Archives pour la catégorie Cinéma

Analyses de contenus et propositions d’interprétations d’oeuvres considérées comme des supports de diffusion massive et populaire de questions relevant des sciences et techniques en société.

1998 ▪ GATTACA (film)

2014-06-13_131838
Une des jaquettes DVD utilisée pour l’une des premières éditions anglophone (date ?)

La vie sous contrôle génétique

(par Elsa Schreiber, Magistère Cnam, juin 2014)

Gattaca, ou Bienvenue à Gattaca pour la version française, est un film écrit et réalisé par Andrew Niccol et sorti dans les salles de cinéma en 1998. Il fait partie de ces films de science-fiction où la technologie est minimaliste et n’occupe pas le cœur du film.

Le visuel présenté est une des jaquettes utilisées pour une des premières éditions DVD anglophone. Sur ce visuel deux personnages phares apparaissent sur deux bandeaux distincts, Vincent Freeman interprété par Ethan Hawke et Irène jouée par Uma Thurman. Vincent paraît soucieux, le regard fuyant, fixant un danger que nous ne pouvons voir, mais deviner. Irène, elle, ne dégage aucune émotion, regarde droit devant elle. Derrière elle, figure  des personnes travaillant devant des bureaux identiques, en espace ouvert. Il s’en dégage une impression d’uniformité, d’ordre et de contrôle. Les deux personnages apparaissent en opposition et contradiction.

Continuer la lecture de 1998 ▪ GATTACA (film) 

1998 ▪ Bienvenue à G-A-T-T-A-C-A (film)

bienvenue-a-gattaca-aff-01-g
Affiche et traduction française du film d’Andrew Niccol « GATTACA » (1998)

L’avènement de la lutte des gênes

(par Gabriel Boudard, Licence Médiation culturelle des sciences et techniques en société, Cnam juin 2014)

Bienvenue à Gattaca, est un film d’anticipation sorti en 1998. “G A T T A C A” fait référence aux initiales des 4 composants qui forment l’ADN : Guanine, Adénosine, Thymine et Cytosine. Il est réalisé par Andrew Niccol, auteur de nombreux films incluant une réflexion sociale : S1mone, Time Out, Lord of War. Niccol est également le scénariste de The Truman Show.

Comme le laisse supposer l’accroche de l’affiche, “un seul critère de sélection : la perfection génétique”, ce film décrit un monde futuriste dans lequel le génie génétique occupe un poids prépondérant dans la société. Les parents peuvent sélectionner les gênes qu’ils souhaitent transmettre à leur descendance afin de concevoir in vitro les enfants les plus “parfaits” à leurs yeux et à ceux de la société.

Continuer la lecture de 1998 ▪ Bienvenue à G-A-T-T-A-C-A (film) 

1986 ♦ le château dans le ciel (cinéma)

robot-laputa-pazu-sheeta
Arrêt sur image du film « Le château dans le ciel » de Hayao Miyazaki : rencontre sur Laputa, le château dans le ciel
Nature versus technologie, une harmonie à retrouver

(par Christelle Schneeberger, Magister sciences et techniques dans la société, Cnam Paris, juin 2015)

Au cœur d’une nature généreuse et paisible, surgit une rencontre inattendue. Confrontation étonnante entre l’humanité et la technologie…

Le château dans le ciel est un film d’animation de Hayaho Miyazaki, sorti au Japon en août 1986 et en France en 2003 après les succès de Princesse Mononoké et du Voyage de Chihiro. Comme de nombreux films de ce réalisateur mondialement reconnu, les personnages évoluent dans une société rétro-futuriste : dans ce monde, les locomotives à vapeur, sur Terre, coexistent avec une technologie ultra moderne, dans le ciel, où les robots ont les moyens de détruire le monde, où la communication relève du don d’ubiquité. Continuer la lecture de 1986 ♦ le château dans le ciel (cinéma) 

1985 ♦ Brazil (film)

brazil2

La chirurgie est-ce éthique ?

(par Ludovic LEGALL, Licence Médiation socioculturelle des sciences et techniques, CNAM, 2015)

BRAZIL sorti en avril 1985, est un film d’anticipation fantastique. Terry Gilliam le réalisateur est un américain naturalisé anglais. Il fit partie de l’aventure de la troupe d’humoristes britanniques les Monty Python. Culte pour son humour noir, l’histoire dépeint les absurdités d’un futur parallèle, resté à l’apogée des années folles de l’ère technocratique et industrielle. Perdu, sans repère d’identité, dans ce monde décadent, le héros, par rejet de cette société se révoltera contre le conformisme et la dictature bureaucratique.

La célèbre photo est tirée de la scène du salon d’esthétique. La mère du héros, affreusement ridée, vient faire son lifting, un service banalisé dans ce salon. L’indélicate opération se déroule sans ménagement en public, sous le regard dégoûté du héros, et la désinvolture de la mère étirée. Une féroce dénonciation de la dérive de la chirurgie devenue un produit de consommation. Continuer la lecture de 1985 ♦ Brazil (film) 

1983 ■ WarGames (film)

2014-06-06_173500
Séquences extraites du film WarGames (1983)

Robots, intelligence artificielle & apocalypse mondiale, fictions et fantasmes

(par Nicole Fomekong, Magistère Cnam Paris, juin 2014)

Le thème des robots qui rivalisent avec les humains est récurrent dans les œuvres littéraires et cinématographiques. Toute une mythologie futuriste s’est constituée, depuis les créatures chimériques tel Frankenstein ou l’andréïde de l’Ève Future jusqu’aux récentes évocations de programmes dotés d’intelligence artificielle tel le terrifiant T-1000 de Terminator qui égalent voire surpassent l’homme. Dans la plupart des cas, ces évocations artistiques sont empreintes de visions apocalyptiques : le robot s’émancipe et l’homme est menacé dans son existence même. Les machines peuvent prendre le pouvoir et asservir l’être humain. Le film emblématique de cette catastrophe demeure la Matrice. Mais il y a eu des films moins spectaculaires et à l’audience néanmoins large.

Continuer la lecture de 1983 ■ WarGames (film) 

1980 ■ Mon oncle d’Amérique (film)

Les vertiges de l’inhibition

(par Cécile Colin, Magistère Cnam, juin 2014)

Et ce qu'on se sent obligé de faire
Et ce qu’on se sent obligé de faire
2014-06-13_172245
Ce qu’on aimerait faire …

D’où vient notre stress ? Comment le gérer ? Comment naît l’angoisse ? A quoi nous mène-t-elle ?

Quelles sont les causes profondes de nos actions et de nos inhibitions ?

Ces questions, tout le monde se les est posées un jour ou l’autre, face aux difficultés de la vie quotidienne. Qui peut prétendre ne jamais avoir eu le sentiment d’être confronté à des difficultés inextricables ? D’être dans un cul-de-sac existentiel ? Qui n’a jamais eu terriblement envie, entre deux sourires contrits, de rouer de coups, voire de tuer froidement un membre de son entourage perçu comme un rival ?

Il n’est donc pas étonnant que Mon Oncle d’Amérique ait remporté un grand succès auprès du public, lors de sa sortie en salle en 1980. Chaque spectateur a pu retrouver un peu de soi dans les accès de rage de René, dans la révolte de Janine ou dans la lâcheté de Jean. L’identification est d’autant plus facile que les situations décrites sont « classiques », voire banales (trahison amoureuse, rivalité professionnelle, ambition déçue, frustration érotique…), et que les personnages appartiennent aux différents milieux sociaux représentatifs de la société française (milieu ouvrier, classe moyenne, bourgeoisie de province).

Continuer la lecture de 1980 ■ Mon oncle d’Amérique (film) 

1979 ■ The Clonus Horror (film)

L’élevage des clones

Affiche Clonus Horror
Affiche du film de Robert S. Fiveson porté à l’écran en 1979 aux États-Unis

(par Morgane Turmaine, 2e année Licence de biologie, Orsay)

La première tentative connue de clonage humain date de 1979. Elle a été réalisée aux États-Unis par le chercheur L.B. Shettles. Elle s’est soldée par un échec, mais n’a pas manqué de susciter nombre d’interrogations. La même année, le film The Clonus Horror de Robert S. Fiveson se fait l’écho dans l’univers de la culture populaire américaine des fantasmes auxquels peuvent donner lieu une telle perspective.

Le film se déroule dans un lieu isolé appelé Clonus. Clonus est aussi le nom d’un programme scientifique « top secret ». Il porte sur le clonage humain. Il est financé par des politiciens dont le but est de sélectionner secrètement quelques individus destinés à devenir les élites d’une organisation sociale. Ces responsables désignés sont des fonctionnaires que les politiciens estiment utiles au pays.  Ils vont être clonés afin de permettre leur « immortalité », ou plus justement leur réparation et leur amélioration biologique.

Continuer la lecture de 1979 ■ The Clonus Horror (film) 

1976 ▪ Tricatel (logo de fiction)

logo_TRICATEL
Logo de l’entreprise Tricatel telle qu’elle apparait dans le film de Claude Zidi « L’aile ou la cuisse » (1976)

Ce plat pourri qui est le mien !

(par Audrey Navarre, Licence Médiation culturelle des sciences et techniques, Cnam Toulouse, juin 2014)

Où vont tous ces gens dont pas un seul ne rit, questionnait le poète. Ils vont chez TRICATEL bien sûr, ou plutôt au Restoroute de Jacques Borel ! Se dirigeant d’un seul homme vers la pancarte aux couleurs éclatantes résultant d’un savant mélange de ketchup et de moutarde, telle une toile de Van Gogh.

Bien que nous  devions à Jacques Borel les tickets restaurant, nous lui devons aussi les premiers fast-foods importés en France : les Wimpy, ainsi que sa merveilleuse chaîne de Restoroutes lancée en  1968 (année d’une certaine révolution populaire) qui ont fait vomir plus d’un Renaud et d’un Coluche ! Coluche d’ailleurs à l’affiche aux côtés de Louis de Funès dans la comédie satirique « L’aile ou la cuisse » de Claude Zidi sortie en 1976, se moquant éperdument de notre cher industriel le déguisant à peine sous une quasi-homonymie.

Continuer la lecture de 1976 ▪ Tricatel (logo de fiction) 

1973 ■ La planète sauvage (film)

2014-06-13_143003
Séquence finale où les Oms s’émancipent des Draggs en s’appropriant leurs savoirs scientifiques et techniques

Un petit pas pour l’Om …

(par Marie Claire Matéo, Magistère Cnam, juin 2014)

La Planète Sauvage est un film d’animation français de science-fiction réalisé par René Laloux, avec des images de Roland Topor. Sorti en 1973, ce film est une adaptation libre du livre de 1957, « Oms en série » de l’écrivain français de science-fiction, Stefan Wul.

Long métrage d’animation qui a marqué l’histoire du cinéma, « La Planète Sauvage » est unique en son genre de par sa qualité artistique mais aussi de par l’intelligence de son message. Ce film est un hymne à la connaissance et au savoir qui vont être les clefs de l’émancipation des Oms, réduits à l’état d’animaux domestiques par des géants bleues aux yeux rouges, appelé Draags.

Continuer la lecture de 1973 ■ La planète sauvage (film) 

1970 ♦ Colossus : The Forbin Project (film)

colossus

Puis vint le jour où l’intelligence artificielle s’arrogea le pouvoir

(par Marylène TEIXEIRA, Magistère Médiation socio-culturelle des sciences et techniques, CNAM Paris, 2015)

Ces deux images sont extraites des dernières minutes du film Le Cerveau d’acier réalisé en 1970 par Joseph Sargeant, adapté du roman de Dennis Feltham Jones paru en 1966. Il transpose les craintes de voir l’intelligence artificielle devenir autonome et prendre ainsi l’ascendance sur l’Homme.

Le scénario nous immerge dans la période d’après-guerre. Le gouvernement américain a construit un ordinateur dénommé Colossus chargé de contrôler l’arsenal nucléaire. De lui dépend l’intégrité du territoire américain face à une éventuelle agression ennemie. Plus prosaïquement, il est présenté par les autorités comme arme de dissuasion propice à garantir la paix. Rapidement, il décèle un autre ordinateur à la capacité exponentielle, Guardian, situé en territoire soviétique avec qui il établit une communication. Les deux ordinateurs vont progressivement procéder à des échanges dans un code binaire indéchiffrable tant pour les scientifiques américains que pour leurs homologues russes. Effrayés, ceux-ci rompent les communications mais Colossus et Guardian réagissent en leur intimant l’ordre de les remettre en place sous peine de subir des mesures de rétorsion. Méprisés, ils mettent leurs menaces à exécution et procèdent à des attaques de missile nucléaires. Toutes les tentatives pour déjouer la surveillance de Colossus et le supprimer s’avèrent inutiles. Celui-ci a entretemps fusionné avec Guardian afin d’accroître ses capacités et ainsi contraindre l’Humanité à suivre ses directives. Continuer la lecture de 1970 ♦ Colossus : The Forbin Project (film) 

1968 ▪ 2001 Odyssée de l’espace (film)

odyssee-de-l-espace
« L’enfant des étoiles » – extrait du film 2001: l’odyssée de l’espace de Stanley Kubrick (1968)

Avant et après 2001

(par Julien PITAUD, Licence Médiation culturelle des sciences et des techniques en société, Cnam Nantes, juin 2014)

2001: l’odyssée de l’espace est un film de science-fiction anglo-américain sorti en 1968 et réalisé par Stanley Kubrick. Ce long-métrage aborde plusieurs thèmes comme par exemple l’évolution humaine, la place de la technologie ou encore l’intelligence artificielle, et a pour but de montrer la place, infiniment modeste, de l’homme dans l’univers. Ici, pas de grands effets à suspense ni de monstres extra-terrestres.

Continuer la lecture de 1968 ▪ 2001 Odyssée de l’espace (film) 

1965 ■ Alphaville, une étrange aventure de Lemmy Caution (film)

0Le célèbre détective Lemmy Caution enquête dans Alphaville, mégalopole du futur régie par une planification implacable. Redonnant à Eddie Constantine le rôle de privé qui avait assuré son succès à l’écran, Jean-Luc Godard, qui parodie le polar de série B et la science-fiction, réussit un film d’auteur en forme de fable contre le totalitarisme.

1959 ▪ Hiroshima mon amour (film)

Passion amoureuse et tragédie de l’atome

Hiroshima-mon-Amour
Première affiche de la sortie officielle du film en 1959

(par Monelle Aubin de la Messuière, Licence Médiation culturelle des sciences et techniques en société, Cnam Paris, 2014)

Hiroshima, mon amour d’Alain Resnais est réalisé en 1959, quatorze ans après l’explosion de la bombe H le 6 août 1945. Ce film est la première manifestation culturelle de diffusion massive sur la bombe atomique dans l’espace public français. Malgré sa mise à l’écart au Festival de Cannes, pour ne pas froisser les américains, le succès critique de la presse et du public est unanime.

La genèse du film

Elle s’inscrit dans un climat d’après guerre anxiogène marqué par la course aux armements nucléaires. En 1958, la maison de production Argos commande au réalisateur un documentaire sur la paix. Très vite il butte sur l’impossibilité de «parler» d’Hiroshima frontalement, et refuse la tentation illusoire de faire comprendre l’horreur, par l’horreur des images d’archive. Il se tourne donc vers la fiction, d’après le scénario de Marguerite Duras, et dans lequel le thème de la peur atomique se superpose à la quête de l’amour absolu.

Continuer la lecture de 1959 ▪ Hiroshima mon amour (film) 

1959 ■ Hiroshima mon amour (film)

2014-05-23_145721
Images séquences extraites du film d’Alain Resnais « Hiroshima mon amour » (1959)

Fission, fiction et civilisation

(par Cécile Hernu, magistère Cnam, mai 2014)

Premier long métrage d’Alain Resnais, «Hiroshima mon amour» (1959) est réalisé 14 ans après le largage de la bombe atomique, le 8 août 1945.

Le film met en scène un amour adultère entre une actrice française, jouant dans une fiction à Hiroshima et un japonais, idylle qui réveille un traumatisme refoulé. L’histoire se déroule dans la ville reconstruite. Les séquelles de l’atomisation sont très présentes. La mise en scène repose, en premier lieu, sur un documentaire mêlant séquences de la ville de 1958, reconstitutions filmées, images d’archives et extraits de film. Elle explore, en deuxième temps, la vie du personnage féminin, en une sorte de travail psychanalytique.

Continuer la lecture de 1959 ■ Hiroshima mon amour (film) 

1927 – Metropolis (film)

La fusion de l’être et de la machine

metropolis10
Fritz Lang (1927) Metropolis (version restaurée 2001), Kino Lorber Inc. – durée : 2h28 [séquence à 1h27]
(par Michel Letté, Cnam, mars 2013)

Metropolis est un film expressionniste allemand de science-fiction réalisé en 1927 par Fritz Lang. Tout en musique philarmonique, le film est muet et en noir et blanc. Le scénario a été écrit par Lang et sa femme, Thea Von Harbou. Il a été l’une des premières superproductions de l’histoire du cinéma mais aussi un échec financier. Il fut néanmoins le premier film inscrit en 2001 par l’Unesco au Registre de la Mémoire du monde.

Continuer la lecture de 1927 – Metropolis (film) 

1902 ♦ Eugène Doyen, chirurgien star (photogramme)

Blow-RDO2
E. Doyen filmé par C. Maurice le 9 février 1902

Bistouri & Caméra

(par Robert NARDONE, HT2S Cnam Paris)

Ce photogramme n’est pas seulement l’image d’un exploit chirurgical. Il témoigne de l’émergence du cinématographe dans les salles d’opération et paradoxalement de la naissance d’un nouveau public.

Le 9 février 1902, le chirurgien Eugène Doyen sépare Doodica et Radica, les sœurs xiphopages exposées au cirque Barnum. À la demande de Doyen, l’opération est filmée par Clément Maurice. Doyen est mondialement connu, réputé pour sa rapidité d’exécution. La séance de séparation des soeurs siamoises dure dix minutes. Dix minutes c’est la durée d’un chargeur de caméra. Le chirurgien et l’opérateur se sont concertés pour que l’acte ne dépasse pas le temps imposé par la technique filmique. Tout au long de l’acte Doyen interroge son opérateur afin de s’assurer qu’il reste dans les temps. Clément Maurice est celui qui a organisé la première projection publique des frères Lumière le 28 décembre 1895 au Salon indien du Grand café de l’hôtel Scribe à Paris. Continuer la lecture de 1902 ♦ Eugène Doyen, chirurgien star (photogramme) 

1895 ♦ L’entrée d’un train en gare de la Ciotat (film)

arrivee-d-un-train-en-gare
Vue du court-métrage L’arrivée d’un train en gare de La Ciotat de Louis Lumière – 1895

Les premiers pas du cinéma, témoins d’une société moderne

(par Elodie Izard, Médiation culturelle des sciences et techniques en société, mai 2014)

Avec l’installation de la République, la France connait un essor au XIXe siècle. Le développement de l’industrie et du commerce installe une nouvelle distribution des richesses aux dépens du clergé et de l’aristocratie, et au profit d’une bourgeoisie d’affaires. La scolarité devient obligatoire. Les sciences et les techniques sont alors au cœur de cette société qui se veut toujours plus moderne.

Antoine Lumière, jeune peintre, s’installe à son compte à Lyon. Au début simple studio de photographie, l’affaire devient le Cinématographe Lumière, l’une des plus florissantes de cette fin de siècle, grâce à l’invention de ses fils, Auguste et Louis. Continuer la lecture de 1895 ♦ L’entrée d’un train en gare de la Ciotat (film)