1868 ■ Statue de Laënnec (sculpture)

18709_333_4-Fi-512_place-saint-Corentin
carte postale représentant la statue de René-Théophile Laënnec (Quimper, 1868)

Sur la place de Laënnec dans l’imaginaire collectif des quimpérois

(par Amandine Élodie FLEMIN, Licence Médiation culturelle des sciences et techniques en société, CNAM Nantes, juin 2014)

15 août 1868. C’est jour de fête nationale à Quimper. Dans l’effervescence ambiante, la cité armoricaine s’apprête à rendre hommage à l’un de ses plus illustres fils : René-Théophile-Hyacinthe Laënnec. Quatre ans plus tôt, à l’initiative de l’Association des médecins de France, le conseil municipal votait l’élévation d’un monument à son effigie. Le document choisi est une carte postale ancienne représentant la statue du docteur Laënnec. Ce support a fait office de formidable outil de valorisation scientifique à l’époque. Conservée aux Archives de Quimper, elle a été éditée par Anglaret en 1868, année de l’inauguration du monument. Amenée à circuler, elle a contribué à perpétuer la mémoire du médecin décédé à l’âge de quarante-cinq ans.  Né à Quimper le 17 février 1781, Laënnec descend d’une longue lignée de responsables politiques bretons. Parmi ces derniers figure son grand-père, Michel Alexandre, un ancien maire de la ville.  Orphelin de mère à six ans, son éducation est prise en charge par son oncle Guillaume. Auprès de celui-ci, Laënnec trouve sa vocation. Lui qui se rêvait marin, embrassera la profession de médecin.

Initialement prévue au mois de mai 1868, l’inauguration de la statue a été reportée au 15 août de la même année. Sous l’égide du maire Francois Veisseyre, du préfet et du président de l’Association des médecins de France, les festivités débutent à 11h.  Pour l’occasion, l’esplanade a été recouverte de sable. Vers midi, on assiste à une distribution de secours aux plus nécessiteux. A 16h, commence la cérémonie. Trônant au cœur de la principale place de la ville, l’œuvre témoigne du goût de l’époque pour les statues sur socle. Nichée sur un piédestal en granit, la statue est visible de tous les côtés de la place Saint-Corentin. A quelques encablures de la cathédrale et de la mairie, elle se trouve exposée au regard de tous. Conformément au souhait de ses maîtres d’œuvre : Lequesne, Bigot et Ducel. Le premier Eugène-Louis Lequesne, est sculpteur. C’est à lui qu’est confiée la charge de ciseler dans le bronze les traits de l’enfant du pays. On lui doit la création de Bonne Mère, qui surplombe la basilique de Notre-Dame de la Garde à Marseille (1867). Bigot et Ducel en sont l’architecte et le fondeur. La statue, mise en valeur par l’extraction d’une dizaine de tilleuls, est ceinturée par quatre bandes de gazon. Une grille en fer forgé entoure l’ensemble. Vingt mille francs recueillis par l’Association des médecins bretons, français et étrangers lors d’une souscription auront permis d’en faire don aux Quimpérois.

On peut donc à loisir observer l’éminent médecin. Sa posture se veut accueillante. Il est assis dans un fauteuil et a revêtu son costume de praticien. La population saisit-elle la dimension exceptionnelle de l’homme pour autant ? A voir les enfants et les passants s’affairer autour, on pourrait en douter. Comme pour le leur rappeler, la main droite de Laënnec renferme le stéthoscope de son invention. Devant lui, ces mots gravés dans le bronze : »A l’inventeur de l’auscultation ». Sur quelques livres, à l’arrière, on devine le mot « auscultation ». La première édition du Traité d’auscultation médiate écrit par Laënnec en 1819 y figure peut-être. Cette méthode consiste à recueillir dans l’oreille un son provenant du cœur par l’intermédiaire d’un instrument. Auparavant prévalait l’application de l’oreille directement sur la poitrine. Mériadec Laënnec, Lallour, De Kergaradec, Roger… Pas moins de huit orateurs se succéderont à la tribune afin de chanter les louanges du célèbre docteur. C’est ainsi qu’on apprend que l’Académie de médecine avait appelé de ses vœux l’édification d’une statue trente ans plus tôt.

Tous reviendront sur son exceptionnel parcours malgré sa faible constitution. Après quatre années d’études de médecine rythmées par les troubles révolutionnaires, Laënnec obtient son doctorat à Paris en 1804. Nommé en 1816 à l’hôpital Necker, il commence à s’intéresser aux maladies pulmonaires. La légende veut que l’idée du stéthoscope lui vint en observant deux enfants jouer. Le premier s’amusait  à frapper l’extrémité d’un banc et le second à recueillir le son émis, l’oreille collée à l’autre extrémité. Atteint d’une phtisie pulmonaire, il s’éteint en 1826 dans sa Bretagne natale. Faisant suite à la solennité des discours; danses, illuminations et autre retraite aux flambeaux ponctuent les festivités bien au-delà de 22 h. La célébration de Laënnec un jour de fête nationale porte une charge symbolique forte. Plus qu’une simple figure locale, le médecin est élevé au rang de héros national. En lui attribuant « la place d’honneur dans la cité », les autorités inscrivent le souvenir du docteur de façon durable dans la mémoire collective. En outre, sa statue est le seul monument en bronze de la ville à avoir échappé à la fonte des métaux durant la Seconde Guerre Mondiale. Cela renforce, à n’en pas douter, la dimension affective que portent les Quimpérois à celui que l’on qualifie de « messie de la médecine ».


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *