Archives pour la catégorie Objets

2014 ♦ Zone sur écoute (street art)

oreille_butteauxcaille_orange
Photo d’une des oreilles (zone sur écoute) du duo d’artistes: Urban Solid prise dans le quartier de la Butte-aux-Cailles à Paris au printemps 2014. Ici cliché en provenance de instagram : http://tofo.me/p/757727916227554552_1405067298
– « Mur, que vous avez de grandes oreilles ! »
– « C’est pour mieux vous entendre … »

(par Corinne Burlaud, Cnam Paris, 2015)

Cette « maxi-oreille » d’un orange vif et sa légende « zone sur écoute », collées sur une façade d’un immeuble du quartier de la Butte-aux-Cailles à Paris, ont été prises en photo au printemps 2014. Véritable appendice sortant littéralement du mur, cette sculpture envahit de façon irrévérencieuse l’espace public ouvrant un dialogue inattendu avec les passants.

Déambulant dans une métropole comme Paris, qui n’est pas déjà tombé sur un tag, un graffiti, un pochoir, un collage etc. ? Cette forme d’expression culturelle, le Street Art, ne date en effet pas d’hier. Son émergence remonte en France au milieu des années 1960. Ernest Pignon-Ernest installe alors un parcours de pochoirs sur le plateau d’Albion (Vaucluse) afin d’alerter les citoyens de l’installation de la force de frappe atomique sur leur territoire : une performance artistique assurément militante face au déploiement de la technologie nucléaire. Depuis, le Street Art s’est répandu et diversifié, tant sur la forme que sur le fond : les possibilités sont infinies. Même si certains artistes renommés s’exposent au musée ou en galerie, le Street Art s’exprime avant tout dans les rues ! Ces artistes, honnis ou admirés, investissent la plupart du temps l’espace public en toute illégalité. En France, les tags, les graffitis et autres inscriptions non autorisées sont considérés comme des actes de vandalisme. Les peines encourues peuvent être des amendes s’élevant jusqu’à 4000 euros et des travaux d’intérêt général. Certes pratiquer le Street art est une transgression, mais il permet à l’artiste de faire de la rue un musée « à ciel ouvert », de s’adresser directement au passant : « Monsieur tout le monde ». Continuer la lecture de 2014 ♦ Zone sur écoute (street art) 

2013 ♦ Marie Curie et la série « Women in Science » (illustration)

T-shirt Rachel Ignotofsky
T-shirt portant le modèle de Marie Curie, par l’illustratrice Rachel Ignotofsky
S´habiller en science

(par Jara Blanco Aguilar , Licence médiation culturelle des sciences et techniques, Toulouse, 2015)

Marie Curie n’aurait surement pu s´imaginer qu´elle deviendrait 80 ans après sa mort un modèle d’illustration pour T-shirt de coton, porté sur les épaules de gens autour du monde. C’est ce qu’a pourtant fait l’illustratrice Rachel Ignotofsky.

Madame Sklodowska, puis Curie, a été la première d’une série d’illustration consacrée aux femmes de science, « women in science ». Marie Curie est non seulement la première femme nobélisée, mais aussi la seule à avoir été récompensée deux fois. Née en Pologne, elle arrive à Paris en 1891 et étudie à la Sorbonne. Quatre ans après elle se marie avec Pierre Curie. Avec lui, elle poursuit des travaux partant de la découverte « des rayons uraniques » par Henri Becquerel. Elle s’installe dans un laboratoire de fortune au rez-de-chaussée de l’École de physique et de chimie, et là, ils identifient deux nouveaux éléments chimiques : le radium et le polonium. Plus encore, ils mettent au jour le phénomène de la radioactivité. Grâce à ces découvertes, elle se voit attribuer deux prix Nobel. Le premier, en physique, en 1903 avec Becquerel et Pierre. Le deuxième en chimie, en 1911. Continuer la lecture de 2013 ♦ Marie Curie et la série « Women in Science » (illustration) 

2010 ♦ le Bic Cristal® a 60 ans (objet)

bic
A l’occasion du 60ième anniversaire de la création du Bic Cristal®, l’entreprise Bic publia en 2010 sur son site http://www.bicworld.com un document célébrant ce stylo, dont voici la première page.
Une histoire écrite à l’encre invisible

(par Fabienne THOMAS, Magister Médiation socioculturelle des sciences et techniques, CNAM Paris 2016)

Les pages suivantes brossent un récit « officiel » de l’histoire du Bic Cristal® et des raisons de son succès, dévoilant certains « secrets » de fabrication et éléments historiques et entretenant soigneusement le mystère sur d’autres aspects. Pour que l’objet reste légendaire, il faut maintenir la légende et éviter de diffuser de cet objet une image différente de celle voulue par la marque. Si vous contactez le service communication de Bic pour obtenir des informations complémentaires on vous répondra que tout ce qui peut être rendu public sur ce sujet a déjà été publié sur le site cité ci-dessus.

Mon objectif est de partir de la première page de ce document pour en extraire une histoire alternative du Bic Cristal®. Une histoire écrite à l’encre invisible qui peut se révéler à partir de l’apparente et simple universalité de l’objet.

 « Je suis dans votre poche … ». Bien que l’entreprise ait commercialisé plus de 100 milliards d’unités de Bic Cristal®, l’emploi de la première personne du singulier plutôt que du pluriel, vise à nous faire croire ceci : le Bic Cristal® est unique dans sa conception, tous les exemplaires se valent, le stylo que vous avez dans la poche est le clone parfait de celui de votre fille ou de celui du boulanger … Continuer la lecture de 2010 ♦ le Bic Cristal® a 60 ans (objet) 

1978 ♦ The man machine – Kraftwerk (musique)

kraftwerk_man_machine_1998_retail_cd-front[2]
The Man Machine – Kraftwerk, Germany 1978
 « We are the robots, we’re fonctionning automatic »

(par Fanny GIRAUDEAU, Licence Médiation socioculturelle des sciences et techniques, CNAM Nantes, 2015)

Kraftwerk est un groupe allemand de Düsseldorf fondé en 1970 par Ralf Hütter et Florian Schneider qui seront rejoint 5 ans plus tard par Wolfgang Flur et Karl Bartos. Alors que la vague hippie inonde le paysage culturel, et que les courants rock émergent, Kraftwerk se place rapidement à la marge en cherchant à exprimer des idées novatrices à travers des formes inédites et expérimentales. Kraftwerk est considéré comme un des groupes précurseurs de la musique électronique. Ils ont joué un rôle important dans son développement et sa popularisation et ont influencé de nombreux autres courants musicaux et artistes majeurs d’aujourd’hui. Malgré l’apparente rigidité et froideur de leur musique, Kraftwerk a su, tout au long de sa carrière doser une alliance entre musique électronique avant-gardiste, et musique populaire largement diffusée dans les clubs. Continuer la lecture de 1978 ♦ The man machine – Kraftwerk (musique) 

1907 ♦ le Monument de l’automobiliste (monument)

Monument_à_Levassor_1907
Émile Levassor et le « Monument de l’automobiliste » par Jules Dalou érigé en 1907 – actuellement au square Alexandre-et-René-Parodie.
La course au progrès

(par Maïté CARRIVE, Licence CNAM Paris, 2015)

Place de la porte Maillot ; Un flot de voiture incessant ; Un bruit assourdissant. Coincé entre le périphérique et les grands boulevards, le square Alexandre-et-René Parodi apparaît comme un îlot de verdure qui contraste avec le gris des grandes artères routières. Pour y accéder, il faut emprunter un passage souterrain.

Parmi les allées désertes bordées de bancs se dresse un cadre de pierre richement orné. A l’intérieur du cadre, c’est l’effervescence. Pierre Giffard, directeur du Petit journal est là, au bras de sa femme, pour saluer l’exploit. Derrière, la foule est venue acclamer l’arrivée triomphale d’Emile Levassor au volant de son bolide, La Panhard. Penché en avant sur son « automobile sans chevaux », le visage déterminé, il vient de franchir l’arrivée de la course historique Paris-Bordeaux-Paris, en un temps record de 48 heures et 47 minutes. Sa femme, Louise, un pichet d’eau à la main, se précipite pour accueillir le héros. Quel exploit ! Une moyenne de 24 km/h avec des pointes à 30 km/h….. La scène se déroulait au printemps 1895. Continuer la lecture de 1907 ♦ le Monument de l’automobiliste (monument) 

1868 ■ Statue de Laënnec (sculpture)

18709_333_4-Fi-512_place-saint-Corentin
carte postale représentant la statue de René-Théophile Laënnec (Quimper, 1868)

Sur la place de Laënnec dans l’imaginaire collectif des quimpérois

(par Amandine Élodie FLEMIN, Licence Médiation culturelle des sciences et techniques en société, CNAM Nantes, juin 2014)

15 août 1868. C’est jour de fête nationale à Quimper. Dans l’effervescence ambiante, la cité armoricaine s’apprête à rendre hommage à l’un de ses plus illustres fils : René-Théophile-Hyacinthe Laënnec. Quatre ans plus tôt, à l’initiative de l’Association des médecins de France, le conseil municipal votait l’élévation d’un monument à son effigie. Le document choisi est une carte postale ancienne représentant la statue du docteur Laënnec. Ce support a fait office de formidable outil de valorisation scientifique à l’époque. Conservée aux Archives de Quimper, elle a été éditée par Anglaret en 1868, année de l’inauguration du monument. Amenée à circuler, elle a contribué à perpétuer la mémoire du médecin décédé à l’âge de quarante-cinq ans.  Né à Quimper le 17 février 1781, Laënnec descend d’une longue lignée de responsables politiques bretons. Parmi ces derniers figure son grand-père, Michel Alexandre, un ancien maire de la ville.  Orphelin de mère à six ans, son éducation est prise en charge par son oncle Guillaume. Auprès de celui-ci, Laënnec trouve sa vocation. Lui qui se rêvait marin, embrassera la profession de médecin.

Continuer la lecture de 1868 ■ Statue de Laënnec (sculpture) 

1816 ♦ La Vénus Hottentote (moulage)

venus hottentote photo.ashx
Vénus Hottentote, photo de Pierre Petit, vers 1880, collection d’images du Muséum National d’Histoire Naturelle
La Vénus Hottentote : au nom de la science

(par Célia VAUTIER, Licence Médiation socioculturelle des sciences et techniques, CNAM Paris, 2015)

Ce cliché provient de la collection d’images du Muséum National d’Histoire Naturelle (MNHN), pris aux alentours de 1880 par Pierre Petit. Inscrit en bas de la photographie, on lit « Vénus Hottentote ». C’est le surnom de la femme qui est représentée ici. Voici l’œuvre de l’éminent scientifique Georges Cuvier. Il ne s’agit pas d’une simple sculpture créée par un artiste, mais d’un moulage en plâtre, réalisé en 1816, à partir du corps sans vie de cette hottentote. La statue sera exposée, accompagnée de son squelette, dans la salle d’anatomie comparée du MNHN. A partir de 1937, ils seront transférés dans le tout récent Musée de l’Homme jusqu’en 1976, d’abord dans la galerie d’anthropologie physique, puis étrangement, en 1974 dans la salle de préhistoire. Finalement retirés des galeries, ils seront stockés dans les réserves. Ils en ressortiront une dernière fois en 1994, à l’occasion d’une exposition sur la sculpture ethnographique au XIXème siècle, de la Vénus hottentote à la Tehura de Gauguin, au musée d’Orsay puis en Arles. Continuer la lecture de 1816 ♦ La Vénus Hottentote (moulage) 

1794 ♦ la guillotine (estampe)

GUILLOTINE
Robespierre guillotinant le boureau après avoir fait guillotiner tous les Français : cy gyt toute la France : [estampe] – Recueil. Collection de Vinck. Un siècle d’histoire de France par l’estampe, 1770-1870. Vol. 48 (pièces 6461-6583), Ancien Régime et Révolution
Égalité et rationalité devant l’exécution capitale

(par Anne LAGUNE, Licence Médiation socioculturelle des sciences et techniques, CNAM Paris, 2015)

« Robespierre guillotinant le bourreau après avoir fait guillotiner tous les français »

Voici une gravure apparue en 1794, à la suite du renversement de Robespierre. Elle est issue d’un recueil du collectionneur de Vinck Un siècle d’histoire de France par l’estampe. On l’attribue au caricaturiste Hercy, sans qu’on sache réellement qui il est, ni quelles autres œuvres il a pu produire. Elle n’en demeure pas moins une des plus célèbres illustrations de l’époque thermidorienne que l’on retrouve dans de nombreux ouvrages traitant de la révolution et de la terreur. On peut supposer qu’elle fut publiée dans les journaux de l’époque et placardée sur les murs de Paris. Continuer la lecture de 1794 ♦ la guillotine (estampe) 

1793 ♦ Muséum national d’histoire naturelle (sceau)

Logo_mnhnAux Sciences Citoyens !

(par Auxane Buresi, Magister Sciences et techniques dans la société, CNAM Paris, 2015)

Vous avez surement déjà aperçu le sceau du Muséum National d’Histoire Naturelle, sur une affiche d’exposition temporaire dans le métro ou lors d’une visite au jardin des plantes. Quel parisien n’a pas un souvenir de sa « première fois » face à face avec le troupeau naturalisé de la grande galerie de l’évolution ? Ce logo, à l’image de l’institution qu’il représente, évoque les sciences, les techniques, et les liens étroits qui les unissent à une société porteuse de valeurs. Aujourd’hui, le MNHN est un établissement public à caractère scientifique, qui répond à des missions de recherche, d’expertise, de conservation et de préservation des collections, d’enseignement et de diffusion des savoirs. Mais si le muséum est devenu l’une des principales institutions de recherche et de vulgarisation des connaissances du monde entier, c’est bien la portée symbolique de ce logo qui nous rappelle que l’accessibilité des savoirs scientifiques n’a pas toujours été à la disposition d’un large public. Continuer la lecture de 1793 ♦ Muséum national d’histoire naturelle (sceau)