Archives pour la catégorie Thématiques

2017 ◊ Match improvisé Jazz versus Robot (publicité)

Campagne Publicitaire TSF JAZZ – Print – Avril 2017 – Photo : Vincent DIXON (photo issue d’un des trois visuels disponibles)

le jazz comme expression de notre humanité créatrice à travers la nouvelle campagne publicitaire de la radio TSF JAZZ.

par Vera sur Si tu savais STS

Studio d’enregistrement, trompette posée au sol, micro en attente. Au centre de la photo en noir et blanc, un robot à l’air dubitatif est assis sur une chaise. Objet étrange que cet humanoïde dans ce décor. Cette intelligence artificielle saura-t-elle faire preuve de créativité et trouver l’inspiration ?

La radio française spécialisée en jazz a déjà sa réponse : « It’s a human thing. »

A l’heure où les algorithmes et les big databases permettent de créer des titres de musique au succès quasi garanti, TSF Jazz rappelle ici que ce courant musical est fait d’humanité et ne peut être la création d’un robot. Deux questions se posent alors : la première, concernant la représentation du jazz dans la création musicale, la seconde,  l’impossibilité pour une intelligence artificielle de pouvoir créer.

Le jazz est difficile à définir. Courant musical aux multiples sous genres, loin des compositions de musique classique qui doivent être jouées de façon rigoureuse et précise, il laisse une part importante à l’interprétation et à l’improvisation. Continuer la lecture de 2017 ◊ Match improvisé Jazz versus Robot (publicité) 

2017 ◊ un ordinateur gagne au poker (article)

Lance Palmer, freeimages

Des chercheurs  l’université de l’Alberta au Canada ont mis au point un programme informatique – Cepheus – capable de résoudre une des variantes des plus simple du poker appelée Texas Hold’em à limite fixe en tête-à-tête (en anglais heads-up limit hold’em poker). Cet exploit représente une avancée significative dans le domaine de l’intelligence artificielle et pourrait être transposé à d’autres domaines…

 

Retrouvez l’article publié dans la revue Science : http://science.sciencemag.org/content/347/6218/145

2015 ♦ Stop plastic pollution (street art)

RAEMANN Street art deviant_2015
Impression photographique sur papier – affiche murale collée – angle de la Kopernikusstraße et Libauer Straße (Berlin) – attribuée au groupe Raemann (2015) – 120 x 80 cm env.
Street art déviant

(par Michel LETTE, Cnam Paris, 2015)

Ce cliché a été pris le 6 août 2015 dans Berlin, à l’angle de la Kopernikusstraße et de la Libauer Straße. Il cadre une affiche murale, totalement délavée par la pluie, noyée dans une composition de graffitis et de tags s’étalant du sol au plafond. Impossible de l’ignorer pourtant. L’image, intrigante, interpelle forcément la multitude des passants.

L’impression photographique sur papier collé à même le mur est une des techniques employées par les artistes d’art de rue –  « street art » – une des formes d’expression culturelle qui s’est largement répandue à Berlin. Agglomération en perpétuelle transformation depuis la chute de son mur en 1989, elle offre à ces artistes contemporains des espaces particulièrement adaptés à ce type de créativité. Les réhabilitations, opérations de rénovation ou de réaffectation d’anciens sites industriels font exister autant de zones en transition, multipliant les opportunités de créer de véritables galeries d’art en plein air. Tout est support potentiel pour une transformation temporaire ou éphémère de l’environnement urbain : façades et entrées d’immeubles, conteneurs de poubelles et palissades de chantiers, lampadaires et mobiliers urbains, et même toits et trottoirs sont habillés (ou souillés, c’est selon) par les pinceaux ou rouleaux de peinture, les bombes et vaporisateurs, les pochoirs et posters, les collages et bandes adhésives, les marqueurs et autres moyens non conventionnels de création aux antipodes de l’art traditionnel des musées et galeries. Quelques artistes de rue sont néanmoins devenus célèbrent et se vendent plutôt bien. Ils sont désormais nombreux à s’exposer et à répondre à la commande officielle, témoignant de l’évolution des canons de l’art contemporain. Continuer la lecture de 2015 ♦ Stop plastic pollution (street art) 

2015 ◊ Prince ou princesse ? (théâtre)

3c0f88_2a1ba9325c694f1b92d1c662f2c871e2.jpg_srz_p_220_335_75_22_0.50_1.20_0Prince ou Princesse ? That is (not) the question

Qu’est ce qu’être et devenir fille ou garçon, homme ou femme ? Nous avons tous à ce propos bien des certitudes et parfois des angoisses. Prompte à réserver sa réponse aux évidences physiologiques, aux phénomènes physico-chimiques et manifestations hormonales, la science est elle-même interrogée ici sur le mode du théâtre de Molière.

C’est une belle introduction aux questions du genre dans ces rapports avec celles de la science en société auxquelles invite cette pièce de théâtre populaire. En somme, une opération réussie de médiation socioculturelle des sciences et techniques en lien avec la question du genre.

http://www.labarakatheatre.com/#!prince-ou-princesse/cfvg

 L’histoire …

Le roi René et la reine Martine fantasment leur futur enfant… Un petit prince vaillant et téméraire qu’ils appelleraient Parfait ? Ou une petite princesse douce et belle qu’ils nommeraient Patience ?

Troublées par la fée Ministe, fraîchement accréditée et bien déterminée à ouvrir la réflexion, les fées provoqueront l’impensable : ce ne sera ni Parfait, ni Patience, ce sera Mystère !

Prince ou Princesse ? That is (not) the question a les attributs du conte de fées (un roi, une reine, des fées et du mystère), de la farce (des quiproquos, de l’humour, un rythme enlevé) et du théâtre populaire (tous les âges et tous les adultes peuvent s’y retrouver).

 L’aventure de Mystère et ses parents va mettre à mal les clichés et les idées reçues sur les filles et les garçons.

 

2014 ♦ The Imitation Game (film)

imitation-game-poster
Affiche du film « The Imitation Game », version UK, 2014.
Alan Turing, Prométhée de l’intelligence artificielle ?

(par Loïc PETITGIRARD, HT2S CNAM Paris, 2015)

Un homme de dos devant une machine étrange, un titre qui l’est tout autant – “The imitation game” (le jeu de l’imitation) – le tout suggérant une première question : qui de l’homme ou de la machine imite l’autre ? La lumière du plafonnier accentue ici un peu plus ce face à face entre la tête de cet homme doté d’un cerveau et cette machine formée de ses rouages. Quelques minutes de plongée dans le film suffisent néanmoins à nous livrer une première réponse : l’homme anonyme de l’affiche veut réaliser une machine qui “pense”, et plus précisément une machine qui imite l’homme qui pense. “The imitation game” est un biopic sur le mathématicien et logicien britannique, Alan Turing, inventeur d’une machine destinée à décrypter les codes secrets Allemands durant la Seconde guerre mondiale.

Ne pas mentionner le nom de Turing, ni dans le titre, ni sur l’affiche, est significatif : il ne s’agit pas seulement de romancer la vie et l’œuvre d’un génie, mais d’inviter à un voyage dans le temps, à une archéologie des machines que nous appelons aujourd’hui “ordinateur”. L’objet du film est autant l’homme Turing, la machine à décrypter, qu’une interrogation sur les rapports que nous entretenons (hier comme aujourd’hui) avec ces ordinateurs, conçus pour calculer, très vite, et pour penser… tout au moins dans le sens des propos de Turing. Continuer la lecture de 2014 ♦ The Imitation Game (film) 

2014 ◊ Transcendance (film)

2014-07-09_103354

Par delà la singularité et le Graal

Parmi les dernières grosses productions cinématographiques dédiées aux questions du devenir de nos sociétés contemporaines vues au travers de dystopies époustouflantes, Transcendance est arrivé sur les écrans français en juin 2014. Dans ce scénario, ce n’est plus tant l’espèce humaine qui tente de s’arroger des pouvoirs démiurgiques mais les technosciences elles-mêmes qui deviennent Dieu. Un film à lire assurément comme une actualisation de nos fantasmes, angoisses et interrogations socio-politiques sur la place des technosciences en société. Un travail collectif devrait s’engager à la rentrée prochaine autour de ce film et d’autres du genre pour donner lieu à quelques productions à paraître ici même sur ce site.

Voir les suggestions de lecture de ce film et commentaires de Yannick Rumpala sur Res Futurae : http://resf.hypotheses.org/2479

2014 ■ Computer Chess (film)

455684
Affiche du film « Computer Chess », sorti en France en 2014

Les fantasmes de l’intelligence artificielle

(par Loïc PETITGIRARD, HT2S Cnam Paris)

Computer Chess est un film de l’auteur et réalisateur américain Andrew Bujalski, sorti en 2014 (en France). Un temps, un lieu : un week-end de 1982 ou 1983, dans un hôtel texan, est organisé un tournoi opposant des ordinateurs (computer) jouant aux échecs (chess). L’affiche du film n’explicite pas cette confrontation entre machines, mais nous oriente sur ce qui est la problématique centrale du film : les rapports de l’homme à cette machine “intelligente”, avec son lot de fantasmes et d’angoisses. La possible création d’une intelligence artificielle, jouant aux échecs, est le sujet de ce faux documentaire et vraie fiction cinématographique.

Continuer la lecture de 2014 ■ Computer Chess (film) 

2014 ♦ Transcendance (film)

Et la technoscience créa Dieu, … ou comment le post-humanisme abolit la condition humaine

(par les auditeurs du Magistère « Médiation culturelle des STS » février 2015)

transcendance 32_16
Arrêt sur image 32’16’’ du film Transcendance de Wally Pfiser : 2 moitiés de Caster forment une humanité hybride.

Dans une alcôve de l’humanité, deux amoureux éprouvent devant nous le début d’une vie numérique après la mort biologique de l’un d’eux. Figures inquiètes, elles réalisent à cet instant l’impensable. Le moment est grave, celui de la transgression d’une limite au-delà de laquelle la science-fiction guide le public vers des expériences de pensée, certes extravagantes, mais non moins réflexives sur les intentions sous-jacentes contenues dans les technosciences.

Continuer la lecture de 2014 ♦ Transcendance (film) 

2014 ♦ Assasin’s Creed Unity (jeu vidéo)

Abstergo vous propose un retour dans le passé au travers de votre mémoire génétique. Capture écran d’une publicité fictive pour le projet Phoenix, diffusée au cours du jeu Assassin’s Creed Unity (nov. 2014) (vue sur https://www.youtube.com/watch?v=Sfw87OVjZ4U à 1min 18s)

Voyager dans le temps grâce à l’ADN : la mémoire génétique entre science et fiction

version 1

(par Agape ROBIN, FOAD médiation culturelle des STS, Cnam 2017)

Adaptée au cinéma et bientôt à la télévision, Assassin’s Creed des studios Ubisoft est une série de jeux vidéo à succès basés sur le principe de la reconstitution historique. La notion de mémoire génétique contenue dans l’ADN forme la trame principale du scénario de l’épisode choisi. Dans ce dernier, l’entreprise pharmaceutique Abstergo a développé une machine capable de séquencer cette mémoire chez l’individu, ce qui lui permet de voyager dans le temps à travers les souvenirs de ses ancêtres.

La publicité fictive du projet Phoenix, diffusée au cours de l’opus Assassin’s Creed Unity sorti en 2014, témoigne de la manière dont le jeu se nourrit des avancées de la recherche et les dépasse dans sa fiction. Continuer la lecture de 2014 ♦ Assasin’s Creed Unity (jeu vidéo) 

2014 ♦ Transcendance (film)

Le (neo)luddisme revisité

(par Gabriel BOUDARD, Magistère Médiation socioculturelle des sciences et techniques, CNAM 2015)

RIFT
Image issue du film Transcendance réalisé par Wally Pfister, avec Johnny Depp, Rebecca Hall et Paul Bettany

Transcendance raconte comment deux scientifiques parviennent à transposer et émuler l’âme de leur ami, Will Caster, au sein de PINN, une puissante intelligence artificielle. La nouvelle entité ainsi créée devient très entreprenante et rapidement impossible à contrôler. Elle ne sera arrêtée que grâce à un virus informatique mis au point par un groupe composé d’activistes, de scientifiques et d’agents fédéraux. Malheureusement, l’entité sera déjà parvenue à infecter l’ensemble des structures informatiques et électroniques du monde. Sa destruction fera basculer l’humanité dans une ère ou l’ensemble des technologies modernes seront inopérantes. Continuer la lecture de 2014 ♦ Transcendance (film) 

2013 ♦ HER (film)

1:45 L’OS a dépassé le maître

HER 1h45
     HER (2013) de Spike Jonze – arrêt sur image 1h45′

(par Sabine GUIRAUD, Magistère Médiation socioculturelle des sciences et techniques, 2015)

Sur cette capture d’image de la 105′ du film, on voit Joaquin Phenix, le héros, alias Théodore Twombly assis sur un fauteuil vert, encadré de séparateurs oranges, devant son bureau, digne d’une start-up sophistiquée. Les livres reliure-cuir relégués dans le fond sont les traces d’un passé presque révolu. De droite à gauche sur le bureau on voit une lampe, des fournitures, un écran d’ordinateur, du papier kraft d’emballage et une bannette pas trop moche. Continuer la lecture de 2013 ♦ HER (film) 

2013 ♦ Marie Curie et la série « Women in Science » (illustration)

T-shirt Rachel Ignotofsky
T-shirt portant le modèle de Marie Curie, par l’illustratrice Rachel Ignotofsky
S´habiller en science

(par Jara Blanco Aguilar , Licence médiation culturelle des sciences et techniques, Toulouse, 2015)

Marie Curie n’aurait surement pu s´imaginer qu´elle deviendrait 80 ans après sa mort un modèle d’illustration pour T-shirt de coton, porté sur les épaules de gens autour du monde. C’est ce qu’a pourtant fait l’illustratrice Rachel Ignotofsky.

Madame Sklodowska, puis Curie, a été la première d’une série d’illustration consacrée aux femmes de science, « women in science ». Marie Curie est non seulement la première femme nobélisée, mais aussi la seule à avoir été récompensée deux fois. Née en Pologne, elle arrive à Paris en 1891 et étudie à la Sorbonne. Quatre ans après elle se marie avec Pierre Curie. Avec lui, elle poursuit des travaux partant de la découverte « des rayons uraniques » par Henri Becquerel. Elle s’installe dans un laboratoire de fortune au rez-de-chaussée de l’École de physique et de chimie, et là, ils identifient deux nouveaux éléments chimiques : le radium et le polonium. Plus encore, ils mettent au jour le phénomène de la radioactivité. Grâce à ces découvertes, elle se voit attribuer deux prix Nobel. Le premier, en physique, en 1903 avec Becquerel et Pierre. Le deuxième en chimie, en 1911. Continuer la lecture de 2013 ♦ Marie Curie et la série « Women in Science » (illustration) 

2013 ▪ Real humans (série TV)

un hubot, une fille

135832_image_36675-crop
La virée shopping de Teresa et Rick, son hubot
Ou comment relooker son robot domestique

(par Jeannette BOULANGER, Licence médiation culturelle des sciences et techniques en société, Cnam, 2014)

Lancée en France le 04 avril 2013, la série suédoise Real Humans réussit le pari de rajeunir le public de la chaîne Arte (15-49 ans). La saison 1 réunit plus d’1,3 millions de fidèles téléspectateurs chaque jeudi soir, ce qui représente une part de marché de 5,2%. On comptabilise également 1,3 millions de téléspectateurs sur la plateforme de streaming d’Arte +7. La commercialisation de coffrets DVD, la mise à disposition des épisodes sur le service de vidéos à la demande, ainsi que sa forte médiatisation (Le Monde, Les Inrocks, Huffingtonpost, MediaPart, Slates…) en font une œuvre de science – fiction moderne, populaire et accessible.  La saison 2 s’achève le jeudi 12 juin 2014 sur nos écrans, et réalise sensiblement les mêmes performances. Enfin, le concept joue les prolongations sur le site officiel de la série, en proposant une boutique en ligne de hubots domestiques (le Hubot Market), et de hubots clones (Atsugi Robotics).

Continuer la lecture de 2013 ▪ Real humans (série TV) 

2013 ■ Real Humans (série TV)

En haut : Série de visuels produits par l’agence BDDP & fils pour Arte et diffusée dans l’espace public par voie d’affiches publicitaires et d’encarts dans la presse en mars 2013.   En bas : Image extraite de la première séquence suivant immédiatement le générique de début du premier épisode diffusé le 4 avril sur Arte à 20h50.

Humain, es-tu (encore) là ?

(par Michel LETTE, Cnam Paris, février 2014)

Arte, chaîne de télévision franco-allemande de service public à vocation culturelle, lance en mars 2013 une campagne de publicité sans précédent afin de promouvoir une série de science-fiction. Sans doute trop populaire et peut être pas assez intellectuel, ce type de production n’est en effet que rarement proposé aux téléspectateurs cultivés de la classe moyenne française. Avec Real Humans (100% humains), une réalisation du suédois Lars Lundstrüm, la chaîne tente pourtant le pari d’intéresser son public à la question tout à fait sérieuse du rôle des technosciences dans le devenir de nos sociétés hypermodernes. Cette invitation commence par la mise en exergue sur ses affiches de cette passionnante mais parfois angoissante question : Qu’avons-nous encore fabriqué ? Ce « encore » évoquant l’idée d’un « n’importe quoi », un tantinet culpabilisant aussi, renvoie à l’équivoque des technosciences tout au long de cette première saison dans la série.

Continuer la lecture de 2013 ■ Real Humans (série TV) 

2011 ♦ Contrex #2 l’installation digitale (publicité)

contrex-velo-rose-prev1
Issue d’un spot publicitaire diffusé à partir de septembre 2011 de la marque Contrex
Une communication innovante !

(par Fabienne VELTER, Magister Médiation socioculturelle des sciences et techniques, CNAM Paris, 2015)

La marque contrex a lancé en 2011 sa campagne de « contrexpérience » en utilisant l’installation digitale pour promouvoir sa réputation de « partenaire minceur ».

Aujourd’hui, la silhouette est pour beaucoup une obsession. C’est la raison pour laquelle les salles de sport ont la pêche ! Et les régimes en tout genre ont la cote. Le culte de la minceur – effet de mode du moment – y est pour quelque chose ! L’enseigne de cette eau minérale l’a bien compris. Faire du sport pour brûler des calories sans les récupérer par la suite, tel est le message adressé au public concerné. L’offre répond bien à la demande. Continuer la lecture de 2011 ♦ Contrex #2 l’installation digitale (publicité) 

2011 ♦ la station de traitement des eaux usées de l’île Arrault (espace public)

La station de traitement des eaux usées de l’île Arrault (rapport d’activités 2011 de la Communauté d’agglomération Orléans Val de Loire)
La technologie et l’innovation se fondent dans la nature

(par Artemis CHRYSOVITSANOU, Magister Médiation socio-culturelle des sciences et techniques, CNAM Paris)

Alors que plus de 4.000 enfants de moins de 5 ans meurent chaque jour dans le monde à cause de l’absence de traitement des eaux, en France on compte près de 20.000 stations d’épuration. Leur construction et leur entretien représentent un enjeu majeur de santé publique et d’investissement dans les technologies.

Depuis la Préhistoire, l’Homme s’installe près de cours d’eau. Il s’en sert pour boire, pour transporter, pour produire de l’énergie, mais aussi pour assainir ses campements. Durant l’Antiquité et le Moyen Âge, des égouts sont construits dans certaines villes. Mais ce sont la révolution industrielle et la croissance démographique qui imposent un système de traitement des eaux usées. Continuer la lecture de 2011 ♦ la station de traitement des eaux usées de l’île Arrault (espace public) 

2008 ■ Fringe (série TV)

2014-06-13_130820
Le laboratoire du docteur Bishop

Aux frontières de la science

(par Florence Delnef, Magistère Cnam, juin 2014)

La série Fringe, créée par J.J. Abrams, Alex Kurtzmaan et Roberto Orci a été diffusée à partir de 2008 pendant cinq saisons. Elle narre les aventures de trois personnages : Olivia Dunham agent du FBI, Walter et Peter Bishop scientifiques et consultants. Ils évoluent au sein d’un département du FBI spécialisé dans les phénomènes étranges en lien avec des technologies non conventionnelles.

Continuer la lecture de 2008 ■ Fringe (série TV) 

2006 ♦ The Host (film)

NGuerguadj_film the Host de Bong JoonHo
Capture d’écran du film The Host (Bong Joon-Ho, Corée du Sud, 2006)
Pollution officielle contre pollution clandestine
Comment se retrouver entre une créature mutante et le non moins redoutable « agent jaune« 

(par Nadia GUERGUADJ, Magister Médiation socio-culturelle des sciences et techniques, CNAM Paris, 2015)

Nous sommes dans le dernier ¼h du film, l’armée américaine s’apprête à répandre « l’agent jaune » sur les rives du fleuve Han pour éradiquer le soi-disant virus dont le monstre serait vecteur. La zone ― interdite à tout public autre que les forces spéciales et les sociétés de désinfection, depuis l’annonce de la découverte du virus ― est investie par les étudiants et écologistes, manifestants contre l’utilisation imminente du biocide.

Sur ce plan, une étrange structure métallique jaune de laquelle s’échappe de chaque côté une fumée opaque blanche, surplombe la foule. Un peu de fumée jaune commence à se dissiper par en dessous. Des dizaines de manifestants, pour la plupart vêtus de T-shirt rouge, tout comme les forces de l’ordre, reconnaissables à leur uniforme noir, s’écartent de la zone en courant. Si de prime abord, ils semblent fuir la fumée blanche, on remarque qu’ils s’éloignent tous du fleuve qui semble pourtant si tranquille en arrière-plan. Continuer la lecture de 2006 ♦ The Host (film) 

2004 ■ ReGenesis (série)

Quand la science échappe à tout contrôle, vous ne verrez plus la science du même œil

(par Delphine Thomas, Magistère Cnam Paris, juin 2014)2014-06-17_132738

Extraits : Mike, fils du Dr Sloan Shelby pense être un clone de son grand-frère Cal. Il aurait été créé pour sauver Cal de son ostéosarcome en tant que donneur compatible, sain. Il a interrogé le Dr David Sandstrom biologiste moléculaire via sa fille devenue son amie Lilitth. Sanstrom est le directeur scientifique du NorBAC, laboratoire spécialisé dans la recherche contre le bio-terrorisme, les maladies mystérieuses ou les changements environnementaux étranges.

Continuer la lecture de 2004 ■ ReGenesis (série)