1998 ▪ Bienvenue à G-A-T-T-A-C-A (film)

bienvenue-a-gattaca-aff-01-g
Affiche et traduction française du film d’Andrew Niccol « GATTACA » (1998)

L’avènement de la lutte des gênes

(par Gabriel Boudard, Licence Médiation culturelle des sciences et techniques en société, Cnam juin 2014)

Bienvenue à Gattaca, est un film d’anticipation sorti en 1998. “G A T T A C A” fait référence aux initiales des 4 composants qui forment l’ADN : Guanine, Adénosine, Thymine et Cytosine. Il est réalisé par Andrew Niccol, auteur de nombreux films incluant une réflexion sociale : S1mone, Time Out, Lord of War. Niccol est également le scénariste de The Truman Show.

Comme le laisse supposer l’accroche de l’affiche, “un seul critère de sélection : la perfection génétique”, ce film décrit un monde futuriste dans lequel le génie génétique occupe un poids prépondérant dans la société. Les parents peuvent sélectionner les gênes qu’ils souhaitent transmettre à leur descendance afin de concevoir in vitro les enfants les plus “parfaits” à leurs yeux et à ceux de la société.

L’organisation de la société est entièrement basée sur le capital génétique. L’ADN fait office de curriculum vitae : ceux qui possèdent le meilleur patrimoine génétique constituent l’élite de la société et se voient offrir les postes à haute responsabilité tandis que les autres, nés hors de cette sélection génétique, sont cantonnés aux tâches les plus dégradantes. Pour maintenir sa cohésion, la société exerce en conséquence un contrôle très strict de l’ADN de chaque citoyen. Le film raconte l’histoire de Vincent, un “enfant naturel”, né in vivo, qui souhaite devenir astronaute, une carrière qui lui est interdite du fait de son ADN “imparfait”. Il rencontre Eugène, un champion de natation au code génétique “idéal”, devenu handicapé. Ce dernier lui propose de lui délivrer des échantillons génétiques (cheveux, sang etc.), moyennant une contrepartie financière. Ces échantillons lui permettront d’usurper son identité afin d’intégrer le centre spatial Gattaca.

Sorti en salle en 1998, Bienvenue à Gattaca se présentait comme un pur film de science-fiction avec ses postulats et ses utopies. Avec les années et les évolutions dans le domaine des NBIC, son propos s’est révélé être finalement très juste, au point de voir le film très fréquemment cité dans les articles scientifiques en rapport avec la génétique (exemples ici et la). A l’époque de la sortie du film, le premier projet de séquençage du génome humain n’avait pas encore abouti. Lancé en 1989 il allait durer 12 ans, coûter 3 milliards de dollars et mobiliser des milliers de chercheurs. Depuis les technologies utilisées pour le séquençage du génome se
sont démocratisées. Une société comme 23andMe (cofondée par Anne Wojcicki,, l’épouse du cofondateur de Google, Sergey Brin…) propose de séquencer l’ADN pour moins de 100$. On estime que plus de 25 millions de personnes dans le monde auront séquencé leur ADN en 2015 (7 millions en 2014).

En 2013, 23andMe a déposé un brevet concernant la mise en place d’un service permettant aux parents, passant par la fécondation in vitro (Fiv), de choisir les gamètes mâles et femelles “séquencés” afin de pouvoir « produire » un bébé répondant aux  caractéristiques souhaitées par le couple.

Plus qu’une simple évocation des possibilités du génie génétique qui seront offertes dans le futur, Bienvenue à Gattaca est un film clé pour la culture scientifique et technique parce qu’il expose deux problématiques de société : les risques de l’eugénisme et surtout les dangers d’une sur-interprétation de l’inné, (c’est à dire du code génétique). Il est d’ailleurs intéressant de voir que l’affiche française du film n’inclut pas de représentation de l’ADN. Dans Bienvenue à Gattaca, le code génétique est interprété comme un facteur de risques : risque de cancer, de problème cardiaque, d’addiction, prédisposition aux comportements
violents etc. L’acquis, qu’il s’agisse de l’exposition au risque ou même les connaissances, y est marginalisé. Il en résulte une société inégalitaire et figée. La place et le rôle des individus sont déterminés dès la naissance et ne laisse que peu de place à l’autodétermination, au hasard, et finalement aux libertés. Là encore l’affiche introduit cette dichotomie. Le personnage principal
joué par Ethan Hawk évolue dans un couloir aseptisé de couleur froide tandis que l’objet de ses passions, de couleur jaune, se positionne à l’intérieur du personnage, légèrement flouté comme en mouvement, incertain en un mot : imprédictif.

Aujourd’hui cette notion de risque est questionnée, par les sociétés d’assurance qui s’interrogent sur l’opportunité de calculer le montant des polices d’assurance en fonction de l’ADN de leurs clients. Cette possibilité inquiète la société civile mais déjà, les mentalités évoluent. On retiendra par exemple le cas, très médiatisé de la double mastectomie préventive d’Angelina Jolie. En
2013, l’actrice, porteuse d’une mutation du gène BRCA1 (facteur de risque de cancer du sein), a décidé de subir préventivement cette opération afin de réduire ce risque de 87% à 5%. Ce fait divers, globalement salué par l’opinion, montre implicitement l’adhésion au concept de risque génétique. Les verrous législatifs, tendent aussi à se lever et différents pays autorisent désormais la recherche sur les cellules souches (en 2009 aux Etats-Unis et en 2013 en France).

Bienvenue à Gattaca présentait donc une vision assez réaliste des développements scientifiques qui allaient survenir. Plus important, il mettait en exergue les questions et les périls pour la société civile que soulèveraient les innovations présentes et futures des biotechnologies. Près de 15 ans plus tard, la brevétisation du vivant, l’égalité devant l’accès à la technologie, la modification du vivant sont autant de sujets, toujours en débat.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *