2008 ■ Fringe (série TV)

2014-06-13_130820
Le laboratoire du docteur Bishop

Aux frontières de la science

(par Florence Delnef, Magistère Cnam, juin 2014)

La série Fringe, créée par J.J. Abrams, Alex Kurtzmaan et Roberto Orci a été diffusée à partir de 2008 pendant cinq saisons. Elle narre les aventures de trois personnages : Olivia Dunham agent du FBI, Walter et Peter Bishop scientifiques et consultants. Ils évoluent au sein d’un département du FBI spécialisé dans les phénomènes étranges en lien avec des technologies non conventionnelles.

Le personnage le plus intéressant de cette série, est sans contexte celui de Walter Bishop interprété par John Noble. Il incarne au sens propre la figure du savant fou sorti d’un asile psychiatrique où il avait été interné suite au décès d’un de ses assistants lors d’une expérience. On découvre au fur à mesure des épisodes qu’il est à l’origine des découvertes ou du développement dans les années 70-80, des technologies qui sont l’objet de la majorité des intrigues de la série.

Il porte les attributs du savant comme dans l’illustration ci-dessus. On l’identifie dans sa fonction grâce à sa blouse blanche, à son environnement un laboratoire. Il est celui qui apporte des réponses et des solutions.

Mais si on observe bien l’illustration, on réalise que l’on est face à un personnage de fiction, un savant irréel, fictionnel. Le laboratoire est un bric-à-brac de verreries et d’instruments pseudo scientifiques. Qui imaginerait une autopsie réalisée sur un coin de table juste protégé par une blouse et des gants avec une assistante en vêtement de ville ? Qui pourrait être à la fois spécialisé dans les biotechnologies, la physique quantique et la médecine ? Cette irréalité se poursuit à travers le personnage lui-même, qui ne semble pas être toujours très présent, obsédé par la nourriture et les sucreries, disant tout ce qu’il pense ou ressent sans barrière ni pudeur, abusant de substances psychotropes. Ce décalage entre le personnage de fiction et ce que pourrait être un vrai scientifique semble voulu pour intensifier la narration.

Le spectateur sait d’emblée qu’il est face à un personnage de fiction, mais rendu crédible par un discours scientifique qui semble se tenir mais dont il n’est pas dupe. C’est aussi ce qui rend ce personnage attachant, rassurant et ambigu. C’est un personnage à deux facettes. Ses recherches avant son internement, utilisées à mauvais escient sont une source de dangers potentiels. Il n’a de cesse d’essayer d’en contrecarrer ou d’en atténuer les méfaits. Il est entre le bien et le mal. Un docteur Jeckyll et mister Hyde. Il peut aussi être vu comme une figure rédemptrice de la science.

Cette série nous amène à nous interroger sur ce qu’est la science et dans quels conditions la recherche se déroule. En effet, Walter Bishop peut être vu comme étant celui qui a ouvert la boîte de pandore. En cherchant aux limites de la science, il déverse les pires fléaux sur terre. Un chercheur peut-il tout faire au nom de la science ? Quels sont limites posées par l’éthique ?

Cette série évoque aussi à travers ce personnage de Walter Bishop, des tests de médicaments censés améliorer les performances humaines réalisées par notre savant sur des enfants au début des années 80. Quand notre héroïne, Olivia Dunham interroge le laboratoire sur ces expérimentations et fait preuve de son étonnement qu’ils aient pu être réalisés sur des enfants, Nina Sharp, l’emblématique directrice du groupe Massive Dynamic, lui répond avec une certaine ironie qu’il n’y avait aucun risque car le médicament avait été très largement testé sur les animaux. L’industrie du médicament a connu de nombreux scandales dû à des substances souvent insuffisamment testées ou dangereux en comparaison de leur efficacité comme le Distilbène ou plus récemment le Médiator. Le spectateur à travers ses souvenirs, est confronté aux conséquences des choix des grands laboratoires. Mais aussi au non-choix car nombre de maladies orphelines ne font l’objet d’aucune recherche faute de rentabilité.  L’évocation dans la série que ces tests aient pu être réalisés sur une base militaire, nous renvoie au manque de transparence de certaines recherches réalisées lors de la guerre froide. C’est la paranoïa du spectateur qui ait ici suscitée. Le titre de cette série Fringe vient comme en écho au rapport de Vannevar Bush publié après la seconde guerre mondiale : Science, the Endless Frontier, A report to the President on a Program for Postwar Scientific Research.

Les études sur les séries télévisées depuis quelques années, nous ont habitués à un questionnement sur notre société.  C’est bien de notre rapport à la science dont il est question dans cette série. La science-fiction permet une mise en perspective de nos inquiétudes face à une toute puissance supposée de la Science. La science vue comme un fléau quand elle semble aux mains de l’armée et de multinationales. D’autant plus inquiétante quand elle semble destinée à améliorer les performances humaines. Une science pour qui et pour quoi ?  La trame narrative de l’épisode 14 de la saison 1 repose sur l’existence d’un groupe terroriste anti-technologie qui de façon paradoxal utilise des technologies avancées pour lutter contre ce qu’elles ont engendré comme une mise en abîme de nos peurs. Nos espoirs de spectateurs reposent sur nos trois héros salvateurs. Si la science peut nous détruire, elle peut aussi nous sauver mais qui en décidera ?


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *