Archives pour la catégorie Cinéma

Analyses de contenus et propositions d’interprétations d’oeuvres considérées comme des supports de diffusion massive et populaire de questions relevant des sciences et techniques en société.

2014 ♦ The Imitation Game (film)

imitation-game-poster
Affiche du film « The Imitation Game », version UK, 2014.
Alan Turing, Prométhée de l’intelligence artificielle ?

(par Loïc PETITGIRARD, HT2S CNAM Paris, 2015)

Un homme de dos devant une machine étrange, un titre qui l’est tout autant – “The imitation game” (le jeu de l’imitation) – le tout suggérant une première question : qui de l’homme ou de la machine imite l’autre ? La lumière du plafonnier accentue ici un peu plus ce face à face entre la tête de cet homme doté d’un cerveau et cette machine formée de ses rouages. Quelques minutes de plongée dans le film suffisent néanmoins à nous livrer une première réponse : l’homme anonyme de l’affiche veut réaliser une machine qui “pense”, et plus précisément une machine qui imite l’homme qui pense. “The imitation game” est un biopic sur le mathématicien et logicien britannique, Alan Turing, inventeur d’une machine destinée à décrypter les codes secrets Allemands durant la Seconde guerre mondiale.

Ne pas mentionner le nom de Turing, ni dans le titre, ni sur l’affiche, est significatif : il ne s’agit pas seulement de romancer la vie et l’œuvre d’un génie, mais d’inviter à un voyage dans le temps, à une archéologie des machines que nous appelons aujourd’hui “ordinateur”. L’objet du film est autant l’homme Turing, la machine à décrypter, qu’une interrogation sur les rapports que nous entretenons (hier comme aujourd’hui) avec ces ordinateurs, conçus pour calculer, très vite, et pour penser… tout au moins dans le sens des propos de Turing. Continuer la lecture de 2014 ♦ The Imitation Game (film) 

2014 ◊ Transcendance (film)

2014-07-09_103354

Par delà la singularité et le Graal

Parmi les dernières grosses productions cinématographiques dédiées aux questions du devenir de nos sociétés contemporaines vues au travers de dystopies époustouflantes, Transcendance est arrivé sur les écrans français en juin 2014. Dans ce scénario, ce n’est plus tant l’espèce humaine qui tente de s’arroger des pouvoirs démiurgiques mais les technosciences elles-mêmes qui deviennent Dieu. Un film à lire assurément comme une actualisation de nos fantasmes, angoisses et interrogations socio-politiques sur la place des technosciences en société. Un travail collectif devrait s’engager à la rentrée prochaine autour de ce film et d’autres du genre pour donner lieu à quelques productions à paraître ici même sur ce site.

Voir les suggestions de lecture de ce film et commentaires de Yannick Rumpala sur Res Futurae : http://resf.hypotheses.org/2479

2014 ■ Computer Chess (film)

455684
Affiche du film « Computer Chess », sorti en France en 2014

Les fantasmes de l’intelligence artificielle

(par Loïc PETITGIRARD, HT2S Cnam Paris)

Computer Chess est un film de l’auteur et réalisateur américain Andrew Bujalski, sorti en 2014 (en France). Un temps, un lieu : un week-end de 1982 ou 1983, dans un hôtel texan, est organisé un tournoi opposant des ordinateurs (computer) jouant aux échecs (chess). L’affiche du film n’explicite pas cette confrontation entre machines, mais nous oriente sur ce qui est la problématique centrale du film : les rapports de l’homme à cette machine “intelligente”, avec son lot de fantasmes et d’angoisses. La possible création d’une intelligence artificielle, jouant aux échecs, est le sujet de ce faux documentaire et vraie fiction cinématographique.

Continuer la lecture de 2014 ■ Computer Chess (film) 

2014 ♦ Transcendance (film)

Et la technoscience créa Dieu, … ou comment le post-humanisme abolit la condition humaine

(par les auditeurs du Magistère « Médiation culturelle des STS » février 2015)

transcendance 32_16
Arrêt sur image 32’16’’ du film Transcendance de Wally Pfiser : 2 moitiés de Caster forment une humanité hybride.

Dans une alcôve de l’humanité, deux amoureux éprouvent devant nous le début d’une vie numérique après la mort biologique de l’un d’eux. Figures inquiètes, elles réalisent à cet instant l’impensable. Le moment est grave, celui de la transgression d’une limite au-delà de laquelle la science-fiction guide le public vers des expériences de pensée, certes extravagantes, mais non moins réflexives sur les intentions sous-jacentes contenues dans les technosciences.

Continuer la lecture de 2014 ♦ Transcendance (film) 

2014 ♦ Transcendance (film)

Le (neo)luddisme revisité

(par Gabriel BOUDARD, Magistère Médiation socioculturelle des sciences et techniques, CNAM 2015)

RIFT
Image issue du film Transcendance réalisé par Wally Pfister, avec Johnny Depp, Rebecca Hall et Paul Bettany

Transcendance raconte comment deux scientifiques parviennent à transposer et émuler l’âme de leur ami, Will Caster, au sein de PINN, une puissante intelligence artificielle. La nouvelle entité ainsi créée devient très entreprenante et rapidement impossible à contrôler. Elle ne sera arrêtée que grâce à un virus informatique mis au point par un groupe composé d’activistes, de scientifiques et d’agents fédéraux. Malheureusement, l’entité sera déjà parvenue à infecter l’ensemble des structures informatiques et électroniques du monde. Sa destruction fera basculer l’humanité dans une ère ou l’ensemble des technologies modernes seront inopérantes. Continuer la lecture de 2014 ♦ Transcendance (film) 

2014 ♦ La Grande Aventure Lego (film)

Tout est super-genial ! Tout est super-geniiiiaaaaalll ! ”. Nul doute que ce petit refrain entêtant est ce qui vous marquera suite au visionnage de La grande aventure Lego, film d’animation de P. Lord et C. Miller sorti en 2014. Prouvant donc que l’abrutissement méthodique à coup de sous-culture de masse — mis en place par le diabolique Lord Business dans le monde Lego — marche à merveille ! Car dans ce monde dystopique se mêlent allègrement lavage de cerveau type Invasion Los Angeles (John Carpenter, 1988), et totalitarisme rappelant 1984 (Georges Orwell, 1949).

Continuer la lecture de 2014 ♦ La Grande Aventure Lego (film) 

2013 ♦ HER (film)

1:45 L’OS a dépassé le maître

HER 1h45
     HER (2013) de Spike Jonze – arrêt sur image 1h45′

(par Sabine GUIRAUD, Magistère Médiation socioculturelle des sciences et techniques, 2015)

Sur cette capture d’image de la 105′ du film, on voit Joaquin Phenix, le héros, alias Théodore Twombly assis sur un fauteuil vert, encadré de séparateurs oranges, devant son bureau, digne d’une start-up sophistiquée. Les livres reliure-cuir relégués dans le fond sont les traces d’un passé presque révolu. De droite à gauche sur le bureau on voit une lampe, des fournitures, un écran d’ordinateur, du papier kraft d’emballage et une bannette pas trop moche. Continuer la lecture de 2013 ♦ HER (film) 

2013 ▪ Real humans (série TV)

un hubot, une fille

135832_image_36675-crop
La virée shopping de Teresa et Rick, son hubot
Ou comment relooker son robot domestique

(par Jeannette BOULANGER, Licence médiation culturelle des sciences et techniques en société, Cnam, 2014)

Lancée en France le 04 avril 2013, la série suédoise Real Humans réussit le pari de rajeunir le public de la chaîne Arte (15-49 ans). La saison 1 réunit plus d’1,3 millions de fidèles téléspectateurs chaque jeudi soir, ce qui représente une part de marché de 5,2%. On comptabilise également 1,3 millions de téléspectateurs sur la plateforme de streaming d’Arte +7. La commercialisation de coffrets DVD, la mise à disposition des épisodes sur le service de vidéos à la demande, ainsi que sa forte médiatisation (Le Monde, Les Inrocks, Huffingtonpost, MediaPart, Slates…) en font une œuvre de science – fiction moderne, populaire et accessible.  La saison 2 s’achève le jeudi 12 juin 2014 sur nos écrans, et réalise sensiblement les mêmes performances. Enfin, le concept joue les prolongations sur le site officiel de la série, en proposant une boutique en ligne de hubots domestiques (le Hubot Market), et de hubots clones (Atsugi Robotics).

Continuer la lecture de 2013 ▪ Real humans (série TV) 

2013 ■ Real Humans (série TV)

En haut : Série de visuels produits par l’agence BDDP & fils pour Arte et diffusée dans l’espace public par voie d’affiches publicitaires et d’encarts dans la presse en mars 2013.   En bas : Image extraite de la première séquence suivant immédiatement le générique de début du premier épisode diffusé le 4 avril sur Arte à 20h50.

Humain, es-tu (encore) là ?

(par Michel LETTE, Cnam Paris, février 2014)

Arte, chaîne de télévision franco-allemande de service public à vocation culturelle, lance en mars 2013 une campagne de publicité sans précédent afin de promouvoir une série de science-fiction. Sans doute trop populaire et peut être pas assez intellectuel, ce type de production n’est en effet que rarement proposé aux téléspectateurs cultivés de la classe moyenne française. Avec Real Humans (100% humains), une réalisation du suédois Lars Lundstrüm, la chaîne tente pourtant le pari d’intéresser son public à la question tout à fait sérieuse du rôle des technosciences dans le devenir de nos sociétés hypermodernes. Cette invitation commence par la mise en exergue sur ses affiches de cette passionnante mais parfois angoissante question : Qu’avons-nous encore fabriqué ? Ce « encore » évoquant l’idée d’un « n’importe quoi », un tantinet culpabilisant aussi, renvoie à l’équivoque des technosciences tout au long de cette première saison dans la série.

Continuer la lecture de 2013 ■ Real Humans (série TV) 

2012 ◊ ANTIVIRAL (film)

AntiviralBrandon Cronenberg – 2012

« Mettez-moi 100 grammes de Jared Leto et 200 de Scarlett Johansson »… C’est sur cette idée surprenante que se base la société décrite dans le film Antiviral, où le fan se fait un petit plaisir en dégustant un bon steak produit à partir des cellules musculaires de la star qu’il idolâtre. Dans un univers aseptisé peuplé de visions organiques dignes des mondes précédemment dépeints par son père, Brandon Cronenberg nous fait suivre Syd March, employé d’une société clinique spécialisée où l’on peut se faire injecter le dernier virus contracté par son actrice préférée. Imaginez développer un herpès labial à l’exact opposé de celui qu’arborait Brad Pitt il y une semaine… Outre le questionnement sur l’extrémité jusqu’à laquelle peuvent aller certains admirateurs pour communier avec l’objet de leur adoration, Antiviral amène à réfléchir sur les dérives possibles de la société et de la consommation à partir d’une nouvelle technologie. Et, à l’émergence de la nourriture 2.0 et de la viande produite en laboratoire (ex : entreprise Modern Meadow), cette représentation sociétale n’est plus si éloignée et la question des limites à s’imposer est déjà ouverte.

Lien utile : http://tempsreel.nouvelobs.com/societe/20141001.OBS0827/ces-docteurs-folamour-qui-inventent-la-nourriture-du-futur.html

2010 ▪ The Adjustement Bureau (film)

2014-06-14_183400
The Adjustement Bureau, de George Nolfi. USA – 2010 (en France : L’Agence)

Restreindre le contrôle, permettre l’évolution

(par Julian CHARTIER, Magistère Médiation socioculturelle des sciences et techniques, Cnam 2014)

Cet objet technique si costaud, mais mal aimé, est un Blackberry. Même plongé aux trois-quart dans un gobelet de café, il continue à sonner, et à déranger la conversation de deux jeunes gens en pleine romance. Il s’agit de David Norris et d’Elise Sellas, les deux personnages principaux de The Adjustement Bureau – un film américain de George Nolfi, sorti en salle en 2010. Ils viennent de se retrouver par hasard dans un bus, après une précédente rencontre « coup de foudre ». Ils sont tout à leur joie, quand le téléphone de David sonne plusieurs fois de façon intempestive, le rappelant à son activité professionnelle. Élise finit par le jeter dans le café de David, alors qu’ils se chamaillent pour savoir s’il faut répondre.

Continuer la lecture de 2010 ▪ The Adjustement Bureau (film) 

2010 ■ Inception (film)

Inception escalier de Penrose
« L’escalier de Penrose », extrait du film Inception de Christopher Nolan (2010)

Rêve ou réalité ?

(par Vincent Trouillard, Licence Médiation culturelle des sciences et techniques en société, Cnam Nantes, juin 2014)

Inception est un film américano-britannique d’action et de science-fiction, écrit, réalisé et produit par Christopher Nolan et sorti en 2010. Il s’agit d’une superproduction réalisée avec un budget colossal de 160 millions de dollars, sans compter les 100 millions dévolus à la promotion du film. Avec prés de 5 millions d’entrées et quatre Oscars, le film se classe en 2010 parmi les quarante plus gros succès au box office mondial.

Continuer la lecture de 2010 ■ Inception (film) 

2009 ♦ les enquêtes de l’inspecteur Murdoch (série TV)

murdoch tableau fiche
Scène de la série Les enquêtes de l’inspecteur Murdoch, diffusée sur France3, 2009
La naissance des sciences modernes, un objet de fiction télévisée

[par Franciane BEGARIN, Magister médiation socioculturelle des sciences et techniques, juin 2015]

Une lampe à huile dans le coin d’une pièce ; un tableau noir gribouillé de formules mathématiques ; une table sur laquelle reposent des instruments scientifiques ; derrière ces objets, un policier reconnaissable à son insigne. Le décor des « enquêtes de l’inspecteur Murdoch » est planté. Il s’agit d’une série télévisée adaptée du roman de la canadienne Maureen Jennings, The Murdoch Mysteries. La série est d’abord diffusée au Canada, puis en France à partir de 2009 sur France 3 chaque dimanche soir. Elle raconte les enquêtes de l’inspecteur dans La ville de Toronto à la fin du XIXe siècle.

Son succès (3,5-4 millions de téléspectateurs, soit 15% de part d’audience) peut étonner au regard de la manière de traiter la science. Mais une étude plus approfondie permet de mieux comprendre les ressorts qui poussent le public du XXIe siècle à apprécier une fiction qui met en avant la science du XIXe siècle à l’inverse des séries américaines qui immergeaient déjà le téléspectateur dans la science contemporaine. Continuer la lecture de 2009 ♦ les enquêtes de l’inspecteur Murdoch (série TV) 

2009 ♦ Inglorious Basterds (film)

inglorious basterds
Stolz der Nation : la fierté de la nation – Extrait du film « Inglorious Basterds » de Quentin Tarantino (2009)
La pilule de Göring : une armée « dopée »

(par Yann-Gaël SECHER, Licence Médiation socioculturelle des sciences et techniques, Cnam Nantes 2015)

Dans cet ersatz de film de propagande nazie glissé dans le film Inglorious Basterds (2009), Quentin Tarantino retrace le fait d’arme d’un sniper allemand. Le soldat Zoller, isolé dans son clocher, tient en respect des jours durant une véritable armée, sans se reposer ni trembler. Fanatique, l’œil fou, il ne semble plus contraint aux limites physiques imposées par son corps. Cette scène caricaturale et visuellement explosive est l’une des marques de fabrique de Quentin Tarantino, à l’image de l’easter egg du svastika formé par des impacts de balles.

Et pourtant, si derrière l’image d’Épinal de « surhommes » des soldats du IIIe Reich se cachait une troublante vérité, celle d’un usage massif et planifié de métamphétamines ? Continuer la lecture de 2009 ♦ Inglorious Basterds (film) 

2008 ■ Fringe (série TV)

2014-06-13_130820
Le laboratoire du docteur Bishop

Aux frontières de la science

(par Florence Delnef, Magistère Cnam, juin 2014)

La série Fringe, créée par J.J. Abrams, Alex Kurtzmaan et Roberto Orci a été diffusée à partir de 2008 pendant cinq saisons. Elle narre les aventures de trois personnages : Olivia Dunham agent du FBI, Walter et Peter Bishop scientifiques et consultants. Ils évoluent au sein d’un département du FBI spécialisé dans les phénomènes étranges en lien avec des technologies non conventionnelles.

Continuer la lecture de 2008 ■ Fringe (série TV) 

2006 ♦ les Fils de l’Homme (roman)

children_of_men_ver3_xlg
Affiche du film Les Fils de l’Homme (2006)
L’humain au bord de l’extinction

(par Nicolas LOQUET, Magister Médiation socioculturelle des sciences et techniques, CNAM Paris, 2015)

La fin du monde n’aura jamais paru aussi plausible et étrangement proche que dans les Fils de l’Homme, d’Alfonso Cuaron. Adapté du roman éponyme de P. D. James, le film nous transporte dans une Angleterre dystopique d’un futur proche où l’humanité entière est devenue stérile. Quelle est donc la cause de ce phénomène apparu dix-huit ans auparavant ? Pandémie, pollution environnementale… ? Nul ne le sait, et il semblerait que malgré son degré d’avancement technologique, la race humaine ait échoué à assurer sa continuité. Dans ce contexte empreint de désespoir, la société est au bord du chaos, l’économie s’est écroulée et les gouvernements frôlent le totalitarisme. Continuer la lecture de 2006 ♦ les Fils de l’Homme (roman) 

2006 ♦ The Host (film)

NGuerguadj_film the Host de Bong JoonHo
Capture d’écran du film The Host (Bong Joon-Ho, Corée du Sud, 2006)
Pollution officielle contre pollution clandestine
Comment se retrouver entre une créature mutante et le non moins redoutable « agent jaune« 

(par Nadia GUERGUADJ, Magister Médiation socio-culturelle des sciences et techniques, CNAM Paris, 2015)

Nous sommes dans le dernier ¼h du film, l’armée américaine s’apprête à répandre « l’agent jaune » sur les rives du fleuve Han pour éradiquer le soi-disant virus dont le monstre serait vecteur. La zone ― interdite à tout public autre que les forces spéciales et les sociétés de désinfection, depuis l’annonce de la découverte du virus ― est investie par les étudiants et écologistes, manifestants contre l’utilisation imminente du biocide.

Sur ce plan, une étrange structure métallique jaune de laquelle s’échappe de chaque côté une fumée opaque blanche, surplombe la foule. Un peu de fumée jaune commence à se dissiper par en dessous. Des dizaines de manifestants, pour la plupart vêtus de T-shirt rouge, tout comme les forces de l’ordre, reconnaissables à leur uniforme noir, s’écartent de la zone en courant. Si de prime abord, ils semblent fuir la fumée blanche, on remarque qu’ils s’éloignent tous du fleuve qui semble pourtant si tranquille en arrière-plan. Continuer la lecture de 2006 ♦ The Host (film) 

2004 ■ Ghost in the Shell 2 (film)

Innocencepostereng
Affiche du film Ghost in the Shell 2 : Innocence de Mamoru Oshii (2004)

Et Dieu créa l’homme à son image

(par Nicolas Loquet, Licence Médiation culturelle des sciences et des techniques en société, Cnam Paris mai 2014)

Pour un amateur averti déjà convaincu par Ghost in the Shell premier du nom, déjà considéré comme un monument de la culture cyberpunk, découvrir Innocence en 2004 avait tout d’une expérience déconcertante. Loin d’être une simple suite reprenant les mécanismes du premier opus dont il partage le nom, Innocence, au contraire, le sublime. Fait suffisamment important pour être signalé, il s’agit du premier film d’animation japonais à être présenté en compétition au festival de Cannes, preuve s’il en est que l’on a affaire ici à une oeuvre relevant de la culture populaire, adressée et accessible à tous, pas seulement à une minorité « geek ».

Réalisés par Mamoru Oshii, « les » Ghost in the Shell tirent leur univers des mangas de Masamune Shirow, auteur dont la production est fortement empreinte de technosciences.

Continuer la lecture de 2004 ■ Ghost in the Shell 2 (film) 

2004 ■ ReGenesis (série)

Quand la science échappe à tout contrôle, vous ne verrez plus la science du même œil

(par Delphine Thomas, Magistère Cnam Paris, juin 2014)2014-06-17_132738

Extraits : Mike, fils du Dr Sloan Shelby pense être un clone de son grand-frère Cal. Il aurait été créé pour sauver Cal de son ostéosarcome en tant que donneur compatible, sain. Il a interrogé le Dr David Sandstrom biologiste moléculaire via sa fille devenue son amie Lilitth. Sanstrom est le directeur scientifique du NorBAC, laboratoire spécialisé dans la recherche contre le bio-terrorisme, les maladies mystérieuses ou les changements environnementaux étranges.

Continuer la lecture de 2004 ■ ReGenesis (série) 

2004 ♦ Kill Bill 2 (film)

Le fantasme de l’invincibilité

(par Nicole Fomékong, Magistère Médiation culturelle & Communication, CNAM 2015)

Kill-Bill-Serum
arrêt sur image 1h44’28 »
Kill-Bill-Dim-mak2
arrêt sur image 1h44’36 »

À partir de deux images extraites du film Kill Bill Volume 2 de Quentin Tarantino, sorti en 2004, nous examinons deux notions, symboliques du film d’action traditionnel : maitrise et masculinité.

La première image montre un personnage de dos en position dominante, l’autre assis plus bas, une seringue plantée dans la cuisse. La chimie s’intègre dans le récit avec le recours au sérum de vérité, tentative de maitrise artificielle. Le rapport de force semble inégal. La deuxième image montre les deux personnages qui se font face. Ils sont visuellement de plein pied, le rapport de force semble plus équilibré. Dans cet affrontement c’est la maitrise physique qui s’exprime, à travers une technique obscure et mystique : le Dim mak. Enfin, l’héroïne, Béatrix Kiddo, est une femme, l’adversaire, Bill, un homme. Nous verrons comment, en mettant visuellement de plein pied et à armes égales un homme et une femme, le réalisateur redéfinit certains paradigmes de genre propres aux films d’actions.

Continuer la lecture de 2004 ♦ Kill Bill 2 (film)