Tous les articles par alemaux

CURIOSITas INSIDE

Dimanche 27 septembre 2015, 19h.

Coucher de soleil illuminant le domaine du CNRS (Centre National de Recherche Scientifique) de Gif-sur-Yvette lors des derniers moments du premier temps fort du festival CURIOSITas. Sentiments partagés… La satisfaction de l’énorme travail accompli par tous les acteurs du festival (organisateurs, artistes, scientifiques, médiateurs, etc.) se mélange à une nostalgie grandissante que l’acte soit déjà consommé.

Imagine your cells - Ondine Lefebvre, Institut Villebon Georges Charpak – ParisTech, Université Paris Descartes, Université Paris-Sud, Université Paris- Saclay - festival CURIOSITas édition 2015 - CNRS Gif-sur-Yvette.
Imagine your cells – Ondine Lefebvre, Institut Villebon Georges Charpak – ParisTech, Université Paris Descartes, Université Paris-Sud, Université Paris-Saclay – festival CURIOSITas édition 2015 – CNRS Gif-sur-Yvette.

Continuer la lecture de CURIOSITas INSIDE 

2015 ◊ #Street Art, l’innovation au cœur d’un mouvement (exposition)

Les Anamorpohoses font bondir des chevaux bleus au milieu de l'exposition

Actuellement, et jusqu’au 1er mars 2015, la Fondation EDF nous présente l’exposition gratuite « L’innovation au cœur du #Street Art ». Comme a pu le constater le public de la Nuit Blanche du samedi 4 octobre 2014, le Street Art n’est aujourd’hui plus uniquement une histoire de bombes de peinture ou de collages muraux. Continuer la lecture de 2015 ◊ #Street Art, l’innovation au cœur d’un mouvement (exposition) 

2015 ◊ « Revoir Paris » (exposition)

Revoir Paris CastermanDans cette exposition François Schuiten et Benoît Peeters, auteurs des Cités Obscures, font dialoguer leurs vision futuriste de la Ville Lumière, avec une sélection de dessins d’architectes et de projets d’urbanisme conçus pour Paris depuis deux siècles.La métamorphose de Paris depuis les travaux d’Haussmann, est illustrée par des documents historiques originaux confrontés aux planches de leur dernier album Revoir Paris. Aux dessins et documents originaux s’ajoute un écran circulaire de grande dimension accueillant une projection 3D interactive, en partenariat avec l’Institut Passion for Innovation de Dassault Systèmes. Jusqu’au 9 mars 2015.

2015 ◊ le cercle des illusionnistes (scène)

Le cercle des illusionnistes« La vie n’est pas une ligne droite, la vie est un cercle »… Après nous avoir interpellés sur la réalité du non-observable, c’est par ces mots que le conteur nous entraîne dans un tourbillon d’avancées techniques grâce aux morceaux choisis de la vie de grands inventeurs.
À travers la vie de Robert Houdin et de Georges Méliès, cette pièce nous rappelle sans cesse la frontière tenue qui existe entre science et illusion. Car Houdin et Méliès ne peuvent être uniquement réduits à de grands techniciens, ce sont avant tout des magiciens, des poètes qui rassemblaient et passionnaient les foules. A l’époque de l’invention du cinématographe, dont nous revivons dans la pièce la première démonstration publique, la science n’avait pas encore gagné son objectivité et ne s’était pas encore départie de son image de science-spectacle. Mais finalement n’est-ce pas ceci qui importe? Notre société repose sur le développement de techniques dont certaines n’auraient pu voir le jour si elles n’avaient été rêvées, imaginées, transformées et mises en scène. Et Alexis Michalik perpétue le cercle en remettant en scène des moments clés de l’histoire des sciences tout en nous abreuvant avec humour de nombreuses anecdotes (tout en se permettant parfois quelques inexactitudes comme dans le cas du turc mécanique). Pour ne rien gâcher, les comédiens passent avec facilité d’un personnage à un autre, d’une époque à une autre, tout en conservant la justesse de leur interprétation.
Je vous invite donc à aller voir « Le cercle des illusionnistes » au théâtre des Béliers parisiens. Quant à moi, ayant été totalement séduite, je vais maintenant aller voir dès que possible la première pièce d’Alexis Michalik, « Le porteur d’histoire ».
Théâtre des Béliers Parisiens, jusqu’au 3 janvier 2015

2014 ♦ La Grande Aventure Lego (film)

Tout est super-genial ! Tout est super-geniiiiaaaaalll ! ”. Nul doute que ce petit refrain entêtant est ce qui vous marquera suite au visionnage de La grande aventure Lego, film d’animation de P. Lord et C. Miller sorti en 2014. Prouvant donc que l’abrutissement méthodique à coup de sous-culture de masse — mis en place par le diabolique Lord Business dans le monde Lego — marche à merveille ! Car dans ce monde dystopique se mêlent allègrement lavage de cerveau type Invasion Los Angeles (John Carpenter, 1988), et totalitarisme rappelant 1984 (Georges Orwell, 1949).

Continuer la lecture de 2014 ♦ La Grande Aventure Lego (film) 

2012 ◊ ANTIVIRAL (film)

AntiviralBrandon Cronenberg – 2012

« Mettez-moi 100 grammes de Jared Leto et 200 de Scarlett Johansson »… C’est sur cette idée surprenante que se base la société décrite dans le film Antiviral, où le fan se fait un petit plaisir en dégustant un bon steak produit à partir des cellules musculaires de la star qu’il idolâtre. Dans un univers aseptisé peuplé de visions organiques dignes des mondes précédemment dépeints par son père, Brandon Cronenberg nous fait suivre Syd March, employé d’une société clinique spécialisée où l’on peut se faire injecter le dernier virus contracté par son actrice préférée. Imaginez développer un herpès labial à l’exact opposé de celui qu’arborait Brad Pitt il y une semaine… Outre le questionnement sur l’extrémité jusqu’à laquelle peuvent aller certains admirateurs pour communier avec l’objet de leur adoration, Antiviral amène à réfléchir sur les dérives possibles de la société et de la consommation à partir d’une nouvelle technologie. Et, à l’émergence de la nourriture 2.0 et de la viande produite en laboratoire (ex : entreprise Modern Meadow), cette représentation sociétale n’est plus si éloignée et la question des limites à s’imposer est déjà ouverte.

Lien utile : http://tempsreel.nouvelobs.com/societe/20141001.OBS0827/ces-docteurs-folamour-qui-inventent-la-nourriture-du-futur.html

1883 ♦ Au bonheur des dames (roman)

Au_Bonheur_des_Dames_manuscript
Note philosophique de Zola, en tête de son ébauche du roman, citée dans l’ouvrage de Henri Mitterand – 1980, p. 551

Au malheur des hommes ?

(par Amélie Le Maux)

Nous sommes à la fin du XIXe siècle et les femmes parisiennes se pâment devant les vitrines des grands bazars modernes qui fleurissent dans la capitale. Il en est un, situé dans le quartier de l’Opéra, qui conquiert tous les cœurs et toutes les bourses. En effet, Au bonheur des Dames est une machinerie bien huilée, dirigée d’une main de maître par Octave Mouret. Ce jeune célibataire ambitieux aligne les maîtresses et aspire à conquérir toutes les femmes grâce à son grand magasin qui fait perdre la tête, même à la plus raisonnable maîtresse de maison. Toutes, sauf une, Denise Baudu, jeune provinciale simple et aimable, qui lui résistera jusqu’aux dernières lignes du roman « Au bonheur des Dames », paru en 1883. Continuer la lecture de 1883 ♦ Au bonheur des dames (roman)