1976 ▪ Tricatel (logo de fiction)

logo_TRICATEL
Logo de l’entreprise Tricatel telle qu’elle apparait dans le film de Claude Zidi « L’aile ou la cuisse » (1976)

Ce plat pourri qui est le mien !

(par Audrey Navarre, Licence Médiation culturelle des sciences et techniques, Cnam Toulouse, juin 2014)

Où vont tous ces gens dont pas un seul ne rit, questionnait le poète. Ils vont chez TRICATEL bien sûr, ou plutôt au Restoroute de Jacques Borel ! Se dirigeant d’un seul homme vers la pancarte aux couleurs éclatantes résultant d’un savant mélange de ketchup et de moutarde, telle une toile de Van Gogh.

Bien que nous  devions à Jacques Borel les tickets restaurant, nous lui devons aussi les premiers fast-foods importés en France : les Wimpy, ainsi que sa merveilleuse chaîne de Restoroutes lancée en  1968 (année d’une certaine révolution populaire) qui ont fait vomir plus d’un Renaud et d’un Coluche ! Coluche d’ailleurs à l’affiche aux côtés de Louis de Funès dans la comédie satirique « L’aile ou la cuisse » de Claude Zidi sortie en 1976, se moquant éperdument de notre cher industriel le déguisant à peine sous une quasi-homonymie.

On le sait, le cinéma est l’un des principaux médiums de l’expression populaire. En effet, il n’est pas rare de visionner des films qui, sous couvert d’une grasse comédie sont en réalité une critique acide de la société. Aussi, le cinéma, enfant de la technique de la science et du progrès, est naturellement le moyen d’expression le plus indiqué pour parler de leurs vicissitudes.

Claude Zidi ne peut s’empêcher de critiquer cette société dichotomique où élitisme et poujadisme cohabitent comme un steak et des frites dans la même assiette. Dénonçant l’industrialisation alimentaire encore récente à l’époque, en effet celle-ci commence réellement à partir des années 60-70, à la fin des Trente glorieuses, en étroite corrélation avec l’avènement des techniques de conservation, la diffusion massive et populaire du réfrigérateur et des systèmes de distribution des produits alimentaires.

Industrie, à la fois symbole de liberté, de démocratie et d’émancipation de l’Homme ; mais aussi de danger constant et de dépendance, ambivalence d’ailleurs très bien rendue dans le film.

La fiction n’est souvent pas loin de la réalité, même si elle parait choquante de prime abord, comme dans la scène bien connue où père et fils s’introduisent dans l’usine de Tricatel afin de voir comment sont fabriqués les aliments distribués au plus grand nombre chaque jour.

Alors, salades en plastique ? Non, poulet mi chlore mi javel au TAFTA. Vin de pétrole ? Non, Coca-Cola.

Vous reprendrez bien un peu d’E421 avec votre blanquette ?

De quoi nous plaignons-nous ? Enfin le peuple a accès au progrès dans son assiette. Qui pourra dire que les produits de la  science, du progrès et de l’industrie sont réservés à l’élite ? En outre, il faut rendre à Caesar ce qui est à lui, Monsieur Borel est quand même le petit père de l’égalité alimentaire. En effet, il a ouvert la porte aux œufs en poudre reconstitués en boudins longilignes afin que le petit Marco ait autant de jaune et de blanc que le petit Polo dans sa salade à midi. Plus de jaloux dans l’économie de marché.

Souffririons-nous tous d’agueusie ?

A l’époque, cette critique cinématographique se voulait avant-gardiste et incisive, là où le bât blesse, c’est que presque quarante ans plus tard elle est toujours d’actualité. Malheureusement, le film ne choque plus autant, car nous nous sommes habitués aux chaines de production fordistes, aux images sordides d’abattoirs inhumains etc…

Entre nouvelle cuisine, cuisine moléculaire, et produits de terroirs, il faut maintenant avoir fait des études supérieures pour déchiffrer les étiquettes et labels des produits de supermarché. Comment discerner le fromage laitier du fromage fermier, le lait pasteurisé, thermisé du lait cru. A savoir qu’un produit manufacturé (soi-disant) biologique n’est pas tenu de contenir 100% de produits issus de l’agriculture biologique et que l’appellation tolère même jusqu’à 0.9% d’OGM. Quels sont les champs bios ? Ceux en bordure d’autoroutes et de nationales, près des Restoroutes ?

De nos jours les noms de Tricatel (toutefois entré dans l’inconscient collectif) et Jacques Borel ont été remplacés par Spanghero et Monsanto. Scandales aromatisés à la viande de cheval, à la vache folle et au maïs transgénique ont désormais remplacés petits plats faits maison. Néanmoins, comme tout un chacun peut le constater l’espérance de vie ne fait qu’augmenter depuis le début du XXèmesiècle. Alors d’où vient cette nostalgie du bien manger ? Pour citer Bruno Parmentier « Nous avons l’impression qu’avant était un âge d’or. Mais nous ne mangions pas les mêmes choses, avec beaucoup moins de diversité et, surtout, les gens mourraient fréquemment après souper ! Le bon poulet naturel qui picorait librement sur le bon fumier naturel près de l’entrée de la cuisine, c’était très dangereux… ». Alors poulets javellisés ou picorant du bon fumier bio ?

Pourtant, comme Pantagruel aurait pu le dire « Pitance sans conscience n’est que ruine de l’âme » !


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *