Tous les articles par Michel Lette

2017 ◊ Sexisme Man (bande-dessinée)

Seximsme Man contre le Seximsme

Laisse donc Seximsme Man te guider au travers des aventures du seximsme dans les sciences et les maths. Tu en ressortiras… à peu près pareil, mais peut-être un peu meilleur ?

On parle souvent du harcèlement de rue, du sexisme au travail, mais quid du sexisme dans les maths et les sciences ? On se dit, bah, les scientifiques sont des gens intelligents et éduqués, jamais des gens comme ça ne seraient sexistes… et pourtant, les chiffres comme l’expérience nous démontrent l’inverse. Seximsme Man contre le Seximsme est un petit manuel visant à exposer sans accuser le sexisme dans les milieux scientifiques, en particulier les mathématiques et la recherche. Phiip utilise son expérience à la fois de scientifique et son trouble passé sexiste (passé, ouais…) pour débusquer le sexisme sans en avoir l’air. Isabelle Collet contextualise la problématique dans l’histoire des sciences en la parsemant d’exemples concrets et d’explications rationnelles.

Un livre écrit en collaboration par Isabelle Collet, enseignante, informaticienne et prof de sexisme (en vrai c’est maîtresse d’enseignement et de recherche en sciences de l’éducation, et membre du groupe de relations interculturelles et formation des enseignants – genre et éducation (Grife-ge), à l’Université de Genève) et Phiip (le mec qui dessine les lapins) sur le sexisme dans les sciences en général et dans les maths en particulier.
Un peu dingue, un peu pédagogique. Avec le juste équilibre entre trucs vrais et idioties à l’intérieur. Un livre qui refuse la culpabilisation et qui se lit comme un livre.

Sur le site de l’éditeur ici

2017 ◊ impromptus scientifiques (spectacle)

Soirée impromptus scientifiques

le 30/11/2017

Agoramania – « Agoramania, la ville dans tous ses états !». Cette programmation visera à interroger la place de(s) individu(s) dans la ville et à transformer le concept de « ville intelligente » en une réalité avant tout humaine.

Une soirée composée de deux spectacles pour découvrir de manière ludique les recherches de scientifiques, mises en scène par le groupe n+1.

Les impromptus scientifiques sont des discours spectaculaires qui mettent en scène un chercheur, dont les travaux sérieux sont joyeusement déréglés par le groupe n+1 de la compagnie Les ateliers du spectacle. Ils tentent de faire tenir ensemble un propos scientifique et une approche poétique.

Les impromptus visent à transmettre la recherche d’un chercheur de manière sensible et incarnée. Les impromptus sont volontairement interdisciplinaires, avec un goût particulier pour les mathématiques et les neurosciences. Ils sont toujours suivis d’un temps de discussion et d’échange avec le public.

Spectacle 1 : Comment faire couler une goutte d’essence d’un brin d’herbe ?
De la poubelle au carburant, il n’y a pas qu’un pas, il y en a plusieurs. Tel un sioux des temps modernes, Thierry Chataing retrace les chemins secrets de la valorisation des déchets. Premièrement, le chercheur parle de ses recherches au groupe n+1. Pour suivre, le groupe n+1 l’interroge sur sa manière de travailler. Aussitôt, le chercheur fait part des problèmes qu’il rencontre. Sur le champ, le groupe n+1 lui pose des questions sur le domaine dans lequel il exerce. Pour finir, le chercheur évoque une curiosité particulière pour un type de sujet. Et ainsi de suite, jusqu’à épuisement.

Spectacle 2 : La thermophysique de l’innovation
La thermoélectricité est la science qui permet de convertir de la chaleur en électricité. Considérant leur conversation comme un échange thermique, Tristan Caroff et Léo Larroche discutent de la possibilité de tracer des parallèles entre cette science et le processus d’innovation.

Tous les détails ici

2017 ◊ FuturaPolis (forum)

Festival de l’innovation

Lieu de rencontres et d’échanges, Futurapolis est un forum qui convie chefs d’entreprises, scientifiques, intellectuels mais aussi personnalités publiques et mordus de technologies à réfléchir et débattre sur l’innovation et le high-tech.

Les 24 et 25 novembre, Futurapolis investit à nouveau des lieux emblématiques de la ville rose : le Quai des Savoirs, le Muséum d’Histoire Naturelle et la Faculté de Médecine, hauts lieux de la culture scientifique, technique et industrielle de Toulouse.

Pendant deux jours, le public est invité à découvrir et tester les dernières innovations de pointe dans le « lab », un espace dédié à la démonstration ainsi que sur les Allées Jules Guesde.

Entrée gratuite sur inscription ! ici

2017 ◊ le Cabaret de la crise (théâtre)

Dimanche 19 Novembre à 17h : Le Cabaret de la Crise SAISON 1

Si vous l’avez raté, c’est votre moment : c’est le Cabaret version duo créé en 2016. La dette, le marché, l’écologie positive, l’exploitation, la course à la compète : parlons-en… Mais il faut en rire ! Chanter, slamer, danser ensemble en l’honneur de la grande épopée de la Crise!

Avec Adèle Frantz et Luigi Cerri
Durée : 1h15 / Participation libre

Dimanche 3 décembre à 17h : Le Cabaret de la Crise SAISON 2

Voici la saison 2 du Cabaret avec de nouveaux sketchs, toujours plus grinçants sur l’économie, l’écologie et l’éducation nationale ! Au programme : le slam de l’ours polaire, un match percutant entre agriculteurs, et en exclu : les confidences de Big Brother !
Avec Adèle Frantz, Véronique Bret et Luigi Cerri
Durée : 1h15 / Participation libre

Les deux représentations se tiendront au Lieu Dit (6 rue Sorbier 75020 Paris – M° Ménilmontant ou Gambetta), et seront suivies par un débat animé par des membres du collectif Les économistes atterrés.

Tous les détails sur le site de la Fabrique des terriens ici

2017 ◊ sciences et émancipation (colloque)

Workshop “Sciences et Emancipation – Ce que font les sciences à la société”

Les sciences modèlent plus que jamais nos sociétés. Impulsées par le progrès technique et de nouveaux modèles industriels (cluster, start-up, etc.), elles sont porteuses d’autant de promesses et d’espoirs que de craintes et de doutes. On ne compte plus les avancées et les innovations dans les domaines de la santé, de l’agroalimentaire, de la communication ou des énergies. Dans le même temps, un tel développement des sciences pose question. Des suspicions et des remises en cause apparaissent devant la multiplication des scandales sanitaires et des risques industriels, face aux problèmes posés par les immenses bases de données, ou face aux vertigineuses « augmentations » élaborées par le transhumanisme. Que font les sciences à la société ? Comment les concevoir d’une façon réellement émancipatrice ? Et de quelle manière peut-on les mettre en débat au cœur de la société ?

Détails et inscription ici

2017 ◊ Dieu, Darwin, Marcel et moi (théâtre)

Fantaisie écolo-musicale pour duo voix/batterie

écrite après lecture du livre de Marcel Bouché

« Des vers de terre et des Hommes »  – Acte Sud – 2014

création octobre 2017

La conférencière des rencontres « Parlons-en » revient et, assistée du jeune stagiaire Francis, reçoit le professeur Marcel Bouché et d’autres invités-surprises pour parler de géodrilologie.

Mais, qu’est-ce que la géodrilologie ?!

Tous les détails ici

 

2017 ◊ le paradoxe des jumeaux (théâtre)

LE PARADOXE DES JUMEAUX – Création et production la Reine blanche

du 16 novembre au 28 décembre 2017

Auteur.e.s :  Jean-Louis Baueur et Élisabeth Bouchaud

Mise en scène : Bernadette le Saché

« Il faut faire de la vie un rêve et faire d’un rêve une réalité ; L’humanité tirera plus de bien que de mal des découvertes nouvelles. » Pierre Curie

La pièce met en scène deux immenses physiciens du début du 20ème siècle : Marie Curie, qui comprit la radioactivité et découvrit le radium et le polonium et Paul Langevin, qui travailla sur un très grand nombre de sujets majeurs, dont l’électromagnétisme, le mouvement Brownien et la relativité. Après la mort de Pierre Curie, Marie Curie et Paul Langevin ont une liaison amoureuse et la presse d’extrême droite mène une campagne politique d’une violence inouïe contre l’« étrangère ». Pendant cette période terrible, Marie est soutenue par Bronia, sa sœur aînée, qui rêve de la ramener dans la Pologne de leur enfance, en lutte pour son indépendance. Science, passion, exil : l’épopée d’une grande pionnière.

Détails ici

2017 ◊ C’est pas mon genre ! (théâtre)

C’est pas mon genre ! … scènes de science friction

Penser, écrire, mettre en scène et jouer en moins d’un mois à partir du thème des questions de genre et dans le cadre contraint d’une formation à la médiation culturelle des sciences et techniques en société, les étudiant.e.s du Master Journalisme, communication et culture scientifiques de l’Université Paris Diderot l’ont fait. Et le résultat vaut la peine d’être vu ! Jugez-en par vous-même.

Vidéos de la pièce et du débat présentés par les étudiants le 30 septembre 2017 :

2017 ◊ Short Cuts#21 (projections)

Short Cuts #21 aura lieu dans l’Agora de l’ICP (74, rue de Vaugirard, Paris 6e), le jeudi 9 novembre à 18h. Olivier Fournout nous convie à une séance de science participative, forme atypique, spectacle interactif à cheval sur art et science, pour la sortie du dossier n°2 du FUTUR LAB, intitulé « Projections Transverses« .

Le FUTUR LAB est un laboratoire de prospective et d’innovation chargé d’imaginer le monde de 2050. Il passe par des figurations artistiques pour représenter l’avenir. Les créations qui en émanent dessinent notre futur. Certaines sont déjà en production. Le dossier n°1, consacré à l’avenir du travail, est téléchargeable gratuitementet a fait l’objet de performances dans le cadre du colloque Penser et réaliser la transformation du travail (CNAM, Bourse du Travail, 12-14 oct.) et pour Théâtre en Société (7 oct.).

Pour être tenu au courant du programme de performances et des prochaines sorties du FUTUR LAB, vous pouvez vous inscrire à la newsletter sur le site iledenface.com (un numéro tous les deux mois, pas plus !).

Chercheur à l’Institut Interdisciplinaire de l’Innovation (UMR du CNRS) et maître de conférences au département SES de Telecom Paristech, Olivier travaille à la charnière de art, science et société.

2017 ◊ sciences et société (rapport)

Recommandations du Conseil Économique Social et Environnemental (CESE) sur le dialogue sciences-société
Sciences et société : répondre ensemble aux enjeux climatiques

L’objectif du CESE est d’énoncer des recommandations qui permettent aux interactions, déjà nombreuses, qui existent entre la communauté des scientifiques du climat et la société de se transformer en dialogue véritable, pleinement efficace. Le CESE envisage de nombreuses modalités pour ce renforcement depuis la création de lieux de dialogue jusqu’au développement de projets coconstruits, en passant par les modalités de la gouvernance. Au niveau territorial, un processus d’échange et de rencontre entre les acteur.rice.s de la recherche et ceux.celles du monde économique s’avère particulièrement nécessaire. Continuer la lecture de 2017 ◊ sciences et société (rapport) 

2017 ◊ Maths en ville (festival)

1ère édition du festival Maths en ville, les 19, 20 et 21 octobre à Saint-Denis (93)

Avec pour devise « Les maths partout et pour tous ! », ce festival se propose de faire découvrir cette science à un public familial, et surtout de la faire aimer du grand public !

Pour cela, nous avons invité des acteurs de la culture mathématique (que vous retrouverez dans le programme), mais nous avons également conçu sur mesure des évènements où les mathématiques vont dialoguer avec des acteurs culturels locaux : Basilique de Saint-Denis, Unité d’archéologie, médiathèques…

Vous trouverez le programme complet sur le site

Le festival est entièrement gratuit !

2017 ◊ Animal ! la B.A dans tous ses états (exposition)

Du 16 octobre au 15 décembre 2017, la BUPMC, l’UFR 918 (Faculté Terre, Environnement, Biodiversité) et l’UFR 927 (Faculté de Biologie) de l’université Pierre et Marie Curie organisent une exposition et des rencontres autour de la biologie animale (B.A.).

Celles-ci présenteront une sélection d’objets issus de la collection de zoologie de l’UPMC (animaux naturalisés, squelettes montés…) ainsi qu’un panorama de l’état actuel de la recherche et de l’enseignement en B.A. dans l’université parisienne.  Par cette démarche, le visiteur est invité à mieux comprendre les liens entre passé et présent des disciplines scientifiques affiliées à la biologie animale.

Lieu ? Bibliothèque de Biologie-Chimie-Physique recherche (BCPR) – patio 13-24, 4 place Jussieu, 75005 Paris.

Détails ici

2017 ◊ Beyond the lines (exposition)

Eric Vernhes – Vernissage le samedi 14 octobre de 14h à 19h

J’ai le grand plaisir d’exposer en compagnie de Manfred Mohr, pionnier de l’art digital, à la Galerie Charlot du 14 octobre au 25 novembre. Entre dessins, tirages et œuvres génératives, l’exposition explore la relation entre écriture algorithmique et signes, entre code invisible et formes visibles.

Galerie Charlot

Paris. 47 rue Charlot, 75003 Paris.

Détails ici

2017 ◊ infinités plurielles (exposition)

Infinités plurielles – portraits de femmes scientifiques

  • Exposition photographique à partir du 9 octobre 2017 dans le cadre de la Fête de la science
    • Conférence Jeudi 12 octobre à 17h00. Entrée libre pour tout public

    On ne naît pas scientifique, on le devient.

    avec : Fatou Ba Sene, docteure en droit de l’Université de Cergy-Pontoise, Geneviève Fraisse, philosophe et historienne de la pensée féministe, directrice de recherche émérite au CNRS, Rima Haddad, maîtresse de Conférences en biologie à l’Université de Paris-Sud et chercheuse à l’Inserm, Françoise Héritier, anthropologue, professeure émérite au Collège de France.
    Archives nationales – Site de Pierrefitte-sur-Seine – Auditorium
    Présence à confirmer : communication.archives-nationales@culture.gouv.fr

    Continuer la lecture de 2017 ◊ infinités plurielles (exposition) 

2017 ◊ Le grand trou (théâtre)

Les déchets nucléaires au théâtre de science friction

Dans un futur lointain, des scientifiques découvrent une source de radiations sur une planète bleue désertée. C’est peut-être un site d’enfouissement, mais de quoi ? Les seuls indices sont des textes retrouvés à la surface, apparemment des comptes-rendus de réunion ou des textes de théâtre, derniers vestiges d’un peuple de « Gardiens » organisé autour d’un unique tabou : l’interdiction absolue de creuser le sol. Les scientifiques ont deux heures pour présenter ces documents, par le biais d’une projection holographique, à la commission du Sénat Intergalactique chargée de déterminer si, oui ou non, il faut creuser le sol de cette planète et exhumer cette mystérieuse source d’énergie. Continuer la lecture de 2017 ◊ Le grand trou (théâtre) 

2017 ◊ L’air du futur selon Nike (publicité)

Cliché pris le 28 juillet à 19h22 à la station Bibliothèque François Mitterrand sur le quai en direction Saint-Lazare.

Vous achèterez bien des runnings avant de crever dans la pollution, non ?

Paris estival et caniculaire le 28 juillet. Ligne 14 du métro, station bibliothèque François Mitterrand aux heures les plus fréquentées, au moment le plus infréquentable. La foule piétine densément devant les parois de séparation en verre entre la plateforme et les voies. Cette surface de protection avec ses portes automatiques devient un espace publicitaire si l’annonceur veut bien y mettre le prix. Nike y a ainsi fait récemment apposer les affiches de sa campagne pour ses chaussures de sport de la gamme Vapormax®. Avec un choix graphique qui paraît au premier abord un peu étrange. Continuer la lecture de 2017 ◊ L’air du futur selon Nike (publicité) 

2017 ◊ Transhumain toi-même ! (théâtre)

La captation de la pièce « Transhumain toi-même ! » jouée le 25 mars 2017 à la Cité des sciences et de l’industrie à la Villette est en ligne ici

Une nouvelle création est en cours de production dans le cadre de l’animation de l’Atelier collaboratif du théâtre des sciences (AcTs) et le Collectif Manu Shantri des auditeur.trice.s  des formations Cnam à la médiation et au design culturel des technosciences en société. Le thème porte cette année sur l’articulation des savoirs et connaissances sur le féminin et le masculin avec la question des rapports sociaux selon le sexe. Plus de détails bientôt …

2017 ◊ Paris sous nos pieds (exposition)

UNE EXPOSITION SUR LE PARIS SOUTERRAIN

à partir du 20 mai 2017

Centre Malher – 9, rue Malher
75181 Paris cedex 4

•••••

Sous la direction de la conservatrice en chef du patrimoine et commissaire d’exposition Catherine Vaudour, les étudiants du Master professionnel « Techniques, patrimoine et territoires de l’industrie » de Paris 1 présentent une exposition consacrée au Paris souterrain dans le cadre d’un projet collectif, dont les objectifs sont l’application des compétences acquises tout au long de leur formation et la familiarisation avec cet outils majeur de communication. Sa mise en place a été intégralement orchestrée par les étudiants du Master, tant sur les plans intellectuels que matériels : recherches scientifiques et iconographiques, réalisation du parcours d’exposition, conception de la maquette des panneaux, élaboration d’un dossier de presse et communication.
Ladite exposition se décline sous la forme de dix panneaux au format A0 dont l’impression est assurée par le service reprographique de la Sorbonne, et s’articule autour de trois grands axes que sont le métro, les réseaux fluviaux et les carrières. Ceux-ci sont conjugués dans une dimension  culturelle, technique et historique qui se veut prendre en compte tous les types de patrimoines auxquels ils  peuvent se rattacher.
Outre les réseaux sociaux – twitter, facebook et instagram – un site internet en constitue le prolongement médiateur et se propose de poursuivre l’expérience par des quizz, des galeries de photos thématiques ainsi qu’une bande dessinée tout spécialement créée pour l’événement. Il participe également à favoriser l’accessibilité du propos scientifique par le biais d’un espace spécialement conçu pour les enfants.

Voir le site

2017 ◊ Sciences pour tous (exposition)

25 avril 2017 au 27 août 2017

site François-Mitterrand de la Bibliothèque nationale de France

Astronomie, médecine, sciences naturelles, chimie, aéronautique… Au cours de la deuxième moitié du XIXe siècle, toutes les disciplines scientifiques sont mises en valeur et popularisées.
Si elle trouve ses racines dans le courant des Lumières, la vulgarisation scientifique prend toute son ampleur environ un siècle plus tard, alors que se développe la croyance dans le progrès et l’instruction. Périodiques, livres illustrés, dictionnaires, romans, conférences, expositions universelles, spectacles scientifiques : la multiplicité des moyens de diffusion, l’essor considérable de la presse et la prolifération de l’image, à partir de 1850 surtout, sont mis au service de l’initiation à la science des enfants comme des adultes.

À l’occasion de cette exposition, deux bornes de commande de tirages sont installées l’une en face de la librairie et l’autre dans l’allée Julien Cain. Ces bornes, via un écran tactile, permettent, à partir d’une sélection d’images extraites de l’exposition, de choisir un support d’impression pour son tirage (papier ou toile) et de sélectionner ou non un type d’encadrement. Selon le produit choisi, et après paiement en librairie, l’acheteur peut repartir immédiatement avec son tirage imprimé sur place ou recevoir chez lui sa reproduction encadrée.

Tous les détails ici

2017 ◊ Match improvisé Jazz versus Robot (publicité)

Campagne Publicitaire TSF JAZZ – Print – Avril 2017 – Photo : Vincent DIXON (photo issue d’un des trois visuels disponibles)

le jazz comme expression de notre humanité créatrice à travers la nouvelle campagne publicitaire de la radio TSF JAZZ.

par Vera sur Si tu savais STS

Studio d’enregistrement, trompette posée au sol, micro en attente. Au centre de la photo en noir et blanc, un robot à l’air dubitatif est assis sur une chaise. Objet étrange que cet humanoïde dans ce décor. Cette intelligence artificielle saura-t-elle faire preuve de créativité et trouver l’inspiration ?

La radio française spécialisée en jazz a déjà sa réponse : « It’s a human thing. »

A l’heure où les algorithmes et les big databases permettent de créer des titres de musique au succès quasi garanti, TSF Jazz rappelle ici que ce courant musical est fait d’humanité et ne peut être la création d’un robot. Deux questions se posent alors : la première, concernant la représentation du jazz dans la création musicale, la seconde,  l’impossibilité pour une intelligence artificielle de pouvoir créer.

Le jazz est difficile à définir. Courant musical aux multiples sous genres, loin des compositions de musique classique qui doivent être jouées de façon rigoureuse et précise, il laisse une part importante à l’interprétation et à l’improvisation. Continuer la lecture de 2017 ◊ Match improvisé Jazz versus Robot (publicité)