Archives pour la catégorie Environnement

2015 ♦ Stop plastic pollution (street art)

RAEMANN Street art deviant_2015
Impression photographique sur papier – affiche murale collée – angle de la Kopernikusstraße et Libauer Straße (Berlin) – attribuée au groupe Raemann (2015) – 120 x 80 cm env.
Street art déviant

(par Michel LETTE, Cnam Paris, 2015)

Ce cliché a été pris le 6 août 2015 dans Berlin, à l’angle de la Kopernikusstraße et de la Libauer Straße. Il cadre une affiche murale, totalement délavée par la pluie, noyée dans une composition de graffitis et de tags s’étalant du sol au plafond. Impossible de l’ignorer pourtant. L’image, intrigante, interpelle forcément la multitude des passants.

L’impression photographique sur papier collé à même le mur est une des techniques employées par les artistes d’art de rue –  « street art » – une des formes d’expression culturelle qui s’est largement répandue à Berlin. Agglomération en perpétuelle transformation depuis la chute de son mur en 1989, elle offre à ces artistes contemporains des espaces particulièrement adaptés à ce type de créativité. Les réhabilitations, opérations de rénovation ou de réaffectation d’anciens sites industriels font exister autant de zones en transition, multipliant les opportunités de créer de véritables galeries d’art en plein air. Tout est support potentiel pour une transformation temporaire ou éphémère de l’environnement urbain : façades et entrées d’immeubles, conteneurs de poubelles et palissades de chantiers, lampadaires et mobiliers urbains, et même toits et trottoirs sont habillés (ou souillés, c’est selon) par les pinceaux ou rouleaux de peinture, les bombes et vaporisateurs, les pochoirs et posters, les collages et bandes adhésives, les marqueurs et autres moyens non conventionnels de création aux antipodes de l’art traditionnel des musées et galeries. Quelques artistes de rue sont néanmoins devenus célèbrent et se vendent plutôt bien. Ils sont désormais nombreux à s’exposer et à répondre à la commande officielle, témoignant de l’évolution des canons de l’art contemporain. Continuer la lecture de 2015 ♦ Stop plastic pollution (street art) 

2011 ♦ la station de traitement des eaux usées de l’île Arrault (espace public)

La station de traitement des eaux usées de l’île Arrault (rapport d’activités 2011 de la Communauté d’agglomération Orléans Val de Loire)
La technologie et l’innovation se fondent dans la nature

(par Artemis CHRYSOVITSANOU, Magister Médiation socio-culturelle des sciences et techniques, CNAM Paris)

Alors que plus de 4.000 enfants de moins de 5 ans meurent chaque jour dans le monde à cause de l’absence de traitement des eaux, en France on compte près de 20.000 stations d’épuration. Leur construction et leur entretien représentent un enjeu majeur de santé publique et d’investissement dans les technologies.

Depuis la Préhistoire, l’Homme s’installe près de cours d’eau. Il s’en sert pour boire, pour transporter, pour produire de l’énergie, mais aussi pour assainir ses campements. Durant l’Antiquité et le Moyen Âge, des égouts sont construits dans certaines villes. Mais ce sont la révolution industrielle et la croissance démographique qui imposent un système de traitement des eaux usées. Continuer la lecture de 2011 ♦ la station de traitement des eaux usées de l’île Arrault (espace public) 

2006 ♦ The Host (film)

NGuerguadj_film the Host de Bong JoonHo
Capture d’écran du film The Host (Bong Joon-Ho, Corée du Sud, 2006)
Pollution officielle contre pollution clandestine
Comment se retrouver entre une créature mutante et le non moins redoutable « agent jaune« 

(par Nadia GUERGUADJ, Magister Médiation socio-culturelle des sciences et techniques, CNAM Paris, 2015)

Nous sommes dans le dernier ¼h du film, l’armée américaine s’apprête à répandre « l’agent jaune » sur les rives du fleuve Han pour éradiquer le soi-disant virus dont le monstre serait vecteur. La zone ― interdite à tout public autre que les forces spéciales et les sociétés de désinfection, depuis l’annonce de la découverte du virus ― est investie par les étudiants et écologistes, manifestants contre l’utilisation imminente du biocide.

Sur ce plan, une étrange structure métallique jaune de laquelle s’échappe de chaque côté une fumée opaque blanche, surplombe la foule. Un peu de fumée jaune commence à se dissiper par en dessous. Des dizaines de manifestants, pour la plupart vêtus de T-shirt rouge, tout comme les forces de l’ordre, reconnaissables à leur uniforme noir, s’écartent de la zone en courant. Si de prime abord, ils semblent fuir la fumée blanche, on remarque qu’ils s’éloignent tous du fleuve qui semble pourtant si tranquille en arrière-plan. Continuer la lecture de 2006 ♦ The Host (film)