2013 ▪ Real humans (série TV)

un hubot, une fille

135832_image_36675-crop
La virée shopping de Teresa et Rick, son hubot
Ou comment relooker son robot domestique

(par Jeannette BOULANGER, Licence médiation culturelle des sciences et techniques en société, Cnam, 2014)

Lancée en France le 04 avril 2013, la série suédoise Real Humans réussit le pari de rajeunir le public de la chaîne Arte (15-49 ans). La saison 1 réunit plus d’1,3 millions de fidèles téléspectateurs chaque jeudi soir, ce qui représente une part de marché de 5,2%. On comptabilise également 1,3 millions de téléspectateurs sur la plateforme de streaming d’Arte +7. La commercialisation de coffrets DVD, la mise à disposition des épisodes sur le service de vidéos à la demande, ainsi que sa forte médiatisation (Le Monde, Les Inrocks, Huffingtonpost, MediaPart, Slates…) en font une œuvre de science – fiction moderne, populaire et accessible.  La saison 2 s’achève le jeudi 12 juin 2014 sur nos écrans, et réalise sensiblement les mêmes performances. Enfin, le concept joue les prolongations sur le site officiel de la série, en proposant une boutique en ligne de hubots domestiques (le Hubot Market), et de hubots clones (Atsugi Robotics).

La série met en évidences quasiment toutes les problématiques liées à l’insertion de hubots dans nos vies privées, professionnelles, et culturelles. Leur définition même, peut faire l’affaire d’un débat animé: robots humanisés ou humains robotisés ?

J’ai choisi une image tirée d’une scène de l’épisode 6 de la saison 1 afin d’étayer ma réflexion sur le rapport entre la science, hubot et société.

Description : le passage en caisse

Ci-dessus, à notre gauche, je vous présente Rick, le hubot domestique de Teresa. Aujourd’hui Teresa emmène son hubot faire du shopping car Rick souhaite porter des vêtements d’humains. La scène se déroule à la caisse d’un magasin où le vendeur, dont on aperçoit la manche sur l’image, porte sur ce couple hybride un regard accusateur. La suite va confirmer ses méfiances vis-à-vis de cette Machine – Homme. Effectivement, au moment de l’acte d’achat, Rick montre du doigt des lunettes de soleil, et, sans consulter Teresa, l’ajoute sur le tapis de caisse. Le vendeur, interloqué, pose son regard sur la propriétaire du hubot, et l’interroge sur la décision à prendre. A travers l’interrogation «  Dois – je encaisser les lunettes de soleil ? »,  nous pouvons imaginer les sous – entendus :

– Ce hubot est – il en mesure de  désirer quelque chose, quelqu’un?

– Au-delà des désirs, quels choix peut- il faire ?

– La prise de décision sans consultation préalable de son propriétaire représente t – elle un risque de perte de contrôle ?

– Comment interpréter l’objet de cette pulsion : des lunettes de soleil, pour quoi faire ?

– Pourquoi son hubot fait – il du shopping ?

– Quelles autres activités font – ils ensemble ?

 

Une disparité des rôles initiaux du duo humain/robot

La réaction de Teresa est d’autant plus intéressante dans la mesure où elle hésite, silencieusement. En tant que spectateur, la tension est palpable. Une expression de surprise se lit sur son visage. Plus tôt dans la cabine d’essayage, Rick pressa Teresa contre son bassin, l’entrejambe visiblement active. Elle dut utiliser sa force physique pour le repousser, et argumenter oralement sa décision afin de se défaire de son étreinte. Elle doit maintenant prendre une décision : ne pas céder à Rick et risquer de vivre une scène de ménage, capituler publiquement sa faiblesse face à sa « Machine ». Deuxième option, céder, et voir son Rick prendre des allures de véritable compagnon de vie. Ne serait- ce pas déculpabilisant d’aimer un hubot presque humain, puisqu’en mesure de prendre des initiatives : qu’elles soient romancées, utiles ou futiles ? Il suffirait juste d’affronter le regard d’autrui. Regard d’autrui qui ne devait pas forcément être plus flatteur lorsqu’elle sortait avec son ancien mari Roger, au physique gras et  arrondi par la bière quotidienne, teint terni par les années de travail à l’usine, parfois violent, où la délicatesse et la tendresse avaient visiblement disparu.

L’image nous donne finalement la réponse à notre question. Le problème réside dans la symbolique de son geste. A quoi Teresa cédera t’elle la prochaine fois ? Ce peut être la porte ouverte à une inversion à 160°C des rôles initiaux.  Rappelons la promesse du hubot domestique : débarrasser chaque client de toutes les tâches qui les empêchent de profiter de leur temps libre. En quoi se déplacer dans un magasin de vêtements pour Homme, dépenser de l’argent dans une tenue inutile sur le plan de la nécessité pour son robot, affranchit Teresa de ses contraintes ? A contrario, elle passe son temps libre à se préoccuper du bien être de son hubot, et plus d’elle –même.

Teresa tomba amoureuse de Rick puisqu’il  était à la fois son aide-ménagère, sa meilleure amie devant la télévision,  son commis en cuisine, son coach sportif, puis son amant sexuel. Tout était parfait dans la mesure où il répondait au fantasme de l’Homme 100% qualités (et à l’écoute). A vouloir l’humaniser, elle a aussi récupéré les travers de l’Homme : égoïsme, indifférence, intéressement personnel, violence… A quoi bon humaniser des robots s’ils récupèrent nos défauts ? Et si les robots devenaient cognitifs, devrions – nous nous robotiser  pour garder notre légitime d’autorité ?

L’Homme au service de son Hubot

 Pire, elle est, dans cette scène, au service de Rick. Robot 1, Humain 0. Pire car la raison d’être du « robota », inventé par le théâtre de République Tchèque, réside dans sa supplantation de l’Homme dans les tâches qu’il ne souhaite (ou ne peut) pas effectuer. Sur une grande échelle, la thématique de la surdomination des machines immortelles, exponentiellement intelligentes, et ici capables de penser, représente une récurrente thématique abordée par la science-fiction (Intelligence Artificielle, Transcendance, Matrix…). Dans notre monde où le mouvement transhumaniste (mené par Ray Kurzweil) prédit une intelligence artificielle supérieure à l’Homme d’ici 2050, la volonté de créer une nouvelle espèce d’Hommes, super évoluée grâce aux nanotechnologies fait partis des projets en expérimentation aux Etats – Unis: « faire reculer la mort, et notamment, améliorer le cerveau humain grâce aux implants et aux ordinateurs, et même le rendre immortel en « versant » (uploader) l’intelligence humaine, le contenu d’un cerveau, dans un ordinateur ». La concurrence avec nos semblables humanoïdes en serait d’autant plus forte, tant dans la vie professionnelle que dans l’organisation et la gouvernance de nos sociétés.

Real humains in REAL ?

Espérer que nous serions tous capables de résister à la tentation d’humaniser nos hubots est une utopie. Prendre le risque d’implanter dans nos sociétés des humanoïdes penseurs, philosophes, auto entrepreneurs, décisionnaires, conscients, engendrerait des manifestations autour : d’une nouvelle législation en matière de droits et de devoirs, de citoyenneté, de logements, de contrats de travail… A l’heure des enjeux géopolitiques afin de déterminer les futures zones habitables lorsque nous serons 5 milliards de plus sur notre chère planète Terre, pourrions – nous gérer une émancipation massive de hubots libres ?


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *