2014 ■ MecanHumanimal de Enki Bilal au Musée des arts et métiers (exposition)

Quand la culture technique et l’art populaire se rencontrent

Affiche officielle de l’exposition Mécanhumanimal proposée par Enki Bilal et le Musée des arts et métiers à Paris.
Affiche officielle de l’exposition Mécanhumanimal proposée par Enki Bilal et le Musée des arts et métiers à Paris. 

Situé au cœur de Paris, le Musée des Arts et Métiers est le temple national de l’histoire des techniques. Ses collections témoignent du génie technicien au travers de l’exposition d’œuvres d’art associées à la plus haute culture matérielle. Par le seul fait muséal, ces objets ont une valeur historique et esthétique, matérialisent la grande Culture des arts de la technique. Le cadre monumental, comme le mode d’exposition des objets – c’est-à-dire donnés à voir pour eux-mêmes, renseignés à minima et figés derrière leurs vitrines – confirment leur condition d’œuvres plus proches des arts traditionnels que de la culture populaire.

L’exposition MécanHumAnimal rompt avec les usages qui consistent à se conformer aux canons de la culture classique et des beaux-arts. Contredit-elle pour autant la revendication de faire entrer en culture sciences et techniques ? Le temps de l’exposition, les objets du Musée quittent leur précieux mode d’exposition pour rencontrer une culture populaire cultivant la distance avec la culture scientifique et technique telle que pensée et pratiquée par ses prescripteurs officiels.

Comme on le devine face à cette affiche, les objets sont sortis de leur écrin pour être détournés et métamorphosés par une performance artistique. Par cette opération culturelle, un changement de perspective s’opère. Habituellement, les collections sont valorisées auprès des publics qui se doivent de les considérer comme des œuvres d’art. Cette exposition fait entrer la culture populaire d’Enki Bilal – ses bandes dessinées et ses réalisations cinématographiques -, avec son univers graphique et artistique singulier, fantasmé, dans le temple de la culture matérielle des techniques.

L’artiste a eu toute liberté pour mettre en scène sa fascination pour les dispositifs mécaniques de ce musée. Sans aucune prétention de réalisme, il performe la technique d’un passé projeté dans un univers où la matière tend à remplacer la nature, et dans lequel des êtres post-humains et des animaux chimériques semblent survivre à la disparition des espèces. Cette fusion du naturel et de l’artificiel se double ici d’une confusion des époques : l’Égypte antique côtoie le gothique, le moyen âge se fond dans des décors de science-fiction. Uchronie, histoire contrefactuelle et dystopie sont les ressorts de mise en scène d’une modernité déprimée. Dans cette confusion des artifices et des êtres organiques, l’emploi contrasté des couleurs bleue et rouge tente de maintenir un ordre de partage. Le bleu est associé au froid du métal et de la pierre, mais aussi au sang du limule (animal ancestral, fascinant par son aspect mécanique et organique primaire). Le rouge, omniprésent, renvoie au sang, persistance d’une matière vivante en voie d’extinction ou de fusion avec des matériaux inertes.

Doit-on y voir une menace de disparition de l’espèce humaine par le développement des techniques ? En réalité, il n’est nullement question de dénoncer l’emprise des technosciences, qui ne sont ici que le support d’une expression artistique, voire poétique. Si emprise il y a, c’est celle de la domination d’êtres maléfiques se disputant la détention sans partage du pouvoir sur la masse des vivants. Par ailleurs, la proposition artistique se veut une ode à la vie. Mais de quelle vie ? Celle insufflée aux techniques inertes et inanimées comme annoncée au début de l’exposition ? Pourtant, les techniques ne prennent pas vraiment vie : elles permettent seulement la survie des êtres vivants dans des conditions peu enviables. Survivre semble en effet être le cœur de l’univers de Bilal, au prix d’une réparation, voire d’une transformation, des organismes ne pouvant respirer, se déplacer qu’à l’aide de prothèses plus ou moins sophistiquées. La technique n’octroie pas de capacité de surpuissance et prend plutôt la fonction d’une béquille sur laquelle s’appuyer pour tenter de survivre dans cet univers où règnent la violence et la barbarie des êtres vivants – et non des techniques.

Paradoxalement, Bilal nous plonge dans l’imaginaire d’une technique sans vie, avec laquelle l’humanité s’efforce de survivre au prix d’une torture des corps, d’une hybridation de l’artificiel et de l’organique. Sa vision d’un monde hyper-technoscientifique est régressive et ne propose pas de dépassement de la condition humaine comme y invitent d’autres œuvres du genre. Elle suggère au contraire la chute dans le chaos et la confusion. Univers étrange et étouffant, violent et inquiétant, carcéral et oppressant où la folie et la paranoïa sont en tension permanente avec la puissance destructrice. Bref, la technoscience n’est pas vraiment ici à l’honneur, qui sert surtout une esthétique de l’œuvre.

Faut-il voir dans cette proposition une projection populaire plus ou moins consciente des fantasmes ou des angoisses auxquelles renvoient les technosciences dans le monde réel ? Il y a là matière à réflexion sur ce que sont ces deux cultures : une culture institutionnelle pensée par le haut et pour le bas et une culture populaire vécue par des publics au travers de la manifestation artistique de leurs imaginaires.

(fiche proposée par les auditeurs de la promotion 2013-2014 de la licence professionnelle « Médiation de la culture scientifique et technique » au Cnam dans le cadre du cycle « Histoire socio-culturelle et populaire des technosciences » après une visite et un travail collectif en novembre 2013)


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *