre la rationalité algorithmique. Jusqu’à quand ?

Pour voir les autres visuels proposés par la campagne publicitaire TSF JAZZ c’est ici.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *