Archives pour la catégorie 19ème

1896 – Le boulevard Pasteur

Une voie d’exaltation de la science au travers de l’une de ses figures les plus populaires

Boulevard Pasteur Paris 15e
Plaque émaillée sur pilier du métro aérien de la ligne n° 6 entre les stations Sèvres-Lecourbe et Pasteur, 2011

(par les auditeurs de la promotion 2012-2013)

Par un arrêté du 28 juillet 1896, le prolongement du boulevard Vaugirard se voit attribuer le nom de Louis Pasteur, décédé depuis moins d’un an, le 28 septembre 1895. La décision de lui rendre hommage par l’inscription de son nom dans l’espace public est acquise en un temps remarquablement court. Pas ou peu de récriminations lors des débats pour immortaliser de cette façon le souvenir d’une personnalité que la science française revendique comme l’incarnation du pur génie. L’image du savant désintéressé et bienfaiteur de l’humanité fait apparemment consensus. Continuer la lecture de 1896 – Le boulevard Pasteur 

1895 ♦ L’entrée d’un train en gare de la Ciotat (film)

arrivee-d-un-train-en-gare
Vue du court-métrage L’arrivée d’un train en gare de La Ciotat de Louis Lumière – 1895

Les premiers pas du cinéma, témoins d’une société moderne

(par Elodie Izard, Médiation culturelle des sciences et techniques en société, mai 2014)

Avec l’installation de la République, la France connait un essor au XIXe siècle. Le développement de l’industrie et du commerce installe une nouvelle distribution des richesses aux dépens du clergé et de l’aristocratie, et au profit d’une bourgeoisie d’affaires. La scolarité devient obligatoire. Les sciences et les techniques sont alors au cœur de cette société qui se veut toujours plus moderne.

Antoine Lumière, jeune peintre, s’installe à son compte à Lyon. Au début simple studio de photographie, l’affaire devient le Cinématographe Lumière, l’une des plus florissantes de cette fin de siècle, grâce à l’invention de ses fils, Auguste et Louis. Continuer la lecture de 1895 ♦ L’entrée d’un train en gare de la Ciotat (film) 

1889 ♦ Inventions & découvertes (jeu)

005
Jeu de loto « Inventions & découvertes », 1889, éditeur H.C., Collection privée
Apprendre les sciences, une partie de plaisir ?

(par Amélie HUYNH LE MAUX, Licence Médiation socioculturelle des sciences et techniques, CNAM Paris, 2015)

Lorsque j’étais enfant, un de nos rituels nécessitait un coffret défraîchi ayant appartenu à ma grand-mère. La première fois que mon père avait sorti cette vielle boîte écornée, j’avais soupiré, redoutant une nouvelle lubie de collectionneur. Pourtant, je m’étais vite prise au jeu, au sens littéral. En effet, cet écrin rouge renfermait un loto dit « instructif et amusant ». Pourtant féru d’objets liés aux sciences et techniques, mon père n’a jamais réussi à trouver son éditeur, ce fameux « H.C. » gravé sur le devant de la boîte. Ce jeu revêtait un intérêt tout particulier pour lui, au-delà de son attachement sentimental. En effet, il avait été édité lors de l’exposition universelle de Paris de 1889, image flagrante de la révolution industrielle en marche accessible à tous les publics. Ainsi, ce jeu avait participé, à son échelle, à l’éducation scientifique des foules. Même si je doute, étant donné la valeur de l’objet, qu’il ait été vraiment abordable pour les classes populaires. Le jeu est organisé en 24 cartons, chacun composé de deux scénettes représentant grands inventeurs et explorateurs. Continuer la lecture de 1889 ♦ Inventions & découvertes (jeu) 

1886 ♦ L’Ève future (roman)

La synthèse chimique sublimant la nature

(par les auditeurs 2012)

Voulez-vous me dire quelle impression produit sur vous ce spectacle-ci ? — demanda-t-il en montrant le pâle et sanglant bras féminin posé sur le coussin de soie violâtre.

Lord Ewald contempla, non sans un nouvel étonnement, l’inattendue relique humaine, qu’éclairaient, en ce moment, les lampes merveilleuses.

— Qu’est-ce donc ? dit-il.

— Regardez bien.

Le jeune homme souleva d’abord la main.

— Que signifie cela ? Continua-t-il. Comment ! Cette main… mais elle est tiède, encore!

— Ne trouvez-vous donc rien de plus extraordinaire dans ce bras ?

Après un instant d’examen, lord Ewald jeta une exclamation, tout à coup :

— Oh ! murmura-t-il, ceci, je l’avoue, est une aussi surprenante merveille que l’autre, et faite pour troubler les plus assurés! Sans la blessure, je ne me fusse pas aperçu du chef-d’œuvre !

L’Anglais semblait comme fasciné ; il avait pris le bras et comparait avec sa propre main la main féminine.

— La lourdeur ! Le modelé ! La carnation même !… continuait-il avec une vague stupeur. — N’est-ce pas, en vérité, de la chair que je touche en ce moment ? La mienne en a tressailli, sur ma parole ! Continuer la lecture de 1886 ♦ L’Ève future (roman) 

1883 ♦ Au bonheur des dames (roman)

Au_Bonheur_des_Dames_manuscript
Note philosophique de Zola, en tête de son ébauche du roman, citée dans l’ouvrage de Henri Mitterand – 1980, p. 551

Au malheur des hommes ?

(par Amélie Le Maux)

Nous sommes à la fin du XIXe siècle et les femmes parisiennes se pâment devant les vitrines des grands bazars modernes qui fleurissent dans la capitale. Il en est un, situé dans le quartier de l’Opéra, qui conquiert tous les cœurs et toutes les bourses. En effet, Au bonheur des Dames est une machinerie bien huilée, dirigée d’une main de maître par Octave Mouret. Ce jeune célibataire ambitieux aligne les maîtresses et aspire à conquérir toutes les femmes grâce à son grand magasin qui fait perdre la tête, même à la plus raisonnable maîtresse de maison. Toutes, sauf une, Denise Baudu, jeune provinciale simple et aimable, qui lui résistera jusqu’aux dernières lignes du roman « Au bonheur des Dames », paru en 1883. Continuer la lecture de 1883 ♦ Au bonheur des dames (roman) 

1877 ♦ La gare Saint-Lazare (peinture)

La_Gare_Saint-Lazare
La Gare Saint-Lazare, huile sur toile de Claude Monet peinte en 1877, 75×104, actuellement au musée d’Orsay à Paris.

 

Le progrès technique au XIXsiècle vu à travers l’œuvre impressionniste de Claude Monet, La Gare Saint-Lazare

(par Henri FRECHON, Licence professionnelle Cnam « Médiation culturelle des sciences et techniques en société », mai 2014)

Étant l’un des fondateurs du mouvement impressionniste et considéré généralement comme un artiste peintre de paysages et portraits, Claude Monet, après plusieurs années à s’être intéressé à la campagne, s’attache aux paysages urbains. Il se veut un peintre de la vie moderne.

C’est pour cela qu’il présente en avril 1877, à la troisième exposition impressionniste, douze versions de La Gare Saint-Lazare. Il choisit le thème du progrès technique alors très en vogue parmi les artistes européens de l’époque, influencés par l’exemple de William Turner qui peint en 1844 Pluie, Vapeur et Vitesse – Le Grand Chemin de fer de l’Ouest. Émile Zola, également intéressé par le sujet, vient d’ailleurs pour écrire La Bête humaine s’inspirer à l’exposition de l’atmosphère que dégagent les tableaux.

Continuer la lecture de 1877 ♦ La gare Saint-Lazare (peinture) 

1868 ■ Statue de Laënnec (sculpture)

18709_333_4-Fi-512_place-saint-Corentin
carte postale représentant la statue de René-Théophile Laënnec (Quimper, 1868)

Sur la place de Laënnec dans l’imaginaire collectif des quimpérois

(par Amandine Élodie FLEMIN, Licence Médiation culturelle des sciences et techniques en société, CNAM Nantes, juin 2014)

15 août 1868. C’est jour de fête nationale à Quimper. Dans l’effervescence ambiante, la cité armoricaine s’apprête à rendre hommage à l’un de ses plus illustres fils : René-Théophile-Hyacinthe Laënnec. Quatre ans plus tôt, à l’initiative de l’Association des médecins de France, le conseil municipal votait l’élévation d’un monument à son effigie. Le document choisi est une carte postale ancienne représentant la statue du docteur Laënnec. Ce support a fait office de formidable outil de valorisation scientifique à l’époque. Conservée aux Archives de Quimper, elle a été éditée par Anglaret en 1868, année de l’inauguration du monument. Amenée à circuler, elle a contribué à perpétuer la mémoire du médecin décédé à l’âge de quarante-cinq ans.  Né à Quimper le 17 février 1781, Laënnec descend d’une longue lignée de responsables politiques bretons. Parmi ces derniers figure son grand-père, Michel Alexandre, un ancien maire de la ville.  Orphelin de mère à six ans, son éducation est prise en charge par son oncle Guillaume. Auprès de celui-ci, Laënnec trouve sa vocation. Lui qui se rêvait marin, embrassera la profession de médecin.

Continuer la lecture de 1868 ■ Statue de Laënnec (sculpture) 

1865 ■ De la terre à la lune (roman)

TL_titreRésumer dans un roman les connaissances amassées par la science moderne

(par Christelle Barclay, Licence Médiation culturelle des sciences et techniques en société, Cnam, juin 2014)

Extrait du chapitre VII, l’hymne au boulet

— Oui, un obus, répondit Barbicane ; il le faut absolument; un boulet plein

 de cent huit pouces pèserait plus de deux cent mille livres, poids évidemment

 trop considérable ; cependant, comme il faut conserver une certaine stabilité au projectile,  je propose de lui donner un poids de cinq mille livres.

— Quelle sera donc l’épaisseur de ses parois ? demanda le major.

— Si nous suivons la proportion réglementaire, reprit Morgan, un diamètre de cent huit pouces exigera des parois de deux pieds au moins.

— Ce serait beaucoup trop, répondit Barbicane; remarquez-le bien, il ne s’agit pas ici d’un boulet destiné à percer des plaques ; il suffira donc de lui donner des parois assez fortes pour résister à la pression des gaz de la poudre. Voici donc le problème: quelle épaisseur doit avoir un obus en fonte de fer pour ne peser que vingt mille livres ? Notre habile calculateur, le brave Maston, va nous l’apprendre séance tenante.

— Rien n’est plus facile», répliqua l’honorable secrétaire du Comité. Continuer la lecture de 1865 ■ De la terre à la lune (roman) 

1851 ■ Le pendule de Foucault à la une de l’Illustration (journal)

Illustration
Appareil construit par M. Léon Foucault au Panthéon, pour la démonstration du mouvement de rotation de la Terre
Gravure publiée par L’Illustration le 5 avril 1851

Léon Foucault invite les Parisiens à venir voir tourner la Terre

(par Lise ESCANDE, Médiation culturelle des sciences et techniques en société, CNAM Toulouse, juin 2014)

L’expérience qui attire en ce moment sous la coupole du Panthéon l’affluence des curieux a fourni dans presque tous nos journaux la matière d’explications plus ou moins claires et à la portée de toutes les intelligences. Nous aurions eu à choisir dans cette foule d’articles ou à essayer nous-même une explication. Le savant auteur de la démonstration expérimentale du mouvement de rotation de la terre nous a épargné la tâche difficile et même l’embarras de choix entre tous les illustrateurs de son expérience. Nous lui empruntons une grande partie de l’article qu’il a publié dans le Journal des Débats du 31 mars. Nous n’en avons retranché que ce qui ne concourait pas directement à l’explication, en y ajoutant des figures qui rendront la chose encore plus sensible :

Continuer la lecture de 1851 ■ Le pendule de Foucault à la une de l’Illustration (journal) 

1834 ■ La Recherche de l’Absolu

Extrait du livre d’Honoré de Balzac

« La recherche de l’Absolu » paru en 1834

L’homme est un matras. Ainsi, selon moi, l’idiot serait celui dont le cerveau contiendrait le moins de phosphore ou tout autre produit de l’électromagnétisme, le fou celui dont le cerveau en contiendrait trop, l’homme ordinaire celui qui en aurait peu, l’homme de génie celui dont la cervelle en serait saturée à un degré convenable.

L’homme constamment amoureux, le portefaix, le danseur, le grand mangeur, sont ceux qui déplaceraient la force résultante de leur appareil électrique. Ainsi, nos sentiments…

Continuer la lecture de 1834 ■ La Recherche de l’Absolu 

1818 ■ Frankenstein ou le Prométhée moderne

imgLa galaxie « Frankenstein »

(par Aurélie Dezac, Licence Médiation culturelle des sciences et techniques en société, Cnam Paris juin 2014)

Quiconque veut analyser les causes de la vie, doit, pour commencer, se tourner vers la mort. Je me familiarisai avec l’anatomie, mais ce n’était pas suffisant ; je devais aussi observer le dépérissement et la corruption du corps humain. Tout au long de mon éducation, mon père avait pris d’infinies précautions pour éviter que mon esprit ne soit troublé par quelque horreur surnaturelle. Je n’ai pas souvenir  d’avoir jamais tremblé en entendant conter l’une ou l’autre asuperstition ou d’avoir craint l’apparition d’un fantôme. Les ténèbres étaient sans effet sur mon imagination ; un cimetière n’était pour moi que le réceptacle de corps privés de vie, qui après avoir été le siège de la beauté et de la force, étaient devenus la nourriture des vers. Et voici que j’étais amené à étudier la cause et l’évolution de cette dégradation et contraint à passer des jours et des nuits dans des caveaux et des charniers. Mon attention se concentrait sur les objets les plus supportables à la délicatesse des sentiments humaines.

Continuer la lecture de 1818 ■ Frankenstein ou le Prométhée moderne 

1816 ♦ La Vénus Hottentote (moulage)

venus hottentote photo.ashx
Vénus Hottentote, photo de Pierre Petit, vers 1880, collection d’images du Muséum National d’Histoire Naturelle
La Vénus Hottentote : au nom de la science

(par Célia VAUTIER, Licence Médiation socioculturelle des sciences et techniques, CNAM Paris, 2015)

Ce cliché provient de la collection d’images du Muséum National d’Histoire Naturelle (MNHN), pris aux alentours de 1880 par Pierre Petit. Inscrit en bas de la photographie, on lit « Vénus Hottentote ». C’est le surnom de la femme qui est représentée ici. Voici l’œuvre de l’éminent scientifique Georges Cuvier. Il ne s’agit pas d’une simple sculpture créée par un artiste, mais d’un moulage en plâtre, réalisé en 1816, à partir du corps sans vie de cette hottentote. La statue sera exposée, accompagnée de son squelette, dans la salle d’anatomie comparée du MNHN. A partir de 1937, ils seront transférés dans le tout récent Musée de l’Homme jusqu’en 1976, d’abord dans la galerie d’anthropologie physique, puis étrangement, en 1974 dans la salle de préhistoire. Finalement retirés des galeries, ils seront stockés dans les réserves. Ils en ressortiront une dernière fois en 1994, à l’occasion d’une exposition sur la sculpture ethnographique au XIXème siècle, de la Vénus hottentote à la Tehura de Gauguin, au musée d’Orsay puis en Arles. Continuer la lecture de 1816 ♦ La Vénus Hottentote (moulage) 

1813 ♦ le livre de tous les ménages (livre)

Une licence libre avant l’heure ?

(par Régis SORET, Licence Médiation socioculturelle des sciences et techniques, CNAM Nantes, 2015)

410702902 Trois ans après la première édition de 1810, le Livre de tous les ménages garde la simplicité des couvertures des livres techniques et scientifiques de l’époque. On retrouvera la même, en 1876, sur celle de l’ouvrage de Pasteur sur la bière. Mais, alors que ce dernier y affiche ostensiblement ses qualités et prétentions scientifiques et l’enrichissement de l’œuvre par des illustrations, la couverture de Nicolas Appert revendique, lui, son lectorat populaire, ses fondements techniques (un Art) et sa finalité pratique. Dans sa courte biographie il fait montre de son expérience de terrain et de son engagement personnel dans la modernisation de son pays. Modernisation à laquelle contribuent d’ailleurs, par leur labeur, les lecteurs et bénéficiaires de la technique d’appertisation. Continuer la lecture de 1813 ♦ le livre de tous les ménages (livre)