1943 ■ Ravage (roman)

ravage
Extrait du livre de René BARJAVEL « Ravage » paru en 1943.

 

L’utopie contrariée des technosciences

(par Asta Sibide, Licence Médiation culturelle des sciences et techniques en société, Cnam, juin 2014)

« L’humanité ne cultivait presque plus rien en terre. Légumes, céréales, fleurs, tout cela poussait à l’usine, dans des bacs.

Les végétaux trouvaient là, dans de l’eau additionnée des produits chimiques nécessaires, une nourriture bien plus riche et plus facile à assimiler que celle dispensée chichement pas la marâtre Nature. Des ondes et des lumières de couleurs et d’intensités calculées, des atmosphères conditionnées accéléraient la croissance des plantes et permettaient d’obtenir, à l’abri des intempéries saisonnières, des récoltes continues, du premier janvier au trente et un décembre.

L’élevage, cette horreur, avait également disparu. Élever, chérir les bêtes pour les livrer ensuite au couteau du boucher, c’étaient bien là des mœurs dignes des barbares du XXème siècle. Le « bétail » n’existait plus. La viande était « cultivée » sous la direction de chimistes spécialistes et selon les méthodes, mises au point et industrialisées, du génial précurseur Carrel, dont l’immortel cœur de poulet vivait encore au Musée de la Société protectrice des animaux. Le produit de cette fabrication était une viande parfaite, tendre sans tendons, ni peaux ni graisse, et d’une grande variété de goûts. Non seulement l’industrie offrait aux consommateurs des viandes au goût de bœuf, de veau, de chevreuil, de faisan, de pigeon, de chardonneret, d’antilope, de girafe, de pied d’éléphant, d’ours, de chamois, de lapin, d’oie, de poulet, de lion et de milles autres variétés, servies en tranches épaisses et saignantes à souhait, mais encore des firmes spécialisées, à l’avant garde de la gastronomie, produisaient des viandes extraordinaires qui, cuites à l’eau ou grillées, sans autre addition qu’une pincée de sel, rappelaient par leur saveur et leur fumet les préparations les plus fameuses de la cuisine traditionnelle, depuis le simple bœuf miroton jusqu’au civet de lièvre à la royale. […]

Il ne serait pas venu à l’idée des Européens du XXème siècle de manger des fœtus de mouton ou de veaux mort-nés. Ils dévoraient pourtant des œufs de poules. Une partie de leur nourriture dépendait du derrière de ces volatiles. Un procédé analogue à celui de la fabrication des viandes libéra l’humanité de cette sujétion. Des usines livrèrent le jaune et le blanc d’œuf, séparés, en flacons. On ne commandait plus une omelette de six œufs, mais d’un demi-litre.

Quand au lait, sa production chimique était devenue si abondante que chaque foyer le recevait à domicile, à côté de l’eau chaude, de l’eau froide et de l’eau glacée, par canalisations. Il suffisait d’adapter au robinet de lait un ravissant petit instrument chromé pour obtenir, en quelques minutes, une motte d’excellent beurre. Toute installation comportait un robinet bas, muni d’un dispositif tiédisseur, auquel s’ajustait une tétine. Les mères y alimentaient leurs chers nourrissons. »

Une ère glorieuse

Paris, 2052. L’ère atomique a permis de nombreuses avancées technologiques améliorant ainsi considérablement la vie quotidienne des Parisiens. Dans cet extrait, nous sont décrits les nouveaux modes de production utilisés pour nourrir ses 25 millions d’habitants. Les scientifiques ont mis au point des techniques permettant de s’affranchir de l’agriculture et de l’élevage, techniques barbares et cruelles de leurs ancêtres du xxe siècle. Non seulement les hommes ne dépendent plus des aléas climatiques pour se nourrir, mais les animaux sont enfin protégés. Surtout les produits de cette technologie prodigieuse sont beaucoup plus riches et variés que ceux offerts par la Nature.

Cet extrait est tiré de la première partie de Ravage de René Barjavel, « Les temps nouveaux ». S’il n’est question ici que de l’alimentation, les progrès scientifiques ont indéniablement amélioré tous les aspects de la vie quotidienne : transport, habillement, architecture, etc. Le plastec, par exemple, nouveau matériau transparent a remplacé le bois, l’acier, le verre et le ciment. Il est si résistant que lorsque le wagon d’un train en plastec se décroche pour détruire l’usine qu’il percute, il reste parfaitement intact alors que les passagers « ne possédaient plus un os entier ». La technologie est parfaite et c’est donc l’homme qui fait défaut. Cependant, grâce à la Science les hommes ne craignent plus la mort car même les rituels mortuaires ont évolués. Ils ne sont plus enterrés et condamnés à disparaitre dans la Nature mais conservés dans une pièce spécialisée de l’appartement, le Conservatoire, où ils demeurent pour l’éternité auprès des membres de leur famille.

Ainsi la Science a libéré les hommes de leur dépendance à la « marâtre Nature ».

 « La Nature est en train de tout remettre en ordre ».

Cependant, R. Barjavel nous décrit une société vulnérable où l’homme ne sait plus rien faire par lui-même. Il s’est certes affranchi de la Nature mais il dépend totalement de la technologie. Aussi lorsque l’électricité, indispensable au fonctionnement de ce système technologique parfait, disparaît, cette société ultra moderne s’effondre. Au même moment, dans le monde entier, tout s’arrête. Et lorsqu’on comprend que la « panne » est permanente, c’est le chaos. Incompréhension, panique, émeutes, pillage, cholera, incendie : la Ville radieuse est ravagée, abandonnée, détruite en seulement l’espace de quelques jours.

Les survivants se réfugient alors dans le sud de la France où des irréductibles ont résisté au progrès et conservé leurs mœurs barbares. Se met alors en place une société patriarcale d’où la science, la connaissance et l’innovation sont bannies pour éviter de reproduire les erreurs passées. Un retour radical à la Nature.

Un classique de la science fiction française

Écrit en 1943 pendant la seconde guerre mondiale, Ravage est publié par les éditions Denoël, employeur de René Barjavel. À cette époque peu de romans de science-fiction sont publiés en France et les auteurs anglo-saxons à succès ne sont pas traduits. D’ailleurs, le terme science-fiction n’est pas encore utilisé et R. Barjavel qualifie Ravage de « roman extraordinaire » en hommage aux Voyages extraordinaires de Jules Verne qu’il admire ou en référence aux œuvres d’anticipation. Bien que la science-fiction ne se développe véritablement en France que dans les années 50, à sa sortie Ravage connait un franc succès.  Ce premier roman permet même à René Barjavel de nourrir sa famille dans le Paris occupé. Il est aujourd’hui devenu un classique de la science-fiction, très étudié dans les programmes scolaires. 

Progrès scientifiques : attention danger !

Passionné de sciences, R. Barjavel nous offre pourtant avec Ravage une vision pessimiste du progrès scientifique. En effet, l’amélioration de la vie quotidienne des citadins de 2052 s’est accompagnée du reniement de leur héritage culturel et d’une dépendance totale aux machines. Pourtant, pour l’auteur, ce n’est pas un roman anti-progrès. Ce roman d’anticipation a pour but de nous prévenir contre les excès de la science. C’est une mise en garde qu’on retrouvera également dans ses autres romans. Le progrès, oui mais avec prudence.

Cette inquiétude concernant la place grandissante de la science dans notre vie quotidienne ou les dérives scientifiques est aujourd’hui partagée par beaucoup. En effet, les grandes crises scientifiques et les importantes avancées technologiques relativement récente (vache folle, réchauffement climatique, gaz de schiste, clonage, internet, etc.) nous ont fait prendre conscience que la science améliore notre vie mais n’est pas toujours sans conséquences.

Même si René Barjavel est accusé par certains commentateurs de misogynie, de racisme ou encore de pétainisme, il reste néanmoins une référence de la science fiction française qui, à travers ce roman et ces différentes œuvres, nous rappelle que les avancées scientifiques et techniques doivent faire l’objet d’une réflexion individuelle et collective.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *