Archives pour la catégorie Espace public

L’air du futur selon Nike ◊ publicité (2017)

Cliché pris le 28 juillet à 19h22 à la station Bibliothèque François Mitterrand sur le quai en direction Saint-Lazare.

Vous achèterez bien des runnings avant de crever dans la pollution, non ?

Paris estival et caniculaire le 28 juillet. Ligne 14 du métro, station bibliothèque François Mitterrand aux heures les plus fréquentées, au moment le plus infréquentable. La foule piétine densément devant les parois de séparation en verre entre la plateforme et les voies. Cette surface de protection avec ses portes automatiques devient un espace publicitaire si l’annonceur veut bien y mettre le prix. Nike y a ainsi fait récemment apposer les affiches de sa campagne pour ses chaussures de sport de la gamme Vapormax®. Avec un choix graphique qui paraît au premier abord un peu étrange. Continuer la lecture de L’air du futur selon Nike ◊ publicité (2017) 

2015 ♦ Stop plastic pollution (street art)

RAEMANN Street art deviant_2015
Impression photographique sur papier – affiche murale collée – angle de la Kopernikusstraße et Libauer Straße (Berlin) – attribuée au groupe Raemann (2015) – 120 x 80 cm env.
Street art déviant

(par Michel LETTE, Cnam Paris, 2015)

Ce cliché a été pris le 6 août 2015 dans Berlin, à l’angle de la Kopernikusstraße et de la Libauer Straße. Il cadre une affiche murale, totalement délavée par la pluie, noyée dans une composition de graffitis et de tags s’étalant du sol au plafond. Impossible de l’ignorer pourtant. L’image, intrigante, interpelle forcément la multitude des passants.

L’impression photographique sur papier collé à même le mur est une des techniques employées par les artistes d’art de rue –  « street art » – une des formes d’expression culturelle qui s’est largement répandue à Berlin. Agglomération en perpétuelle transformation depuis la chute de son mur en 1989, elle offre à ces artistes contemporains des espaces particulièrement adaptés à ce type de créativité. Les réhabilitations, opérations de rénovation ou de réaffectation d’anciens sites industriels font exister autant de zones en transition, multipliant les opportunités de créer de véritables galeries d’art en plein air. Tout est support potentiel pour une transformation temporaire ou éphémère de l’environnement urbain : façades et entrées d’immeubles, conteneurs de poubelles et palissades de chantiers, lampadaires et mobiliers urbains, et même toits et trottoirs sont habillés (ou souillés, c’est selon) par les pinceaux ou rouleaux de peinture, les bombes et vaporisateurs, les pochoirs et posters, les collages et bandes adhésives, les marqueurs et autres moyens non conventionnels de création aux antipodes de l’art traditionnel des musées et galeries. Quelques artistes de rue sont néanmoins devenus célèbrent et se vendent plutôt bien. Ils sont désormais nombreux à s’exposer et à répondre à la commande officielle, témoignant de l’évolution des canons de l’art contemporain. Continuer la lecture de 2015 ♦ Stop plastic pollution (street art) 

2015 ♦ Mobile Lovers (graffe)

Mobile Lovers graffe de Banksy
« Mobile Lovers », tag découvert à Clement Street à Bristol (UK) et reconnu par Banksy
Cet objet chéri qui nous veut du bien

(par Jérôme GAZEAU, Licence Médiation socioculturelle des sciences et techniques, Cnam Nantes 2015)

Angleterre, 15 avril 2014, comme bien d’autres dans la bouillonnante banlieue de Bristol, éclot sur une vieille porte condamnée, un graffe. Le lendemain, Banksy, le célèbre et énigmatique tagueur anarchiste britannique, figure emblématique de la contestation griffant sur les murs les dérives de la science, des techniques et de la société, le reconnaît sur son site officiel. Continuer la lecture de 2015 ♦ Mobile Lovers (graffe) 

2014 ♦ Zone sur écoute (street art)

oreille_butteauxcaille_orange
Photo d’une des oreilles (zone sur écoute) du duo d’artistes: Urban Solid prise dans le quartier de la Butte-aux-Cailles à Paris au printemps 2014. Ici cliché en provenance de instagram : http://tofo.me/p/757727916227554552_1405067298
– « Mur, que vous avez de grandes oreilles ! »
– « C’est pour mieux vous entendre … »

(par Corinne Burlaud, Cnam Paris, 2015)

Cette « maxi-oreille » d’un orange vif et sa légende « zone sur écoute », collées sur une façade d’un immeuble du quartier de la Butte-aux-Cailles à Paris, ont été prises en photo au printemps 2014. Véritable appendice sortant littéralement du mur, cette sculpture envahit de façon irrévérencieuse l’espace public ouvrant un dialogue inattendu avec les passants.

Déambulant dans une métropole comme Paris, qui n’est pas déjà tombé sur un tag, un graffiti, un pochoir, un collage etc. ? Cette forme d’expression culturelle, le Street Art, ne date en effet pas d’hier. Son émergence remonte en France au milieu des années 1960. Ernest Pignon-Ernest installe alors un parcours de pochoirs sur le plateau d’Albion (Vaucluse) afin d’alerter les citoyens de l’installation de la force de frappe atomique sur leur territoire : une performance artistique assurément militante face au déploiement de la technologie nucléaire. Depuis, le Street Art s’est répandu et diversifié, tant sur la forme que sur le fond : les possibilités sont infinies. Même si certains artistes renommés s’exposent au musée ou en galerie, le Street Art s’exprime avant tout dans les rues ! Ces artistes, honnis ou admirés, investissent la plupart du temps l’espace public en toute illégalité. En France, les tags, les graffitis et autres inscriptions non autorisées sont considérés comme des actes de vandalisme. Les peines encourues peuvent être des amendes s’élevant jusqu’à 4000 euros et des travaux d’intérêt général. Certes pratiquer le Street art est une transgression, mais il permet à l’artiste de faire de la rue un musée « à ciel ouvert », de s’adresser directement au passant : « Monsieur tout le monde ». Continuer la lecture de 2014 ♦ Zone sur écoute (street art) 

2013 ♦ Marie Curie et la série « Women in Science » (illustration)

T-shirt Rachel Ignotofsky
T-shirt portant le modèle de Marie Curie, par l’illustratrice Rachel Ignotofsky
S´habiller en science

(par Jara Blanco Aguilar , Licence médiation culturelle des sciences et techniques, Toulouse, 2015)

Marie Curie n’aurait surement pu s´imaginer qu´elle deviendrait 80 ans après sa mort un modèle d’illustration pour T-shirt de coton, porté sur les épaules de gens autour du monde. C’est ce qu’a pourtant fait l’illustratrice Rachel Ignotofsky.

Madame Sklodowska, puis Curie, a été la première d’une série d’illustration consacrée aux femmes de science, « women in science ». Marie Curie est non seulement la première femme nobélisée, mais aussi la seule à avoir été récompensée deux fois. Née en Pologne, elle arrive à Paris en 1891 et étudie à la Sorbonne. Quatre ans après elle se marie avec Pierre Curie. Avec lui, elle poursuit des travaux partant de la découverte « des rayons uraniques » par Henri Becquerel. Elle s’installe dans un laboratoire de fortune au rez-de-chaussée de l’École de physique et de chimie, et là, ils identifient deux nouveaux éléments chimiques : le radium et le polonium. Plus encore, ils mettent au jour le phénomène de la radioactivité. Grâce à ces découvertes, elle se voit attribuer deux prix Nobel. Le premier, en physique, en 1903 avec Becquerel et Pierre. Le deuxième en chimie, en 1911. Continuer la lecture de 2013 ♦ Marie Curie et la série « Women in Science » (illustration) 

2012 ■ L’observatoire du pic du Midi (performance)

Sans titre

pic1_1
© Remy Marion – Pôles d’images pour Yann Kersalé / AIK Pendant 3 nuits, le Pic du Midi se pare de rose

(par Marylène TEIXEIRA, Licence Médiation culturelle des sciences et techniques en société, Cnam Nantes juin 2014)

Cette photographie est la résultante de la coopération entre la ligue contre le Cancer et la Région Midi-Pyrénées dans le cadre d’une opération de sensibilisation au dépistage du cancer du sein. Cette campagne a eu lieu du 5 au 7 octobre 2012. Ils ont fait appel à Yann Kersalé, artiste plasticien, spécialisé dans des mises en illumination de monuments afin de leur donner un relief propre à les insérer dans un nouveau récit de l’œuvre. L’idée étant d’associer l’image de l’Observatoire du Pic du Midi, lieu incontournable de la recherche scientifique à celle de la lutte contre la maladie.

Continuer la lecture de 2012 ■ L’observatoire du pic du Midi (performance) 

2011 ♦ Contrex #2 l’installation digitale (publicité)

contrex-velo-rose-prev1
Issue d’un spot publicitaire diffusé à partir de septembre 2011 de la marque Contrex
Une communication innovante !

(par Fabienne VELTER, Magister Médiation socioculturelle des sciences et techniques, CNAM Paris, 2015)

La marque contrex a lancé en 2011 sa campagne de « contrexpérience » en utilisant l’installation digitale pour promouvoir sa réputation de « partenaire minceur ».

Aujourd’hui, la silhouette est pour beaucoup une obsession. C’est la raison pour laquelle les salles de sport ont la pêche ! Et les régimes en tout genre ont la cote. Le culte de la minceur – effet de mode du moment – y est pour quelque chose ! L’enseigne de cette eau minérale l’a bien compris. Faire du sport pour brûler des calories sans les récupérer par la suite, tel est le message adressé au public concerné. L’offre répond bien à la demande. Continuer la lecture de 2011 ♦ Contrex #2 l’installation digitale (publicité) 

2011 ♦ la station de traitement des eaux usées de l’île Arrault (espace public)

La station de traitement des eaux usées de l’île Arrault (rapport d’activités 2011 de la Communauté d’agglomération Orléans Val de Loire)
La technologie et l’innovation se fondent dans la nature

(par Artemis CHRYSOVITSANOU, Magister Médiation socio-culturelle des sciences et techniques, CNAM Paris)

Alors que plus de 4.000 enfants de moins de 5 ans meurent chaque jour dans le monde à cause de l’absence de traitement des eaux, en France on compte près de 20.000 stations d’épuration. Leur construction et leur entretien représentent un enjeu majeur de santé publique et d’investissement dans les technologies.

Depuis la Préhistoire, l’Homme s’installe près de cours d’eau. Il s’en sert pour boire, pour transporter, pour produire de l’énergie, mais aussi pour assainir ses campements. Durant l’Antiquité et le Moyen Âge, des égouts sont construits dans certaines villes. Mais ce sont la révolution industrielle et la croissance démographique qui imposent un système de traitement des eaux usées. Continuer la lecture de 2011 ♦ la station de traitement des eaux usées de l’île Arrault (espace public) 

1933 ♦ Buste d’Eugène Livet (carte postale)

Buste_E-Livet-d60b5
Inauguration du buste d’Eugène Livet le 8 janvier 1933 à Nantes, fondateur de l’École national professionnelle (carte postale, Saby éditeur) – Archives Lycée Livet
L’enseignement technique mis sur un piédestal

(par Prisca GNAEDIG, Licence Médiation socioculturelle des sciences et techniques, CNAM Nantes 2015)

La scène se passe le 8 janvier 1933 : on inaugure à Nantes le monument sur lequel repose le buste d’Eugène Livet, personnalité locale et figure de l’enseignement technique en France. Cette inauguration résulte d’une volonté politique de la Ville et du don par l’association des anciens élèves du lycée Livet (Amicale Nationale des Nant’z’Arts) du buste de Livet, copie d’un premier réalisé par Charles-Auguste Lebourg à l’occasion du cinquantenaire de l’École nationale professionnelle (ENP) en 1894.

On se trouve sur l’ancienne place Notre Dame, rebaptisée place E. Livet en 1913 peu après sa mort (sur proposition du Maire P. Bellamy) : la commémoration de 1933 est donc une nouvelle marque d’attention à Livet dans ce lieu de mémoire.

Sont présents le sous-secrétaire d’État à l’enseignement technique, H. Ducos, le directeur de l’ENP, R. Bayle, quelques élus locaux ainsi que des anciens élèves et élèves de l’époque de l’établissement. Continuer la lecture de 1933 ♦ Buste d’Eugène Livet (carte postale) 

1929 ▪ Édouard-Léon Scott de Martinville (plaque commémorative)

Plaque_Scott_de_Martinville,_9_rue_Vivienne,_Paris_2
Plaque commémorative en l’honneur d’Édouard-Léon SCOTT DE MARTINVILLE au 9 rue Vivienne dans le IIème arrondissement de Paris. (Photo : By Wikimedia Commons / Mu (Own work) [CC-BY-SA-3.0 (http://creativecommons.org/licenses/by-sa/3.0)], via Wikimedia Commons)
Un amateur de science au 19ème siècle

(par Christophe BOURRIAUD, Licence Médiation culturelle des sciences et techniques en société, Cnam Paris juin 2014)

Gravé sur les murs du monument où sont conservés les oeuvres de la littérature et des sciences, il sera l’objet, nous en prenons ici l’engagement solennel, de l’immortel respect du peuple de Paris. ». Le 15 novembre 1929, un conseiller municipal clôture par ces mots le discours inaugural de la plaque à la mémoire d’Edouard-Léon Scott de Martinville. Elle est apposée sur les murs de la Bibliothèque Nationale au 9 de la rue Vivienne dans le IIe arrondissement de Paris. À ce numéro, se dressait la maison dans laquelle il mourut le 26 avril 1879.

Continuer la lecture de 1929 ▪ Édouard-Léon Scott de Martinville (plaque commémorative) 

1907 ♦ le Monument de l’automobiliste (monument)

Monument_à_Levassor_1907
Émile Levassor et le « Monument de l’automobiliste » par Jules Dalou érigé en 1907 – actuellement au square Alexandre-et-René-Parodie.
La course au progrès

(par Maïté CARRIVE, Licence CNAM Paris, 2015)

Place de la porte Maillot ; Un flot de voiture incessant ; Un bruit assourdissant. Coincé entre le périphérique et les grands boulevards, le square Alexandre-et-René Parodi apparaît comme un îlot de verdure qui contraste avec le gris des grandes artères routières. Pour y accéder, il faut emprunter un passage souterrain.

Parmi les allées désertes bordées de bancs se dresse un cadre de pierre richement orné. A l’intérieur du cadre, c’est l’effervescence. Pierre Giffard, directeur du Petit journal est là, au bras de sa femme, pour saluer l’exploit. Derrière, la foule est venue acclamer l’arrivée triomphale d’Emile Levassor au volant de son bolide, La Panhard. Penché en avant sur son « automobile sans chevaux », le visage déterminé, il vient de franchir l’arrivée de la course historique Paris-Bordeaux-Paris, en un temps record de 48 heures et 47 minutes. Sa femme, Louise, un pichet d’eau à la main, se précipite pour accueillir le héros. Quel exploit ! Une moyenne de 24 km/h avec des pointes à 30 km/h….. La scène se déroulait au printemps 1895. Continuer la lecture de 1907 ♦ le Monument de l’automobiliste (monument) 

1902 ▪ « La catastrophe de la Martinique » (affiche)

extrait journal officiel matinique 1902
Décision nommant une commission chargée de constater l’importance et les progrès de l’éruption volcanique de la montagne Pelée

L’éruption de la Montagne Pelée en 1902

(par Nadia Guerguadj, Médiation culturelle des sciences et techniques en société, Cnam juin 2014)

Communiqué de la Commission Scientifique (7 mai 1902)

« La Commission chargée d’étudier les phénomènes volcaniques de la montagne Pelée s’est réunie hier soir, 7 mai, à Saint-Pierre, à l’hôtel de l’intendance, sous la présidence de M. le Gouverneur. Après examen des faits constatés successivement depuis le commencement de l’éruption, la Commission a reconnue :

Continuer la lecture de 1902 ▪ « La catastrophe de la Martinique » (affiche) 

1896 – Le boulevard Pasteur

Une voie d’exaltation de la science au travers de l’une de ses figures les plus populaires

Boulevard Pasteur Paris 15e
Plaque émaillée sur pilier du métro aérien de la ligne n° 6 entre les stations Sèvres-Lecourbe et Pasteur, 2011

(par les auditeurs de la promotion 2012-2013)

Par un arrêté du 28 juillet 1896, le prolongement du boulevard Vaugirard se voit attribuer le nom de Louis Pasteur, décédé depuis moins d’un an, le 28 septembre 1895. La décision de lui rendre hommage par l’inscription de son nom dans l’espace public est acquise en un temps remarquablement court. Pas ou peu de récriminations lors des débats pour immortaliser de cette façon le souvenir d’une personnalité que la science française revendique comme l’incarnation du pur génie. L’image du savant désintéressé et bienfaiteur de l’humanité fait apparemment consensus. Continuer la lecture de 1896 – Le boulevard Pasteur 

1868 ■ Statue de Laënnec (sculpture)

18709_333_4-Fi-512_place-saint-Corentin
carte postale représentant la statue de René-Théophile Laënnec (Quimper, 1868)

Sur la place de Laënnec dans l’imaginaire collectif des quimpérois

(par Amandine Élodie FLEMIN, Licence Médiation culturelle des sciences et techniques en société, CNAM Nantes, juin 2014)

15 août 1868. C’est jour de fête nationale à Quimper. Dans l’effervescence ambiante, la cité armoricaine s’apprête à rendre hommage à l’un de ses plus illustres fils : René-Théophile-Hyacinthe Laënnec. Quatre ans plus tôt, à l’initiative de l’Association des médecins de France, le conseil municipal votait l’élévation d’un monument à son effigie. Le document choisi est une carte postale ancienne représentant la statue du docteur Laënnec. Ce support a fait office de formidable outil de valorisation scientifique à l’époque. Conservée aux Archives de Quimper, elle a été éditée par Anglaret en 1868, année de l’inauguration du monument. Amenée à circuler, elle a contribué à perpétuer la mémoire du médecin décédé à l’âge de quarante-cinq ans.  Né à Quimper le 17 février 1781, Laënnec descend d’une longue lignée de responsables politiques bretons. Parmi ces derniers figure son grand-père, Michel Alexandre, un ancien maire de la ville.  Orphelin de mère à six ans, son éducation est prise en charge par son oncle Guillaume. Auprès de celui-ci, Laënnec trouve sa vocation. Lui qui se rêvait marin, embrassera la profession de médecin.

Continuer la lecture de 1868 ■ Statue de Laënnec (sculpture) 

1851 ■ Le pendule de Foucault à la une de l’Illustration (journal)

Illustration
Appareil construit par M. Léon Foucault au Panthéon, pour la démonstration du mouvement de rotation de la Terre
Gravure publiée par L’Illustration le 5 avril 1851

Léon Foucault invite les Parisiens à venir voir tourner la Terre

(par Lise ESCANDE, Médiation culturelle des sciences et techniques en société, CNAM Toulouse, juin 2014)

L’expérience qui attire en ce moment sous la coupole du Panthéon l’affluence des curieux a fourni dans presque tous nos journaux la matière d’explications plus ou moins claires et à la portée de toutes les intelligences. Nous aurions eu à choisir dans cette foule d’articles ou à essayer nous-même une explication. Le savant auteur de la démonstration expérimentale du mouvement de rotation de la terre nous a épargné la tâche difficile et même l’embarras de choix entre tous les illustrateurs de son expérience. Nous lui empruntons une grande partie de l’article qu’il a publié dans le Journal des Débats du 31 mars. Nous n’en avons retranché que ce qui ne concourait pas directement à l’explication, en y ajoutant des figures qui rendront la chose encore plus sensible :

Continuer la lecture de 1851 ■ Le pendule de Foucault à la une de l’Illustration (journal)