Archives pour la catégorie Genre

2015 ◊ Prince ou princesse ? (théâtre)

3c0f88_2a1ba9325c694f1b92d1c662f2c871e2.jpg_srz_p_220_335_75_22_0.50_1.20_0Prince ou Princesse ? That is (not) the question

Qu’est ce qu’être et devenir fille ou garçon, homme ou femme ? Nous avons tous à ce propos bien des certitudes et parfois des angoisses. Prompte à réserver sa réponse aux évidences physiologiques, aux phénomènes physico-chimiques et manifestations hormonales, la science est elle-même interrogée ici sur le mode du théâtre de Molière.

C’est une belle introduction aux questions du genre dans ces rapports avec celles de la science en société auxquelles invite cette pièce de théâtre populaire. En somme, une opération réussie de médiation socioculturelle des sciences et techniques en lien avec la question du genre.

http://www.labarakatheatre.com/#!prince-ou-princesse/cfvg

 L’histoire …

Le roi René et la reine Martine fantasment leur futur enfant… Un petit prince vaillant et téméraire qu’ils appelleraient Parfait ? Ou une petite princesse douce et belle qu’ils nommeraient Patience ?

Troublées par la fée Ministe, fraîchement accréditée et bien déterminée à ouvrir la réflexion, les fées provoqueront l’impensable : ce ne sera ni Parfait, ni Patience, ce sera Mystère !

Prince ou Princesse ? That is (not) the question a les attributs du conte de fées (un roi, une reine, des fées et du mystère), de la farce (des quiproquos, de l’humour, un rythme enlevé) et du théâtre populaire (tous les âges et tous les adultes peuvent s’y retrouver).

 L’aventure de Mystère et ses parents va mettre à mal les clichés et les idées reçues sur les filles et les garçons.

 

2013 ♦ HER (film)

1:45 L’OS a dépassé le maître

HER 1h45
     HER (2013) de Spike Jonze – arrêt sur image 1h45′

(par Sabine GUIRAUD, Magistère Médiation socioculturelle des sciences et techniques, 2015)

Sur cette capture d’image de la 105′ du film, on voit Joaquin Phenix, le héros, alias Théodore Twombly assis sur un fauteuil vert, encadré de séparateurs oranges, devant son bureau, digne d’une start-up sophistiquée. Les livres reliure-cuir relégués dans le fond sont les traces d’un passé presque révolu. De droite à gauche sur le bureau on voit une lampe, des fournitures, un écran d’ordinateur, du papier kraft d’emballage et une bannette pas trop moche. Continuer la lecture de 2013 ♦ HER (film) 

2013 ♦ Marie Curie et la série « Women in Science » (illustration)

T-shirt Rachel Ignotofsky
T-shirt portant le modèle de Marie Curie, par l’illustratrice Rachel Ignotofsky
S´habiller en science

(par Jara Blanco Aguilar , Licence médiation culturelle des sciences et techniques, Toulouse, 2015)

Marie Curie n’aurait surement pu s´imaginer qu´elle deviendrait 80 ans après sa mort un modèle d’illustration pour T-shirt de coton, porté sur les épaules de gens autour du monde. C’est ce qu’a pourtant fait l’illustratrice Rachel Ignotofsky.

Madame Sklodowska, puis Curie, a été la première d’une série d’illustration consacrée aux femmes de science, « women in science ». Marie Curie est non seulement la première femme nobélisée, mais aussi la seule à avoir été récompensée deux fois. Née en Pologne, elle arrive à Paris en 1891 et étudie à la Sorbonne. Quatre ans après elle se marie avec Pierre Curie. Avec lui, elle poursuit des travaux partant de la découverte « des rayons uraniques » par Henri Becquerel. Elle s’installe dans un laboratoire de fortune au rez-de-chaussée de l’École de physique et de chimie, et là, ils identifient deux nouveaux éléments chimiques : le radium et le polonium. Plus encore, ils mettent au jour le phénomène de la radioactivité. Grâce à ces découvertes, elle se voit attribuer deux prix Nobel. Le premier, en physique, en 1903 avec Becquerel et Pierre. Le deuxième en chimie, en 1911. Continuer la lecture de 2013 ♦ Marie Curie et la série « Women in Science » (illustration) 

2011 ♦ Contrex #2 l’installation digitale (publicité)

contrex-velo-rose-prev1
Issue d’un spot publicitaire diffusé à partir de septembre 2011 de la marque Contrex
Une communication innovante !

(par Fabienne VELTER, Magister Médiation socioculturelle des sciences et techniques, CNAM Paris, 2015)

La marque contrex a lancé en 2011 sa campagne de « contrexpérience » en utilisant l’installation digitale pour promouvoir sa réputation de « partenaire minceur ».

Aujourd’hui, la silhouette est pour beaucoup une obsession. C’est la raison pour laquelle les salles de sport ont la pêche ! Et les régimes en tout genre ont la cote. Le culte de la minceur – effet de mode du moment – y est pour quelque chose ! L’enseigne de cette eau minérale l’a bien compris. Faire du sport pour brûler des calories sans les récupérer par la suite, tel est le message adressé au public concerné. L’offre répond bien à la demande. Continuer la lecture de 2011 ♦ Contrex #2 l’installation digitale (publicité)