1865 ■ De la terre à la lune (roman)

TL_titreRésumer dans un roman les connaissances amassées par la science moderne

(par Christelle Barclay, Licence Médiation culturelle des sciences et techniques en société, Cnam, juin 2014)

Extrait du chapitre VII, l’hymne au boulet

— Oui, un obus, répondit Barbicane ; il le faut absolument; un boulet plein

 de cent huit pouces pèserait plus de deux cent mille livres, poids évidemment

 trop considérable ; cependant, comme il faut conserver une certaine stabilité au projectile,  je propose de lui donner un poids de cinq mille livres.

— Quelle sera donc l’épaisseur de ses parois ? demanda le major.

— Si nous suivons la proportion réglementaire, reprit Morgan, un diamètre de cent huit pouces exigera des parois de deux pieds au moins.

— Ce serait beaucoup trop, répondit Barbicane; remarquez-le bien, il ne s’agit pas ici d’un boulet destiné à percer des plaques ; il suffira donc de lui donner des parois assez fortes pour résister à la pression des gaz de la poudre. Voici donc le problème: quelle épaisseur doit avoir un obus en fonte de fer pour ne peser que vingt mille livres ? Notre habile calculateur, le brave Maston, va nous l’apprendre séance tenante.

— Rien n’est plus facile», répliqua l’honorable secrétaire du Comité.

Et ce disant, il traça quelques formules algébriques sur le papier r ; on vit apparaître sous la plume des π  et des x élevés à la deuxième puissance. Il eut même l’air d’extraire, sans y toucher, une certaine racine cubique, et dit :

«Les parois auront à peine deux pouces d’épaisseur.

— Sera-ce suffisant ? demanda le major d’un air de doute.

— Non, répondit le président Barbicane, non, évidemment.

— Eh bien! alors, que faire ? reprit Elphiston d’un air assez embarrassé.

— Employer un autre métal que la fonte.

— Du cuivre ? dit Morgan.

— Non, c’est encore trop lourd ; et j’ai mieux que cela à vous proposer.

— Quoi donc ? dit le major.

— De l’aluminium, répondit Barbicane.

— De l’aluminium ! s’écrièrent les trois collègues du président.

— Sans doute, mes amis. Vous savez qu’un illustre chimiste français, Henri Sainte-Claire Deville, est parvenu, en 1854, à obtenir l’aluminium en masse compacte. Or, ce précieux métal a la blancheur de l’argent, l’inaltérabilité de l’or, la ténacité du fer, la fusibilité du cuivre et la légèreté du verre ; il se travaille facilement, il est extrêmement répandu dans la nature, puisque l’alumine forme la base de la plupart des roches, il est trois fois plus léger que le fer, et il semble avoir été créé tout exprès pour nous fournir la matière de notre projectile!

— Hurrah pour l’aluminium ! s’écria le secrétaire du Comité, toujours très bruyant dans ses moments d’enthousiasme.

Dans le septième chapitre de « De la Terre à la Lune », roman publié en 1865, Jules Verne convie le lecteur à assister à la première des trois séances du Comité d’exécution du Gun-Club. Au lendemain de la Guerre de Sécession, ce club d’artilleurs est invité par leur président Barbicane à  entreprendre [une] grande expérience digne du XIXe siècle. Après quatre ans de guerre civile, les progrès de la balistique sont tels qu’il est désormais possible de songer au lancement d’un projectile dans l’espace. Le Comité a pour mission d’étudier la mécanique qui permettra d’envoyer un boulet capable explorer la Lune. En 1865, la révolution des transports a déjà fait son œuvre, assise sur le règne du chemin de fer. L’auteur a précédemment exploré les profondeurs de notre planète (Voyage au centre de la Terre) et du ciel (Cinq semaines en ballon). Inventée au siècle dernier, la montgolfière est désormais un objet de loisirs et d’investigation scientifique. Mais l’émergence d’autres aéronefs est entravée par les caprices d’un mouvement aléatoire et d’un pilotage incertain. Jules Verne, membre de la Société d’encouragement pour la navigation aérienne au moyen d’appareils plus lourds que l’air, fondée par son ami Nadar, connait aussi les contraintes que les matériaux posent à l’aviation ; une histoire de masse et de volume. Mêmes contraintes donc, pour un boulet destiné à aller sur le satellite de la Terre. La transposition est facilitée par une époque où l’Amérique entière [est] prise de sélénomanie. Dans cet extrait est mise en scène l’élaboration d’un cahier des charges dont le président du Gun-Club est également le commanditaire. L’équation est difficile à résoudre et la solution, l’aluminium, est donnée par le maître de séance lui-même. C’est sous la forme d’un de ces intermèdes, dont Jules Verne est coutumier, que les caractéristiques du métal sont ici exposées. Pédagogie imposée par la gourmandise d’un lectorat à peine rassasié par la multitude de publications scientifiques soucieuses de l’instruire. La plume de l’auteur est aussi sous le joug d’un exigent éditeur, Hetzel, qui lui a donné pour mission de résumer toutes les connaissances, géographiques, géologiques, physiques, astronomiques, amassées par la science moderne. Les propriétés de l’aluminium sont déclinées, presque mot pour mot, comme elles avaient été énoncées par Henri Sainte-Claire Deville en 1854 lors de sa présentation devant l’Académie des sciences. Le métal aux propriétés exceptionnelles et hautement précieux -il est presque aussi couteux que l’or- est bien connu des chimistes. On le sait léger, ductile, conducteur et protégé de l’oxydation. Pourtant, au milieu du siècle, l’aluminium n’est encore qu’un métal bien jeune dans l’histoire de la chimie industrielle. Découvert en 1807, il est obtenu à partir de la bauxite par le procédé de Deville qui s’inspire des travaux de son confrère allemand Wöhlher.Henri Sainte-Claire Deville est effectivement bien un illustre chimiste, y compris de l’autre côté de l’Atlantique. En effet, l’aluminium est présenté sous forme de lingots lors de la première Exposition universelle à Paris en 1855 qui réunit plus de 5 millions de visiteurs. Napoléon III, fasciné par la légèreté du métal, dont il devine les éventuelles applications militaires, en fait l’un des matériaux phare de l’exposition. L’idée d’utiliser l’aluminium comme matériau pour son boulet montre l’acuité de l’auteur. Vigilant et intelligemment bien entouré, il récolte les confidences d’un Henri Sainte-Claire Deville convaincu que la légèreté de « l’alu » sera un excellent allié de l’aéronautique, intuition partagée par le vicomte Gustave de Ponton d’Amécourt. Ce dernier, intime de Verne, décrit dans l’une de ses nombreuses brochures le prototype d’un objet volant, faisant du surplace, à qui il donnera le nom d’hélicoptère et dont la chaudière est en aluminium. La Lune est à portée de main. La transmutation n’est plus, et la chimie, désormais débarrassée de ses oripeaux de l’alchimie, fait la démonstration d’une science toute puissante devant la nature en offrant au monde l’or gris créé tout exprès. Annoncé par Barbicane, le métal est accueilli comme providentiel sous les hurrah d’un secrétaire de Comité, ici porte-parole d’une société grisée par l’ampleur des innovations dont elle est le témoin.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *