1909 – Le salon aéronautique

02_01
Affiche créée par Edouard Montaut (1909) – dim. 57.5 x 79.3 cm. impr. Mabileau et compagnie

Le salon aéronautique, une émotion technique

(par Sandrine Balza, Licence médiation culturelle, avril 2014)

1909 : l’époque des aventuriers, des prix et des meetings aériens qui galvanisent les foules. Des records de distance, vitesse et durée de vol sont homologués. Santos – Dumont, Farman, Blériot, Latham marquent les esprits. Des constructeurs de génie améliorent les machines volantes. Cette émulation pousse vers l’audace. Ainsi, Blériot le 25 juillet 1909 à son arrivée à Douvres après la traversée de la Manche, alors qu’il ne sait pas nager, est salué en véritable héros populaire. L’évènement a un retentissement mondial. L’homme savoure son exploit. Son avion, le Blériot XI, est exposé à Paris devant la façade du journal « Le matin ». Fin 1909, il  rejoindra  le musée des Arts et Métiers, musée vivant, ouvert aux progrès techniques les plus récents. Les prouesses intriguent, elles font rêver.

Dans ce contexte s’ouvre le premier salon de la locomotion aérienne. Les « choses de l’air » avaient déjà été invitées fin 1908 dans un coin du salon de l’automobile. Succès d’estime. Sans lendemain ? Désormais, ce sera un triomphe ! Le salon est créé par André Granet (1881-1974) architecte et Robert Esnault-Pelterie (1881-1957) brillant ingénieur. Ils désirent se dégager de la tutelle de l’automobile et affirmer la naissance d’une nouvelle industrie. Blériot lors du salon enregistre plus de 100 commandes pour son appareil. A la fin de l’année, il en compte plus de 300 et inaugure la première usine de construction aéronautique au monde en 1910.

L’homme vole, il faut montrer comment et pourquoi. Une volonté peut-être inconsciente mais certaine de diffusion de culture scientifique et technique auprès d’un large public apparaît.

Une affiche publicitaire annonce l’évènement dans l’espace public et la presse à grand tirage. Elle devient un véritable moyen d’expression artistique. Edouard Montaut (1879 – 1909), aquarelliste, connu pour ses illustrations d’automobiles et de dirigeables,  réalise l’affiche de l’exposition de la locomotion aérienne. La première du genre qui  s’est tenue du 25 septembre au 17 octobre 1909 à Paris, ancêtre de l’actuel salon du Bourget. Conscient de l’universalité des aéroplanes, les organisateurs souhaitent une participation internationale. Au premier plan de l’image, une statue en mouvement, allégorie, qui par ses attributs nous fait penser à Vulcain, Dieu romain du feu et des métaux. Perché sur le Mont Olympe, Il tient un marteau et porte un tablier de forgeron adossé à une enclume. Ce Dieu réputé industrieux désigne aérostat, dirigeable et autre plus lourd que l’air. Ce geste ailé procure à toute l’image une sensation de déplacement. Nous assistons à un passage, celui des balbutiements de l’aviation réservés à quelques passionnés visionnaires, aux promesses enchanteresses partagées par tous. Le progrès technique trace une nouvelle voie : le rêve universel de vol devient réalité.

Pour cette première exposition, le lieu symbolique du Grand Palais est retenu. Construit lors de l’exposition universelle de 1900, ce palais national populaire est dédié aux arts, à l’innovation et à la modernité. Sous la nef, illustration de la technique parfaitement maîtrisée,  s’exposent de 1909 à 1951 les fleurons de l’aviation française et internationale. Ce qui vaut à ce joyau le surnom de volière. Initiative prématurée ? Au contraire, on peut lire dans le journal «  l’illustration » : « La locomotion mécanique dans l’air, avec ses mystérieux problèmes et ses révolutions prochaines, ne pouvait manquer de réveiller l’enthousiasme de la foule. Le nombre des entrées au Grand Palais a repris son niveau le plus élevé ; il a fallu un service d’agents de la force publique pour contenir la mer des visiteurs autour des bouts de bois et de toiles sur lesquels Wright a joué à l’oiseau ! ». L’exposition est visitée par le Président de la République Française accompagné par les ministres de la guerre, de la marine, des affaires étrangères, des travaux publics et du commerce. Le signal est fort.

En sublimant l’objet technique, l’exposition modifie l’image de l’aéroplane. Ses capacités sont dorénavant considérées, des utilisations commerciales et militaires sont envisagées. Une industrie se crée.  André Granet, gendre de Gustave Eiffel,  agit en metteur en scène. Il présente un plan d’ensemble et impose une uniformité de décoration. Il facilite ainsi la circulation des visiteurs entre les stands, compose un décor éphémère jouant selon son époque avec des treillis, draperies, guirlandes et massifs. Il met en valeur les objets exposés : en vedette, le Blériot XI au centre du hall sur un socle surélevé. Une révélation ! La mise en lumière magnifie les formes et les couleurs. Le visiteur est séduit, dans les allées, il commente, distingue, réfléchit. Le pari est gagné. Un sénateur raconte « le public est instantanément dressé ! ». Dès lors l’avion n’a plus de secret, il devient un objet technique connu et reconnu par tous.

La collection est riche. La foule contemple ballons, dirigeables en suspension mais aussi les récents aéroplanes Breguet, Voisin, Farman, Wright, l’Antoinette de Levasseur ou la Demoiselle de Santos Dumont. Quantité de moteurs, d’hélices, d’équipements aéronautique sont exposés. Le salon jalonne le progrès. Il y a une détermination indéniable d’éclairer les esprits : on met en perspective histoire de la navigation aérienne et actualité, on explique les phénomènes scientifiques, on fait admirer gravures, photographies aériennes et objets d’art. Chaque sensibilité est touchée.

Ce véritable succès populaire – au-delà de toutes les prévisions – avec plus de 100 000 visiteurs, 380 exposants dont 115 dans la construction ou la fourniture d’équipement aéronautique ne reste pas un évènement isolé. Depuis, à chaque édition, le salon est le lieu de démonstration de la puissance de l’industrie aéronautique. Le grand public admire de près les plus fabuleux témoins de la technologie  sans jamais oublier la magie et l’émotion des avions présentés en vol.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *