1909 ▪ Traversée de la Manche par Blériot (presse)

2014-06-09_102654
Première page du quotidien Le Matin le 26 juillet 1909 sur http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k569134s.langFR

Quelle extraordinaire aventure humaine, vue par le journal Le Matin !

(par Claire Bigeault, Licence Médiation culturelle des sciences et techniques en société, Cnam Toulouse, juin 2014)

Quelle extraordinaire aventure humaine ce 25 juillet 1909 !

En ce matin du 26 juillet les vendeurs de journaux de rue crient « Blériot a traversé La Manche en aéroplane! Achetez Le Matin ! Des photos exceptionnelles » !
Quel remarquable « jour de fête de la science et de l’histoire donné par la France » !
Jour de fête populaire ! 2000 personnes étaient à 4h30 aux Baraques à côté de Sangatte, ce dimanche 25 juillet au départ pour encourager ce futur héros !
C’est le journal britannique Le Daily Mail, initiateur de cet exploit. Lord Northcliffe, directeur de ce journal avait annoncé le 5 octobre 1908, offrir une prime de 1000 livres ou 25 000 francs à tout aviateur traversant la Manche avant la fin de l’année 1909. Quelques conditions étaient imposées : voler entre le lever et le coucher du soleil, prévenir le journal britannique 48h avant l’exploit.
Un autre concurrent Hubert Latham a tenté 4 jours auparavant, le 19 juillet. Malheureusement il échoue 2 fois, dont la dernière dans la Manche à quelques 500 m des côtes anglaises.
C’est dans ce contexte que Louis Blériot arrive aux Baraques le 24 juillet avec M. Leblanc et toute son équipe. En cette veille de record, ce pilote, surnommé, roi de la casse, est blessé à la jambe par une brûlure d’huile de moteur et ne peut marcher qu’avec des béquilles.
Le temps n’est pas clément. Il profite d’une accalmie pour s’envoler.


Le rôle de la presse
Le journal Le Matin rendu très populaire par le grand reporter Gaston Leroux (devenu écrivain depuis 1907), est spécialiste des scoops. Déjà en 1901, Le Matin accompagnait un autre grand reporter Gaston Stiegler dans son voyage au tour du monde à la manière de Phileas Fogg. Il utilisait les transports modernes du XXème siècle, sauf les aéroplanes ! Il reçut par ailleurs une lettre d’encouragement de Jules Verne1. Gaston Leroux était innovateur dans ses papiers. Les interviews n’étaient pas qu’une description mais aussi une part vivante, personnelle du témoin. Il aimait créer une connivence entre le journaliste et le lecteur2.
Charles Fontaine, l’envoyé spécial à Douvres, reprend ce style. Le descriptif de la prouesse ne fait que quelques lignes pour laisser place aux émotions de Louis Blériot. C’est par le récit du pilote que Charles Fontaine décrit l’aéroplane, le Blériot XI.
Un autre envoyé spécial, voyageant dans le bateau suiveur L’Escopette, décrira le départ à Sangatte de l’aéroplane, sa disparition vers l’horizon, l’angoisse et l’attente de sa femme avant de retrouver son mari au port de Douvres.
A cette époque il était rare de voir la signature du journaliste. Elle n’était autorisée que pour les critiques, les chroniqueurs et les journalistes parlementaires.
Cette première page donne le sentiment au lecteur de participer à l’exploit. Depuis 1907, il va dans les meetings et applaudit les performances des pilotes comme Louis Blériot, les frères Farman, Léon Delagrange, les frères Wright…
Mais qui est Louis Blériot ? Né à Cambrai en 1872, il réussit ses études, invente le phare, gagne une fortune. Pris par la passion de voler, il dilapide son argent en construisant plusieurs prototypes, se blesse souvent lors de ses nombreux accidents.
Sous cette IIIème République, l’accès à l’éducation est facilité, l’école primaire est obligatoire et gratuite. La science et la raison sont de nouvelles matières enseignées. « Cette culture politique républicaine trouve des racines dans le positivisme et sa conviction que l’humanité est en marche la conduit vers l’âge scientifique ».
La presse va jouer un grand rôle dans la diffusion de la culture scientifique et technique. Elle s’intéresse aux progrès scientifique et technique. L’aspect économique est lié. Le journal Le Matin a vu son tirage augmenté. En 1930 il est à 300 000 exemplaires.
Elle incitera d’autres records, des vocations de pilotes, d’ingénieurs. Cet évènement a permis à Louis Blériot de fonder une école de pilotage (Brevet). Le transport des passagers et du courrier (l’Aéropostale) se développeront avec des avions de plus en plus solides. La recherche industrielle se plonge dans l’étude des matériaux et l’aéronautique.
Le rôle de la photo
Voir cet exploit avec des photos, est incommensurable. Le tirage et le développement mettait une journée entière. Sur ce montage photo, imposant, nous pouvons y saluer Louis Blériot accompagné du journaliste Charles Fontaine et du drapeau français qui a été son guide. Ils posent avec le Blériot XI, légèrement cassé, en arrière-plan les falaises et la Manche. Des officiels anglais en uniforme félicitent le pilote, dit la légende. L’évènement devient romanesque avec le baiser donné à Madame Blériot. Par les photos, la traversée est sans appel. Le portrait de Louis Blériot, centré, permet de le reconnaitre sur les autres photos.
L’utilisation de la photo a permis de diffuser et de rendre plus lisible la prouesse. Elle est subjective. N’est-ce pas pour cela que le grand public en est gourmand ?
Qu’en est-il aujourd’hui dans la diffusion de la culture scientifique et technique ?
Elle a gardé toute son importance et ne demande pas au premier regard, de vérifier son authenticité. Elle véhicule avec grandiose l’évènement et y place à ses côtés le lecteur.
Quatre ans plus tard, en 1913, le premier journal scientifique apparait La Science et la Vie mensuel lancé par le directeur Jean Dupuy du Petit Parisien.
Le rôle du journaliste scientifique évolue. Il ne fait pas que décrire. Il a sa part de vulgarisation mais aussi de controverse.
Qu’en est-il aujourd’hui ? Est-il est aussi proche de ses lecteurs sur les évènements ?

Télécharger la fiche complète


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *