1886 ♦ L’Ève future (roman)

La synthèse chimique sublimant la nature

(par les auditeurs 2012)

Voulez-vous me dire quelle impression produit sur vous ce spectacle-ci ? — demanda-t-il en montrant le pâle et sanglant bras féminin posé sur le coussin de soie violâtre.

Lord Ewald contempla, non sans un nouvel étonnement, l’inattendue relique humaine, qu’éclairaient, en ce moment, les lampes merveilleuses.

— Qu’est-ce donc ? dit-il.

— Regardez bien.

Le jeune homme souleva d’abord la main.

— Que signifie cela ? Continua-t-il. Comment ! Cette main… mais elle est tiède, encore!

— Ne trouvez-vous donc rien de plus extraordinaire dans ce bras ?

Après un instant d’examen, lord Ewald jeta une exclamation, tout à coup :

— Oh ! murmura-t-il, ceci, je l’avoue, est une aussi surprenante merveille que l’autre, et faite pour troubler les plus assurés! Sans la blessure, je ne me fusse pas aperçu du chef-d’œuvre !

L’Anglais semblait comme fasciné ; il avait pris le bras et comparait avec sa propre main la main féminine.

— La lourdeur ! Le modelé ! La carnation même !… continuait-il avec une vague stupeur. — N’est-ce pas, en vérité, de la chair que je touche en ce moment ? La mienne en a tressailli, sur ma parole !

— Oh ! C’est mieux ! — dit simplement Édison. La chair se fane et vieillit : ceci est un composé de substances exquises, élaborées par la chimie, de manière à confondre la suffisance de la «Nature». — (Et, entre nous, la Nature est une grande dame à laquelle je voudrais bien être présenté, car tout le monde en parle et personne ne l’a jamais vue !) — Cette copie, disons-nous, de la Nature, — pour me servir de ce mot empirique, — enterrera l’original sans cesser de paraître vivante et jeune. Cela périra par un coup de tonnerre avant de vieillir. C’est de la chair artificielle, et je puis vous expliquer comment on la produit; du reste, lisez Berthelot.

— Hein? Vous dites?

— Je dis : c’est de la chair-artificielle, — et je crois être le seul qui puisse en fabriquer d’aussi perfectionnée ! répéta l’électricien.

Lord Ewald, hors d’état d’exprimer le trouble où ces mots avaient jeté ses réflexions, examina de nouveau le bras irréel.

— Mais, demanda-t-il enfin, cette nacre fluide, ce lourd éclat charnel, cette vie intense !… Comment avez-vous réalisé le prodige de cette inquiétante illusion ?

Auguste Comte Villiers de l’Isle-Adam (1886) L’Ève future, Paris, Bibliothèque Charpentier, pp. 94-95.

Dans cette œuvre de science-fiction publiée en 1886, Auguste Villiers de L’Isle-Adam met en scène la confection en trois semaines d’une créature artificielle, l’Ève future (ou nouvelle). Elle est réalisée par Thomas Édison, savant fictif et éponyme du célèbre inventeur américain de Menlo Park. Ce dernier incarne à l’époque la figure emblématique du génie individuel, celle de l’entrepreneur qui a bâti le succès de son entreprise à partir de la mise en production quasi-industrielle de brevets d’invention dans à peu près tous les domaines d’application de l’électricité et du magnétisme.

Romancé, Thomas Édison se fait ici pygmalion, tour à tour inventeur de génie, médecin, électricien et ingénieur, mais aussi magicien, spiritiste, télépathe et magnétiseur. Échos antiques des spéculations sur la nature humaine, sur la séparation du corps et de l’esprit, sa création est le fruit de la combinaison entre Hadaly et de Sowana, de la fusion d’une andréïde et d’une âme, toutes deux parfaites, pour donner naissance à un être artificiel plus vrai que nature. L’opération de haute technologie est minutieusement décrite au fil du livre, au travers du dialogue tout en mélange de scientisme et de métaphysique entre le génie créateur et le futur usager de la machine parfaite. L’issue sera la mise au monde d’un idéal de la femme tel que le conçoit son créateur, toute dévouée au bonheur de l’homme auquel elle est ici destinée.

Son aspect extérieur est obtenu par une sorte de carnation artificielle, en réalité par la fabrication en matière synthétique d’une chair enveloppant la machine. Elle sera en tout point identique à l’enveloppe charnelle de Miss Alicia Clary, une chanteuse qui se caractérise par sa grande sottise mais d’une incroyable beauté. Lord Ewald l’aime éperdument. Pas elle. Désespéré par la beauté sans âme de son amour, il est au début de l’histoire sur le point de mettre fin à ses jours. Édison s’engage alors à réaliser son désir le plus cher, celui d’une Alicia aimante et soumise, dotée d’un esprit des plus raffiné.

Dans cet extrait, Lord Ewald est pour la première fois confronté à une part du rêve que promet d’accomplir pour lui Édison. La scène macabre fait découvrir un bras sanglant. L’effroi que suscite dans un premier temps le contact avec ce membre encore tiède laisse rapidement place à la fascination froide du technicien admiratif. Édison démontre là sa capacité de création s’affranchissant des limites que les lois de la nature imposaient jusqu’alors aux prétentions de l’être humain, et plus exactement du scientifique. Berthelot, le plus célèbre des chimistes à cette époque, est convoqué pour accréditer le réalisme de l’utopie. Ce dernier est une figure emblématique du scientisme triomphant, considéré comme l’un des fondateurs de la chimie organique de synthèse, pourfendeur de la force vitale dans laquelle résidait encore une part du mystère de la vie. À l’instar de Berthelot, Édison aboli la frontière entre la matière minérale inerte et la substance organique vivante. Plus encore, Édison promet de substituer la science à la nature, reléguant le rôle de cette dernière à celui d’une pâle imitation des capacités créatrices du savant moderne.

Ève l’artificielle sublime ici l’être humain. En partie pour ces raisons, elle demeure la plus sophistiquée des androïdes peuplant l’imagination des romanciers de science utopique au 19e siècle. L’émergence au siècle suivant des robots poursuit cette tradition d’une mise en culture populaire des êtres artificiels et des ambigüités auxquelles renvoie leur existence dans le monde réel. Parmi les créations artistiques les plus récentes, le suédois Lars Lundström remet ainsi au goût du jour la question avec une proposition de fiction télévisuelle où des hubots (humains-robots) bousculent les convictions les plus ancrées en matière de définition de ce qu’est la nature et la condition humaine.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *