1959 ▪ Hiroshima mon amour (film)

Passion amoureuse et tragédie de l’atome

Hiroshima-mon-Amour
Première affiche de la sortie officielle du film en 1959

(par Monelle Aubin de la Messuière, Licence Médiation culturelle des sciences et techniques en société, Cnam Paris, 2014)

Hiroshima, mon amour d’Alain Resnais est réalisé en 1959, quatorze ans après l’explosion de la bombe H le 6 août 1945. Ce film est la première manifestation culturelle de diffusion massive sur la bombe atomique dans l’espace public français. Malgré sa mise à l’écart au Festival de Cannes, pour ne pas froisser les américains, le succès critique de la presse et du public est unanime.

La genèse du film

Elle s’inscrit dans un climat d’après guerre anxiogène marqué par la course aux armements nucléaires. En 1958, la maison de production Argos commande au réalisateur un documentaire sur la paix. Très vite il butte sur l’impossibilité de «parler» d’Hiroshima frontalement, et refuse la tentation illusoire de faire comprendre l’horreur, par l’horreur des images d’archive. Il se tourne donc vers la fiction, d’après le scénario de Marguerite Duras, et dans lequel le thème de la peur atomique se superpose à la quête de l’amour absolu.

Synopsis

Une actrice française se rend à Hiroshima pour tourner un film sur la paix. Elle y rencontre un japonais qui devient son amant et aussi son confident. Où était-elle ce jour du 6 août 1945? A Nevers, enfermée dans une cave après avoir été tondue à la libération pour avoir aimé un soldat allemand. Où se trouvait-il? A la guerre, ce qui l’a sauvé. Ils s’aiment, se souviennent, se cherchent, se séparent.

L’affiche

De la même manière que toutes les images du film sont indissociables du monologue, le support visuel de l’affiche prend toute sa dimension avec le titre «Hiroshima mon amour». Cette évocation sacrilège – associer une ville symbole de l’anéantissement des corps, à l’amour – que contient ce titre en forme d’oxymore est volontaire. Elle renvoie à l’interpénétration de l’histoire individuelle avec l’histoire universelle

Un couple s’enlace sur un fond rouge. Au delà du feu de la passion, le rouge évoque le feu destructeur de la bombe et la couleur du drapeau japonais. Ainsi, l’amant japonais devient la personnification d’Hiroshima et la ville symbolise leur amour impossible.

Hiroshima, une peur nouvelle

Pour comprendre le succès du film, il est nécessaire de se pencher sur la représentation d’Hiroshima dans la mémoire collective de l’époque. Était ce un acte politique qui mit fin à la deuxième guerre mondiale? un crime contre l’humanité avec ses 80 000 civils atomisés en neuf secondes, ses milliers de victimes irradiées qui succomberont des années plus tard? une expérience scientifique et l’aboutissement de plusieurs années de recherches pour mettre au point la fission nucléaire? Une chose est certaine, cet événement marquera une rupture dans la confiance du public envers le progrès technologique. Les images de propagande évoquant la réussite scientifique et militaire des américains (l’avion larguant la bombe, l’équipage souriant, le nuage atomique) contrastent avec la vision apocalyptique des images filmées au sol, que le public découvre avec une décennie de décalage.

Le documentaire qu’elle tourne (allusion à la commande initiale de Resnais), dénonce cette idolâtrie de la technologie: une pancarte dans le défilé de commémoration porte ce message « Il est regrettable que l’intelligence politique de l’homme soit 100 fois moins développé que son intelligence scientifique»

Hiroshima, mon amour ne fait aucune démonstration. C’est une réflexion autour des effets de la bombe sur la psyché de ses personnages, et au delà sur notre société contemporaine, sur l’angoisse atomique, cette peur nouvelle du 20ème siècle qui renvoie au sentiment d’impuissance et au sentiment de toute puissance, à la possibilité offerte par l’homme de sa propre destruction, de sa désintégration atomique.

Lui: qu’est ce que c’était pour toi Hiroshima en France?

Elle: la fin de la guerre, la stupeur à l’idée qu’on ait osé, la stupeur à l’idée qu’on ait réussi, le commencement d’une peur inconnue.

La mémoire, quelle vérité, quelle histoire? 

Comment évoquer Hiroshima? Par les traces matérielles laissées dans la mémoire publique que constituent les musées, les monuments, les documentaires, par les commémorations? La voix off de la narratrice fait défiler ses images de manière compulsive comme pour s’en convaincre. Elle même joue dans une reconstitution historique de la bombe. Mais à trop vouloir montrer, ne cache t-on pas l’essentiel? L’oubli ne participe t-il pas aussi au travail de mémoire? D’une certaine manière, Hiroshima, avec les camps de la mort, ont profondément marqué le cinéma qui a pris conscience de la faillite du pouvoir testimonial de l’image

elle: J’ai tout vu à Hiroshima

Lui: tu n’as rien vu à Hiroshima.

Car en effet, il n’y a plus rien à «voir» puisque tout ceux qui l’ont vu en sont morts. Il s’agit donc de fait renaitre l’horreur de ces cendres autrement. C’est le parti pris du film: inscrire la leçon de ce cataclysme nucléaire dans une histoire particulière d’une communion de deux corps et deux esprits à Hiroshima, une ville exemplaire.

Les premières séquences introduisent cette allégorie cinématographique: deux corps enlacés couverts d’une pluie de cendres (les victimes?) puis les même corps a la peau lisse et intacte, ceux des amants qui racontent.

Et nous spectateurs, libérés de cette impossibilité de comprendre l’absurde, pourrons nous peut être nous rapprocher de la vérité de l’Histoire à travers leur histoire personnelle.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *