Tous les articles par pierrecnam

2008 ■ Fringe (série TV)

2014-06-13_130820
Le laboratoire du docteur Bishop

Aux frontières de la science

(par Florence Delnef, Magistère Cnam, juin 2014)

La série Fringe, créée par J.J. Abrams, Alex Kurtzmaan et Roberto Orci a été diffusée à partir de 2008 pendant cinq saisons. Elle narre les aventures de trois personnages : Olivia Dunham agent du FBI, Walter et Peter Bishop scientifiques et consultants. Ils évoluent au sein d’un département du FBI spécialisé dans les phénomènes étranges en lien avec des technologies non conventionnelles.

Continuer la lecture de 2008 ■ Fringe (série TV) 

2004 ■ ReGenesis (série)

Quand la science échappe à tout contrôle, vous ne verrez plus la science du même œil

(par Delphine Thomas, Magistère Cnam Paris, juin 2014)2014-06-17_132738

Extraits : Mike, fils du Dr Sloan Shelby pense être un clone de son grand-frère Cal. Il aurait été créé pour sauver Cal de son ostéosarcome en tant que donneur compatible, sain. Il a interrogé le Dr David Sandstrom biologiste moléculaire via sa fille devenue son amie Lilitth. Sanstrom est le directeur scientifique du NorBAC, laboratoire spécialisé dans la recherche contre le bio-terrorisme, les maladies mystérieuses ou les changements environnementaux étranges.

Continuer la lecture de 2004 ■ ReGenesis (série) 

1980 ■ Mon oncle d’Amérique (film)

Les vertiges de l’inhibition

(par Cécile Colin, Magistère Cnam, juin 2014)

Et ce qu'on se sent obligé de faire
Et ce qu’on se sent obligé de faire
2014-06-13_172245
Ce qu’on aimerait faire …

D’où vient notre stress ? Comment le gérer ? Comment naît l’angoisse ? A quoi nous mène-t-elle ?

Quelles sont les causes profondes de nos actions et de nos inhibitions ?

Ces questions, tout le monde se les est posées un jour ou l’autre, face aux difficultés de la vie quotidienne. Qui peut prétendre ne jamais avoir eu le sentiment d’être confronté à des difficultés inextricables ? D’être dans un cul-de-sac existentiel ? Qui n’a jamais eu terriblement envie, entre deux sourires contrits, de rouer de coups, voire de tuer froidement un membre de son entourage perçu comme un rival ?

Il n’est donc pas étonnant que Mon Oncle d’Amérique ait remporté un grand succès auprès du public, lors de sa sortie en salle en 1980. Chaque spectateur a pu retrouver un peu de soi dans les accès de rage de René, dans la révolte de Janine ou dans la lâcheté de Jean. L’identification est d’autant plus facile que les situations décrites sont « classiques », voire banales (trahison amoureuse, rivalité professionnelle, ambition déçue, frustration érotique…), et que les personnages appartiennent aux différents milieux sociaux représentatifs de la société française (milieu ouvrier, classe moyenne, bourgeoisie de province).

Continuer la lecture de 1980 ■ Mon oncle d’Amérique (film) 

1973 ■ La planète sauvage (film)

2014-06-13_143003
Séquence finale où les Oms s’émancipent des Draggs en s’appropriant leurs savoirs scientifiques et techniques

Un petit pas pour l’Om …

(par Marie Claire Matéo, Magistère Cnam, juin 2014)

La Planète Sauvage est un film d’animation français de science-fiction réalisé par René Laloux, avec des images de Roland Topor. Sorti en 1973, ce film est une adaptation libre du livre de 1957, « Oms en série » de l’écrivain français de science-fiction, Stefan Wul.

Long métrage d’animation qui a marqué l’histoire du cinéma, « La Planète Sauvage » est unique en son genre de par sa qualité artistique mais aussi de par l’intelligence de son message. Ce film est un hymne à la connaissance et au savoir qui vont être les clefs de l’émancipation des Oms, réduits à l’état d’animaux domestiques par des géants bleues aux yeux rouges, appelé Draags.

Continuer la lecture de 1973 ■ La planète sauvage (film) 

1965 ■ Alphaville, une étrange aventure de Lemmy Caution (film)

0Le célèbre détective Lemmy Caution enquête dans Alphaville, mégalopole du futur régie par une planification implacable. Redonnant à Eddie Constantine le rôle de privé qui avait assuré son succès à l’écran, Jean-Luc Godard, qui parodie le polar de série B et la science-fiction, réussit un film d’auteur en forme de fable contre le totalitarisme.