De la minette aux fleurs…

Hey-ho, Hey-ho, on rentre du boulot ! … oui mais quel boulot ? 

L’image associée à cette ritournelle, montrant les 7 nains de Blanche Neige poussant des berlines pleines à craquer de gemmes et de diamants dans le rire et la bonne humeur, n’a toujours été qu’une lointaine utopie, particulièrement en Lorraine. 

Des années durant, les mines de la région ont charrié des tonnes de charbon et de fer. Moins connues, pourtant plus nombreuses, ces mines ont fait naitre la plus forte industrie du pays : la sidérurgie. 

Cette époque bénie fît la richesse de tout un pays, de toute une région, de tout un peuple. Derrière le drame de la fermeture des mines et des aciéries lorraines, s’est jouée la vie de nombreuses familles, dont le seul revenu perlait au front du paternel…mineur de son état. Qu’il fût robineur (qui remplissait les berlines) ou herscheurs (qui poussait les berlines), la mine était toute sa vie et elle réglait, pour ne pas dire régulait, le rythme de milliers de gens. Ainsi, ces derniers passaient des années à descendre dans le puits, à creuser, à charger et manœuvrer ces berlines de « cailloux de fer » qui une fois fondus, servaient à produire les rails sur lesquels roulent encore de nos jours tant de trains, au milieu de nos belles campagnes fleuries. 

Le minerai lorrain, appelé minette à cause de sa faible teneur en fer (30% environ), fût exploité très tôt. Des fouilles ont mis à jour un important site près de Nancy, remontant au VIIIe – Xe siècles. Mais sa haute teneur en phosphore, qui rend l’acier cassant, limita son utilisation à la fonderie principalement. Sa pleine exploitation fût donc retardée jusqu’à la mise au point du procédé Thomas, qui permet une déphosphoration efficace de la fonte. Ainsi, avec des réserves de minerai estimées à 6 milliards de tonnes, le gisement Lorrain fût classé parmi les plus vastes du monde. La Lorraine devint même la deuxième productrice de fer au monde, derrière les Etats-Unis, en 1913, avec une production dépassant les 41 millions de tonnes. 

Malheureusement, au début des années 1960 le prix des minerais importés devient plus avantageux, notamment grâce à la baisse des prix de transport par bateau ! La concurrence s’accroît, le marché devient mondial et non plus régional. Les usines sidérurgiques devant être au plus prêt des sources de fer, on privilégie celles dites « côtières » qui peuvent décharger les bateaux facilement. Le choc pétrolier de 1973, l’apparition de nouveaux procédés (fours électriques à arc qui permettent de produire des aciers et alliages en recyclant la ferraille usagée et à faible coût, laminage à chaud en continue…) et de nouveaux matériaux (plastiques, béton précontraint) affecteront grandement l’industrie sidérurgique, entrainant les mines de Lorraine dans un inexorable déclin. 

La vallée de la Fensch, que chante si bien Bernard Lavilliers, organise alors la résistance autour de son laminoir à chaud, l’un des plus vieux et des plus performants d’Europe, pour produire des tôles. La production s’oriente vers le marché de l’automobile, grâce aux aciers à haute valeur ajoutée qui sortent de l’usine de Florange, en Moselle, dès 1984. 

Mais cela ne suffira pas à sauver les mines de fer de Lorraine qui fermeront les unes après les autres. Les coûts d’exploitations trop élevés, sonnent le glas des chevalements, porions et autres briquets (le casse-croûte des mineurs) remisant ainsi au placard, tout un vocable local. La dernière mine de fer ferme en 1997, c’est celle des Terres Rouges à Audun-le-Tiche en Moselle. 

Aujourd’hui les jolies fleurs de nos campagnes existent toujours (et c’est tant mieux !) mais elles garnissent les berlines, réduites au simple rôle de bac à fleurs, qui ornent places publiques et autres rondpoints lorrains. Ces wagonnets de mine, rappellent aux dernières générations encore en vie et témoins de ce drame de la sidérurgie, un passé glorieux (et pas si lointain) que ne peuvent comprendre, voir ignorer totalement, les nouvelles générations… 

 

Thierry HOTTON, CNAM 2022 

L’école La Cigogne à Bois-Colombes

Par Damien Prevosto, CNAM 2022.

 

L’école La Cigogne, à Bois-Colombes, en banlieue parisienne, est un grand bâtiment blanc, d’apparence moderne, dont les façades sont en partie cachées par les arbres du parc des Bruyères qui l’entourent. Ce qui frappe le regard, quand on s’approche de l’école, c’est l’immense ouverture circulaire qui surplombe l’entrée du bâtiment. Et, de manière symétrique, une deuxième ouverture apparait à l’arrière du bâtiment, recouverte de 3 grands anneaux concentriques.

Si cet étrange édifice semble aujourd’hui banal pour les écoliers et les visiteurs du parc, il a pourtant hébergé la soufflerie privée la plus importante du monde pendant les années qui ont suivi la deuxième guerre mondiale. Il est le dernier témoin de la riche histoire industrielle du constructeur Hispano-Suiza dans ce quartier de Bois-Colombes.

Quand Hispano-Suiza décide de construire cette soufflerie, en 1936, l’entreprise est déjà implantée sur ce site depuis plus de 20 ans. D’abord spécialisée dans l’assemblage des automobiles de luxe de la marque espagnole, l’usine de Bois-Colombes oriente rapidement sa production vers l’aéronautique pour soutenir l’effort de guerre français pendant la première guerre mondiale. C’est un moteur conçut par Hispano-Suiza qui équipera les célèbres avions de chasse SPAD, dont les exploits seront rendus célèbres par les “as” de l’escadrille des Cigognes : Georges Guynemer et René Fonck.

Avec la construction de la soufflerie, peu avant la deuxième guerre mondiale, Hispano-Suiza accélère encore le développement de son activité aéronautique: cet équipement lui permet en effet de réaliser des essais de moteurs d’avion en reproduisant les conditions de vol.
Cette soufflerie, longue de 55 mètres, fonctionne selon un principe de “circuit ouvert” mis au point par Gustave Eiffel au début du 20ème siècle : le flux d’air est capté sur un côté du bâtiment grâce à un collecteur en forme d’entonnoir; il circule ensuite au travers d’une chambre d’expérience où sont placés les moteurs testés; puis il ressort du bâtiment par un diffuseur.

Cette installation prestigieuse souffre néanmoins d’un défaut majeur : le bruit qu’elle génère lorsqu’elle est activée. Les riverains de l’usine déposent à plusieurs reprises des plaintes pour nuisance sonore ! Certaines mauvaises langues disent qu’on entend la soufflerie jusqu’à Paris…

Malgré les bombardements de 1943, la soufflerie tourne à plein régime jusque dans les années 1950, avant d’être progressivement délaissée et reconvertie en bureaux pour les employés. Puis c’est tout le site industriel d’Hispano-Suiza qui est touché par des réorganisations successives, avant une fermeture définitive en avril 1999. La soufflerie échappe cependant à la destruction, grâce à la mobilisation d’anciens salariés et d’habitants de Bois-Colombes qui souhaitaient conserver une trace emblématique de cet ancien grand site industriel. Elle est ainsi inscrite en 2000 à l’Inventaire supplémentaire des monuments historiques, puis réhabilitée en école. De nombreuses rues aux alentours ont également été renommées (rue Guynemer, rue Hispano-Suiza, …), comme autant d’indices d’un passé qu’on a du mal à imaginer tant le quartier a été reconstruit depuis une vingtaine d’années.

Aujourd’hui, plusieurs grands panneaux illustrés, accrochés aux grilles de l’école, retracent l’histoire de la soufflerie. Les passants curieux découvrent alors l’origine de ce bâtiment étrange, qui fait maintenant partie du patrimoine industriel de la ville.

Minecraft, un terrain de jeu pour les futurs ingénieurs

Minecraft fait partie de ces jeux vidéo appelés bac à sable, ou plus communément, Sandbox. Le principe de ces derniers est très simple : donner quelques règles de bases et ensuite laisser la plus grande liberté possible aux joueurs. Ainsi, certains se spécialisent dans l’exploration, la construction, la création de musique etc. Le tout est proposé avec une approche très ludique qui ravit les petits comme les plus grands.

En jouant à Minecraft, il est tout à fait possible de se passer de l’aspect ingénierie car ce n’est clairement pas son objectif principal. Il existe malgré tout une partie dans le jeu qui permettra une initiation à la logique algorithmique avec ce qui est appelé dans le jeu : “la redstone”. Cela en fait un parfait dispositif informel de médiation culturel scientifique.

A l’aide de cette petite poudre rouge trouvable en profondeur, il sera possible de créer des machines, d’émettre des signaux, créer des filtres, compter le temps qui défile, effectuer des tests en tout genre et surtout créer des circuits logiques se rapprochant de ce qu’il est possible d’avoir en électronique. Bref, la Redstone est une source d’énergie qui peut être transmise à des appareils ou récepteurs qui produiront des actions en conséquent.

Démonstration du fonctionnement du piston dans Minecraft à l’aide de la redstone

Introduction à la logique algorithmique

En ingénierie, que ce soit en informatique ou en électronique, nous faisons très souvent appel à l’algèbre de Boole. Cette dernière est fondamentale car c’est celle-ci qui permet aux ordinateurs d’effectuer des calculs.

Avec l’arithmétique classique nous sommes habitués aux opérateurs tel que +, -, *, /. Ces derniers sont toujours bel et bien utilisables avec un ordinateur. En revanche si cela est possible c’est grâce à d’autres opérateurs tels quel OU, ET, NON etc… Ces derniers proposent une approche directement traitable par un ordinateur. C’est ce que l’on va appeler du langage machine de bas niveau. C’est une traduction du comportement des signaux électriques permises par des portes logiques.

En effet un opérateur pourra prendre en entrée deux signaux. Ces derniers pourront être de nature électrique dans le cadre d’un processeur mais aussi de redstone dans celui de Minecraft. A la sortie de cet opérateur sortira un signal 1 ou 0, c’est ici que l’on retrouve l’aspect binaire du numérique. Soit il y a un courant, soit il n’y en a pas.

Prenons l’exemple d’un opérateur OU qui prends en entrée un signal A et un autre B. Si le signal A est actif, soit à une valeur 1 et le signal B est inactif, soit une valeur de 0, la sortie de l’opérateur sera de 1. Cela revient à écrire : 1 OU 0 = 1. La sortie de l’opérateur OU sera active si au moins l’un des deux signaux d’entré est active aussi. L’opérateur ET en revanche sera actif uniquement si les deux signaux d’entrés sont actifs.

Pour que cela soit plus clair, il est possible de représenter ceci dans ce qu’on appelle un tableau de Karnaugh comme ceci :

A\B

0

1

0

0

1

1

1

1

Sorties de l’opérateur OU

A\B

0

1

0

0

0

1

0

1

Sorties de l’opérateur ET

En bleu apparait la valeur du signal d’entrée A, en Violet la valeur d’un signal d’entrée B et en rouge, la valeur du signal de sortie

 

Pour en apprendre plus sur cette logique algorythmique,je recommande cette excellente vidéo d’un ex-ingénieur informatique à propos des portes logiques dans Minecraft :

Pour en revenir à Minecraft, cette logique est importante dans la création de circuits logiques. En effet cela sera permis si l’on souhaite activer la récolte de canne à sucre lorsque les stocks de ces derniers sont bas OU qu’une demande forcée du joueur intervient. Bien que non essentiels, l’utilisation de ces opérateurs prend tout son sens si l’on souhaite commencer à automatiser certaines tâches.

Il faut toutefois bien garder en tête que les possibilités permises par la redstone sont bien plus vastes. Certaines personnes sont même allées jusqu’à recréer un processeur capable d’effectuer de nombreux calculs. Cela n’est pas très utile comme utilisation directe, certes, mais pour un objectif pédagogique, Minecraft est une véritable mine d’or. La redstone a le pouvoir d’inspirer toute une génération de futurs ingénieurs.

Camille Geourjon, CNAM 2022

La stèle Farman, hommage invisible à un exploit oublié

C’est un bloc de pierre posé entre une voie de tramway et un boulevard périphérique, aux confins de Paris et d’Issy-les-Moulineaux. Pour les usagers du tram en attente à la station Suzanne-Lenglen, les automobilistes coincés au feu rouge tout proche et les piétons pressés de rallier leur bureau ou le centre commercial de l’Aquaboulevard, il passe un peu inaperçu.

Pour qui a le temps et la curiosité de s’approcher, la stèle prend un peu plus de sens, en face de l’héliport de Paris et des bâtiments de la Direction de l’Aviation civile. Réalisée par Paul Landowski, sculpteur français de renommée mondiale, inaugurée en 1930, elle célèbre un pionnier de l’aéronautique, Henri Farman, et scelle le souvenir d’un vol accompli le 13 janvier 1908 ici même où pas très loin, là où vrombissent désormais les hélicoptères.

La principale face du monument est divisée en 5 « étages » : un aigle, un pilote aux commandes, des ingénieurs et un schéma, un dessin d’avion, un texte ainsi libellé : « Sous le contrôle de l’Aéro-Club de France sur ce terrain, le 13 janvier 1908 pour la première fois au monde un kilomètre en circuit fermé a été parcouru par Henri Farman sur biplan conçu et construit par les frères Gabriel et Charles Voisin moteur Antoinette créé par Levavasseur gagnant ainsi le Grand Prix d’aviation Deutsch-Archdeacon et portant les records mondiaux d’aviation à distance : 1000m, durée : 1m28s. » 

La stèle est surmontée d’un aigle aux ailes spectaculaires. Comme un rappel que l’aventure de l’aviation a commencé avec le désir de l’homme d’imiter les oiseaux. Vainqueur des lois de la nature et de l’attraction terrestre, il semble convoquer cet aigle, ici, pour se mettre sous sa protection en même temps qu’il lui signifie la domination définitive de la technique humaine.

Le vainqueur, en l’occurrence, est l’aviateur Henri Farman, représenté dans la posture classique des premiers pilotes des premiers avions : lové dans un entrelacs de baguettes qui maintiennent la voilure, tenant un volant, moustache et barbe, casquette à l’envers. Suivant le même itinéraire que nombre de ses pairs, il s’intéressait, à tout ce qui permettait d’aller toujours plus vite au tournant du siècle. D’abord coureur cycliste en 1892-1893, Farman se lance dans la course automobile dans les années 1900 avant de multiplier les performances aux commandes de ces drôles de machines volantes. À noter que l’orthographe de son prénom, Henri et non Henry, naturalise définitivement cet Anglais né à Paris.

La progression de l’industrie aéronautique au début du XXe siècle passionnait la presse et le public. La technique, alors, cette « locomotion mécanique dans les airs » nourrissait les rêves et l’imagination. Chaque vol un peu plus long que les autres, un peu plus haut ou un peu plus rapide se racontait à la une de nombreux journaux à grand tirage, déplaçait les foules sur les terrains d’aviation dont celui qui fait face à la stèle, aujourd’hui occupé par l’héliport de Paris.

Ainsi, l’action pour laquelle Farman est célébré faisait à l’époque figure d’exploit et le jour de son accomplissement, le 13 janvier 1908, reste une date dans l’histoire de l’aviation. Un schéma montre où se situa, entre Issy et la porte de Sèvres, la boucle effectuée par Farman. Près de 120 ans après, ce « kilomètre en circuit fermé » n’a pas la résonance d’un exploit comme c’est le cas, par exemple des traversées de Blériot (1909) ou Lindbergh (1927). Sa technicité n’a pas résisté au temps. En fait, Farman est le premier à effectuer un virage en avion à une époque où certains jugeaient cela impossible. C’est donc, en effet, un jour décisif pour tous ceux qui conçoivent et fabriquent les avions.

En notamment les frères Charles et Gabriel Voisin, ingénieurs également mis à l’honneur sur la stèle, où figurent leurs deux profils sculptés. Eux aussi sont des acteurs de premier plan des débuts de l’aviation moderne (leur nom résonne toujours dans le quartier à travers une école, une allée, un terminus d’autobus). Leurs ateliers et leurs usines à Issy et Boulogne fournissent les appareils qui vont entrer dans la légende en même temps que leurs pilotes. Le biplan de Farman est représenté de face et de façon stylisée sur le monument mais décrit de manière détaillée : « un biplan Voisin avec moteur Antoinette créé par [Léon] Levavasseur », autre ingénieur renommé.

Le texte, enfin, au bas de la stèle, précise que la performance de Farman a été dûment homologuée par l’Aéro-Club de France, organisme né dès 1898 pour encourager la « locomotion aérienne », qui édicte les règlements et délivre les brevets de pilote. Enfin, elle a eu lieu dans le cadre du Grand Prix d’aviation Deutsch-Archdeacon, du nom d’Henry Deutsch de la Meurthe et Ernest Archdeacon, deux des cofondateurs de l’Aéro-Club de France. L’un est avocat, l’autre gère une société de pétrole; les deux ont mis leur fortune au service de cette industrie naissante, qui progresse au gré de compétitions (Grand Prix d’aviation, coupe Gordon-Bennett, courses à étapes…) dont ils financent les primes.

Cette stèle n’oublie donc rien ni personne de l’écosystème qui a fait progresser l’aviation jusqu’à la Première guerre mondiale : des ingénieurs à la pointe de l’innovation, des pilotes prêts à risquer leur vie pour un record, des mécènes fortunés et passionnés.

Bientôt, ce sont les guerres qui feront progresser l’aéronautique avant que le développement de l’aviation commerciale et du tourisme ne fasse du voyage en avion un événement banal… désormais montré du doigt pour sa lourde contribution au dérèglement climatique. Ainsi à quelques mètres du monument, autour du terrain de l’héliport de Paris, il n’est plus question de héros mais de nuisances: trop de pollution, trop de bruit…

En 92 ans d’existence, la stèle Farman a été déplacée deux fois, pour cause de travaux, mais elle a survécu au chamboulement du quartier. Hommage quasi invisible à un exploit oublié, mais témoignage préservé d’une époque glorieuse.

Isabelle Thalès, CNAM 2022

 

 

L’arsenal de Brest

Un projet urbain

Cette fresque de Benjamin Flao s’inscrit dans le cadre d’un important programme de revitalisation du quartier des Quatre Moulins de Brest intitulé « Les murs prennent la parole », destiné à améliorer la qualité urbaine de ces habitants.

Cette initiative d’embellissement urbain du quartier s’aménage d’un parcours de neuf fresques dont les thématiques sont diverses : le voyage, la musique, l’océanographie, etc. Toutes ces thématiques sont reliées au patrimoine et à l’identité de la ville de Brest.

Initié en 2000, le projet est issu de l’implication et de la collaboration des habitants, des acteurs du territoire, et du chanteur Miossec, parrain du projet. Le parcours a été réalisé par CitéCréation, une entreprise coopérative lyonnaise spécialiste mondiale en matière de décoration et de scénographie urbaine.

C’est Benjamin Flao, illustrateur et auteur de bande dessinée, qui a été retenu pour concevoir cette fresque ; elle évoque à travers la construction d’un bateau imaginaire, l’ambiance et l’atmosphère des chantiers de construction navale de l’ancien arsenal de Brest au XIXe siècle.



De l’imaginaire à l’histoire

En regardant l’oeuvre, notre imaginaire s’envole. Nous pouvons imaginer le bruit des machines, du chantier, des hommes et des mouettes volant au-dessus du site industriel. Nous pouvons imaginer l’odeur de différentes émanations produites par le chantier, nous pouvons imaginer les éclats de voix des ouvriers tantôt entrain de pester, tantôt entrain de rire le temps d’une pause ou à la fin d’une dure journée. À travers cette fresque, nous retournons dans le passé de l’arsenal de Brest, dans son histoire.

C’est une histoire riche, avec un passé industriel unique. Car l’histoire de l’arsenal de Brest fait partie de l’histoire militaire-naval de la France. L’arsenal de Brest fût créé en 1631 par le cardinal Richelieu, le but était de renouveler la flotte royale. L’arsenal a été conçu de manière à pouvoir accueillir les grands navires de guerre du XVIIe siècle. Niché au cœur de la ville, l’arsenal construisait, armait et réparait en partie les vaisseaux de guerre devenant ainsi un gigantesque complexe militaro-industriel, à l’image des ports Toulon et de Rochefort.



Technico-industriel

L’arsenal était donc le siège d’une véritable activité industrielle. La construction d’un navire met en jeu, tout un panel de savoir-faire complexe et de techniques. Des innovations voient le jour pour mécaniser, rationaliser et faciliter ces opérations qui demandent une logistique considérable, en raison des poids et des volumes à assembler et à déplacer.

Les principaux corps de métiers sont les maîtres de haches, qui deviennent les maîtres-constructeurs (architectes navals), les charpentiers, les calfats, les sculpteurs. Les corps de métiers dominants concernent directement la fabrication de la coque du navire. De nombreux ateliers spécialisés préparent les pièces nécessaires aux navires : corderie, voilerie, menuiserie, sculpture, forges.

Dans la seconde moitié du XIXe siècle, il se modernise considérablement pour répondre aux nouvelles exigences de la flotte. Car la Marine s’engage dans trois innovations technologiques majeures : la propulsion à vapeur, l’obus explosif et la construction métallique. Ces mutations techniques imposent à l’arsenal d’entreprendre d’importantes transformations de son infrastructure : creusement de nouveaux bassins et agrandissement des anciens, création d’ateliers d’ajustage, de forges et de fonderies.

Véritable poumon de la ville, l’arsenal a rythmé la croissance et la prospérité de la cité au fil des siècles.

C’est donc au détour d’une rue que le street-art met en scène par l’imaginaire, le souvenir de l’histoire d’une ville. Au-delà de la seule charge nostalgique d’une activité industrielle disparue, la fresque expose la relation entre l’art et l’industrie dans le nouveau paysage urbain brestois.



FRANS Gwenaëlle



Maître d’ouvrage : Brest Métropole Océane – Communauté urbaine / Maitre d’œuvre : CitéCréation

La Pat’ Patrouille part en mission ! De médiation bien sûr !

Par Aurélie Brulle, CNAM 2022.

La Pat’ Patrouille est une série d’animation canadienne créée en 2013 et toujours en production. Bien connue des enfants et de leurs parents, notamment grâce à son refrain entêtant, elle met en scène une équipe de 6 chiots qui parlent ! Menés par Ryder, un jeune garçon de 10 ans, les chiots sont chargés de protéger et aider les habitants de la Grande Vallée. Ils interviennent dans toutes sortes de situations, comme retrouver un animal perdu (un chat, une poule ou même un hippopotame), piéger un voleur, aider une baleine perdue ou encore retrouver le trésor d’un pirate. Très attachants, réussissant toujours avec brio leurs missions, ils ravissent les enfants à chaque épisode. Chaque chiot possède des compétences particulières : spécialiste du recyclage, pilote d’avion et d’hélicoptère, pompier, policier, sauveteur en mer ou spécialiste de la construction. Tous de races différentes, ils ont également une couleur et un slogan associés à leur spécialité. Cela permet aux enfants de bien les différencier, et surtout d’avoir leur chiot préféré (ou deux, ou trois, …). Au fur et à mesure des saisons, 3 nouveaux chiots viennent ponctuellement en aide à la Pat’ Patrouille, avec des compétences particulières associées à la neige, la jungle ou aux dinosaures.

En regardant rapidement cette série, il est facile de penser que ce ne sont que des histoires mignonettes pour enfants, avec des morales simples, comme le fait de s’entraider ou de ne pas voler les biens d’autrui. Si des chiots protègent la ville, comment pourrait-il y avoir un fond réaliste, voir même scientifique ? Et pourtant les exemples sont nombreux, en voici un.

Dans un épisode de la saison 7, l’antagoniste récurrent de la série, Mr Hellinger, maire de la ville voisine de Foggy Bottom, a créé par accident un tart’ouragan. Comme un véritable ouragan, il est formé de vents tourbillonnants et envoie partout des tartes, tandis qu’il se déplace dans la Grande Vallée. Mais comment un tel ouragan a-t-il pu se créer ? Presque comme un vrai ouragan, enfin si l’on excepte les tartes. Et pour expliquer cela le plus simplement possible au jeune public, le capitaine Turbot, le biologiste et scientifique de la série, montre une courte vidéo, dont les captures d’écran sont présentées en tête d’article. L’air chaud s’élevant des tartes tout juste cuites a rencontré une rafale d’air froid, soufflée par une machine censée refroidir ces tartes. Comme dans n’importe quelle représentation actuelle en sciences, l’air chaud est représenté en rouge, et l’air froid en bleu. Les deux masses d’air se sont alors mises à tourbillonner ensemble, créant un ouragan, plus précisément un tart’ouragan. Dans le monde réel, un ouragan, ou cyclone, se forme lorsque l’air chaud s’élevant de l’océan rencontre des vents latéraux froids et constants. La mécanique est donc la même dans la Pat’ Patrouille et les enfants, sans le savoir, apprennent les bases de la création d’un ouragan.

Et comment se termine donc ce tart’ouragan ? Pas par magie en tout cas. Pour stopper le tart’ouragan, un chiot est héliporté dans l’œil du tart’ouragan puis frappe les tartes pour les expulser du tart’ouragan. Sans sa source de chaleur, le tart’ouragan disparaît, comme un vrai ouragan. En effet, lorsqu’il se déplace sur terre, un ouragan perd sa source de chaleur qu’était l’océan, et s’affaiblit rapidement jusqu’à disparaitre. Alors oui la façon de faire sortir les tartes fera sourire, mais la mécanique est scientifiquement correcte.

Même si au premier coup d’œil, cet épisode, comme tant d’autres, paraît complètement irréaliste, il s’appuie quand même sur des bases scientifiques, que les enfants comprennent sans difficulté, car elles sont modifiées et intégrées de façon fluide et logique dans l’épisode. Serez-vous capable de regarder cette série avec un œil nouveau et chercher les nombreux exemples de médiation scientifique informelle ?

« Don’t look up, déni cosmique » : un dispositif informel de médiation ?

Ce film est paru en 2021, mettant en scène Leonardo Di Caprio et Jennifer Lawrence. La découverte d’une comète dont l’impact destructeur avec la Terre est inéluctable à très court terme et la recherche de solutions sont traitées dans une comédie dramatique parfois caricaturale, mais qui donne à réfléchir.

Le titre « Don’t look up » signifie « ne regardez pas en l’air » ; il invite à penser que le thème du film est le déni d’un événement imminent, aux conséquences dramatiques. La création des mouvements « look up » par les trois protagonistes scientifiques et « Don’t look up » par le gouvernement américain à la moitié du film semble figer la controverse sur la réalité de la comète et son impact avec notre planète. Or, de mon point de vue, le sujet du film est celui de la prise de décision par le gouvernement américain pour une solution technologique hasardeuse, non validée par la communauté scientifique mais proposée par une firme technologique privée.

Au départ, il y a effectivement un moment de déni par les politiques, très court, le temps que les données scientifiques établies par les chercheurs d’une université peu connue soient vérifiées par d’autres scientifiques de plus grande notoriété. Cette première partie du film informe implicitement le public de la façon dont est habituellement validée une information scientifique majeure, par les pairs.

On assiste également dans le film à l’impuissance des trois scientifiques à faire entendre la dangerosité de l’impact de la comète sur Terre et ses conséquences, à savoir l’anéantissement de toute forme de vie sur la planète. Face au scepticisme de la Présidence américaine, ils tentent de convaincre le grand public grâce aux médias, la presse écrite d’abord puis une émission de télévision de grande audience. Effectivement, tant que la comète n’apparaît pas dans le ciel nocturne, le message semble ne pas passer auprès du public : et quand sa présence est évidente, il ne reste que quelques jours avant l’impact ; il est trop tard pour réagir. C’est ici l’administration de la preuve qui est évoquée de façon informelle ; au public, les paroles telles que « on l’a vue au télescope, on l’a même prise en photo », ou encore, « maintenant qu’on vous la dit » ne semblent pas suffire quand c’est la conception même du risque encouru qui est en jeu. Il faut voir la comète de ses propres yeux pour croire les scientifiques qui préviennent pourtant depuis des semaines.

Le mouvement Don’t look up a pour but de retarder le plus longtemps possible la prise de conscience du danger ; l’impact avec la comète signifiant la fin du monde, le gouvernement craint effectivement les réactions de violence d’une population qui n’a plus rien à perdre.

Pour moi, le véritable sujet du film se situe au niveau des prises de décision :

Dans cette fiction, le gouvernement américain paraît légitime pour régler le problème au nom du monde entier, au moins dans un premier temps. Il monte tout d’abord une opération pour détourner la comète, opération qui semble-t-il paraît la solution cohérente validée par la communauté scientifique internationale. C’est sans compter sur l’appât du gain !

En effet, influencée par un milliardaire américain à la tête d’une entreprise technologique de première envergure, la Présidente ordonne pendant son lancement le sabordage de cette opération. Sa prise de décision est unilatérale, sans aucune concertation et à partir de ce moment-là, on comprend que la communauté scientifique mondiale n’a plus son mot à dire dans la solution choisie par la première puissance mondiale, celle proposée par un richissime illuminé.

La promesse technologique joue alors son rôle à plein, doublée d’une promesse sociale annonçant des richesses inouïes qui permettraient d’éradiquer tous les problèmes de l’humanité, dont la faim dans le monde. La solution proposée par le milliardaire visionnaire est certes imaginée et modélisée par quelques scientifiques détenteurs de Prix Nobel employés dans sa firme ; cependant, exalté par la promesse de richesse, de pouvoir, de reconnaissance, il convainc la présidence de le suivre au mépris de la règle élémentaire de certification scientifique de sa proposition, à savoir la validation indépendante par les pairs.

Etablir un parallèle entre l’arrivée fictive d’une comète tueuse sur Terre et la réalité du changement climatique à venir est facile à faire ; là encore, j’y vois un dispositif informel de médiation, qui vise à illustrer dans une fiction parfois outrancière l’inaction actuelle de la majorité des gouvernements du monde face aux menaces du changement climatique. L’issue du film, qui met en image la catastrophe annoncée de la fin du monde, envoie un avertissement à ceux qui ne prennent pas très au sérieux la menace, toute énorme qu’elle soit, et justement sans doute parce qu’elle l’est, énorme. Rapports très sérieux des scientifiques du GIEC, parallèle moins sérieux d’une fiction comme Don’t look up, en termes de lutte pour la transition écologique, tout est bon à prendre ; alors, ne boudons pas notre plaisir !

Nathalie Lenormand, juin 2022

Ariane 6 : Du russe Roscosmos à l’américain Amazon

Sanctionné économiquement en février 2022 par l’Europe du fait du conflit russo-ukrainien, Moscou, par la voix de Dmitri Rogozine, directeur de Roscosmos, a décidé de ne plus permettre l’exploitation de son lanceur Soyouz implanté au Centre Spatial Guyanais (CSG) à Kourou. Une alternative à cet arrêt catastrophique pour l’institution européenne spatiale semble avoir été trouvée : Amazon, nouveau partenaire.

Le Centre Spatial Guyanais, fer de lance technologique de l’Europe spatiale

Pour rivaliser avec la concurrence internationale et pour se développer techniquement, l’Agence Spatiale Européenne (ASE ou ESA) et l’Agence Spatiale Russe, Roscosmos s’étaient associées en 2002. En effet, le lancement-test concluant du lanceur Soyouz depuis la Guyane, le 21 octobre 2001, avait permis d’envoyer dans l’espace les deux premiers satellites européens Galiléo IOV (In Orbit Validation) à la constellation(1) spatiale dédiée. L’entente avec Moscou, complétant alors l’offre de services de l’ASE, a été actée.

Arianespace SAS est la société française créée pour commercialiser et exploiter les systèmes des lanceurs civils européens : Ariane 5, Soyouz, Véga et prochainement Ariane 6 et Véga C. Elle planifie la mise en orbite des satellites destinés à l’internet de haut débit.

L’ASE et Arianespace SAS en panne de moteurs

Soyouz permettait à la France de rivaliser avec les lanceurs américains de SpaceX, dont le Falcon 9. Il assurait les lancements annuels des quatre « fusées » des institutions européennes ainsi que ceux d’autres clients. Soyouz était l’engin le plus adapté pour ces voyages en orbite basse, soit environ à 600 km d’altitude au-dessus de la Terre (l’équivalent de 2000 Tour Eiffel superposées). Pour assurer ces prestations, Arianespace SAS exploitait le lanceur Soyouz. Avec le conflit russo-ukrainien, ces lancements étaient bloqués.

Les clients des satellites Galiléo, Oneweb(2) et autres européens auraient-ils patienter ?

Coup de théâtre : la plus grande acquisition commerciale de lanceurs de l’histoiredixit Amazon

Désormais les clients peuvent retrouver une place sur le carnet de commande d’Arianespace SAS, aujourd’hui réactivé. En effet, le 5 avril 2022, un nouveau partenariat avec le géant américain de la vente en ligne, Amazon, assure au nouveau lanceur Ariane 6 d’effectuer 18 tirs au lieu des 11 prévus. « Un grand moment dans l’histoire » de la société selon son président exécutif, Stéphane Israël.

« La fourniture de services de lancement de charges lourdes dans le cadre du Projet de la constellation Kuiper » désormais financé par Amazon permettra à l’ASE de mettre en orbite 35 satellites par lancement avec une prévision de 6 tirs par an pendant trois ans.

Amazon, qui diversifie largement le champ de ses activités économiques, a prévu de positionner pas moins de 3236 satellites en 5 ans.

L’aura d’Amazon

Toutefois, Amazon est accusé par des ONG, des députés français et européens, d’évasion fiscale. Par ailleurs, Attac, les Amis de la Terre, Droit au Logement et l’Union Syndicale Solidaire accusent la société américaine d’avoir un impact désastreux sur l’environnement et d’infliger des conditions de travail déplorables à ses salarié.e.s. Le ministère de la Culture et le Syndicat de la Librairie française pointent également Amazon du doigt pour ses pratiques commerciales agressives. Toutes ces accusations ne semblent pas freiner la France et l’Europe dans leur volonté de s’associer avec le géant américain.

La pollution terrestre sera-t-elle reproduite dans l’espace malgré la catastrophe climatique à nos portes ? La volonté de conquête spatiale européenne(3) mettra-t-elle un voile sur ces enjeux ? Peut-on convenir aussi aisément d’une telle collaboration sans entendre les palpitations de la planète ?

Et si le désaccord géopolitique franco-russe avait signé la première guerre … spatiale ?

P. Nathalie DESIREE

 

(1) Zone formée par l’agglutination de satellites mis en orbite

(2) ex WorldVu, mégaconstellation de 650 satellites de télécommunication de 150 kilo circulant sur une orbite basse permettant l’accès à l’internet à haut débit dans les régions mal desservies par les liaisons terrestres. Elle devrait atteindre 6372 satellites selon l’étude en cours

(3) consulter l’article “Algérie et Guyane : Spots de l’histoire du Spatial français” sur   https://lamediacuscitech.wixsite.com/gwankarayib-e-sud/post/algerie-et-guyane-spots-de-l-histoire-du-spatial-francais

 

Sources :

https://www.futura-sciences.com/sciences/actualites/acces-espace-conflit-ukraine-russie-suspend-utilisation-soyouz-depuis-kourou-marque-point-97007/

https://www.sciencesetavenir.fr/espace/internet-spatial-contrats-geants-d-amazon-avec-trois-lanceurs-dont-ariane-6_162701

 

Du code-barres au QR code, ce qu’ils nous racontent…

Par Mari le Diraison, promotion 2021-2022

 

 

Depuis quelques années le QR code s’est inséré dans notre vie quotidienne. La banalité de son usage, du passe-sanitaire aux panneaux publicitaires, en passant par les cartes de restaurants aux cartels d’exposition, témoigne de l’accessibilité des technologies dans notre société moderne ainsi que l’entreprise qu’elles exercent sur nos vies. 

 

Un peu d’histoire nous permettra d’éclairer l’interprétation de ce dispositif. Lee QR code a pour ancêtre le code-barres, et tous deux trouvent leurs origines dans le secteur de l’industrie. Ces signes de notre modernité agissent comme médiation entre la matérialité d’un objet et son identité virtuelle, ils sont une porte entre deux mondes : le monde physique et le monde numérique. Créés dans une logique économique, ils sont les symboles des mutations du capitalisme dans son ensemble. 

Tout commence en 1952, quand Bernard Silver et Norman Joseph, deux ingénieurs américains, s’inspirent du code Morse et proposent un nouveau dispositif : des points et des barres qui se succèdent pour transmettre une information. Partant d’une motivation commerciale, le but de cette innovation était d’accélérer le travail et la productivité. L’idée était née, mais son usage quotidien n’était pas encore possible, il nécessitait quelques améliorations. C’est en 1976 que Georges Laurer propose la forme finale du code-barres tel qu’on le connait aujourd’hui. Mais il faudra attendre la fin des années 1980 pour qu’il se standardise et s’impose sur toutes les marchandises du monde. Ce dispositif se présente alors comme un véritable jackpot dans le secteur industriel : il augmente la productivité du travail et facilite la collecte d’informations qui serviront à guider la production industrielle. 

Quelques années plus tard, en 1994, le QR code fait son apparition dans le secteur de l’automobile au Japon. Acronyme de Quick Response Code, c’est un type de code-barres au design de labyrinthe en noir et blanc, capable de stocker une grande quantité d’informations. Cette fois-ci c’est surtout une motivation logistique qui poussera l’ingénieur Taiichi Ohno, grand maître d’œuvre de l’organisation scientifique du travail, à créer ce dispositif pour améliorer la production de l’entreprise Toyota dans laquelle il travaillait. 200 fois plus puissant qu’un code-barres standard, il aura dû attendre le passe sanitaire pour percer chez nous.

L’histoire de ces dispositifs témoigne en premier lieux de la part industrielle entourant chaque innovation informatique. Si la technologie et l’avancée des sciences et techniques ont rendu cela possible, c’est avant tout une motivation commerciale, logistique et économique qui poussent à l’innovation. De plus, l’exemple du code-barres et du QR code nous montre l’enjeu du progrès technique dans l’organisation sociale et économique. Que ce soit dans le secteur marchand, administratif, médical, culturel ou éducatif, le QR code s’est inséré dans tous les domaines et a mainte fois prouvé sa valeur, notamment durant durant la crise sanitaire. La simplicité apparente de cette technologie, ainsi que son accessibilité font qu’elle a réussie à se fonder très facilement et à une vitesse ahurissante dans nos vies quotidiennes. La standardisation de ce dispositif témoigne en second lieu de la démocratisation et de l’accessibilité des nouvelles technologies. Symboles du progrès technique dans notre société moderne où tout nous semble pouvoir être simplifié et amélioré, ce genre de technologie apporte des avantages tels que nous faisons abstraction des inconvénients qu’elle peut apporter. 

Le code-barres et le QR code, quel que soit le contexte d’usage, ont su répondre aux besoins et aux désirs de notre société. Difficile de les diaboliser. Pourtant, ils poussent à remettre en question certaines normes d’usage, et à s’interroger sur ka place que nous donnons aux technologies dans nos vies. Avons-nous réellement besoin d’un QR code remplaçant les menus de restaurant ? Est-ce nécessaire à la médiation culturelle d’un musée de disposer un QR code sous chaque œuvre, donnant des explicatifs au lieu de faire appel à un guide ? Comme les nombreuses applications sur votre smartphone, nombre de leurs usages ne sont pas nécessaires, mais ils le semblent pour nous. Les technologies, par leur accessibilité et leur pouvoir de simplifier nos actions quotidiennes, permettent de créer des besoins imaginaires et de nouveaux désirs insatiables, car le consommateur en veut toujours plus. Signes du langage du commerce, de la grande distribution, de la consommation de masse et du toujours plus, ils sont aussi les symboles de notre société capitaliste, dans laquelle la vitesse, la productivité et l’efficacité sont devenus le nouvel orgasme de l’être humain contemporain. La performance de la technologie et de l’informatique permet de rentabiliser et de simplifier nombre de nos actions quotidiennes, mais cela au détriment de l’humain et de la relation sociale. Des caisses automatiques aux bornes dans les gares, ou encore internet, reliant tout ce qui est dans ce monde sans les contraintes de la matérialité et du face à face, ces phénomènes on transformé la pensé moderne, et marquent la naissance d’un nouveau paradigme où notre relation au monde et à l’autre s’est transformé. Bien qu’ils nous facilitent la vie, de nombreuses conséquences en émanent, et parfois néfastes. L’avancée des sciences et techniques et leur insertion dans nos vies se font à une vitesse telle que nous ne prenons pas toujours du recul face à elles. Désormais omniprésentes, il nous parait difficile de vivre sans toutes ces technologies. Crées pour nous servir, leurs usages ont un pouvoir considérable sur nos vies, tant que nous en sommes parfois soumis, et ce sans que nous nous en rendions compte. 

Finalement, le QR code, symbole des technologies invasives, nous poussent à nous interroger sur notre manière de vivre et la place que nous donnons à ce genre de dispositif. Leurs avantages nous paraissent directement, nous remarquons tout de suite ce qu’ils nous apportent. A contrario, les désavantages peuvent êtres perçus que si nous prenons du recul et que nous remettons en question les normes d’usage qui régissent nos vies. Enfon, ce n’est pas un appel au boycott, ou a la lutte contre le progrès technique, mais un encouragement à la prise de recul et à la remise en question. Pour Simone Weil, le progrès technique apporte plus d’inconvénients que d’avantages. Avait-elles raison ? A vous d’y réfléchir… 

L’impossible débat public sur le nucléaire

Par Adélaïde Robault (promotion 2022)

centrale nucléaire
©Carol M. Highsmith

 

La décision de construire de nouvelles centrales, annoncée par Emmanuel Macron, s’est fait sans concertation préalable, au grand regret des opposants au nucléaire et des défenseurs de la démocratie participative. Mais un débat sur ce sujet est-il possible ?

 

Le président de la République ne s’est pas embarrassé de consulter l’Assemblée nationale ou les Français avant de dévoiler, le 9 novembre dernier, un plan de relance du nucléaire civil qui prévoit la construction d’une nouvelle génération de réacteurs, les SMR (small modular reactors, ou petits réacteurs modulaires). Aucun débat public sur la question n’est prévu à ce jour alors qu’il s’agit « d’un choix démocratique majeur engageant les générations futures » a relevé la Commission nationale du débat public (CNDP). Cette instance indépendante, dont la mission est justement d’organiser des débats publics sur des projets qui touchent à l’environnement, s’est poliment mais fermement exprimée sur le sujet dans son avis du 1 décembre 2021. Elle y déplore que « les annonces de la relance ont été formulées avant toute procédure de participation du public prévue par les conventions internationales, en particulier la convention d’Aarhus sur l’accès à l’information ; la participation du public au processus décisionnel et l’accès à la justice en matière d’environnement, ainsi que l’article 7 de la Charte de l’environnement, de portée constitutionnelle ». En clair, l’exécutif ne respecte pas ses engagements nationaux et internationaux. « Dans tous les cas, la CNDP sera saisie projet par projet comme le prévoit le Code de l’environnement, précise sa présidente, Chantal Jouanno, mais la recommandation du 1 décembre demande un débat public sur la politique générale d’ensemble sur la place et le besoin du nucléaire dans la transition ». Sauf que rien n’oblige le gouvernement à aller dans ce sens et que toute possibilité de consultation citoyenne a tout bonnement été rayée du Plan de programmation pluriannuel sur l’énergie. Affaire réglée donc, dans le dos de la CNDP si on en croit sa présidente qui regrette d’avoir découvert ce tour de passe-passe a postériori.

 

« Chevelus », « khmers verts », les militants antinucléaires sont caricaturés par leurs adversaires

 

Quand bien même un débat public était envisagé, comment l’organiser de manière équilibré, dans de bonnes conditions avec un sujet clivant, technique, idéologique et parasité par de nombreux biais. Chez Sortir du nucléaire, une fédération de 895 associations, on ne veut pas discuter mais arrêter le nucléaire. Le plan de relance a « sonné » les militants. «  Il y a un défaitisme chez les anciens antinuc, c’est compliqué de leur demander de débattre du nucléaire civil, c’est une question qu’on aurait du poser il y a quarante ans mais c’est trop tard, témoigne Angélique Huguin, administratrice du réseau Sortir du nucléaire. Et comment débattre alors qu’on est de la génération « fée électricité », maintenant que toute la population est habituée à l’électricité et que la radioactivité reste invisible ? Comment être audible alors qu’on est caricaturés par certaines figure médiatiques comme Jean-Marc Jancovici, ou traités de gauchistes, de sectaires, de khmers verts ? comment se faire entendre ? voilà ce qui fausse le contexte et la possibilité de la discussion ». La bataille de la communication et de l’image fait rage. « Les youtubeurs qui vont voir l’Andra (Agence nationale pour la gestion des déchets radioactifs) croient rencontrer des scientifiques, et nous on est que des chevelus » résume la militante. Sous entendu des hippies idéologues et non des experts dotés d’un argument d’autorité.

 

« Un débat national demande entre 1,8 à 2 millions d’euros au minimum »

 

En plus d’exiger un cadre neutre débarrassé des a priori idéologiques et des clichés véhiculés par les uns et les autres, la tenue d’un débat public dépend d’un paramètre essentiel : l’argent. Les associations savent qu’elles auront du mal à rivaliser avec les experts « en blouse blanche » et les industriels concernant les moyens de communication et la possibilité d’effectuer certaines recherches scientifiques pour nourrir les échanges. Quant à la CNDP, elle ne possède qu’un budget de fonctionnement et une équipe de 13 salariés. Le travail de terrain qu’elle effectue sous forme de rencontres, d’ateliers, avec les citoyens volontaires, sur des projets d’infrastructures qui touchent à l’environnement (implantations d’éoliennes, projets de transports,…), est financé par un fond spécial, abondé par les maitres d’ouvrage et les responsables de chaque projet concerné. L’Etat dans le cas du nucléaire. « Un débat national demande entre 1,8 à 2 millions d’euros au minimum. Il faudrait une campagne de communication énorme, acheter des espaces, car l’un des enjeux majeurs serait que tout le monde soit informé » précise Chantal Jouanno. Un investissement de taille pour répondre aussi à trois prérequis posés par la CNDP : la transparence de l’information, son accessibilité et sa compréhensibilité. L’information disponible sur le nucléaire répond-elle à ces exigences ? « Le sujet de la transparence est très clivant. On nous renvoie le secret défense ou industriel ce qui crée des tensions et est très mal vécu par le public comme on l’a vu lors du débat sur la centrale de Penly, en 2010, rapporte la présidente de la CNDP. Nous n’avons pas été confrontés à cette difficulté dans le débat sur le plan de gestion des déchets du fait que la Cour des comptes a beaucoup publié sur le nucléaire ». Concernant l’accessibilité de l’information, la CNDP rassemble les données de l’Etat, des associations et de la Cour des comptes. Quant à la compréhensibilité, elle commande des outils de communication (films, etc) pour faire de la pédagogie.

 

Entre bataille de l’image et de communication, enjeux industriels et militaires, débattre collectivement du nucléaire semble hypothétique et les choix politiques en la matière relever du domaine réservé de l’exécutif. A cela s’ajoute le calendrier de 2022 et l’élection présidentielle qui favorise d’avantage les tensions que la sérénité espérée pour confronter calmement les opinions divergentes. L’annonce de la relance de la filière a de facto propulsé le sujet dans la campagne et obligé les candidats à prendre position, ce qui peut être interprété comme une stratégie pour lancer le débat public sans impliquer l’État, lequel se contentera de regarder comment chaque camp s’affronte.

La PAVAC, une innovation réunionnaise

Par Aurélie Brulle (promotion 2022)

Crédit photo de couverture : la1ere.francetvinfo.fr

 

À La Réunion, le programme réunionnais de pêche de prévention fait suite aux programmes CAPREQUINS 1 et 2 avec un même objectif : éliminer les individus de requins tigre ou bouledogue présents dans les zones côtières. Tuer les requins limiterait le risque d’attaques de squales dans les zones d’activités nautiques et de baignade.

La pêche préventive de requins s’effectue avec un filet ou une palangre (drumline), techniques utilisées partout dans le monde (McPhee et al., 2021). La palangre verticale est un fil de pêche avec un appât relié à des flotteurs et maintenue au fond par une ancre (image 1). Cette technique entraîne la capture d’espèces non ciblées, comme les tortues marines ou les dauphins. Ces prises accessoires posent un problème environnemental et éthique, car la majorité des animaux ne survivent pas. Plusieurs techniques ont été testées en Australie pour diminuer ces prises accessoires, comme modifier les hameçons ou ajouter des filets (Sumpton et al., 2010). Cependant, aucune ne semble fonctionner.

Image 1 : palangre verticale classique de pêche aux requins (crédit : Aurélie Brulle).

 

À la Réunion, la palangre verticale a été améliorée par l’ajout d’une innovation technique : le système “Catch-A-Live”©. La palangre verticale avec alerte de capture (PAVAC), ou SMART drumline, permet d’augmenter le taux de survie des espèces non cibles (Guyomard et al., 2019). En effet, le système “Catch-A-Live”© se déclenche dès qu’un animal capturé tire sur l’hameçon de la palangre. Équipée d’un GPS, l’alerte de capture (image 2) permet aux pêcheurs de se rendre rapidement à la palangre concernée pour libérer le plus vite possible les espèces non cibles. À l’arrivée des pêcheurs au niveau de la PAVAC, presque 87% des animaux capturés étaient vivants (cibles ou non), avec de grandes variabilités selon les espèces (Guyomard et al., 2019). Ce résultat est bien meilleur que ceux obtenus avec des palangres classiques en Australie (Sumpton et al., 2011) et en Afrique du Sud (Cliff et Dudley, 2011).

Image 2 : palangre verticaleavec alerte de capture (crédit : www.info-requin.re).

Intéressés par la PAVAC, qu’ils qualifient eux-mêmes d’innovation, les Australiens l’ont testée pendant 2 ans, en Australie occidentale, de 2019 à 2021, sur les grands requins blancs (rapport DPIRD 2021). Plus de 90% des animaux capturés ont été relâchés vivants, confirmant que la technique est efficace, à condition que l’animal soit rapidement retiré de la palangre (rapport DPIRD 2021). Malheureusement, la mesure n’a pas fonctionné pour capturer les grands requins blancs, alors même que des individus ont été repérés à proximité des PAVAC.

 

Comme toute technique, innovante ou non, la PAVAC est source de controverses. Le stress et les blessures engendrées par la capture peuvent affecter la survie des prises accessoires relâchées (Skomal, 2007). En 2020, un programme de marquage acoustique a donc été mis en place à La Réunion, pour vérifier la survie à long terme des animaux relâchés après leur capture par une PAVAC. La mise à mort des requins est de plus en plus controversée à travers le monde (Meeuwig and Ferreira, 2014 ; Gibbs and Warren, 2015). Y compris à La Réunion, où des associations écologistes comme Sea Shepherd luttent pour les stopper. En effet, la mise à mort n’est pas une obligation. Depuis 1989, à KwaZulu-Natal en Afrique du Sud, tous les requins capturés vivants, dont même considérés comme dangereux pour les humains, sont relâchés à distance des côtes, sans augmentation du nombre d’attaques (Cliff et Dudley, 2011).

 

Sources :

Cliff G., Dudley S.F.J. Reducing the environmental impact of shark-controlprograms: a case study from KwaZulu-Natal, South Africa. Marine and Freshwater Research. 2011(62): 700-709.

DPIRD. Results of the non-lethal SMART drumline trial in south-western Australia between 21 february 2019 and 20 february 2021. Fisheries Occasional Publication n°140. Mai 2021. Department of Primary Industries and Regional Development, Western Australia. 48 p.

Gibbs L., Warren A. Transforming shark hazard policy: Learning from ocean-users and shark encounter in Western Australia. Marine Policy. 2015(58): 116-124.

Guyomard D., Perry C., Tournoux P.U., Cliff G., Peddemors V., Jacquemet S. An innovative fishing gear to enhance the release of non-target species in coastal shark-control programs: The SMART (shark management alert in real-time) drumline. Fisheries research. 2019(216): 6-17.

McPhee D., Blount C., Lincoln Smith M., Peddemors V. A comparison of alternative systems to catch and kill for mitigating unprovoked shark bite on bathers or surfers at ocean beaches. Ocean & Coastal Management. 2021(201): 105492.

Meeuwig J., Ferreira L. Moving beyond lethal programs for shark hazard mitigation. Animal Conservation 2014(17): 297-298.

Skomal G.B. Evaluating the physiological and physical consequences of capture on post-release survivorship in large pelagic fishes. Fisheries Management and Ecology. 2007(14): 81-89.

Sumpton W., Lane B., Ham A. Gear modifications and alternative baits that reduce bait scavenging and minimize by-catch on baited drum-lines used in the Queensland shark control program. Proceedings of the Royal Society of Queensland. 2010(116): 23-34.

Sumpton W., Taylor S.M., Gribble N.A., McPherson G., Ham T. Gear selectivity of large-mesh nets and drumlines used to catch sharks in the Queensland Shark Control Program. African journal of marine science. 2011(33): 37-43.

Greffes de reins de porcs : un futur qui a une longue histoire

Ces derniers mois ont été le théâtre de révolutions en matière de greffes dans un contexte de chute de dons d’organes humains. Des organes provenant de porcs ont pu être greffés avec succès à des patients humains. Essayer de greffer des organes d’animaux à des humains est une longue histoire, composée de nombreux échecs. Mais, ces échecs ont permis d’arriver aux victoires d’aujourd’hui.

Durant la fin de l’année 2021 et le début de 2022, plusieurs équipes médicales ont fait des avancées majeures dans la recherche sur les greffes d’organes d’animaux sur l’Homme. Il s’agit de xénogreffes. Le donneur est ici un porc et le receveur un humain. Le 25 septembre et le 21 novembre 2021, une équipe de l’Université de New York a réussi à greffer a un homme en état de mort cérébrale un rein provenant d’un porc génétiquement modifié. Celui-ci a été placé à l’extérieur du corps et connecté à la jambe du patient. Cette technique permet d’observer si le rein produit de l’urine, signe de la réussite de la greffe. Le 30 septembre 2021, une équipe de l’Université d’Alabama à Birmingham a réussi à greffer à l’intérieur d’un corps humain deux reins porcins génétiquement modifiés. Ceux-ci ont été greffé à un homme de 57 ans. Ils ont filtré le sang et produit de l’urine. Puis, le 7 janvier 2022, un homme a bénéficié de la greffe d’un cœur porcin génétiquement modifié. Cette opération a été réalisé par une équipe médicale de l’Université de médecine du Maryland.

Ces xénogreffes interviennent dans un contexte où les listes d’attentes pour des greffes de ne font que grandir. Cela s’est aggravé depuis mars 2020 à cause de la pandémie. Pouvoir greffer des organes issus de porcs élevés pour est source d’espoirs.

Réussir à parer à la défaillance d’un organe humain est un but recherché par de nombreux scientifiques depuis de longues années. Les greffes rénales furent les premières greffes réalisées chez l’Homme. D’abord parce qu’il est possible de vivre avec un seul rein. De plus, la taille des vaisseaux et la fonction de filtration du rein sont faciles à reconstruire. Même si les xénogreffes nous paraissent révolutionnaire aujourd’hui, les premiers reins greffés étaient des reins d’animaux. Le premier à tenter l’expérience fut, en 1906, Mathieu Jaboulay, chirurgien à Lyon. Il greffa un rein de porc sur les vaisseaux du coude d’une jeune femme souffrant d’insuffisance rénale grave. Dans la femme décéda. Ernest Unger retenta l’expérience en 1909 à Berlin. Il greffa deux reins de macaques, d’un bloc, à une jeune fille souffrant d’une maladie rénale en phase terminale. Même si une faible production d’urine fut observé, la jeune fille mourut au bout de 32 heures. Puis en 1913, Schonstadt essaya à son tour. Il greffa un rein de singe japonais sur les vaisseaux du coude d’une jeune fille. Celle-ci mourut au bout de 60 heures. Mais, le rein produisit de l’urine. À partir de ces expériences, les médecins démontrèrent l’absence de survie des organes lors de xénogreffes. L’hypothèse d’une réaction immunitaire à l’origine du rejet des organes germa.

En 1923, Williamson à la Mayo Clinic travailla sur la réaction de rejet. Il mit en évidence les atteintes tissulaires des organes greffés. Il insista sur la nécessité de trouver des donneurs compatibles avec les receveurs. Il proposa les groupes sanguins comme critère de compatibilité. À sa suite, Holman au John Hopkins Hospital démontra que greffer à plusieurs reprises un organe ou un tissu d’un même donneur au même individu provoque un rejet de plus en plus rapide et de plus en plus fort.

Ce n’est qu’en 1933 que les premières greffes entre humains furent réalisées. Le chirurgien russe Yuri Voronoy tenta la première greffe d’un rein issu d’un donneur mort. Il le greffa au niveau de la cuisse d’une femme dont c’était le dernier espoir. Bien qu’une faible production d’urine fut observée, la jeune femme décéda au bout de 4 jours. Voronoy fut le premier à démontrer que la réaction de rejet est bien une réaction immunitaire. C’est en 1950 que Lawler à Chicago greffa à une patiente un rein en lieu et place du rein malade. Mais, la patiente décéda au bout de 60 jours. Le premier succès fut une greffe rénale entre deux jumeaux identiques. Ce sont Murray et Merril qui réalisèrent cela à Boston en 1954. L’identité génétique des jumeaux permit d’éviter que l’organe soit rejeté par le système immunitaire du receveur.

À partir de années 1960, la recherche scientifique aboutit à différentes solutions pour éviter le rejet lors d’une greffe. Il s’agit d’affaiblir le système immunitaire du receveur. Une technique, toujours utilisée, est médicamenteuse. Mais il y a des limites. Les doses de médicaments ne peuvent être trop fortes. Il est donc essentiel que donneur et receveur présente une grande similarité. Bien que les premières greffes ai été réalisé avec des organes d’animaux, les xénogreffes furent abandonnées. En effet, les réaction de rejet étaient bien trop fortes et il n’y avait pas de possibilité de les contrer.

Mais alors, qu’est-ce qui a changé depuis ?

Les xénogreffes réalisées ces derniers mois ont été des succès. Les organes greffés proviennent de lignés de porcs modifiés génétiquement. La première modification vise à supprimer un motif présent à la surface des cellules porcines. Il est composé de deux sucres : alpha-Gal. Le système immunitaire humain le reconnaît comme un danger. Il va alors réagir extrêmement fort et rapidement à ce motif. On parle alors de rejet hyper aigu. L’organe greffé est détruit en quelques minutes. Des scientifiques cherchent à supprimer ce motifs à la surface des organes porcins depuis 1993. Les premières lignées de porcs ne les produisant pas ont vues le jour en 2002. On parle de porcs Gal-KO. D’autres éléments sont reconnus par le système immunitaire humain. Les techniques de génie génétiques ont grandement évoluées ces dernières années. Ainsi, la technique CRISPR-Cas9 permet de créer des lignées porcines ayant plus de dix modifications de leur génomes. Les organes de ces porcs sont bien mieux tolérés par les receveurs humains lors de greffes. Cela est associé à des avancées dans la recherche médicamenteuse. De nouvelles substances permettent de diminuer la réaction du système immunitaire du receveur. Les xénogreffes redeviennent un espoir.

Sources :

https://www.francetvinfo.fr/sante/soigner/don-d-organes/transplantation-d-un-rein-de-porc-sur-un-humain-c-est-un-espoir-majeur-analyse-un-specialiste_4816277.html

https://www.francetvinfo.fr/sante/soigner/don-d-organes/dons-et-greffes-d-organes-l-agence-de-biomedecine-espere-retrouver-cette-annee-le-niveau-d-avant-la-crise-du-covid-19_4673803.html

https://www.reuters.com/business/healthcare-pharmaceuticals/us-surgeons-successfully-test-pig-kidney-transplant-human-patient-2021-10-19/

https://www.franceculture.fr/emissions/le-journal-des-sciences/la-premiere-greffe-d-un-rein-de-porc-chez-l-humain

https://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S0003394402008209

https://www.revmed.ch/view/642850/5029603/RMS_117_1632.pdf

https://www.agence-biomedecine.fr/annexes/bilan2016/donnees/organes/06-rein/synthese.htm

https://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S0001407919302298

https://journals.openedition.org/terrain/13610#tocto1n4

https://www.researchgate.net/profile/Beatrice-Charreau/publication/272873864_La_xenogreffe_chez_l’homme_acquis_et_perspectives/links/54f5b9550cf226f2a49dfc41/La-xenogreffe-chez-lhomme-acquis-et-perspectives.pdf

https://www.umms.org/ummc/news/2022/first-successful-transplant-of-porcine-heart-into-adult-human-heart

https://www.ccne-ethique.fr/sites/default/files/publications/avis061.pdf

https://www.medecinesciences.org/en/articles/medsci/full_html/2005/03/medsci2005213p302/medsci2005213p302.html

Exposition scientifique “Océans et mers plastifiés”

Oceans_et_mers_plastifiés

 

Conçue par des spécialistes des milieux marins, “Océans et mers plastifiés” pointe l’impact de notre consommation, de nos modes de production et de notre vie quotidienne sur les fleuves, les mers et l’océan.

A travers six thèmes majeurs, le visiteur découvre l’origine de la pollution plastique des océans, sa circulation, son accumulation et sa fragmentation pour terminer en microplastiques. Les impacts, non seulement sur la vie marine mais aussi sur notre planète et ses habitants ne vous laisseront pas indifférents. Et oui ! le plastique ne disparaît jamais. Pire encore, il entre désormais dans la chaîne alimentaire. Sur une note plus positive, les actions de l’association Expédition MED sont présentées en fin de circuit, ainsi que des solutions et des alternatives au plastique.

Créée par l’association Expédition MED, cette exposition itinérante a posé ses valises au pavillon de l’eau de Paris depuis le 05 octobre 2021 et ce jusqu’à la fin de l’année 2022. Elle se veut pédagogique et scientifique, accessible quels que soient votre niveau scientifique et votre âge. Le sujet vous intéresse ? Alors foncez !



Lieu : Pavillon de l’eau, 77 avenue de Versailles, 75016 Paris – 01 42 24 54 02

Horaires : visite libre et gratuite tous les mercredis de 10h00 à 17h00 et le premier dimanche du mois de 13h30 à 18h00.



Pour en savoir plus : https://www.expedition-med.org/nos-actions/les-expositions-oceans-et-mers-plastifies/



Cette exposition est également à retrouver à travers la France :

– Montbéliard : Espace Damassine, du 1er juin au 31 août 2022

– Laval : Agglo Hôtel communautaire, du 1 octobre au 30 novembre 2022

– Métropole de Rouen Normandie de mars à novembre 2023.

Comment prévoir et gérer une éruption volcanique ?

Eruption du volcan Cumbre Vieja

 

Le 19 septembre 2021, le volcan Cumbre vieja entre en éruption, entrainant le déplacement de plus de 5000 personnes dans les heures qui suivent. Les observations des jours précédents laissaient pourtant présager une éruption dans cette zone volcanique. Malgré une surveillance accrue des scientifiques, ces phénomènes restent en partie imprévisibles. L’exemple du Cumbre Vieja est l’occasion de revenir sur ce que peuvent prévoir les volcanologues et comment est géré le risque volcanique.

Si les volcans ont longtemps été un mystère pour l’humanité, les progrès de la volcanologie depuis la seconde moitié du XXe siècle permettent néanmoins d’avoir une idée des dangers à venir1. Le risque volcanique peut être apprécié par deux principales variables2. La première d’entre elles est l’activité sismique de la zone, c’est-à-dire les tremblements de terre qui témoignent de l’activité souterraine du volcan observé. Ces petits séismes sont appelés « trémors ». Dans le cas de La Palma, plus de 1000 tremblements de cette sorte ont été enregistrés la semaine précédant l’éruption (on parle alors d’essaim sismique)3.

L’autre variable étudiée est la déformation de la terre à la surface provoquée par les mouvements souterrains. Des chercheurs espagnols avaient justement publié une étude sur La Palma en janvier 20214. Grâce à l’analyse d’images satellites, les scientifiques avaient pu mettre en évidence que l’activité volcanique était à l’origine de légères déformations depuis une dizaine d’années dans le sud de l’île.

Il faut cependant noter que ces indicateurs ne permettent pas de déterminer quand une éruption va avoir lieu, ni même si elle va avoir lieu. Les scientifiques restent donc mesurés dans leurs conclusions. Dans l’étude sur La Palma publiée début 2021, les auteurs précisaient que les troubles observés ne présageaient probablement pas d’une éruption avant une décennie5. Trois jours avant le début de l’éruption, David Calvo, de l’Institut Volcanologique des Canaries (INVOLCAN), parlait d’une « probable éruption » qui pourrait avoir lieu dans « des semaines, des mois, voire des années »6.

Gérer le risque volcanique

On l’aura compris, la décision d’évacuer une zone à risques est donc compliquée à prendre. Les éruptions étant incertaines, les politiques doivent arbitrer entre le danger volcanique et les coûts socio-économiques du déplacement des populations. Une mauvaise décision peut entrainer des drames humains (exemple du Nevado del Ruiz en 1985) ou des coûts sociaux et économiques importants et avoir un impact négatif sur la légitimité des scientifiques ayant donné l’alerte et des politiques ayant pris la décision7.

Les zones à risques volcaniques se dotent généralement d’institutions, mêlant scientifiques et autorités locales, dont est but est justement de prévenir les dangers. Aux Canaries, cette organisation est la PEVOLCA. Mise en place en 2018 par le gouvernement canarien, elle est composée de comités de direction et de coordination, conseillés par un « Comité scientifique d’évaluation et de surveillance des phénomènes volcaniques ». Ce dernier est chargé d’alerter les comités de direction et de coordination en cas d’anomalie et d’établir la dangerosité des situations sur une échelle allant de 1 à 4 (le niveau 1 signifiant qu’une éruption à court terme est peu probable, le niveau 4 étant une situation d’urgence, d’éruption volcanique)8. L’essaim sismique précédant l’éruption avait fait passer le niveau d’alerte de 1 à 2 le 14 septembre. La population était donc au courant du risque et les autorités locales prêtes à intervenir en cas de danger. Le 19 septembre, l’importante activité sismique du Cumbre Vieja entraine l’évacuation des personnes à mobilité réduite dans la matinée9. Le volcan entre en éruption dans l’après-midi et plus de 5000 personnes sont déplacées dans les heures qui suivent.

Le Cumbre Vieja restera en activité pendant presque trois mois et entrainera l’évacuation de plus de 7000 personnes (sur les 83000 que compte l’île), la destruction de 3000 bâtiments et d’importants dégâts sur les cultures. La surveillance des scientifiques et les plans mis en place par les autorités auront au moins évité que cet épisode devienne un drame humain (aucun mort)10. Cet événement nous rappelle que, malgré les progrès scientifiques de ces dernières décennies, les éruptions volcaniques restent des phénomènes en partie imprévisibles face auxquels les populations et les autorités doivent réagir rapidement.


sources :

1 Richet, Pascale, « L’imaginaire des volcans et les progrès de la volcanologie », In. Comité français d’histoire de la géologie, Troisième série, T.XXI, 2007, consulté en ligne le 20/12/2021 : http://www.annales.org/archives/cofrhigeo/volcans.html

2 Futura Science. « Volcan : surveillance, prévision et prévention ». Publié le 07/11/2016, consulté en ligne le 03/01/2022 : https://www.futura-sciences.com/planete/dossiers/volcanologie-risques-volcaniques-441/page/4/

3 Courrier International. « Espagne. Les îles Canaries craignent la survenue d’une éruption volcanique ». Publié le 16/09/2021, consulté en ligne le 03/01/2022 : https://www.courrierinternational.com/article/espagne-les-iles-canaries-craignent-la-survenue-dune-eruption-volcanique

4 José Fernández, Joaquín Escayo, Zhongbo Hu, Antonio G. Camacho, Sergey V. Samsonov, Juan F. Prieto, Kristy F.Tiampo, Mimmo Palano, Jordi J. Mallorquí & EumenioAncochea, « Detection of volcanic unrest onset in La Palma, Canary Islands, evolution and implications », In. Nature, Scientific Reports, 15p. Publié le 28 janvier 2021, consulté en ligne le 03/01/2022 : https://www.nature.com/articles/s41598-021-82292-3

5 Ibid. p1.

6 Diaro de Avisos. « La Palma continúa dando pasos hacia una “potencial erupción” ». Publié le 16/09/2021, consulté en ligne le 04/01/2022 : https://diariodeavisos.elespanol.com/2021/09/la-palma-continua-dando-pasos-hacia-una-potencial-erupcion/

7 Gouvernement du Canada, « Comment peut-on prévoir le moment où un volcan entrera en éruption, et comment se prépare-t-on à une éruption ? ». Publié le 19/03/2020, consulté en ligne le 05/01/2022 : https://scir.rncan.gc.ca/volcano-volcan/how-comment-fr.php

8 Gobierno de Canarias, « Plan Especial De Protección Civil Y Atención De Emergencias Por Riesgo Volcánico En La Comunidad Autónoma De Canarias (PEVOLCA) », In. Boletín Oficial de Canarias, n. 154, 09/08/2018, pp.26312-26542. Consulté en ligne le 03/01/2022 : https://www.involcan.org/wp-content/uploads/2018/10/boc-a-2018-154-3785.pdf

9 Europapress. «Comienza la evacuación preventiva de personas con movilidad reducida en núcleos de riesgo de La Palma ». Publié le 19/09/2021, consulté en ligne le 06/01/2022 : https://www.europapress.es/islas-canarias/noticia-comienza-evacuacion-preventiva-personas-movilidad-reducida-nucleos-riesgo-20210919145001.html

10 Futura sciences « Quel bilan pour les 3 mois d’éruption volcanique du Cumbre Vieja ? ». Publié le 06/01/2022, consulté en ligne le 08/01/2022 : https://www.futura-sciences.com/planete/actualites/volcan-bilan-3-mois-eruption-volcanique-cumbre-vieja-5243/

Le blob : qu’est-ce que c’est ?

De son petit nom savant Physarum Polycephalum, le blob n’est ni un animal, ni un végétal, ni un champignon. Il est généralement jaune, informe, à la texture spongieuse et bouge très lentement (2 à 4cm par heure). Ce curieux organisme est totalement dépourvu de cerveau ou d’appareil digestif. Il n’a ni jambes pour se déplacer, ni bouche pour manger. Le blob, qui a l’air de sortir tout droit d’un film de science-fiction, se révèle être une étrange créature, insolite, nous réservant de multiples surprises !


Son surnom « blob » a été inspiré par le film « The Blob » avec Steve McQueen (1958). Le film raconte l’histoire d’un organisme extraterrestre gélatineux arrivant sur Terre et dévorant tout sur son passage. Heureusement pour nous, le blob terrien est inoffensif.

Selon des études sur son génome, le blob serait apparu il y a 500 millions à 1 milliard d’années, soit bien avant l’arrivée des végétaux et animaux (430 à 500 millions d’années).

À ce jour, il existe 1000 espèces différentes de blobs répertoriées. Il est présent sur toute la planète, sous n’importe quel climat. Pour en trouver, il faut d’abord un peu de chance et fouiller dans les zones humides forestières. En général, les blobs aiment l’humidité et l’obscurité et adorent s’agglutiner sur du bois mort. Nous pouvons également trouver certaines espèces dans notre jardin, notamment dans le composteur car le blob raffole de la décomposition.

 

Un organisme intelligent et grandissant

Le blob est unicellulaire, il ne possède donc qu’une seule et unique cellule, avec plusieurs noyaux. Le blob grandit au gré des divisions de ses noyaux.

Il est capable d’atteindre une taille gigantesque contenant des milliards de noyaux. Sa plus grande taille jamais observée dans un laboratoire est de 5 m2, et dans un milieu naturel, un blob s’étendait jusqu’à 1.3 km2 (soit 138 terrains de football). Mais nous sommes loin du blob envahisseur de notre film de 1958. À maturité, le blob disparaît en dispersant de multiples spores dans l’environnement.

Le blob est doté d’une certaine intelligence sans posséder de cerveau et il a même de la mémoire. Il est capable d’apprendre, et de résoudre des problèmes complexes comme trouver le chemin le plus court dans un labyrinthe. De plus, il peut transmettre de nombreuses informations en fusionnant avec ses congénères.

Il a une capacité d’adaptation assez exceptionnelle, il peut modifier ses goûts, son comportement selon son environnement et se révèle également être sensible au stress.

 

Le blob-trotteur

Sans bras ni jambes, cet organisme est capable de se déplacer grâce à son réseau veineux. Concrètement, les mouvements internes du courant sanguin le propulsent dans une direction choisie. Et comme son réseau veineux est très dense et très complexe, il peut se déplacer dans plusieurs directions à la fois, en générant des extensions : des bras appelés « pseudopodes » (ce qui lui donne cette figure multiforme). Et qu’importe sa taille, le blob est capable de se faufiler dans un trou de 1 micromètre de diamètre !

Lorsque le blob se déplace, il laisse derrière lui du mucus, comme un escargot. Ce mucus lui permet de circuler en évitant d’explorer plusieurs fois la même zone afin de trouver sa nourriture de façon plus efficace.

 
Ça mange quoi un blob ?

Sans bouche, ni estomac, il enveloppe sa nourriture puis la digère grâce à des substances chimiques. Il peut maintenir un apport optimal de nutriments essentiels à sa croissance et à sa survie. Le blob peut se nourrir de différentes choses : bactéries, moisissures, levures et même ses congénères ! Les chercheurs étudiant les blobs les nourrissent généralement de flocons d’avoine. Le blob raffole des repas protéinés. Un blob sustenté peut doubler sa taille chaque jour. Un blob bien nourri est un blob bien portant !

 
Reproduction du blob

Existe-t-il des blobs mâles ou femelles ? La réponse à cette question est complexe car le blob ne possède pas d’appareil reproducteur, pourtant il possède 720 sexes différents. Chez le blob, on parle davantage de fusion que de reproduction.

Plus précisément, les cellules sexuées du blob sont appelées des spores. Une spore va libérer une cellule (gamète) en quête d’une cellule sexuellement opposée. Quand deux cellules sexuées compatibles se rencontrent, elles fusionnent en une seule cellule devenant ainsi un blob. De plus, deux blobs génétiquement identiques peuvent fusionner s’ils sont à proximité l’un de l’autre.

Plus étonnant encore, nous pouvons obtenir plusieurs clones d’un seul et même blob. En effet, si vous coupez un blob en plusieurs morceaux (il saigne mais cicatrise en moins de deux minutes), vous créerez des clones. En quelques heures, chaque morceau de blob coupé aura réorganisé tout un système veineux à part entière.

 
Du laboratoire à l’ISS

Le blob est longtemps resté comme un sujet scientifique sans grand intérêt pour le grand public. Mais ces dernières années, le blob a obtenu une certaine médiatisation grâce aux travaux de recherche d’Audrey Dussutour, éthologue (spécialiste du comportement des espèces animales) et chercheuse au CNRS (Centre National de la Recherche Scientifique), et de son équipe.

En avril 2021, des blobs ont voyagé dans l’espace à bord de la Station Spatiale Internationale avec Thomas Pesquet. Ce projet intitulé « Élève ton blob » fut mené conjointement par le CNRS et le CNES (Centre National d’Études Spatiales). Le but était d’étudier le vieillissement cellulaire du blob ainsi que son comportement en impesanteur. 4500 écoles ont effectué les mêmes expériences que l’astronaute, permettant ainsi de comparer les données terriennes et spatiales.

Plus tard, en octobre 2021, le CNRS lançait un projet de science participative : « Derrière le blob, la recherche ». 10 000 apprentis scientifiques furent invités à participer à une expérience inédite dirigée par Audrey Dussutour. L’expérience commencera en printemps 2022, avec pour but d’étudier les effets du changement climatique sur le blob.



Pour en savoir plus sur ce fameux blob, je vous invite à vous procurer l’ouvrage d’Audrey Dussutour, « Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur LE BLOB sans jamais oser le demander » aux éditions J’ai Lu. Prix du livre Sciences pour Tous, ce livre a très largement inspiré l’écriture de cet article.



FRANS Gwenaëlle

Jusqu’à quand l’Homme négligera-t-il les débris spatiaux ?

Alors que l’organisation de notre société nécessite le bon fonctionnement des satellites en activité, la prolifération des débris spatiaux le compromet.

En novembre 2021, par deux fois, les astronautes de la Station Spatiale Internationale (ISS) ont dû se protéger d’une éventuelle collision avec des débris : le 16, un satellite russe obsolète a explosé en de multiples fragments, suite à un tir de missile visant à le détruire. Les astronautes d l’ISS ont dû se mettre à l’abri pendant deux heures, prêts à quitter la station. Toujours pour éviter une collision, la semaine précédente, ils avaient dû ajuster leur altitude en raison du passage à proximité de débris d’un ancien satellite chinois. L’orbite basse dans laquelle évolue l’ISS est maintenant encombrée d’une quantité phénoménale d’objets spatiaux ; il s’agit essentiellement d’objets artificiels issus de l’exploitation spatial : à chaque lancement de satellite, les composants de la fusée se séparent et restent à tourner en orbite. A l’issue de sa période d’activité vient s’ajouter le satellite lui-même qui devient un débris spatial. Chaque fois que deux objets dérivant en orbite se percutent, ils se fragmentent et contribuent à la prolifération des débris. On estime que la part des satellites actifs représente seulement 7% des objets orbitaux parmi lesquels on compte 27 000 « grosses » pièces. L’orbite terrestre basse, la plus utile à notre vie quotidienne, s’encombre à un rythme exponentiel.

Quand les satellites jouent à la pétanque

En quoi la formation de cette véritable décharge orbitale représente-t-elle une menace pour l’Homme qui l’a créée ? Les risques sont de deux natures : la retombée d’objets sur Terre, et les conséquences des collisions en orbite.

Lorsqu’un objet spatial finit par quitter son orbite de départ, il peut d’abord adopter une orbite inférieure, puis, à terme, il traverse l’atmosphère terrestre et se désagrège en brûlant à son contact. En fonction de son poids, de sa taille, de l’épaisseur de l’atmosphère ce jour-là, cet objet est entièrement désintégré, ou pas : il peut alors tomber au sol, de façon aléatoire, n’importe où. Les plus gros objets orbitaux sont référencés, leur trajectoire en orbite est surveillée, mais trop de variables entrent dans le calcul de leur point d’impact sur Terre pour que celui-ci puisse être prévu à l’avance au moment de leur retombée.

La collision entre objets dans l’espace représente cependant la plus grande menace ; en effet, la vie quotidienne de notre société moderne repose en grande partie sur le bon fonctionnement des satellites en activité. La NASA estime à plus de 100 000 le nombre de débris spatiaux supérieurs à 1mm ; chacun de ces objets est potentiellement une boule de pétanque qui circule sans contrôle à 7 ou 8 km/seconde. Les satellites actifs endommagés lors des collisions avec ces débris n’assurent alors plus les services pour lesquels ils ont été lancés, qu’il s’agisse de communication, de positionnement GPS, d’heure officielle ou d’observation météorologique. Les répercussions sont immenses et illustrent la dépendance grandissante de notre société à l’exploitation de l’espace.

Consciente de la menace, la communauté internationale affirme sa volonté de maîtriser la prolifération des débris spatiaux, dans ce contexte de dépendance et d’intense concurrence. Le but affiché est de préserver un accès possible à l’espace pour tous les pays, afin que chacun soit en capacité de tirer les bénéfices issus de la technologie spatiale. Pourtant, les grands projets publics et privés multiplient les lancements dans la course au déploiement des constellations de nouveaux satellites de communication, qui se compteront par milliers.

Vœu de tout déchet orbital : quitter la décharge et vivre l’incandescence

Cependant, force est de constater qu’il existe en réalité bien peu de façon de réduire le nombre de déchets orbitaux et de libérer l’orbite utile. La désintégration lors du retour dans l’atmosphère est aujourd’hui la seule solution technique ; encore faut-il que les objets ne soient pas trop gros pour brûler entièrement. Quelques scénarios de nettoyage orbital se dessinent donc : d’abord, cesser de faire exploser les anciens satellites, comme le font les USA, l’Inde, la Russie et la Chine, car cette technique est contre-productive, leur fragmentation générant une multitude de débris plus petits.

Les agences spatiales concentrent leurs recherches sur le fait d’alléger les nouveaux satellites et d’en allonger la durée de vie, grâce à la mise en place de services en orbite tel que la recharge en énergie. Ils travaillent également sur la capacité des lanceurs à se séparer en morceaux plus petits, de taille à brûler entièrement dans l’atmosphère lors de la retombée ; ils étudient également comment intégrer dès la conception des objets spatiaux l’ordre de changer de cap en fin de vie, afin qu’ils enclenchent automatiquement leur entrée dans l’atmosphère. Enfin, les recherches portent sur la capture des gros objets pour les amener sur une orbite « cimetière » ou les faire tomber vers l’atmosphère pour désintégration.

Recherche solutions désespérément

Aucune de ces solutions n’est encore opérationnelle, et toutes nécessitent de gros investissements qui ne sont pas provisionnés dans les coûts de lancement actuels. Ce scénario nous rappelle sans aucun doute celui du dérèglement climatique : nos modes de production et de consommation continuent à produire le gaz à effet de serre qui modifie dangereusement les conditions de la vie sur Terre. De même, nous continuons à lancer nombre d’engins dans l’espace tendant à rendre l’orbite basse non navigable. Dans les deux cas, l’Homme use et abuse du milieu naturel sans en régler les conséquences à temps, au risque de payer lourdement le prix de sa pollution. Apprendra-t-il un jour à respecter les milieux qui lui assurent pourtant son propre cadre de vie ? Peut-être, si chacun se met à penser à ce qui lui importe vraiment.

Nathalie Lenormand

Sens-Fiction, quand la fiction augure des usages.

(Par Marie Le Diraison, CNAM 2022)

Quel est le sens que prend la fiction dans nos vies ? Pour y répondre, l’exposition met au cœur de son propos deux grandes notions : la Fiction et le Design. L’un comme l’autre ont un rôle essentiel dans nos sociétés car ils façonnent nos usages et nos mœurs. Pas à pas, la visite nous fait voyager à travers l’Histoire et des œuvres de science-fiction pour mieux comprendre la manière dont l’imaginaire écrit nos futurs. Un voyage fascinant pour comprendre le cheminement de ce processus, nous posant pour dernière question : comment définir les usages de demain par la fiction d’aujourd’hui ?

 

 
Une exposition étonnante. 

Du 6 octobre au 2 janvier 2022, une exposition originale s’est installée au Lieu Unique, centre d’art atypique situé au centre-ville de Nantes. Conçue par RF Studio et son Bureau des Usages, elle nous invite à explorer le monde de la fiction à travers une scénographie atypique. Mais qu’est-ce que la fiction exactement ? Étymologiquement ce terme originaire du latin, signifie “action d’imaginer” ou “chose imaginée”. Cette notion est au cœur du propos de l’exposition, pour comprendre son influence sur nos vies. C’est aussi une étude sur le design pour écrire et imaginer nos futurs, menée par Ramy Fisher et Scott Longfellow, commissaires de cette exposition. Car, lorsque la fiction rencontre le design, le dispositif nécessaire est alors inventé pour parvenir à ce demain imaginaire. C’est ainsi que nos usages qui rythment nos vies sont façonnés. De la cuisine robotisée à la maison intelligente, ou encore du monde virtuel au transhumanisme, c’est la fiction qui, lorsqu’elle est appliquée par les designers, écrit nos usages quotidiens de demain et anticipe nos rapports à la vie. Une visite au propos intéressant, au questionnement pertinent, et riche dans sa mise en scène. Plus qu’une enquête sur l’influence qu’a la fiction sur nos vies, c’est une révélation de notre rapport au monde qui nous amène à méditer sur notre futur.

 

Hugo Gernsback et ses revues de science-fiction, photo par Anouk Desury
Photo par David Gallard
 
Une visite captivante. 

Divisée en en plusieurs parties, l’exposition nous offre un voyage dans le monde de la fiction et du design pour observer le sens de nos usages. Notre visite débute par une première section intitulée “Sapiens se la raconte”, nous interrogeant sur la place de « l’Imaginaire dans l’odyssée de nos futurs » si nous reprenons les mots de l’exposition. Elle porte un regard sur la relation entre l’homo sapiens et la fiction d’anticipation, nous montrant l’importance du récit dans la construction de nos sociétés. Nous entrons ensuite dans une deuxième section s’intéressant au merveilleux-scientifique, que nous retrouvons par exemple dans les récits de Jules Verne (1828-1905) avec ses aventures extraordinaires. Mais c’est surtout Hugo Gernsback (1884–1967) qui est ici mis en avant, considéré comme père de la science-fiction en tant que genre littéraire. La section suivante, divisée en deux parties, nous invite à explorer la relation entre les deux grandes notions de l’exposition. Dans la première, « Fiction for Design », alors que nous sommes installés confortablement dans nos transats devant de grandes structures télévisuelles, nous voyageons dans le temps, du début des années 1900 à aujourd’hui. Nous observons à travers l’Histoire comment le design, en interaction avec la fiction, a dessiné notre monde d’aujourd’hui. Ensuite, “Design in Fiction” nous montre à travers des œuvres de science-fiction la représentation de nos usages quotidiens et l’influence qu’ils ont sur nos vies. De Black Mirror à Terminator, ou encore Retour vers le Futur et Blade Runner, ces œuvres nous permettent une anticipation de nos vies et de nos problématiques futures. Enfin, nous terminons notre visite par le laboratoire de « Sens-fiction », une réflexion sur nos futurs désirables. Un espace pour donner un sens à la fiction et à nos imaginaires dans la création des usages de notre avenir.

 

Une scénographie originale. 

Une visite captivante, en raison de son contenu, mais aussi par son dispositif de médiation fort original. Un espace où design et fiction se rencontrent, dans le propos autant que dans la scénographie. Du visuel à l’ouïe, nos sens sont sollicités par un agencement de grands écrans, de lumière et de micros, une immersion totale dans un design futuriste. La mise en scène de l’exposition témoigne de ce postulat de l’interaction entre la fiction et le design, et l’influence qu’elle a sur nos usages quotidiens. Une habile mise en abîme qui nous permet d’être spectateurs de cette interaction et de vivre une expérience unique. Cette présentation ingénieuse rend explicite le propos de l’exposition, et nous amène à mieux comprendre la manière dont ont été pensé nos futurs usages, mœurs et habitudes par le design et la fiction.

 

Une interaction qui dessine nos futurs. 

Comment bien comprendre cette interaction entre design et fiction ? La fiction, au sens étymologique du terme, l’imaginaire et le récit ont été, depuis la nuit des temps, le moteur de la création d’un nouveau demain. Notre voyage dans le temps affirme cela et dévoile la manière dont cette interaction a façonné nos vies d’aujourd’hui. A travers les images et les œuvres de fiction du passé, du cinéma à la littérature, en passant par la publicité et l’architecture, nous observons comment les designers ont dessiné nos usages présents par la force de l’imaginaire. Un autre regard sur cette interaction nous révèle à travers des œuvres de science-fiction à quel point celles-ci ont influencé notre monde actuel. Ces œuvres permettent une anticipation de notre avenir et de nos futurs usages. On imaginait autrefois des maisons intelligentes, des technologies au cœur de nos vies quotidiennes et de notre travail, des réseaux nous reliant tous les uns aux autres dans le monde entier, ou encore le virtuel remplaçant notre réalité. Tout cela fait aujourd’hui partie de nos vies. Nous comprenons alors la portée de cette relation réciproque entre fiction et design dans la création de nos sociétés de demain, et le sens que prend la fiction dans nos vies. A nous donc, par la force de nos imaginaires, de définir nos usages futurs et d’écrire notre avenir.

 

« J’ai eu vraiment beaucoup de plaisir à visiter cette exposition qui nous fait vivre un étonnant voyage dans le temps, un peu comme un “retour dans le futur”. En effet, elle nous plonge dans un futur qui est déjà notre présent, voire notre passé. Le parti pris de l’exposition de nous montrer comment l’art, plus particulièrement l’imagination artistique a été précurseur de bien de modes de vie actuels et a suscité les recherches et inventions scientifiques, est très intéressant car assez rare. Il donne même une grande bouffée d’espoir dans un avenir qui nous semble pourtant assez noir. Enfin, la scénographie sert très bien le propos de l’exposition par sa sobriété et les multi-écrans où défilent images et écrits. » – Bénédicte, agent culturel

« J’ai trouvé que c’était une belle exposition rétrospective, parce qu’elle a regroupé plusieurs œuvres de science-fiction de manière très esthétique. Avec Sens-fiction, qui utilise l’espace pour faire défiler le temps, on voyage à travers les décennies pour comprendre ce qui pousse l’Homme à faire de la science-fiction à chaque époque. On suit les courants de la S-F pour prendre du recul sur la société actuelle. Plusieurs supports sont illustrés et nous stimulent en tant que spectateurs.rices, auditeurs.rices. En sortant, on se demande quel futur on imaginera plus tard dans la science-fiction, comme lorsqu’on voulait anticiper autrefois. On ressort d’autant plus curieux.se. » – Enora, étudiante

Vénus, l’enquête continue !

 

En septembre dernier une équipe d’astronomes annonçait la découverte de phosphine (un gaz
marqueur d’activité bactérienne) sur Vénus. La nouvelle crée immédiatement un Buzz international. Mais pour les scientifiques, le débat ne fait que commencer. Plongée dans les rouages de la controverse scientifique.

De la vie sur Vénus ?


La nouvelle tombe le 14 septembre 2020. Une équipe d’astrophysiciens de l’université de
Cambridge au Royaume-Uni mené par Jane Greaves publie un article intitulé : « du gaz
Phosphine dans les nuages de Vénus ». La phosphine (PH 3 ) est un gaz bien connu sur
terre. Il est produit quasiment uniquement par des bactéries. La phosphine est donc un
marqueur biologique, signe indirect, mais sérieux d’une possible activité vivante sur
Vénus. Le monde académique accueille la nouvelle avec prudence, mais la parution de
l’article dans Nature Astronomy, une revue scientifique d’excellence, est prise très au
sérieux.


La phosphine, un gaz difficile à saisir.


Toute la question réside là. A-t-on réellement observé de la phosphine dans l’atmosphère
vénusienne ? Pour détecter ce gaz, les astronomes utilisent la spectrométrie. Chaque Gaz
présent dans l’atmosphère absorbe une partie de la lumière qui la traverse. En observant quelle partie de la lumière est retenue par le ciel les astronomes en déduisent les gaz qui
le composent. Il faut alors identifier comment la phosphine absorbe la lumière pour
observer si cette « empreinte » est présente dans les images prises de Vénus. Jane Greaves a mené deux séries d’observations. La première en juin 2017 avec le télescope JCMT (Hawaï) ou elle trouve une empreinte d’absorption qui correspond à la phosphine. La seconde est programmée sur le télescope ALMA au Chili. En mars 2019 le signal est une nouvelle fois confirmé. L’équipe évalue la concentration du gaz dans l’atmosphère : 20ppb (molécules par milliard). C’est infime, mais déjà trop pour une atmosphère comme celle de Vénus. L’équipe publie ses résultats dans « Nature Astronomy » le 14 septembre 2020.

À gauche L’empreinte de la phosphine est bien visible sur ce graphique issu des données d’ALMA. On y lit verticalement l’intensité de l’absorption lumineuse après la correction due à la vitesse de déplacement de venues par rapport au télescope (en horizontale) À droite: La même chose avec la détection aux niveaux polaire (noir) « mid-latitude » bleue et équatoriale (rouge)

 

La controverse, un moteur pour la science.


La qualité d’une publication scientifique est définie par plusieurs critères. Le plus important
est celui du « peer review » (évaluation par les pairs). Un journal scientifique qui reçoit un
article le fait relire par d’autres experts du domaine. Ces experts sont des scientifiques non
auteurs du papier, ne travaillant pas dans le même laboratoire que les auteurs et n’ayant
pas de conflit d’intérêts au niveau du sujet abordé. Ils ont pour mission d’identifier
d’éventuelles erreurs ou imprécisions et d’évaluer l’article qui leur est soumis par l’éditeur.
Ce procédé garantit le sérieux et la rigueur méthodologique de l’article. C’est à ces
conditions que le débat scientifique peut se tenir. La saga de la phosphine est une
démonstration de ce mécanisme parfois lent, mais garant de qualité.

Après la parution de l’article dans Nature, c’est l’effervescence dans les universités
du monde entier. Les astronomes étudient les données publiées et parcourent leurs
propres données issues d’anciennes observations de télescopes ou de sondes spatiales
pour recouper et comparer les données. En octobre 2020 une équipe de la NASA publie
une première réanalyse. Les auteurs adressent plusieurs problèmes dans les mesures.
Pour l’observation de JCMT, ils indiquent que l’empreinte de phosphine constatée par spectrographie peut s’expliquer par la présence de dioxyde de soufre (SO 2 ), un gaz qui a
les mêmes propriétés lumineuses que la phosphine dans certaines conditions. Pour les
données d’ALMA, ils identifient des problèmes de calibration de l’appareil qui invalident
une partie des observations. Selon eux on ne peut pas conclure à la détection de
phosphine sur Vénus. Quelques semaines plus tard, Jane Greaves répond par article
interposé. Elle rejette le premier argument : pour que la détection de Phosphine soit
confondue avec celle de dioxyde de souffre il en faudrait une concentration « aberrante »
dans l’atmosphère. Par ailleurs, elle reconnaît l’argument qui concerne la calibration
d’ALMA. Ce qui ne disqualifie pas la mesure, mais oblige l’équipe à revoir son estimation
initiale à la baisse. On passe de 20ppb à 8ppb. Une concentration bien moindre.
D’autres approches sont également utilisées. Une équipe de l’University of
Hertfordshire (UK) analyse les outils mathématiques et statistiques utilisés par Jane
Greaves. Selon eux les algorithmes utilisés provoquent des imprécisions qui rendent le
résultat non significatif. Cette analyse pousse une nouvelle fois Jane Greaves à publier un
article décortiquant les méthodes mathématiques utilisées et la cohérence des résultats
obtenus. Une équipe de l’Observatoire de Paris apporte également sa pierre à l’édifice. Ils
étudient depuis 2012 différents aspects de l’atmosphère de Vénus. Selon eux les
conditions atmosphériques et la concentration de dioxyde de soufre limitent fortement la
probabilité de trouver des concentrations importantes de phosphine.


Depuis la publication initiale, les analyses et publications se multiplient. Confirmant ou
infirmant l’hypothèse de détection de phosphine sur Vénus. Les chercheurs corrigent,
affinent, réfutent et argumentent autour de ces nouvelles observations. Ce va-et-vient
entre les chercheurs est une vrai stimulation pour la recherche. Cette recrudescence
d’activité autour de Vénus crée également l’intérêt chez les agences spatiales qui
pourraient financer de nouvelles missions vers Vénus, délaissée jusqu’alors en faveur de
Mars depuis de nombreuses années. En attendant, l’enquête continue !

 

Sources :
14 sept 2020 : Phosphine Gas in the Cloud Decks of Venus – Jane S.Greaves et al
https://arxiv.org/abs/2009.06593
10 Dec 2020 : On The Robustness of Phosphine Signatures in Venus’ Clouds – Jane S.
Greaves et al : https://arxiv.org/abs/2012.05844
27 sept 2020 : Is Phosphine in the Mass Spectra from Venus’ Clouds? – Rakesh Mogul et
al
https://arxiv.org/abs/2009.12758
28 oct 2020 : The statistical reliability of 267 GHz JCMT observations of Venus: No
significant evidence for phosphine absorption – M.A. Thompson
https://arxiv.org/abs/2010.15188
19 oct 2020 : Re-analysis of the 267-GHz ALMA observations of Venus: No statistically
significant detection of phosphine – I.A.G. Snellen et al
https://arxiv.org/abs/2010.09761v2
16 nov 2020 : Re-analysis of Phosphine in Venus’ Clouds – Jane S. Greaves et al
https://arxiv.org/abs/2011.08176
décembre 2020 Science et vie N°1239 « De la vie sur Vénus ? »- B.R

Les dessous techniques des sons

Dans son journal en ligne, le Centre National de Recherche Scientifique a réalisé un dossier sur « La science en musique » en 2017. Deux extraits en audio et vidéo vont illustrer un ensemble non exhaustif de techniques à redécouvrir relevant de l’artisanat, de l’ingénierie, du corps sans oublier les sciences. Les sons musicaux et non musicaux sont scannés au peigne fin par les chercheurs. L’ethnomusicologie et un instrument de musique : plusieurs cultures, des chants, des notes de musiques mais pas que ! C’est aussi une alliance de techniques complexes et incroyables qui évoluent dans le temps pour donner du son et le retransmettre, sur fond de sciences.

 

Que nous dit l’ethnomusicologie ?

 

Le Centre de Recherche en Ethnomusicologie CNRS-Musée de l’Homme de Nanterre (CREM) recense plus de 48000 enregistrements sonores et vidéos numérisés dans sa base de données, la plus importante dans le monde entier. On y trouve principalement des chants de peuples pour continuer à valoriser le patrimoine culturel de certaines régions du globe où il manque les infrastructures. Plus récemment, des environnements sonores, hors musique, sont également captés. Dans cet audio, le CREM nous dévoile quelques-unes de ses archives sonores et musicales avec des supports anciens et actuels, accessibles aux amateurs et professionnels de la musique.

Les premiers extraits datent de l’exposition universelle de Paris de 1900 sur des cylindres de cires ! Notons aussi la technique de voix polyphoniques de Pygmées gravées sur disque puis d’expressions vocales des chants mauritaniens sur les premières bandes magnétiques dans les années 1950.

 

La guitare

 

L’assemblage d’une guitare fait appel à des théories et des applications de la physique, principalement de la vibration, et du savoir-faire d’un luthier pour le choix des matériaux (bois et cordes). Entre vibromètre et microphones, le laboratoire d’Acoustique de l’Université du Mans nous montre dans cette vidéo les instruments utilisés pour mesurer et cartographier la vibration de la corde et du son. Quant à la guitare électrique, la problématique repose sur l’aimant et la bobine qui vont influer sur le timbre de l’instrument. Avec ces nouvelles méthodes de mesure enregistrées dans une base de données, le luthier va pouvoir choisir les matériaux adéquats pour fabriquer une guitare sur mesure qui donnera le bon timbre.

 

 

Pour en savoir plus :

https://archives.crem-cnrs.fr/

https://lejournal.cnrs.fr/dossiers/la-science-en-musique

 

Claire Semler

L’entente cordiale entre la science et le capital: le cas de l’obsolescence programmée

Préambule : Ce petit article est la réflexion d’un individu propre sur un sujet scientifique. En cela il est un témoignage parmi tant d’autres du rapport entre la science et la société au travers la vision d’un membre de la société. Les conclusions dudit article ne représentent aucunement une vérité absolue mais plutôt une interprétation reposant sur des faits et des théories.

Le modèle capitaliste de l’économie mondiale prend son envol au XIXème siècle avec
l’innovation et l’invention de nouveaux procédés de production. Parmi eux, le machinisme
effréné qui selon Karl Marx est inarrêtable (sauf par une révolution du prolétariat) depuis
que le libre-échange légiféré entraine la concurrence. Cette dernière est mû par la volonté
de réduire toujours et toujours les frais de production afin d’être le plus compétitif.


Le XIXème siècle est alors une période d’augmentation spectaculaire de la quantité de biens
produits. Parallèlement, les industriels cherchent à se démarquer sur le marché en s’intéressant -cette fois- à la dimension qualitative du bien. La tâche est de créer le produit le
plus fiable possible, celui qui résiste à la dégradation du temps et que le poids des années
d’utilisation n’use qu’un peu.


Cependant, cette ingénierie du produit ultime est vite abandonnée pour des raisons
économiques. Le capital ayant comme condition de survie une consommation continue, il ne
peut se permettre de produire les outils de sa propre destruction : des objets qui ne
s’achètent qu’une fois car trop robuste.


La science et la technologie s’alignent donc sur ce modèle économique qui leur sied bien, en
plus d’être un terreau fertile pour leur développement. C’est le début de l’entente cordiale
dans laquelle le rôle de la science est d’innover afin d’amener de la diversité et du choix pour
le consommateur. En revanche, dans ce pacte nous le verrons explicite, elle doit poliment se
brider en ce qui concerne la quête du qualitatif. La survie de l’économie capitaliste a fait
stagner l’avancé scientifique et technologique dans certains domaines. Plus que cela, elle l’a
même contraint à reculer. Voyons cela avec quelques exemples :


L’ampoule incandescente


L’ampoule est une découverte de Thomas Edison. En 1881, elle durait 1500 heures.
La marche naturelle de la science, qui amène au perfectionnement et à la maitrise d’une
nouvelle technologie a permis à l’ampoule en 1924 d’atteindre 2500 heures d’utilisation. Par
des recherches et des expérimentations sur les composants des filaments, le produit s’est
bonifié. Jusque-là, rien d’anormal. Pourtant dans les années 40, l’ampoule ne dure plus que
1000 heures.

 

Une ampoule à Livermore


brille depuis 1901 !L’explication se trouve simplement dans la logique économique. Une ampoule qui s’achète toutes les 1000 heures est plus rentable qu’une ampoule vendue toutes les 2500. « C’est dangereux pour les affaires » pour reprendre les mots déclarés dans les rapports de réunion du premier cartel du monde : Phoebus. Cartel industriel, il réunit les principaux fabricants d’ampoule pour trouver un point d’accord sur la durée de vie des produits découlant de la découverte d’Edison.

 Leur concurrence ne profite qu’au consommateur qui s’éclaire deplus en plus longtemps pour le même prix. Suite à cela, les recherches des services d’ingénierie et prototype recommencent à 0. Ils établissent de nouveaux calculs dans l’objectif d’atteindre la médiocrité : une ampoule durant 1000 heures soit 2/3 de la durée de vie d’il y a 60 ans à l’époque de l’inventeur américain. Dans cette union d’industrielle de l’ampoule, un cahier était tenu. Celui qui produisait des trop bons produits était sanctionné financièrement.

Les collants en nylon

Dans le même cas de figure, l’entreprise DuPont trouve après des années de
commercialisation, la composition chimique garantissant aux collants résistance et élasticité
pour le plus grand plaisir du consommateur. La solution scientifique aux bas qui s’effilochent
n’est appliquée encore une fois qu’un court temps pour ne pas enrayer un modèle
économique qui doit sans cesse recommencer de produire. Petit à petit la formule
synthétique du Nylon remonte dans le temps, les collants s’appauvrissent en additif
protecteur de la fibre. Tout le progrès qualitatif obtenu par la recherche est alors
abandonné.


L’imprimante

Si l’on veut se rattacher à des phénomènes récents en lien avec notre société de consommation contemporaine ; nous pouvons deviner la tentation pour l’industriel d’inclure
le concept d’obsolescence programmée dans l’électronique. Aujourd’hui les circuits imprimés sont omniprésents dans nos foyers, vous êtes d’ailleurs en train de lire ce texte via un smartphone, un ordinateur ou une tablette qui n’est sûrement pas votre premier appareil acheté. L’exemple qui nous intéresse est celui de l’imprimante. Un logiciel permet aux puces de certaines imprimantes de se réinitialiser


En effet, si l’avancé technologique a pu se brider avec l’ampoule ou revenir en arrière avec
les collants ; elle va jusqu’à devenir purement destructrice pour le cas de cet outil de travail
indispensable. Greffée aux circuits imprimés des imprimantes se trouve une puce
comptabilisant le nombre d’impression. Une fois la quantité atteinte, elle bloque le
mécanisme entier de l’appareil en affichant un message d’erreur la rendant inutilisable. De
manière imagée, la recherche a façonné un cœur fragile dépérissant par l’usure de la
matière (filaments d’ampoule fin, nylon) puis à créer un organe en pleine santé mais
programmée pour s’arrêter après une attaque cardiaque subite. On passe alors d’un
processus voulu d’usure, de mort lente à un processus de sabotage, de meurtre soudain.

Les résistances à ce modèle


Cette mouvance de l’obsolescence programmé s’est naturellement calibrée avec la
loi du marché. La même règle autodestructrice du calcul financier régit tous les aspects de
l’existence comme disait Keynes. Cependant la victoire de ce mode de production qui a
façonné notre mode de consommation puis notre rapport au matériel, notre conception des
biens, a connu des résistances.


Les premières furent éthiques avec un débat interne chez les ingénieurs dans les années 50.
La seconde, idéologique était portée par l’ennemi séculaire de l’économie capitaliste à savoir
l’économie communiste. Son marché régulé à outrance et centralisé ne trouve pas d’intérêt
dans le cycle court de consommation. C’est de là que naît le mythe de l’outillage
d’Allemagne de l’Est incassable. En 1981, une entreprise de Berlin-Est déposait le brevet
d’une ampoule longue durée. La commercialisation n’a jamais eu lieu.


Une loi d’URSS stipulait aussi que l’électro-ménager devait tenir au moins 25 ans alors qu’un
des pères du concept d’obsolescence programmé : Bernard London déclarait que tout
devrait avoir une durée de vie légale de 2 ans, puis être remis à l’Etat afin d’être détruit pour
recommencer les cycles de production, de consommation et de circulation des capitaux.
Selon la droite lignée de l’entente cordiale de la science et du capital depuis plus de 100 ans,
il apparait évident que ce mariage est solide. Malgré certaines crises, le compromis a profité
aux deux partis qui ne cessent de prendre de la proportion jour après jour. Qui des deux
conditionne le comportement de l’autre ? Et surtout la science sera-t-elle capable de trouver
la solution à ce jeu risqué pour la planète ?


Source principale : Prêt à jeter, ARTE, https://www.youtube.com/watch?v=5eSoBBapXCg

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search