1907 ▪ Autoportrait du Docteur Chicotot (peinture)

chicotot
L’auto-portrait d’un des pionniers de la radiothérapie : le docteur Georges Chicotot

Naissance de la Radiothérapie à l’hôpital Boucicaut

(par Dominique Pareyn, Licence Médiation culturelle des sciences et techniques en société, Cnam juin 2014)

La Science suscite souvent des espoirs et des craintes : espoirs de bienfaits, craintes d’applications incontrôlées à des fins néfastes. Elle peut solliciter la curiosité ou au contraire suggérer des sentiments de méfiance. C’est le cas notamment de la découverte et des premières utilisations des rayons X par Wilhelm Röntgen (premier prix Nobel en 1901) en novembre 1895: ce type de rayons est produit par des électrons fortement accélérés sous une haute tension de centaines de kilovolts. Cette découverte est immédiatement médiatisée par la presse, photographies de la main de sa propre épouse Mme Röntgen à l’appui. L’émission de rayons X et leurs comportements étranges (fluorescence) en font rapidement un phénomène de distraction et de spectacle, tout comme l’invention contemporaine des frères Lumière : le cinématographe.

Mais très rapidement, des pionniers du corps médical en imaginent les utilisations révolutionnaires: voir de façon immédiate, sûre et précise à travers des corps vivants (la radiographie), puis traiter des tumeurs cancéreuses en les réduisant et les stérilisant (la radiothérapie), ceci dès juillet 1896 avec les traitements du Docteur Despignes et en 1899 avec le constat des premières guérisons avérées. Ces innovations constituent des bouleversements fondamentaux car, depuis la Renaissance, la médecine se caractérise par le principe « voir c’est comprendre pour guérir », au travers des dissections lors des leçons d’anatomie, sur des cadavres, et depuis 1895 avec les rayons X, in vivo, au travers de l’imagerie médicale naissante.

Mais attachons nous à la personnalité de George Chicotot. Il est artiste-peintre de par sa formation initiale à l’École des Beaux-Arts : il en fait sa profession, en exposant chaque année au Salon des artistes français, de 1877 à 1913. Passionné par l’anatomie et les dissections (sujet du tableau le Prosecteur – 1882), il poursuit des études de médecine à partir de 1892 et soutient une thèse en 1899. Il commence sa carrière de médecin à l’Hôpital Broca, puis à l’Hôpital Boucicaut, hôpital nouvellement construit et le premier à être électrifié, où le Professeur Darrier fit installer à ses frais un appareil à rayons X. Il est préparateur puis médecin radiologiste en 1907, date à laquelle il peint ce tableau, le représentant en opération thérapeutique.

De prime abord, on y perçoit, par le prisme de fantasmes, une victime nue, assommée ou consentante et un officiant (prêtre sacrificateur en grande tenue) tenant en ses mains deux symboles: la puissance du feu (le chalumeau) et la maîtrise du temps (le chronomètre). Mais, une fois la surprise estompée, on remarque alors le patricien, tout en attention dans l’opération radiologique, puis en arrière plan, l’appareillage électrique – tableau, voyants de contrôle et le tube électronique dans une ampoule de Crookes, émetteur des rayons X – symbolisant la suprématie technique de cette thérapie innovante. Et enfin, on comprend que la supposée victime est une patiente mi- endormie ou dans un abandon confiant.

Le peintre qui se dépeint comme thérapeute, souligne sa notoriété par son haut de forme « Cronstadt », à l’image du docteur Tulp du célèbre tableau de Rembrandt. Cependant, il atténue l’aspect fantasmagorique suggéré par les lueurs jaunâtres et verdâtres des décharges électriques et insiste plutôt sur la parfaite maîtrise de l’opération, par l’usage du chalumeau pour réguler l’intensité du courant, donc la puissance des rayons X, et du chronomètre pour surveiller la durée de l’exposition.

Ainsi le tableau est à la fois le témoignage d’une innovation médicale et un document pédagogique à l’usage des manipulateurs radiologues. « Ce ne sont pas des tableaux de salon mondain », mais « des documents pour l’avenir », précisait-il de ses tableaux les plus connus, comme le tableau « le tubage », illustrant une leçon sur le traitement du croupe, terrible maladie infantile de la fin du XIXème siècle. On peut cependant reprocher dans ces tableaux l’absence d’une relation – par le regard ou toute forme d’attention ou de sympathie – entre le patient et son thérapeute : le spectateur fait face à l’« objectivité froide » de la représentation de l’acte médical, comme s’il eut été sacré.

Un défaut à la rigueur méthodologique de l’opération représentée consiste en l’absence totale de protection du patient et du patricien, par des écrans et tabliers de plomb, vis-à-vis de l’ « action nocive des nouvelles radiations », pourtant préconisée depuis 1904 par le Docteur Béclère. C’est ce « mal des rayons » (radiodermite) qui emportera le docteur Chicotot en 1937, à l‘âge de 72 ans, comme beaucoup des pionniers de la radiologie.

Au fil des années, les techniques et les instruments de radiothérapie se développent, et leurs représentations, essentiellement photographiques, négligent le caractère humain, en valorisant l’aspect technique de leur mise en œuvre. Ce n’est que dans les années 90, notamment dans le cadre de la promotion de la prévention dans la lutte contre le cancer, que l’approche des rapports humains entre les patients et les personnels soignants prendra une part plus significative, contribuant à désacraliser la technique et en promouvoir les aspects bénéfiques thérapeutiques et les relations de confiance entre les patients et le corps médical.

Ce tableau, original par la personnalité de son créateur, fut une pièce maitresse des collections du musée de l’AP-HP, établi dans l’Hôtel Miramoin : il est à présent stocké en caisse depuis deux ans, l’Hôtel ayant été vendu et sa conservatrice remerciée. C’est le sort probable des collections de l’Hôtel-Dieu. Comme la République estimait en 1793 n’avoir pas besoin de savants, actuellement, l’institution hospitalière en France ne semble pas se soucier de son patrimoine historique.

voir aussi : http://www.histoire-image.org/site/oeuvre/analyse.php?i=528


Une réflexion au sujet de « 1907 ▪ Autoportrait du Docteur Chicotot (peinture) »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *