2010 ■ Inception (film)

Inception escalier de Penrose
« L’escalier de Penrose », extrait du film Inception de Christopher Nolan (2010)

Rêve ou réalité ?

(par Vincent Trouillard, Licence Médiation culturelle des sciences et techniques en société, Cnam Nantes, juin 2014)

Inception est un film américano-britannique d’action et de science-fiction, écrit, réalisé et produit par Christopher Nolan et sorti en 2010. Il s’agit d’une superproduction réalisée avec un budget colossal de 160 millions de dollars, sans compter les 100 millions dévolus à la promotion du film. Avec prés de 5 millions d’entrées et quatre Oscars, le film se classe en 2010 parmi les quarante plus gros succès au box office mondial.

Le sujet : Dom Cobb est un voleur expérimenté dans l’art périlleux de l’extraction : sa spécialité consiste à s’approprier les secrets les plus précieux d’un individu, enfouis au plus profond de son subconscient, pendant qu’il rêve et que son esprit est particulièrement vulnérable. Très recherché pour ses talents, Cobb se retrouve contraint d’accomplir l’impossible à des fins d’espionnage industriel : l’inception. Au lieu de subtiliser un rêve, lui et son équipe doivent faire l’inverse : implanter une idée dans l’esprit d’un individu.

Cette œuvre s’inscrit dans un contexte très actuel et reflète l’incertitude profonde de la population envers la science au 21ème siècle. En effet, auréolée de ses succès antérieurs, cette dernière fait de plus en plus face à des liens d’influence aussi puissants que l’économie et la politique dans les directions qu’elle emprunte. C’est en effet ce que l’on peut analyser au travers du film basé sur cette histoire d’espionnage industriel. De plus, des personnages sont attirés par le fait de pouvoir voyager dans les rêves et d’autres individus sont quant à eux séduits par la façon dont ils peuvent utiliser cette faculté pour se faire de l’argent. On peut donc aisément réaliser un parallèle avec les façons dont la science est perçue et utilisée aujourd’hui.

L’illustration choisie l’a été pour sa présence massive dans l’imaginaire de la culture populaire. En effet située à un moment clef du film où l’un des protagonistes explique les formes impossibles que peut créer le subconscient pour dissocier rêve et réalité, il utilise « L’escalier de Penrose » pour illustrer ses propos (l’escalier de Penrose est une représentation en deux dimensions d’un escalier faisant quatre virages à angle droit, revenant ainsi à son point de départ). Cette figure de l’escalier a été utilisée par d’éminents scientifiques et psychologues tels que Freud, Descartes et Escher dans leurs recherches sur les différentes facettes de notre subconscient. Elle illustre donc une phase importante de l’histoire de la culture scientifique et technique en rapport avec les interrogations que nous nous posons sur les ressorts encore méconnus de notre psychologie.

Si le caractère populaire de ce film nuit clairement à l’authenticité scientifique et bien qu’étant basé sur un concept relevant de la science fiction (pouvoir rentrer dans les rêves des autres en se connectant à une machine), cette œuvre aborde et mélange plusieurs thèmes scientifiques et techniques, des neurosciences et de la psychologie au sens large avec une référence très claire aux interrogations très actuelles sur les rêves lucides et la réalité subjective. Ainsi, de nombreux travaux de Neuroscientifiques portent aujourd’hui sur la thématique des rêves et ouvrant des pistes qui seront très certainement de grandes découvertes à l’avenir.

Au vu de son contexte, l’aspect récent d’Inception (seulement 4 ans) rend encore quelque peu difficile sa considération en tant que partie prenante d’un « patrimoine scientifique et technique ». En effet de nombreux films de science fiction sont aujourd’hui reconnus unanimement comme tel de par le fait qu’à la suite de ces films certaines découvertes ont été faites allant dans le sens ce qui était avancé. Toutefois il est indéniable que les nombreux thèmes abordés contribuent à forger une culture scientifique et technique très actuelle car en phase avec certains enjeux du moment.

Ce film, comme la plupart de ceux réalisés par cet auteur, n’est qu’une fenêtre qui s’ouvre sur d’autres et qui mènent au final au vaste champ de la psychologie humaine.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *