1998 ▪ GATTACA (film)

2014-06-13_131838
Une des jaquettes DVD utilisée pour l’une des premières éditions anglophone (date ?)

La vie sous contrôle génétique

(par Elsa Schreiber, Magistère Cnam, juin 2014)

Gattaca, ou Bienvenue à Gattaca pour la version française, est un film écrit et réalisé par Andrew Niccol et sorti dans les salles de cinéma en 1998. Il fait partie de ces films de science-fiction où la technologie est minimaliste et n’occupe pas le cœur du film.

Le visuel présenté est une des jaquettes utilisées pour une des premières éditions DVD anglophone. Sur ce visuel deux personnages phares apparaissent sur deux bandeaux distincts, Vincent Freeman interprété par Ethan Hawke et Irène jouée par Uma Thurman. Vincent paraît soucieux, le regard fuyant, fixant un danger que nous ne pouvons voir, mais deviner. Irène, elle, ne dégage aucune émotion, regarde droit devant elle. Derrière elle, figure  des personnes travaillant devant des bureaux identiques, en espace ouvert. Il s’en dégage une impression d’uniformité, d’ordre et de contrôle. Les deux personnages apparaissent en opposition et contradiction.

Nos deux personnages sont séparés par un troisième bandeau central dans lequel on y distingue une moitié de cellule animale (peut-être humaine ?) et une demi planète, que l’on pourrait interpréter comme étant Saturne avec ses anneaux. Ces deux objets, très différents en terme de dimension, renvoyant respectivement à l’infiniment petit et à l’infiniment grand, sont ici, ramenés à la même échelle afin de ne faire qu’un. Le personnage de Vincent rêve depuis sa tendre enfance de partir explorer l’espace. Or, il fait partie des invalides, des enfants conçus naturellement, alors que les valides, conçus in vitro, se voient attribués le meilleur des gênes de leurs parents afin de tendre vers un être humain s’approchant de la perfection et répondre à une certaine norme de la société. De part sa condition, Vincent ne peut accéder à son rêve. La réunion de la cellule et de la planète met en évidence l’obstacle que doit franchir Vincent pour explorer l’immensité de l’espace, dépasser sa condition, choisir son destin. Par ailleurs, nous pourrions y voir une complémentarité, car sans planète, il n’y aurait pas de cellule, base de la vie. Finalement, l’univers, les astres, les planètes, le vivant, tout est intrinsèquement lié.

Cette idée, de base de la vie, se retrouve dans le titre, Gattaca. Les lettres détachées les unes des autres, s’étalent sur la largeur du visuel. En lisant indépendamment ces lettres, nous pouvons y voir les quatre bases azotées de la molécule d’ADN, la guanine, l’adénine, la thymine et la cytosine. Nous descendons alors dans la composition de la cellule pour réellement toucher ce qui est au fondement de notre architecture, être humain, animal, plante, être vivant de manière générale : l’ADN.

Cependant, est-on seulement défini par notre ADN ? Nos gènes ? Notre condition humaine se trouve-t-elle exclusivement dans nos cellules ? La petite phrase présente sur le dernier tiers de l’affiche : « There is no gene for the human spirit. », affirme que non. Quoique l’on entreprenne pour contrôler l’Homme, en manipulant ses gènes par exemple, ce dernier reste libre car son esprit demeure hors de contrôle et lui appartient. L’image de la demi cellule, le titre du film, l’absence de gène pour contrôler l’esprit humain. Tous ces éléments renvoient à la question de la manipulation du génome humain. Mais aussi, cela fait appel à une volonté de refuser cet état des choses, de vivre libre, de faire ses propres choix, de ne pas se résumer seulement à son patrimoine génétique, ce pourquoi se bat Vincent afin de réaliser son rêve, partir en mission dans l’espace, lui qui est né de façon naturelle et dont les gènes n’ont pas été sélectionnés pour être améliorés.

Le spectateur est plongé dans un univers au décor minimaliste, un monde relativement proche du notre. Ceci lui permet de s’y projeter et de se demander : et si c’était notre monde ? Si nous pouvions choisir les caractéristiques de notre enfant ? Le ferions-nous ?

Ces questions touchent à l’humain directement, peuvent mettre mal à l’aise, gêner. Bien que Gattaca date de 1998, les questionnements autour de la manipulation génétique sont toujours actuels, car depuis les années 1990 les recherches se poursuivent, nous sommes parvenus à séquencer le génome humain au début des années 2000. Nous utilisons des outils toujours plus rapides et performants. En 2014, 7 millions de génomes humains sont séquencés, on estime qu’ils seront 25 millions en 2015. Le séquençage coûte actuellement 1 000$ et sera probablement diminué à 100$ dans quelques années. Des questions se posent sur les applications. Nous dirigeons-nous vers une nouvelle forme d’eugénisme ? Le champ des possibles est ouvert, entre un diagnostic prénatal plus performant grâce à une simple prise de sang maternel et une possibilité de pouvoir bientôt séquencer l’ADN de son conjoint et vérifier notre compatibilité pour mettre au monde des enfants ne faisant pas les frais de maladies récessives des parents.

Une quinzaine d’années après la sortie de Gattaca dans les salles, notre monde tend à ressembler à l’univers du film. Les questions, soulevées par ce film, autour du génie génétique, en terme d’éthique, de morale, de législation sont très actuelles. Gattaca est donc un film avec un intérêt certain dans le champ de la culture scientifique et technique qui a questionné, questionne encore et continuera probablement de questionner.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *