1959 ■ Hiroshima mon amour (film)

2014-05-23_145721
Images séquences extraites du film d’Alain Resnais « Hiroshima mon amour » (1959)

Fission, fiction et civilisation

(par Cécile Hernu, magistère Cnam, mai 2014)

Premier long métrage d’Alain Resnais, «Hiroshima mon amour» (1959) est réalisé 14 ans après le largage de la bombe atomique, le 8 août 1945.

Le film met en scène un amour adultère entre une actrice française, jouant dans une fiction à Hiroshima et un japonais, idylle qui réveille un traumatisme refoulé. L’histoire se déroule dans la ville reconstruite. Les séquelles de l’atomisation sont très présentes. La mise en scène repose, en premier lieu, sur un documentaire mêlant séquences de la ville de 1958, reconstitutions filmées, images d’archives et extraits de film. Elle explore, en deuxième temps, la vie du personnage féminin, en une sorte de travail psychanalytique.

À travers cette œuvre, le cinéaste aborde les interactions entre science, industrie, politique et société.

Le spectre de la bombe atomique – Le rapport à la science est d’abord évoqué dans la découverte même du processus de fission, l’explosion de la bombe et la radioactivité. La fission nucléaire apparaît dans les 5 plans d’ouverture des deux corps enlacés. Ils suggèrent le processus de fission de l’atome d’uranium, entraînant une réaction en chaîne. La texture des corps change alors : de pierre, ils deviennent cendres avant de devenir sueur. La matière solide fond, entraînant une pluie noire, et symbolisant ainsi la puissance de l’explosion engendrée. Celle-ci ainsi que l’onde de choc générée sont évoquées dans le scénario : « … deux cent mille morts. Quatre-vingt mille blessés en neuf secondes. Ces chiffres sont officiels. ça recommencera. Il y aura 10000 degrés sur la terre, 10000 soleils, dira-t-on. L’asphalte brûlera. Un désordre profond régnera. Une ville entière sera soulevée de terre et retombera en cendres. »

La maquette de la ville détruite, les pierres brûlées, le métal fondu, les photos des corps estropiés sont exploités lors de la visite de l’héroïne au musée.

L’atomisation restera omniprésente, suggérée en arrière-plan, tout au long du film.

La mort à long terme – Les évocations relatives à la radioactivité sont nombreuses, non seulement dans les jours et mois qui ont succédé au largage de la bombe mais aussi 14 ans après celui-ci : les plans des malades dans le couloir de l’hôpital d’Hiroshima et de ceux installés dans les chambres, suggèrent l’agonie et la mort à venir. Des femmes perdent leurs cheveux, des poissons sont contaminés : « On enterre la nourriture de villes entières.» «Les femmes risquent d’accoucher d’enfants mal venus, de monstres»….

Resnais insiste sur cette ignominie qui pèsera sur des générations d’individus.

Science, politique et société – Le cinéaste aborde alors la science dans son rapport à la société et compare les humains à des fourmis impuissantes quant aux pouvoirs des politiques et industries.

Les images d’archives et les extraits du film « Les enfants d’Hiroshima » de Kaneto Shindo, opposent la vision humaine du japonais qui témoigne de l’horreur de la bombe à la vision des américains dont les films étaient réalisés dans un but scientifique, dénué d’humanité.

Les États-Unis appliquaient une censure totale quant aux informations découlant des suites de l’explosion nucléaire. Le texte appuie cet état de fait : « Tu n’as rien vu à Hiroshima, rien ». L’évocation des actualités regardées en France met aussi l’accent sur une information contrôlée.

Un défilé fictif, pauvre miroir de la société, proteste contre l’industrialisation de la science à des fins destructrices. Einstein y est représenté, symbole de la connaissance scientifique. Mais c’est aussi une allusion probable au rôle qu’il a joué dans la course aux armements nucléaires en incitant le président Roosevelt à réagir face à la menace allemande dont les recherches dans ce domaine étaient plus avancées.

Alain Resnais ne remet pas en cause la science : « Mais il est regrettable que l’intelligence politique de l’homme soit 100 fois moins développée que son intelligence scientifique » La vaine protestation de la société ne fait pas le poids face aux pouvoirs des politiques et à l’industrialisation du monde.

Des réponses au sein de l’individu – C’est donc dans l’individu même qu’il cherche des explications, dans son fonctionnement émotionnel et psychique. C’est pourquoi il met en parallèle à la grande Histoire, l’histoire des amants, ravivant le souvenir traumatisant refoulé du premier amour de l’actrice avec un soldat allemand durant l’occupation, à Nevers. Leur relation est posée comme une thérapie, impliquant la notion de transfert : le japonais s’identifiant à l’allemand. Resnais cherche des réponses dans la psychanalyse élaborée par Freud, notamment concernant le processus de mémoire comme instrument de guérison.

«Hiroshima mon amour» n’est pas à proprement parlé un film scientifique, mais le cinéma de Resnais s’intéresse à l’homme en tant qu’individu et l’homme pris dans l’engrenage du monde qu’il ne maîtrise pas et dans lequel la science tient une part primordiale dans l’évolution et la compréhension de l’humanité.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *